Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Sources et espaces de rechercheAdolie, bibliothèque numérique pa...

Sources et espaces de recherche

Adolie, bibliothèque numérique patrimoniale de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse

Adolie, digital heritage library of the École nationale de protection judiciaire de la jeunesse
Nicolas Tricoche
p. 243-250

Résumé

Lancée en 2018, mais retravaillée tout récemment aussi bien dans sa forme que dans son contenu, Adolie [https://www.adolie.enpjj.justice.fr/] est constituée, pour partie, de ressources de la bibliothèque de recherche de la médiathèque de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) et pour partie, de documents ciblés issus des collections de la Bibliothèque nationale de France, avec qui l’École a passé une convention. Riche à l’heure actuelle de plus de 2600 documents, elle est organisée en six grands ensembles : Témoignages et entretiens, Photographies, Vidéos, Archives, Ouvrages, Revues. Les documents offerts à la curiosité des lecteurs sont donc de formes très diverses. On trouve sur Adolie des livres, des documents de littérature grise, des images d’archives, des films et des enregistrements audios. Surtout, le nombre de documents totalement inédits, introuvables ailleurs, y est particulièrement important. C’est le cas de la quasi-totalité des vidéos et des témoignages, de certaines revues ou certains bulletins n’ayant jamais fait l’objet d’un dépôt légal, des « archives » qui rassemblent une partie des écrits produits par le Centre de formation et de recherche de Vaucresson (CNFE). Elle permet, comme toute bibliothèque numérique, de consulter de chez soi des documents qui auraient sinon nécessité un déplacement à Roubaix ou au Rez-de-jardin de la Bibliothèque nationale (lequel est réservé aux chercheurs) comme, par exemple, la collection complète de la revue Rééducation.

Nous avons demandé à Nicolas Tricoche, documentaliste à l’ENPJJ et l’un des principaux artisans de ce site, de nous en présenter la philosophie.

Haut de page

Texte intégral

Adolie, une bibliothèque numérique patrimoniale au service des pratiques éducatives

1C’est avec l’objectif de faire sien et donner corps au principe qui avance que l’histoire est une mise en perspective de notre présent par les apports, enseignements et expériences de notre passé que la bibliothèque numérique de l’ENPJJ, Adolie, a été pensée. Reprenant le prénom inusité « Adolie » pour signifier phonétiquement que l’un des enjeux de l’Éducation surveillée consistait en un travail sur la (re)constitution des « liens » (à l’endroit de la nation, de la famille… et envers elle-même) d’une population qui souffrait d’être vue comme la « lie » de la société, l’un des objectifs de cette plateforme est aussi de réhabiliter l’image d’une jeunesse qui, avant d’être inadaptée et/ou délinquante, est avant tout une jeunesse vulnérable.

2Car il s’agit ici bien d’un projet, stabilisé dans ses intentions, mais jamais définitivement dans le périmètre des problématiques qu’elle interroge et encore moins dans les leviers qu’elle mobilise. Ainsi, l’ambition de l’initiation d’Adolie est aussi de permettre notamment au professionnel d’aujourd’hui (et de demain) d’acquérir, par les leçons éclairantes de l’histoire d’un champ institutionnel à multiples facettes, un regard réflexif sur son présent. Bien que patrimoniale, donc, la bibliothèque numérique de l’ENPJJ n’a pas vocation à faire du « patrimonial pour du patrimonial », mais à solliciter les traces du passé pour alimenter et enrichir une appréhension critique et actualisée du fait social que constitue la délinquance juvénile et les problématiques de l’« enfance irrégulière » en général. Car au-delà de la sollicitation de ce matériel historique qu’il convient toujours de recontextualiser, et dont la bonne saisie se fait toujours au prisme de modes d’appréhension liant ces traces « éparses » avec une connaissance plus large de leurs conditions de survenance (et de leurs régimes d’existence), il s’agit bien à l’aide de ces archives d’être en mesure de reconstituer l’histoire plus large de ce champ afin de rendre efficiente la mise en perspective de ce passé sur notre présent.

Adolie, une plateforme qui interroge les différents niveaux du cadre éducatif

3D’emblée, ce qui pose la spécificité d’Adolie en tant que telle est induit par l’ancrage de la médiathèque dans l’ENPJJ, école de service public ayant vocation à former des professionnels de terrain dans la complexité et la difficulté concrète de l’exercice de leurs missions. Volonté pédagogique et facilitation d’accès, d’une part, ambition de s’inscrire dans l’entrelacs des ressources mobilisables par des professionnels en butte à un réel exigeant, d’autre part, ces deux volets constituent les deux ventricules du cœur de cette mission de diffusion patrimoniale. Car il s’agit bien, ici, de faire battre à l’unisson les ambitions de diffusion de connaissances et les exigences pratiques des métiers de l’éducatif dans ce qu’ils ont de plus concret…

4Tout d’abord, la première intention avouée de cette plateforme est de poser un cadre en dévoilant des jalons documentaires d’une histoire des systèmes doctrinaux, institutionnels et réglementaires. Prenons pour cela quelques exemples de documents et de thématiques concourant à cette édification.

5L’une des questions que l’on peut se poser pour entamer ce parcours dans la genèse du substrat doctrinal actuel est celle que se pose en 1938, Roger Albernhe, quant à La Nécessité d'un personnel spécialisé pour s'occuper des enfants en justice1. Car, en effet, si l’on veut savoir si l’on est bien à sa place, et en quoi consiste précisément cette place, il faut interroger en première intention la raison d’être et la légitimité de ce positionnement (social et institutionnel, en l’occurrence). C’est aussi, en substance, la position d’Henri Michard qui abonde dans le sens de la nécessité d’un traitement différencié (en plus d’un corps professionnel dédié) quant à l’acception juvénile de la délinquance, dans son Rapport sur les règles fondamentales à observer dans la lutte contre la délinquance juvénile2 de 1949 où il déclare : « […] qu’on peut valablement considérer (et l’expérience française en témoigne) qu’il y a intérêt pratique à régler à part le problème des mineurs délinquants ; son étude constitue une transition entre l’étude du problème des mineurs en danger moral et l’étude des problèmes des délinquants adultes […] ». Présupposé actuel de toute démarche d’assistance et d’accompagnement éducatif à l’endroit des mineurs délinquants, cette différenciation de traitement entre adultes et jeunes (qui s’est affinée au fil des années) constitue, malgré son caractère aujourd’hui assuré, une spécificité qui a mis un certain temps à s’institutionnaliser comme on peut le voir, notamment, dans les Bulletins de la commission pénitentiaire internationale de 18893 qui questionnent l’efficience supposée de modalités spécifiques d’enfermement pour les mineurs délinquants.

6Autre notion socle de la pratique éducative actuelle touchant à la délinquance juvénile, la notion d’« éducabilité » porte aussi en elle une histoire qu’il convient de mesurer précisément afin de bien prendre conscience que ce qui paraît être un dogme inamovible aujourd’hui est le fruit d’une conquête d’hier. Mais encore, quand on parle à l’heure actuelle d’éducabilité, plus qu’une incantation ou un artifice rhétorique, en quoi consiste-t-elle ? Quel en est son périmètre ? Et l’« éducabilité » d’hier est-elle bien celle d’aujourd’hui ? L’examen de cette question, à laquelle tout acteur éducatif peut avoir besoin de se confronter au cours de son parcours, est justement au cœur du no 91 de 1959 de la revue Rééducation4.

7Bien entendu, il ne s’agit là que de deux exemples pris dans l’histoire d’un ensemble doctrinal à ramifications diverses et complexes qu’il conviendrait de reconstituer plus finement avec d’autres ressources d’Adolie.

8Le processus qui a vu naître la réponse institutionnelle quant à la prise en considération et en charge sociétale de l’« enfance coupable » est égrainé au fil des corpus d’Adolie. Cette histoire, dont la création d’une direction de l’Éducation surveillée constitue l’un des points d'orgue, porte en germe la constitution d’une « protection judiciaire de la jeunesse » dont il convient de recombiner, de manière fine, les ressorts pour bien comprendre le sens du positionnement social de cette direction du ministère de la Justice, et, ce, afin d’être en mesure d’avoir une lecture contextualisée et signifiante des missions qui sont les siennes et qui en découle. Sur cette question, les entretiens avec Pierre-Henri Teitgen5, garde des Sceaux de 1945 à 1948, et de F.-V. Colcombet6, directeur de l’Éducation surveillée en 1984, constituent, par exemple et pour la compréhension de ce mouvement de fond institutionnel, des contributions particulièrement éclairantes.

9Mais on ne peut amputer l’évocation de l’histoire de cette réponse institutionnelle, des quelques points saillants de sa doctrine et de ses fondements, sans énoncer, ne serait-ce que par principe, son intrication serrée avec le champ plus large de la justice des mineurs. Sur ce plan aussi, Adolie poursuit l’objectif d’apporter des éléments de compréhension d’un contexte réglementaire au mouvement continu. Qu’il s’agisse ainsi de saisir le processus d’élaboration d’un appareil législatif dédié aux problématiques de l’enfance sur le temps long (Jacques Bonzon, La législation de l'enfance : 1789-1894 : cent ans de lutte sociale7, 1894) ou de s’arrêter sur quelques jalons notables comme celui de l’ordonnance de 1945, dans sa constitution et son application (Robert Chadefaux, Application pratique de l’ordonnance de 1945 par le tribunal des enfants de la Seine, in Revue de l’Éducation surveillée, no 2, 19468) ou encore dans ses évolutions (Victor Delacroix, Le projet de réforme de l’ordonnance du 2-2-45, in : « Rééducation », no 19, 19499), les fonds de la bibliothèque numérique proposent un certain nombre d’éléments qui aide à la configuration d’une mise en intelligibilité de cette marche en avant.

10Mais reprenons maintenant les propos de Roger Albernhe nous invitant dans l’intention à porter notre regard dans une autre direction, semblerait-il, complémentaire et plus « pratique » … : « […] À propos de chacune d’elles [les personnes s’occupant des mineurs de justice NDLR], nous examinerons les qualités de cœur et de science qu’elles doivent posséder […] ». Car, dans cette entreprise de consolidation de l’ancrage du praticien dans son présent par un meilleur étayage de son passé, il convient de montrer en quoi Adolie est à même d’apporter des fragments parlants de l’édification d’une science assurément complexe par le fait même qu’elle a comme objectif un travail sur l’humain…

Adolie, une plateforme qui interroge les identités et pratiques éducatives

11Pour ce qui est donc de la mise en tension des éléments concrets du présent par ceux du passé touchant aux questions de l’identité des métiers éducatifs, le signalement s’articulera autour de trois temps et orientations qui seront traités de manière successive. Seront donc évoqués quelques éléments constitutifs de l’identité de l’éducateur, un certain nombre de leviers de l’accompagnement éducatif et la constitution de savoirs expérientiels par la richesse des témoignages qu’Adolie a souhaité mettre en avant.

12Bien entendu, et comme il a été déjà été précisé plus haut, il ne s’agit pas de faire ici un panorama complet des thématiques et ressources éligibles dans ce cadre ; ce relevé et sa lecture se révèleraient par trop conséquents et fastidieux. Le propos à suivre est donc, ici aussi, à voir comme un ensemble de « carottages » que fait subir le rédacteur à un éventail thématique plus large et à une collection documentaire plus ample.

13Concourant à la constitution de l’identité de l’éducateur, les ressources sur Adolie sont ici nombreuses, bien qu’encore une fois il convient de les faire dialoguer entre elles. On pourrait ici mettre en avant le no 272/27310 de la revue Rééducation qui est consacré en 1973 au métier d’éducateur. À rebours, l’article d’Henri Joubrel L’éducateur spécialisé11 extrait de la Revue de l’éducation surveillée est riche d’enseignements par sa proximité chronologique avec l’ordonnance de 1945, précédant de quelques mois celle décidant de la création de la direction de l’Éducation surveillée (ordonnance du 1er septembre 1945) et suivant de quelques années la création du corps des moniteurs-éducateurs (17 août 1938).

14Fruits et pendants de cette identité, les méthodes rattachées à l’accompagnement éducatif constituent sans doute l’un des « parents riches » de notre bibliothèque numérique. En effet, les éléments mobilisés sont nombreux en ce qui concerne les pratiques de ce que l’on appelait la « rééducation » à une certaine époque. Révélateurs de continuités ou fantômes d’un passé révolu, il convient de s’y intéresser, car si certains préceptes de ces modalités spécifiques de prise en charge ont été abandonnés, cela est peut-être dû au fait qu’ils ont fait preuve… de leur inefficacité en même temps que certaines de ces modalités étaient remises en question pour des considérations d’ordre moral ! Que penser en l’occurrence de l’« orthophrénopédie » évoquée dans le document rédigé en 1900 par Henri Thulié et intitulé Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie12 ? Comparaisons, évolutions, consolidations, abandons, ici aussi la mise en perspective historique, par le truchement de ces documents, peut apporter son lot d’enseignements.

15Ainsi, parce que la compréhension de la globalité, de la complexité et de la singularité du jeune est toujours un présupposé opératoire et nécessaire à l’entame de tout travail éducatif, la prise d’informations sous forme d’« enquête » fait partie des méthodes théorisées et éprouvées. Et sur ce point, toute ressemblance des finalités de l’enquête sociale présentée en 1954 par O. Roudil13 avec celles de la MJIE (pour mesure judiciaire d’investigation éducative) ne serait pas totalement fortuite ! Mais celle-ci pouvait aussi être qualifiée d’« étiologique » quand la focale était plus resserrée et notamment autour de la famille (Schéma d'analyse pour l'étude de la pathologie sociale de la famille dans l'enquête étio14, 1959).

16Deuxième temps de la prise d’information sur les caractéristiques du jeune, les méthodes d’observation sont aussi abondamment documentées sur Adolie. Qu’elle se fasse dans des dispositifs dits de « milieu ouvert » (Henri Michard, L’observation en milieu ouvert15, 1957) ou dans des institutions plus « fermées » (Henri Michard, L’observation en centre d’observation16), celle-ci se révèle être un moment clé dans le processus d’analyse d’un jeune et nécessitant, de par ses enjeux, un socle méthodologique assuré.

17Enfin, sortant de ce champ d’analyse à dominante ethnographique, celui des méthodes éducatives (dans ce qu’elles ont de plus concret) comprend un spectre si vaste qu’il serait vain, voire même abusif, de vouloir proposer des recoupements. Aussi, plutôt que de renvoyer vers une « famille » de gestes professionnels rigoureusement circonscrite, peuvent être données en exemple les spécificités de méthodes éducatives assignées à un espace ou à un territoire d’application défini. Le regard porté sur celles-ci s’enrichit ainsi non seulement de cette dimension de mise en relation historique, à partir de ses archives, mais aussi dans ce que ce rapport à la spatialité ou la territorialité du lieu édicte comme spécificités. Que l’on se situe à l’échelle de la structure (en l’occurrence, ici, celle des internats dans le document coécrit par J. Selosse, P.-A. Drillich et S. Ginger en 1960 et intitulé Les méthodes de rééducation dans les internats pour jeunes socialement inadaptés17) ou à celle d’un territoire plus ou moins vaste (Maurice Cusson, La rééducation au Québec18, in : « Rééducation », no 271/273, 1975), l’apport peut s’avérer être double ne serait-ce que par ce double jeu de comparaisons.

18Découlant tout naturellement de cette articulation entre une identité (certes, plurielle) et des pratiques, les savoirs expérientiels constituent une synthèse de ces deux pendants. C’est convaincue de la richesse de tout rendu d’expériences dans ce qu’il peut avoir d’enseignements sur sa propre pratique qu’Adolie a souhaité mettre en valeur les documents qui portaient en eux cette dimension particulière.

19En conséquence de quoi, tous les documents participant de cette conviction ont été regroupés derrière une entrée unique, celle intitulée « Témoignages & entretiens ». Matériel vivant, ces témoignages obéissent à plusieurs régimes typologiques avec notamment des documents au format audio-visuel. Les thématiques sont variées, car les personnes dont la parole a été enregistrée sont d’époques diverses. Certaines de ces personnalités mêmes, de par leur statut et leur importance au sein de l’Éducation surveillée, traversent les époques ; on peut penser notamment aux entretiens réalisés avec Paul Lutz ou encore avec Henri Michard pour ne nommer que certains des plus illustres. Ainsi, c’est une grande diversité de points de vue (y compris celui d’anciens colons dans le film Un jour à Mettray19) qui est proposée afin que la multiplication des regards vienne enrichir tout un chacun dans ses pratiques et compréhensions à l’égard de cette problématique, complexe, que constitue la délinquance juvénile que l’on appelait autrefois « enfance coupable ».

20Au moment de clore le propos, on peut toujours regretter que celui-ci, comme tout autre, reste irrémédiablement lacunaire. En effet, les exigences de l’exercice ont rendu nécessaire qu’un grand nombre de ressources et de thèmes soient écartées pour la réalisation de ce recueil. Qu’on songe, par exemple, aux nombreuses photos qui rendent éclatant le fait que les lieux, dans leur matérialité et leur spatialité propres, participent de l’efficience de l’accompagnement éducatif par ce qu’ils induisent en termes de contenance éducative, interrogeant en cela, l’hypothèse qui avancerait que la contention outrancière de certains modes de détention était peut-être aussi vouée irrémédiablement à disparaître ; son efficacité étant très largement sujette à caution. Adolie est donc, par essence, un témoin d’une histoire au temps long qui voit certaines conceptions de l’accompagnement éducatif disparaître et d’autres interrogations principielles perdurer : quand il s’agit, par exemple, des difficiles questions de la majorité pénale (Henri Lefuel, La majorité pénale20, 1893), de la responsabilité du mineur et du « discernement » (Adolphe Hartzfeld, Du discernement chez les enfants coupables21, 1897), la consultation d’Adolie rend manifeste le constat que ces questions encore d’actualité l’étaient déjà au début du siècle passé… et même à la fin du siècle qui le précède.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tricoche, « Adolie, bibliothèque numérique patrimoniale de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 243-250.

Référence électronique

Nicolas Tricoche, « Adolie, bibliothèque numérique patrimoniale de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5995

Haut de page

Auteur

Nicolas Tricoche

Documentaliste à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search