Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros23Comptes rendus d'ouvrages et actu...Comptes rendus d'ouvragesLe grand renversement. Pédocrimin...

Comptes rendus d'ouvrages et actualité bibliographique
Comptes rendus d'ouvrages

Le grand renversement. Pédocriminalité : comment en est-on arrivé là ?

Jean-Christophe Chatelain
p. 263-265
Referencia(s):

Verdrager Pierre, Le grand renversement. Pédocriminalité : comment en est-on arrivé là ?, Armand Colin, 2021.

Texto completo

1L’auteur, sociologue indépendant, est un des rares chercheurs français en sciences sociales à travailler sur le sujet de la pédophilie. Un précédent livre, L’enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, paru en 2013 est la version initiale de la présente étude.

2Il s’intéresse à la période récente, depuis les années 1970 où, selon lui, s’est installée une « tentative de valorisation de la pédophilie… puis son échec ». Ce renversement, comme il le nomme, est récent et s’inscrit dans l’actualité, entre autres, de « l’affaire Matzneff ».

3Ce petit livre de 128 pages repose sur un corpus de « documents écrits et audio-visuels de toutes sortes » et une méthodologie non précisée. Il s’organise autour de trois temps.

4Une première partie traite de la période 1970-1980.

5Elle brosse le portrait d’une génération qui interroge toutes les normes sociales de l’époque et installe ainsi « des transformations dans le domaine des mœurs ». Cette remise en cause des formes de la domination devait déboucher sur une libération. La pédophilie n’étant pas clairement définie et, s’arrimant à l’homosexualité, elle profite de la dynamique d’acceptation sociale de cette dernière ; d’ailleurs, les questions relatives aux relations sexuelles entre adultes et enfants trouvent écho dans la presse gay, mais également éducative et généraliste. Rapprochements d’un côté, oppositions de l’autre. En particulier à la famille bourgeoise et bien-pensante comme forme privilégiée de la domination dont il faut se libérer. La pédophilie, prenant appui, entre autres, sur la psychanalyse et le marxisme, s’exprime sur le terrain esthétique et littéraire mais également politique, tant à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite, défendant « … aussi bien l’égalité des sexualités que l’égalité dans la sexualité ».

6La seconde partie évoque la « déroute de la pédophilie » qui s’ensuit.

7Elle devient à la fois un repoussoir pour une identité homosexuelle de plus en plus acceptée socialement et, représentative, pour des mouvements féministes en développement, de la domination masculine. L’épidémie de sida accélère la recherche de normalisation et de respectabilité du monde homosexuel. Dans le même temps l’accès des femmes à des postes à responsabilité favorise l’essor de la protection de l’enfance et la lutte contre les maltraitances. Textes et institutions sont créés pour y répondre et, parallèlement, la pathologisation de la pédophilie est maintenue et confortée. La société des années 1990-2000 installe ainsi progressivement le rejet de la pédophilie ; mais si toute image du corps de l’enfant jugée équivoque n’est plus tolérée le texte littéraire, lui, résiste encore à la censure.

8Une dernière partie revient sur l’affaire Matzneff.

9Elle cristallise, selon l’auteur, ces dynamiques de temps court, la mettant en perspective du mouvement #metoo et du déclencheur que constitue la parution du livre de Vanessa Springora. Dans le contexte décrit plus haut, Matzneff n’a plus alors l’aura de l’écrivain formel des premières années mais reste reconnu par ses pairs et le champ littéraire. La parution du Consentement focalise alors l’attention sur celles et ceux qui ne sont plus les acteurs d’une certaine esthétique littéraire, mais revendiquent se nommer, dorénavant, victimes d’actes de pédophilie, de violences sexuelles. Dans son sillage les histoires d’emprise se multiplient, mettant en cause l’inertie et le silence des mondes littéraires et connexes sur fond de réprobation du corps social.

10Aujourd’hui les victimes sont prises en compte et, à travers ces événements, interrogent les institutions judicaires, politiques mais aussi médiatiques et religieuses.

11La pédophilie qui n’a pas toujours fait scandale est devenue un crime.

12Cette séquence peut s’inscrire dans le travail de l’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu qui avait retracé, en 2014 dans son Histoire de la pédophilie, cette prise en compte progressive, depuis la fin du 19e siècle, des crimes commis sur les enfants que l’on nomme à partir des années 1970 pédophilie et aujourd’hui pédocriminalité.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Jean-Christophe Chatelain, «Le grand renversement. Pédocriminalité : comment en est-on arrivé là ?»Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 263-265.

Referencia electrónica

Jean-Christophe Chatelain, «Le grand renversement. Pédocriminalité : comment en est-on arrivé là ?»Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En línea], 23 | 2021, Publicado el 09 septiembre 2021, consultado el 16 octubre 2021. URL: http://journals.openedition.org/rhei/6029; DOI: https://doi.org/10.4000/rhei.6029

Inicio de página

Derechos de autor

© PUR

Inicio de página
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search