Navigation – Plan du site
DOSSIER. Lire Térence, de Donat à l'abbé d'Aubignac

La présence relative de Térence dans les traités de rhétorique (xvie- xviie siècles)

Sophie Conte

Texte intégral

  • 1 Voir R. Müller, « Terence in Latin Literature from the Second Century bce to the Second Century ce  (...)
  • 2 Sur Donat, voir l’article de B. Bureau dans ce même numéro. Sur la réception des comédies de Térenc (...)
  • 3 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 413-414.
  • 4 Voir M. Ferrand, « Le théâtre des collèges, la formation des étudiants et la transmission des savoi (...)

1Térence nous a laissé peu de pièces, mais il fut lu et étudié tout au long de l’Antiquité en raison de la qualité de sa langue, que de nombreux auteurs antiques ont louée, de la valeur morale de ses pièces, dont les aphorismes ont été souvent repris, de l’évolution et du déclin relatif de la comédie latine, qui l’empêcha d’avoir de sérieux rivaux, alors que Virgile, par exemple, éclipsa la faveur d’Ennius à l’époque impériale1. L’époque moderne lut et relut Térence, le commenta après Donat, en utilisant pour ce faire des outils rhétoriques, et continua de jouer ses pièces2. Érasme lui réserve une place d’honneur dans son programme éducatif, comme d’autres pédagogues de son temps3. Le théâtre fait partie de la vie des collèges, où les élèves jouent des productions originales écrites par leurs professeurs, mais parfois aussi des pièces antiques4. Eu égard au développement des commentaires de Térence à la Renaissance, en pensant à l’articulation entre théorie et pratique, nous nous proposons d’évaluer la place que les rhéteurs réservent à cet auteur dans leurs traités, de l’Antiquité à l’époque classique. Pour l’Antiquité, nous nous tournerons vers Cicéron, Quintilien et les Rhetores Latini Minores. L’Ecclesiastes, rhétorique sacrée publiée par Érasme à la fin de sa vie, constitue une pierre de touche pour notre étude, en raison de la grande familiarité de son auteur avec Térence. C’est à partir de cet état des lieux que nous essaierons de comprendre, en conclusion, la maigre place qu’occupe Térence dans les rhétoriques jésuites du xvie et du xviie siècle.

1. Térence dans la rhétorique antique

  • 5 Abréviations pour Cicéron (par ordre alphabétique des abréviations) : Att. : Epistulae ad Atticum ; (...)
  • 6 Voir G. Carlozzo, « La tecnica della citazione in Quintiliano », Pan, Rivista di Filologia Latina, (...)
  • 7 Dans le recueil des Rhetores Latini Minores (éd. C. Halm, Leipzig, Teubner, 1863), nous avons trouv (...)

2Comme le montre le tableau comparatif que nous donnons en annexe, Térence n’est pas très présent dans les rhétoriques antiques. Cicéron, qui le considère comme le représentant par excellence de la comédie latine (Opt. 3), le cite davantage dans ses autres écrits5, Quintilien lui préfère Cicéron et Virgile6, et les Rhetores Latini Minores y font référence de manière ponctuelle7. Tous ces auteurs sont indépendants les uns des autres : chacun fait ses propres choix et ses propres analyses. Les six pièces de Térence ne jouissent pas toutes de la même faveur. L’Hécyre (Hec.) n’est citée que deux fois, chez les Rhetores Latini Minores. Les Adelphes (Ad.) sont à peine plus présents : trois occurrences chez Cicéron et quatre chez les Rhetores Latini Minores, aucune chez Quintilien. Quant au Phormion (Phorm.), il suscite deux remarques orthographiques différentes pour Quintilien et Cicéron, et donne lieu à quelques références philosophiques. Il fait l’objet d’un commentaire d’Aquila Romanus, repris par Martianus Capella. Nous étudierons successivement L’Heautontimoroumenos (Haut.), L’Eunuque (Eun.) et L’Andrienne (And.), en intégrant ponctuellement les trois autres pièces, pour montrer que les auteurs antiques ne les exploitent pas de la même manière, eux qui retiennent selon les cas, quand la citation n’a pas une simple valeur ornementale, l’aspect rhétorique, philosophique, ou grammatical.

1.1. L’Heautontimoroumenos ou la sagesse des vieillards de comédie

  • 8 Nous empruntons les traductions des textes de Cicéron et Quintilien à la Collection des Universités (...)

3Cicéron s’inspire des deux vieillards de l’Heautontimoroumenos dans sa correspondance. Il se substitue à Ménédème au début d’une lettre à Atticus (Att. 12.6.a.1), en 46 : « ’Chremes, tamumne ab re tua est oti tibi (Haut. 75), ut etiam Oratorem legas ? » (« “Tes affaires, Chrémès, te laissent-elles donc tant de loisir…” que tu puisses lire l’Orateur8 ? »). Et il clôt une lettre à Trébatius, en décembre 54 (Fam. 7.10.4), en lui promettant de lui donner des conseils, avec les mots de Chrémès, le voisin de Ménédème (Haut. 86). Cette citation apporte la complicité de la culture partagée, sachant que Trébatius se trouve en Gaule auprès de César.

  • 9 Cette formule : « Homo sum, humani nihil a me alienum puto » (« Je suis homme, et rien de ce qui es (...)

4Cicéron réserve à cette pièce, dont il ne cite que la première scène (Haut. 53-174), un usage philosophique. Chrémès représente la tempérance (Fin. 2, 14) et se signale par son comportement altruiste (« Humani nihil a me alienum puto », Haut. 77), puisque Cicéron entend en ce sens ce célèbre vers (Off. 1.309). Ménédème est le « bourreau de soi-même » (Fin. 5, 28-29), et il montre bien que le deuil est une manifestation de douleur volontaire, relevant de l’opinion et non de la nature (Tusc. 3, 65). Cicéron se compare à lui pour les tâches ingrates qu’il s’impose dans son activité de philosophe (Fin. 1.3).

  • 10 On trouve des réminiscences de ce vers en deux autres endroits de la correspondance (Att. 2.18.4 ; (...)

5La différence de caractère entre les deux vieillards des Adelphes lui permet de dire que la vieillesse en soi n’est pas responsable de tout (C.M. 65). Et pour défendre son jeune client Caelius (Cael. 38), il rédige une prosopopée opposant un père sévère et un père conciliant, empruntant des vers à Caecilius et Térence (Ad. 120-121). Dans Phormion, quand Démiphon apprend que son fils Antiphon s’est marié sans son consentement, sa réaction est ponctuée par les commentaires malicieux de son esclave Géta (Phorm. 241-246). Le vieillard n’en fait pas moins figure de sage, exprimant l’idée épicurienne selon laquelle on souffre moins si on se prépare aux maux à venir (Tusc. 3, 30-31). Cicéron cite une autre réplique de Démiphon, tirée de la même scène (« Nec meum imperium… », Phorm. 232, « Quoi ? Pas plus de respect de mon autorité ?... »), dans une lettre à Atticus datée de 59 (Att. 2.19.1) où il exprime son inquiétude au sujet de son frère Quintus, qui a affranchi un esclave influent, contre son avis10.

6L’Heautontimoroumenos n’est absolument pas cité par Quintilien. Les Rhetores Latini Minores empruntent deux exemples à cette pièce : Julius Rufinianus (Halm, 44) à propos de l’accusation interrogative, épiplexis ou épitimésis, ἐπίπληξις ou ἐπιτίμησις (Haut. 563) et le traité De schematis lexeos (Halm, 51) pour illustrer la paronomase, παρονομασία (Haut. 356).

1.2. Deux lectures différentes de L’Eunuque 

  • 11 Érasme reprendra cette remarque de Quintilien dans l’Ecclesiastes (Ecclesiastes siue de ratione con (...)

7Cicéron exploite les deux types comiques du parasite et du soldat fanfaron mis en scène dans L’Eunuque. Il dénonce ces comportements humains dans le De amicitia, en faisant référence à Gnathon (Lae. 93-94) et Thrason (Lae. 98), et tire du monologue de Gnathon (Eun. 257), les « métiers qui sont au service des plaisirs », pour dire qu’ils sont « les moins acceptables » (Off. 1.150). Dans une longue lettre adressée à Lentulus en décembre 54 (Fam. 1.9.19), il se justifie de s’être réconcilié avec César et d’avoir défendu Vatinius sur sa demande : il prétend avoir appliqué à sa situation politique les conseils que Gnathon donne à Thrason pour reconquérir Thaïs (Eun. 440-445). En tant qu’orateur, Cicéron fait allusion aux parasites Gnathon et Phormion dans les Philippiques (Phil. 2,15). Et lorsqu’il défend Caecina, pour discréditer le banquier Sex. Clodius Phormio, témoin de son adversaire, il fait un trait d’esprit – commenté plus tard par Quintilien (VI, 3, 56) – en le comparant au parasite de Térence en raison de son nom ou cognomen (Caec. 2711).

8C’est dans un sens philosophique que Cicéron exploite la courte scène d’exposition de L’Eunuque (Eun. 46-80). La réplique où l’esclave Parménon démonte, devant le jeune Phédria qui en est la victime, les mécanismes irrationnels de la passion amoureuse (Eun. 59-63) est utilisée pour critiquer les passions (Tusc. 4.76). Au tout début de la scène (Eun. 46-49), Phédria se lamente sur son sort : Cicéron en fait un exemple des personnages de comédie qui font usage de la raison, pour illustrer l’idée que chacun est responsable de ses actes (Nat. 3.72-73), à côté de Phormion, qui s’apprête à berner en conscience un vieillard (Phorm. 321).

  • 12 Quintilien cite Térence (Phorm. 36) pour rappeler l’usage chez les vieux comiques d’écrire heri, al (...)
  • 13 « sed quantum accipit celeritatis, tantum grauitatis amittit ». Quintilien estime par ailleurs que (...)
  • 14 Voir le site Hyperdonat, éd. B. Bureau, M. Ingarao et C. Nicolas, E. Raymond : http://hyperdonat.tg (...)

9Quintilien tire quant à lui un parti rhétorique du même monologue d’entrée de rôle (Eun. 46-49), qui exige des ressources corporelles complexes de l’acteur jouant Phédria : « dubitationis moras, uocis flexus, uarias manus, diuersos nutus » (« pauses de l’hésitation, inflexions de la voix, gestes divers de la main, signes de tête opposés », XI, 3, 182). C’est l’essence du comique qu’il prend en compte, pour marquer la différence entre l’acteur et l’orateur, entre la mimique propre au théâtre et l’action oratoire. Le vers initial (« Quid igitur faciam ? », Eun. 46) est commenté à trois reprises au livre 9 de l’Institution oratoire. Cette expression constitue tout d’abord un exemple de l’interrogation dirigée vers soi-même (IX, 2, 11) et elle est citée parmi les tournures grammaticales anciennes, qui constituent des figures de mots, dans la mesure où le caractère ancien de la langue produit un écart par rapport au langage courant (IX, 3, 1612). Enfin, à propos de l’arrangement des mots, sont comparés les rythmes de la tragédie, à laquelle spondées et iambes donnent de la solennité, et ceux de la comédie : le sénaire trochaïque, fait de trochées et de pyrrhiques, « perd en gravité ce qu’il acquiert en rapidité » (IX, 4, 14113). Ce vers illustre encore chez Julius Rufinianus – et il est commenté comme tel par Donat (ad. loc.14) – la figure de pensée appelée dialogisme ou διαλογισμός (Halm, 43-44). Quintilien convoque encore Térence (Eun. 85) à propos de la detractio, figure grammaticale consistant à retrancher des mots (IX, 3, 18). Au cours de la pièce, le jeune Phédria réagit aux propos de Thaïs, qu’il résume à grands traits (Eun. 155-157), ce qui constitue l’exemple d’une figure de pensée, l’éthopée se rapportant aux paroles (IX, 2, 58). Il y a éthopée dans le sens où Phédria s’approprie les paroles de la jeune femme. On imagine volontiers, dans le cadre de la représentation, qu’il affecte alors de prendre une voix féminine. Cet exemple montre comment la comédie, dans sa singularité propre, nourrit la rhétorique.

10S’il est vrai que Cicéron privilégie la philosophie dans sa lecture de l’Eunuque, il fait aussi de l’auteur comique un garant de la latinité. L’emploi du mot Cérès pour signifier les récoltes et de Liber pour le vin (Eun. 732), fait autorité pour expliquer le principe du nominalisme divin (Nat. 2.60). Cicéron se réclame de Térence dans une lettre à Atticus (Att. 7.3.10) qui traite d’orthographe (choix entre les formes Piraeea et Piraeum) et surtout de grammaire, sur l’usage ou non de la préposition in (Eun. 539 ; Eun. 114-115). Il compare encore deux vers du Phormion (Phorm. 384 et 390) à propos de l’utilisation des formes pleines ou réduites : nosse au lieu de nouisse (Or. 157).

1.3. Les ressources rhétoriques de L’Andrienne : inuentio, dispositio, elocutio

  • 15 Voir la note de Jules Marouzeau dans son édition de L’Andrienne (Paris, Les Belles Lettres, « Colle (...)

11L’Andrienne bénéficie d’un traitement particulier. Pour justifier la traduction et l’adaptation des modèles grecs, qu’il s’agisse de philosophie (Fin. 1.4) ou de rhétorique (Opt. 18), Cicéron note que les Romains ont plaisir à lire cette pièce en latin, alors même que le modèle grec est accessible. Il la cite plusieurs fois dans sa correspondance, signe de familiarité avec le texte. Dans un billet adressé à Atticus le 26 août 45 (Att. 13.34), l’expression « comme si le peuple s’en souciait » (« id populus curat scilicet ! », And. 185), vient ponctuer un propos banal, clin d’œil qui traduit la complicité des deux lettrés. En mars 43 (Fam. 12.25.5), il adoucit les reproches qu’il fait à Cornificius sur sa conduite vis-à-vis de Sempronius, en employant une réplique de Simon, qui demande à son esclave de faire rentrer son fils dans le droit chemin, et prétend lui pardonner sa conduite passée (And. 189). Dans le Pro Caelio (Cael. 61), il emprunte au même vieillard l’expression « De là ces larmes ! » (« Hinc illae lacrumae », And. 126), formule qui serait devenue un proverbe dès l’Antiquité15.

12Dans la scène d’exposition (And. 28-171), Simon raconte à son affranchi Sosie l’histoire des amours de la jeune Glycère et de son fils Pamphile. Cicéron considère le passage (And. 51 sq.) comme représentatif de la narration portant sur des actions et non sur des personnages, qui relève de la fiction, non du récit légendaire ni de l’histoire (Inv. 1.27). Il reprend cet exemple quand il traite du plan (partitio) du discours (Inv. 1.33) : il évoque alors successivement l’annonce du plan (And. 49-50), la narration proprement dite (And. 51 sq.), le plan de bataille qu’il s’apprête à suivre (And. 157), et la mission spécifique que le vieillard assigne à son affranchi (And. 168). L’exposé de Simon constitue en quelque sorte un discours en miniature, qui permet de voir plus clairement les étapes de l’annonce des parties. Cicéron y revient encore dans le De oratore (De or. 2.326-328), en soulignant la grâce (uenustas) de Térence, pour évoquer les limites de la brièveté dans la narration : en rapprochant les vers 117 et 128-129, il montre que le propos serait obscur si on en retranchait des informations essentielles. Les trois commentaires du rhéteur apportent donc un éclairage complémentaire à cette scène.

13Cicéron a recours aux Adelphes à propos de la narration qui donne à voir « le langage et le caractère des personnages » (« personarum sermones et animi », Inv. 1.27). L’exemple est tiré du monologue d’entrée de rôle de Micion, qui présente à son frère Déméa l’éducation libérale qu’il donne à son fils adoptif (Ad. 26-81). Cicéron a choisi le moment où Micion fait parler Déméa qui l’apostrophe en lui reprochant son éducation laxiste (Ad. 60-64). C’est donc le portrait de Déméa qui est fait à travers cet extrait.

14Dans la deuxième scène (81-206), Simon s’étonne devant l’émotion manifestée par son fils aux obsèques de Chrysis : « Cette femme qu’il connaissait à peine, quelle part intime il prend à sa mort ! Que serait-ce, s’il l’eût aimée ? Que sera-ce, quand il me perdra, moi son père ? » (« Hic paruae consuetudinis / Causa huius mortem tam fert familiariter ; / Quid si ipse amasset ? Quid hic mihi faciet patri ? », And. 110-112). Cicéron cite ces vers quand il envisage l’argument que l’on tire de la comparaison avec des objets plus petits (De or. 2.172). Et il les reprend à son compte dans une lettre à Varron datée de mai 46 (Fam. 9.7.1), où il s’interroge sur le sort réservé par César à ses adversaires à la fin de la guerre civile (« Quid hic mihi faciet patri ? »). Martianus Capella emploie cet exemple (And. 110-111) dans le même sens (Capel. 5.496, Halm, 469) et cite de même une réplique de Sosie, un peu plus loin (And. 142-143) comme argument a contrario (Capel. 5.488, Halm, 467).

15Pour revenir à la scène d’exposition de L’Andrienne, Sosie y énonce une maxime : « obsequium amicos, ueritas odium parit » (« La complaisance attire des amis et la vérité, la haine », And. 68). Quintilien commente cette formule de deux manières différentes. À propos de la création de mots nouveaux, il suggère que, d’après Cicéron – qui cite cette maxime (Lae. 89) – Térence aurait été le premier à employer le mot obsequium (VIII, 3, 35), idée critiquée ensuite par Donat (ad loc.), qui considère que Plaute l’avait fait avant lui. Il prend aussi cette citation comme exemple de la sentence double, sans la commenter (VIII, 5, 4). Le même vers est cité six fois par les Rhetores Latini Minores. Marius Victorinus l’utilise pour commenter le passage de Cicéron selon lequel « l’exorde doit comporter beaucoup de sentences » (De inv. 1.25 ; Halm, 200). Cassiodore (Halm, 499), Isidore de Séville (Halm, 512 ; 513 ; 519) et Priscien (Halm, 554) y ont diversement recours, dans des passages consacrés à la sententia.

16Les Rhetores Latini Minores explorent aussi le reste de la pièce. Marius Victorinus utilise deux vers (And. 365-366) dans son commentaire du De inuentione (De inv. 1.81, Halm, 251). Pour illustrer le cacemphaton (rencontre déplaisante de mots), Martianus Capella (Capel., 5.518, Halm, 475) cite L’Andrienne quand le désagrément porte sur le sens (And. 933), et l’Hécyre quand le désagrément porte sur les sons (Hec., 58-59). Un même vers (« Nam inceptiost amentium, haud amantium », « Ils ont des projets de déments, non d’amants », And. 218) est requis en deux endroits pour illustrer la paronomase (Ps. Jul.-Ruf., Lex., Halm, 51 ; Ps. Jul.-Ruf., Dian., Halm, 75) et un autre (« Quid meritu’s ? Crucem », « Qu’as-tu mérité ? La croix. », And. 621), la figure de pensée (πύσμα, pusma) consistant à répondre à une question par un seul mot (Ps. Jul.-Ruf., Dian., Halm, 76).

1.4. Le jugement de Quintilien sur Térence : rhétorique et pédagogie

  • 16 Cicéron suggère quant à lui, en raison de la pureté de sa langue (propter elegantiam sermonis), que (...)

17Quintilien évoque dans deux chapitres différents l’utilité de la comédie dans la formation de l’orateur, pour l’élève qui fréquente le professeur de grammaire (I, 8), et pour l’adulte (X, 1). Son propos repose sur plusieurs fractures : grec et latin, tragédie et comédie, anciens et modernes. Il reconnaît d’emblée que la comédie est utile pour l’éloquence « puisqu’elle traite de toutes sortes de caractères (personas) et de sentiments (adfectus) », et qu’il faut la faire lire aux enfants « dès qu’il n’y aura plus à craindre pour leur moralité » (« cum mores in tuto fuerint » I, 8, 7). Au livre X, il loue la comédie grecque pour la qualité de son style et parce qu’elle poursuit les vices, jugeant que ce genre convient mieux que tout autre à la formation de l’orateur (X, 1, 65), et il fait en particulier l’éloge de Ménandre (X, 1, 69-72). Il se montre alors critique à l’égard de la comédie latine, qui n’est qu’une ombre légère (« leuem […] umbram ») de son modèle grec, « bien qu’on attribue à Scipion l’Africain les œuvres de Térence » (« licet Terenti scripta ad Scipionem Africanum referantur16 »), le grand homme d’État servant ici de caution littéraire. Au livre I en revanche, il défend les anciens poètes latins, leur reconnaissant la richesse du vocabulaire (copia uerborum), l’élégance et l’atticisme (elegantia et quidam uelut atticismos) et fait de ces auteurs un rempart contre le mauvais goût ambiant (I, 8, 8). Il invoque les grands orateurs qui y ont recours autant pour donner du crédit à leur propos (ad fidem causarum) que pour l’orner (ad ornamentum eloquentiae) : les pensées (sententiis) des poètes ont valeur de témoignage (testimoniis) et ces citations donnent aux discours « la grâce de la culture et de l’agrément » (« non eruditionis modo gratia sed etiam iucunditatis »), charmant l’oreille par les plaisirs de la poésie (poeticis uoluptatibus) (I, 8, 10-12). Lorsqu’il expose la méthode de la lecture expliquée, pratiquée par le professeur de grammaire, on voit tout le parti que l’on peut tirer de ces textes pour analyser la langue et les figures (I, 8, 13-17). Un peu plus loin, il montre l’apport du comédien dans la perspective de l’action oratoire (I, 11,12-14).

18Si les traités antiques n’ont pas beaucoup recours à Térence, la diversité dans le choix des passages retenus et dans l’usage qui en est fait selon les rhéteurs laisse présager une même liberté de la part des rhétoriques de l’époque moderne.

2. Térence dans l’Ecclesiastes

  • 17 Voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence : rhétorique et « res literaria », de la Renaissance au seui (...)
  • 18 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 242, p. 287, p. 402. On trouvera en ces différen (...)
  • 19 Ibid., p. 399.
  • 20 Ibid., p. 413-414 ; M. Cytowska, « De l’épisode polonais aux comédies de Térence », Colloque érasmi (...)
  • 21 J. Chomarat, op. cit., p. 431.

19L’Ecclesiastes est un texte majeur dans l’histoire de la rhétorique sacrée. Dernière œuvre publiée d’Érasme, ce traité porte en lui toute l’expérience et le savoir du grand humaniste, et reçoit des échos de toute son œuvre, notamment la veine satirique, quand il critique les prédicateurs dévoyés de son époque. Ce texte marque aussi un début, tant il a influencé, de façon tacite, les grandes rhétoriques sacrées de la fin du siècle17. Érasme reprend l’héritage de la rhétorique antique, en particulier Quintilien, au service de la prédication, en y mêlant des exemples bibliques et il fait une œuvre personnelle, nourrie de ses vastes lectures. Il connaissait Térence, tout comme Horace, par cœur dès sa jeunesse ; suivant l’habitude du temps, il rangea d’abord parmi les prosateurs cet auteur qu’il considérait comme un modèle, à côté de Cicéron, Quintilien et Salluste18. À la fin de sa vie, il rédigea la préface de l’édition Froben (1532) et participa à l’édition aldine de Plaute et Térence19. Dans le De ratione studii, il fait figurer Térence en première place des auteurs latins parmi les lectures qu’il recommande, avant Plaute, Virgile, Horace, Cicéron, César et Salluste20. À une époque où certains pédagogues reprochent à Térence son immoralité, il considère au contraire que les comédies ne mettent en scène les vices que pour les dénoncer, avec l’efficacité propre au rire. La pensée et les principes éducatifs de l’auteur comique ont profondément influencé le christianisme d’Érasme, qui aurait voulu, selon l’expression de Jacques Chomarat, « remplacer un christianisme à la Déméa par un christianisme à la Micion21 ». Selon un procédé récurrent que nous n’analyserons pas ici, mais que nous signalerons en passant, il est très fréquent que les références empruntées à Térence soient suivies d’exemples similaires empruntés à la Bible : Érasme opère un constant va-et-vient entre sources antiques et chrétiennes dans ce traité dédié à la prédication.

2.1. Des échos superficiels révélateurs d’une innutrition profonde

  • 22 Érasme, Ecclesiastes siue de ratione concionandi [1535], éd. J. Chomarat, op. cit. (voir note 11). (...)

20Le travail mené par Jacques Chomarat avec une grande érudition et une grande précision met en évidence, dans l’apparat de notes qui accompagne son édition, des influences invisibles à l’œil nu22. La comparaison avec tel ou tel vers de Térence lui permet en effet de préciser le sens d’un mot employé par l’humaniste et d’expliciter des éléments de morphologie et de syntaxe. Un lien indirect s’établit enfin par des rapprochements avec des adages qui s’inspirent eux-mêmes du comique latin.

  • 23 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 172, l. 766, LB 821.

21Érasme emploie naturellement des expressions de Térence dans l’Ecclesiastes, comme Cicéron le fait dans sa correspondance. Voulant montrer combien une piété sincère est éloquente, il évoque le pouvoir de conviction d’un homme simple : « Quod splendidus ac facundus legatus non impetrasset, impetrauit, aut imperauit uerius, despicabilis seniculus, idiota, rusticanus ac pannis uilissimis obsitus23 » (« Ce qu’un légat portant beau et éloquent n’avait pas réussi à faire, il y parvint, et il eut plus d’autorité, ce petit vieillard méprisable, ignorant, paysan, couvert de haillons »). Cela peut faire écho à l’expression « pannis annisque obsitus » (Eun. 236), tirée du célèbre monologue où Gnathon décrit un homme miséreux pour avoir, comme lui, dévoré son patrimoine. Gnathon oppose à ce tableau pitoyable sa profession de foi de parasite cynique. Érasme prendrait ici le contre-pied de son modèle, en réhabilitant le pauvre homme.

  • 24 Ibid., Livre II, p. 332, l. 160-161, LB 888. 

22Étudiant les arguments propres à la consolation, il essaie de déterminer ce qui peut nous aider à supporter l’adversité : « Moderatius ferimus quae nobis sunt cum omnibus aut cum quam plurimis communia, ueluti mortem quae neminem habet eximium, siue humilem, siue regem, siue senem, siue iuuenem24 ». (« Nous supportons mieux les maux que nous partageons avec tout le monde ou avec la plupart des gens, comme la mort, “qui n’excepte personne”, humble ou roi, vieillard ou jeune homme »). Or l’expression « neminem habet eximium » est utilisée dans la scène d’ouverture de L’Hécyre (Hec. 66) : deux courtisanes déplorent l’inconstance des amants, et l’une conseille à l’autre de se montrer impitoyable avec tous, « sans en excepter aucun » (« Ph. – Vtin eximium neminem habeam ? Sy. – Neminem »).

  • 25 Ibid., Livre II, p. 379, l. 310, LB 910. Traduction littérale : « J’en ai assez dit pour le sage ».

23Quand Érasme termine un paragraphe par les mots suivants : « Verum haec non persequar longius ; sufficit enim admonuisse sapientem25 » (« Mais je ne vais pas m’appesantir davantage ; à bon entendeur, salut »), l’expression évoque Plaute (Pers. 729) ou Térence (Phorm. 541). Or dans le Phormion, le sage ainsi désigné n’est autre que l’esclave Géta, à qui le jeune Antiphon demande à demi-mot de soutirer de l’argent à son père.

24Ces rapprochements, conscients ou non, n’ont pas d’impact réel sur le texte, mais ils peuvent prêter à sourire et reflètent surtout combien ces textes sont familiers à l’humaniste. Par ces emprunts, la comédie s’invite dans le traité.

2.2. L’intégration des personnages de Térence au propos de l’écrivain Érasme

  • 26 Ibid., Livre II, p. 366, l. 988, LB 904. 
  • 27 Érasme emploie aussi l’expression « res omnium maxime Thrasonica et […] ridicula » (Érasme, Ecclesi (...)

25Les personnages de Térence viennent parfois soutenir le point de vue d’Érasme, dont on entend la voix en tant qu’auteur du traité. Il crée un adjectif à partir du nom de Thrason : « Qui plumam gestat in galero aut aulico more cultus est, eum pronunciant arrogantem et superbum, quum saepenumero sub uili tritoque palliolo lateat animus Thrasonicus26 » (« Celui qui a une plume à son chapeau et s’habille selon la mode de la cour, on le décrète arrogant et plein de morgue, alors que bien souvent, sous un méchant habit étriqué et usé, se cache l’âme d’un Thrason »). L’allusion au soldat fanfaron de L’Eunuque, type comique ridicule s’il en est, enrichit la veine satirique du passage, qui vise l’hypocrisie des moines27.

  • 28 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 122, l. 811, LB 804. 

26Alors qu’il critique les prédicateurs qui osent mettre sur le même plan des éléments profanes et divins, l’humaniste conclut abruptement son propos28 : « Seruus audit in comoedia : ‘Quis te isthaec iussit loqui ?’ » (Phorm. 639: « L’esclave s’entend dire dans la comédie : “Qui t’a chargé de tenir ce langage ?” »). Démiphon s’adresse ainsi à Géta qui, afin de lui soutirer de l’argent, lui rapporte des tractations entreprises auprès de Phormion. L’humaniste exprime son indignation avec les mots d’un vieillard ridicule qu’on est en train de berner. Aussi renverse-t-il le point de vue en écrivant seruus audit et non pas senex dicit, pour mettre en valeur l’audace effrontée de l’esclave, c’est-à-dire les prédicateurs mal avisés.

27Érasme veut attirer l’attention des évêques sur le choix des prédicateurs, qui ont pour mission de les remplacer dans leur tâche d’évangélisation. Son argument se clôt ainsi :

  • 29 Ibid., Livre I, p. 136, l. 100, LB 908. La citation n’est pas tout à fait exacte. Voir la note de J (...)

Nec absurdum uidebitur illud comici senis consilium, qui quum uideret uicinum senem in agro assidue portantem aliquid, fodientem, arantem ac sarrientem, sic illum admonuit [Haut. 69 ; 73-74] : ‘Quod in opere faciundo operae consumis tuae, / Si sumas in illis exercendis plus agas29.

Et on ne trouvera pas absurde ce conseil donné par un vieillard de comédie, qui voyant le vieillard d’à côté, dans son champ, continuellement, transporter quelque chose, creuser, labourer et sarcler, lui adressa cet avis : “Le mal que tu te donnes pour faire ce travail, si tu te le donnais pour faire travailler les autres, tu aurais de meilleurs résultats”.

Comme Cicéron se référait à l’autorité de Chrémès, exemple de tempérance, dans ses ouvrages philosophiques, Érasme se tourne vers ce personnage pour donner des conseils aux évêques, au prix d’une précaution oratoire (« nec absurdum uidebitur »).

28Les grands hommes de l’Antiquité et les Pères de l’Église offrent aux prédicateurs une grande variété de modèles. L’orateur sacré doit cependant tenir compte de sa propre nature s’il veut s’améliorer afin de susciter la bienveillance des fidèles :

  • 30 Ibid., Livre I, p. 238, l. 976-977, LB 844. 

Nec semper tutum est in diuersum habitum demigrare, quemadmodum in comoediis subito fit sui dissimillimus Demea, sed conandum est, ut quod natura penitus inseuit, si cum uitio coniunctum est, ad uirtutem corrigatur ; si simplex est naturae habitus, cauendum ne in uitium confine degeneret30 […].

Et il n’est pas toujours sûr de passer à une manière d’être opposée, comme dans la Comédie Déméa change soudain du tout au tout ; mais il faut s’efforcer d’obtenir que, si la tendance naturelle profonde a une affinité avec un vice, elle soit redressée et devienne vertu ; si la disposition naturelle est bonne, il faut prendre garde qu’elle ne dégénère dans le vice voisin [...]. (Trad. J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 1113)

Déméa est le père sévère et rigoureux qui, dans Les Adelphes, fait semblant d’adopter subitement les principes éducatifs de son frère Micion, fondés sur l’indulgence, afin de mieux les tourner en dérision. Il constitue ici un contre-exemple parce qu’il joue un rôle au sein de la comédie et fait preuve de mauvaise foi : Érasme prône au contraire la sincérité et une véritable conversion, non une modification de façade.

29Tous ces exemples empruntés à Térence servent, de diverses manières, le point de vue de l’humaniste.

2.3. Comédie et prédication : l’observation de la nature humaine

  • 31 Ibid., Livre III, p. 302, l. 268, LB 1068. Voici ce qu’il dit exactement : « Quam ob rem te oro, ut (...)

30Au livre III, alors qu’il recommande à l’orateur sacré de prendre des précautions pour adresser des reproches à l’auditoire, Érasme glisse, entre deux exemples, l’expression « Vt alia facta tua sunt » (Phorm. 1020), par laquelle Démiphon, qui demande à Nausistrata de pardonner une faute de son mari Chrémès, atténue son propos31. Démiphon constitue un modèle pour les prédicateurs, parce qu’il adapte son propos à la personne à laquelle il s’adresse.

  • 32 Ibid., Livre II, p. 286, l. 915-920, LB 865. 

31Quintilien avait remarqué que la comédie était utile pour la connaissance des hommes. C’est en analysant les personnages de Térence qu’Érasme montre le parti que peut en tirer l’orateur sacré. L’observation des mœurs est essentielle pour une bonne narration : « Super omnia uero commendat narrationem affectuum obseruatio, quos Graeci uocant ἤθη, id est mores32 ». On reconnaît ici la catégorie aristotélicienne de l’ethos. Les hommes entretiennent des rapports réciproques les uns avec les autres : parents et enfants, maris et femmes, vieillards et jeunes gens, relations d’égal à égal, entre personnes apparentées, entre frères. Mais derrière les types, il faut étudier les particularités, « que l’on peut voir dans les comédies, exactement comme dans un miroir » (« quas in comoediis, non secus atque in speculo, licet intueri »). Térence offre à l’orateur sacré une grande variété de personnages ayant chacun leur caractère propre : Simon dans L’Andrienne et Ménédème dans l’Heautontimoroumenos, pour les relations père-fils ; dans L’Hécyre, l’attitude respective de Lachès et de Phidippe à l’égard de leurs femmes ; inversement, le comportement de Sostrata vis-à-vis de son mari Lachès, dans L’Hécyre, et, dans Phormion, de Nausistrata vis-à-vis de Chrémès ; enfin, pour les amoureux, Phédria et Chéréa, personnages de L’Eunuque, ou Pamphile, nom qui apparaît dans L’Andrienne et dans L’Hécyre. De même, dans la Bible, on distinguera la femme de Job, celle de Tobie, ou Michol, première épouse de David.

32La connaissance des hommes est utile pour construire des lieux tirés des circonstances de personnes. C’est encore aux auteurs de comédie que se réfère Érasme :

  • 33 Ibid., Livre II, p. 382, l. 399-400, LB 912. 

Quod ut melius intelligatur, expedit intueri quantam uarietatem Comici ueteres, homines citra controuersiam acutissimi et in obseruandis mortalium naturis uigilantissimi, personis tribuerint. Scripserunt fabulas, sed tales fabulas quales scripsit Menander, nemo scribet nisi philosophus33.

Pour que l’on comprenne mieux, il est utile de considérer quelle grande variété les anciens auteurs comiques, hommes sans conteste très fins et observateurs très attentifs de la nature humaine, ont attribuée à leurs personnages. Ils ont écrit des pièces, mais seul un philosophe écrira des pièces telles que les a écrites Ménandre.

Le propos de l’humaniste est tout à fait conforme à la leçon antique : l’expression « nemo scribet nisi philosophus » rappelle la lecture philosophique que Cicéron fait de Térence, et l’éloge de Ménandre est tout à fait conforme avec le point de vue de Quintilien. Après ce préambule, Érasme analyse les personnages de L’Andrienne en comparant les trois vieillards, Simon, Chrémès et Criton, puis les deux jeunes gens, Pamphile et Charinus, et enfin les deux esclaves, Dave et Byrria : il associe à chacun d’entre eux deux ou trois qualificatifs dessinant leur caractère individuel. Puis il invite ensuite à distinguer les mêmes différences de caractère parmi les personnages célèbres pour leur sainteté.

  • 34 Voir J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 739-740. Voir aussi M. Cytowska, op. cit.

33Le De duplici copia d’Érasme, qui établit la même distinction entre types et caractères individuels, souligne la richesse des personnages dessinés par Térence et son art de la sermocinatio (διαλογισμός34), figure déjà associée à cet auteur par Julius Rufinianus (Halm, 43-44 : voir supra).

2.4. Comédie et prédication : l’action oratoire

  • 35 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 240, l. 47-48, LB 846.
  • 36 De tels propos figurent en général dans les prologues. J. Chomarat suggère des rapprochements avec (...)

34Le lien entre les comédies de Térence et la prédication se joue à un autre niveau. Depuis les origines de la rhétorique, l’acteur est parfois un modèle pour l’orateur, parce qu’ils ont en commun de proférer une parole devant un public. Érasme évoque les conditions difficiles de la prédication, entre les enfants qui hurlent, les chiens qui aboient et les gens qui parlent35. Il se réfère explicitement aux acteurs comiques (comoediarum actores) de l’Antiquité, qui se plaignent des spectateurs et réclament silence et attention pour pouvoir jouer correctement (« ad recte agendum36 »). Érasme joue alors du préjugé négatif associé à l’acteur (histrio) qu’il oppose à la noblesse de la tâche des prédicateurs, « hérauts de la Parole du Salut » (« Verbi salutiferi praeconibus »), pour les inciter à agir de même, par un raisonnement a fortiori.

  • 37 Érasme, Ecclesiastes, Livre III, p. 21-22, l. 315-316, LB 958. J. Chomarat remarque que la citation (...)

35Un des éléments constitutifs de l’action oratoire est le ton de la voix, utile pour éveiller des sentiments (ad mouendos affectus) et pour gagner la confiance de l’auditoire (ad fidem faciendam). Il est préférable, en cela, que le prédicateur suive la nature : « Non parum interest, ut ait in comoedia Dauus, utrum ex animo quid an de industria facias » (And. 794-795)37. (« Comme le dit Dave dans la comédie, “il n’est pas indifférent qu’on agisse avec artifice ou avec sincérité.” »). C’est un personnage comique, esclave qui plus est, qui se substitue au théoricien pour exprimer l’idée de la vertu efficace du mouvement naturel. Il y a en effet mise en abyme : Dave s’adresse à Mysis, servante de Glycère : ils viennent de jouer tous deux la comédie à Chrémès, mais Dave, metteur en scène non déclaré, n’avait pas prévenu Mysis qu’elle jouait un rôle.

  • 38 Ibid., Livre III, p. 32, l. 525-526, LB 962. 

36L’acteur est parfois aussi un repoussoir pour l’orateur. Retrouvant la veine satirique qu’il affectionne, Érasme critique un prédicateur de sa connaissance qui commence ses discours de façon ridicule et inappropriée avec des effets dramatiques, sur un ton exagéré38. Certaines répliques de comédie, identifiables comme telles en dehors de tout contexte, suffisent à suggérer l’image mentale de l’acteur comique qui force le trait intentionnellement, pour faire rire : « Sumit hoc interdum et noua comoedia : ‘Quid igitur faciam ? Occidi, perii’ ». (« La comédie nouvelle adopte elle aussi parfois cette façon de faire : “Que faire alors ? On m’a tué, je suis mort” »). Érasme contamine plusieurs vers, empruntés à Plaute et Térence : « Quid igitur faciam » (Eun. 46) ; « Perii, interii, occidi ! » (Plaute, Aul., 713) ou « Occidi » (Eun. 292). C’est une question de convenance oratoire : le prédicateur n’est pas censé se donner en spectacle comme un acteur comique.

2.5. Comédie et prédication : l’élocution

37L’oralité que comédie et prédication ont en partage a aussi des effets sur la situation d’énonciation et donc sur les figures. Érasme cite Térence à propos de cinq figures, et mêle à chaque fois des références bibliques plus proches du contexte ecclésiastique.

  • 39 Ibid., Livre III, p. 106, l. 49-50, LB 990.

38Prenons la figure appelée correction ou rectification (correctio) : « Eleganter Terentius sub persona Menedemi : Filium unicum adulescentulum / Habeo. Ah quid dixi habere me ? Imo habui, Chreme » (Haut. 93-94)39. (« Térence, avec élégance, sous le masque de Ménédème : “J’ai un fils unique, un tout jeune homme. Ah ! Que dis-je, j’ai un fils ? J’en avais un, Chrémès.” »). Dans la scène d’ouverture de l’Heautontimoroumenos, aisément identifiable, Ménédème explique à Chrémès pourquoi il se tue à la tâche. Érasme souligne l’origine théâtrale du propos par l’emploi du terme persona, qui signifie à la fois masque et personnage, tout comme le vocatif Chreme rappelle qu’un personnage s’adresse à un autre. L’exemple illustre bien l’émotion liée à cette figure et pourrait être transposé dans un contexte oratoire, interpellation comprise.

  • 40 Ibid., Livre III, p. 108, l. 99, LB 991.

39Le contexte propre à la comédie permet aussi de comprendre pourquoi Térence peut illustrer un cas où la permission (permissio) n’est pas une figure : « Veluti quum in Adelphis adolescentes dicunt : Imo pater permittimus tibi, etc. [Ad. 995] sermo figuratus non est40 » (« Ainsi, lorsque dans Les Adelphes les jeunes gens disent : “Père, au contraire, nous nous en remettons à toi...”, il n’y a pas de figure »). Eschine s’adresse à Déméa, signant ainsi la réconciliation quasi-totale entre le père et ses deux fils, à la fin de la pièce. L’énoncé ne signifie pas autre chose que ce qu’il dit, ce qui traduit la situation propre au dénouement : les masques sont tombés, les relations entre les personnages sont revenues à la normale. L’expression non figurée correspond à un état – éphémère, sans doute – d’harmonie entre les êtres, où il n’est plus nécessaire de se cacher derrière les subtilités du langage.

  • 41 Ibid., Livre III, p. 110, l. 121-122, LB 991.

40C’est encore par rapport aux codes comiques que s’apprécie l’exemple illustrant l’hésitation (dubitatio) : « Rursus illud Terentii : ‘Vbi quaeram, ubi inuestigem, quem perconter, quam insistam uiam, / Incertus sum’ » (Eun. 294-295)41. (« Ou encore Térence : “Où la chercher ? Où retrouver sa trace ? Qui interroger ? Quel chemin prendre ? Je ne sais que faire” »). Ce qui compte ici, c’est la référence à une scène typique de comédie où un jeune homme exprime devant son esclave l’embarras dans lequel il se trouve. Cette citation est d’ailleurs suivie d’autres exemples non identifiés, sans doute fabriqués par Érasme, par imitation. En l’occurrence, Chéréa est désespéré parce qu’il est amoureux d’une jeune fille dont il a perdu la trace. Parménon va lui conseiller de se faire passer pour un eunuque.

  • 42 Ibid., Livre III, p. 108, l. 84-86, LB 991.

41La figure du redoublement (conduplicatio) est associée à l’effet comique qu’elle produit dans le texte de Térence : « Plurium apud Terentium in Phormione : Proh deum immortalem, / Negat Phania esse hanc sibi cognatam Demipho ? / Hanc Demipho negat esse cognatam ? » (Phorm. 351-353)42 (« [Il y a redoublement] de plusieurs mots dans le Phormion de Térence : “Dieux immortels ! Démiphon ose nier que Phania soit sa parente ? Il ose nier, Démiphon, qu’elle soit sa parente ?” »). Phormion et Géta, pour berner Démiphon, font comme s’ils ne le voyaient pas, alors précisément que cet échange de propos lui est destiné : ils lui jouent la comédie. L’effet d’insistance produit par une répétition voulue est assorti d’un jeu de scène comique.

42L’exemple qui illustre l’interruption (praecisio), aposiopèse pour les Grecs et reticentia pour Cicéron, est aussi un cas de mise en abyme :

  • 43 Ibid., Livre III, p. 111, l. 152, LB 992. 

Sed potissimum conuenit indignationi, ut apud Terentium [Eun. 65] : « Egone illam, quae illum, quae me, quae non ! Sine modo. » Ardentius est hoc, quam si dixisset : « Egone illam feram, quae illum admisit, quae me exclusit, quae me non admisit ! Sine modo », comminantis est nec eas tamen minas exprimit43.

Elle convient très bien à l’indignation, comme par exemple chez Térence : « Que moi je la..., elle qui le..., qui me..., qui ne... ! Laisse-moi simplement faire ! ». Ce passage est plus saisissant que s’il avait écrit : « Que moi je la supporte, elle qui l’a reçu, qui m’a chassé, qui ne m’a pas fait entrer ! Laisse-moi simplement faire » ; c’est le propos d’un homme menaçant sans qu’il exprime les menaces.

Dans cette scène, l’esclave Parménon se met à la place de Phédria qui se mettrait en colère, pour lui montrer les conséquences d’une telle attitude, le dissuader d’agir ainsi et lui proposer une alternative plus efficace. Il lui tend en quelque sorte un miroir déformant, qui grossit les effets et provoque accessoirement le rire. Érasme ne se contente pas de citer : il commente et pratique la réécriture pour montrer la supériorité du modèle. Ce n’est cependant pas l’effet comique qui l’intéresse ici, mais l’expression de l’indignation.

43Les exemples choisis par Érasme pour illustrer des figures de rhétorique ne se comprennent que par rapport au genre comique dans lequel elles s’insèrent.

2.6. Le détournement assumé du texte comique par l’orateur sacré

44Érasme montre que l’on peut détourner, pour la bonne cause, « des propos attribués à une personne peu recommandable » (« improbatae personae dicto ») :

  • 44 Ibid., Livre III, p. 150, l. 920, LB 1006. 

Alterius exemplum illud esto ; hortanti ad fiduciam de Christi promissis, conueniet illud [Ad. 219] : « Ego spem precio non emo »  ; lenonis dictum est, sed cui res erat cum malae fidei pollicitatoribus. Nobis tutum est spem precio emere, quoniam sponsorem habemus, qui seipsum abnegare non potest44.

Voici un second exemple : pour exhorter à faire confiance aux promesses du Christ, conviendra ce mot : « Moi, je n’achète pas l’espérance contre de l’argent comptant ». Celui qui tient ces propos est un leno (un proxénète), mais il avait affaire à des gens qui ne tiennent pas leurs promesses. Pour nous, acheter l’espérance contre de l’argent comptant est chose sûre, puisque nous avons un garant qui ne peut se renier. 

Dans cette scène des Adelphes, le leno Sannion répond à l’esclave Syrus, qui lui reproche de ne pas avoir été plus patient avec son jeune débiteur Eschine. La formule sonne comme une sententia, tout repose sur le sens donné à spem : fausses promesses d’un débiteur ou Espérance chrétienne.

45De même, on peut s’appuyer sur l’autorité (auctoritatem) conférée aux dictons populaires (uulgo iactata), surtout lorsqu’ils sont anciens :

  • 45 Ibid., Livre III, p. 150, l. 928, LB 1006 ; Livre III, p. 151, l. 936, LB 1006. 

Est sententiae genus quod uniuersale uocant, nullis circunstantiis implicitum, ut [And. 426] : « Omnes sibi melius esse malunt quam aliis » . […] Est gemina, ut [And. 68] : « Obsequium amicos, ueritas odium parit. » . Obsequium et « ueritas, amicos et odium uoces inter se contrariae sunt. Duo tamen proloquia inter se non pugnant : « Obsequium parit amicos, ueritas parit odium »45.

Il existe un genre de sentence qu’on appelle universel et qui n’est lié à aucune circonstance, comme : « Chacun préfère son propre bien à celui des autres ». […] Il y a [une sentence] double, par exemple : « La complaisance attire les amis et la vérité la haine ». « Complaisance » et « vérité », « amis » et « haine » sont des mots qui s’opposent entre eux. Pourtant, les deux propositions ne s’opposent pas mutuellement : « La complaisance attire les amis et la vérité attire la haine ». 

La première sentence (And. 426) est un commentaire de l’esclave Byrria, qui surprend des propos ne lui étant pas destinés et se méprend sur leur sens. Cette formule définitive tirée de la morale populaire, qui, comme l’écrit Érasme, peut s’appliquer à plus d’un contexte, est ici l’expression d’une fausse interprétation, dans une situation de quiproquo comique. Quant à la seconde citation (And. 68), beaucoup commentée par les Rhetores Latini Minores, Érasme en fait, comme Quintilien, un exemple de sentence double, mais il en propose une analyse et montre que l’asyndète n’est pas adversative.

46Térence accompagne Érasme depuis sa jeunesse, nourrit sa pensée et son écriture, et se prête souvent bien au propos destiné au prédicateur. Souvent aussi, on peut voir dialoguer ces deux genres littéraires que sont la comédie et l’art oratoire, mise en scène consciente d’une parole donnée devant un public. C’est ainsi que nous avons observé à plusieurs reprises des effets de mise en abyme, donnant presque à la référence comique une valeur méta-textuelle.

2.7. En guise de conclusion : quelques réflexions sur les rhétoriques jésuites

  • 46 J.-M. Valentin, Les Jésuites et le théâtre (1554-1680). Contribution à l’histoire culturelle du mon (...)

47Malgré quelques réticences initiales, le théâtre joue progressivement un grand rôle dans la pédagogie des Jésuites. Au début, faute de répertoire, on joua Plaute et Térence dans les collèges, en privilégiant le premier. Par la suite, les professeurs créèrent leurs propres pièces, en nouant une intrigue biblique dans un cadre formel emprunté à la palliata46.

  • 47 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 413-414 et M. Cytowska, op. cit.
  • 48 Voir F. de Dainville, « L’explication des poètes grecs et latins au seizième siècle », dans F. de D (...)
  • 49 Voir F. de Dainville, « Librairies d’écoliers toulousains à la fin du seizième siècle », L’éducatio (...)
  • 50 Monumenta Paedagogica Societatis Iesu, noua editio, 2, éd. L. Lukács, Rome, 1974, p. 644-657 (dispo (...)

48En tant qu’auteur susceptible d’être étudié dans les petites classes, Térence avait la faveur des pédagogues humanistes de la première Renaissance, à commencer par Érasme47. Son sort ne fut pas aussi brillant dans la Compagnie. Le rapport établi par Hannibal du Coudray au collège de Messine, en 1551, est considéré comme un des premiers textes pédagogiques jésuites, avant la Ratio Studiorum. Térence y figure au programme des classes de seconde (media grammatica) et de troisième (ultima grammatica), comme objet de praelectio48. Mais très vite, les Jésuites se soucièrent de puiser chez les Anciens une source de formation morale pour leurs élèves. C’est pourquoi Ignace, juste avant sa mort en 1556, insista, malgré les réticences des pédagogues, pour bannir Térence de l’enseignement des collèges49. Le De ratione liberorum instituendorum litteris latinis atque graecis50, lettre-traité adressée à un jeune régent de collège par l’Espagnol Perpinien, publiée en 1565, traduit ce changement :

  • 51 Monumenta paedagogica, op. cit., p. 650. La traduction est mienne.

Scriptores noui et recentes omnino reiiciantur. Antiqui tantum, ac ne hi quidem omnes, sed optimi quique pueris exponantur. Quamquam eorum etiam qui elegantia praestant, delectus quidam habendus sit, et omnis tum uerborum tum rerum obscenitas remouenda. Itaque Terentium, quamuis optimum latinitatis magistrum, pueris proponendum non esse arbitror. Quod minus mirabitur, qui Fabium aliquando legerit. Nam is uniuersum comicorum poetarum genus illi aetati uult interdictum esse51.

Il faut absolument exclure les auteurs nouveaux et récents. Il ne faut expliquer aux enfants que les auteurs anciens, et pas tous, mais les meilleurs. Parmi les auteurs qui se signalent par leur élégance, il faut cependant faire un choix, et enlever toute obscénité, dans les mots ou dans les choses. C’est pourquoi, à mon avis, il ne faut pas faire étudier Térence aux enfants, bien qu’il soit un maître excellent pour la latinité. On s’étonnera d’autant moins de cela si on s’avise de lire Quintilien. Car ce dernier veut que tout le genre comique soit interdit à cet âge.

  • 52 Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, présentée par (...)

Ce jugement se fonde sans doute sur la restriction « dès qu’il n’y aura plus à craindre pour leur moralité » (« cum mores in tuto fuerint », I, 8, 7), car Quintilien ne bannit pas les auteurs comiques, même chez le professeur de grammaire. Quoi qu’il en soit, il n’est guère surprenant, a fortiori, que Térence ne figure pas dans la Ratio Studiorum, texte fondateur de la pédagogie jésuite, publié dans sa version définitive en 159952.

49Cela ne signifie pas pour autant que nous ne pourrons pas trouver de références à cet auteur dans les traités de rhétorique, vu que les Jésuites pratiquaient par ailleurs, pour des auteurs qui s’y prêtaient mieux, les morceaux choisis. Or Térence ne manque pas de passages bien écrits et moraux, même si ses pièces mettent en scène des personnages peu recommandables.

  • 53 C. Soarez, De Arte rhetorica libri III. Ex Aristotele, Cicerone et Quintiliano praecipue deprompti (...)

50Le De Arte rhetorica libri tres de Cyprien Soarez, manuel élaboré à partir de Cicéron, Quintilien et Aristote53, fut publié pour la première fois à Coimbra en 1562. Il fit autorité pendant près d’un siècle dans tous les collèges de la Compagnie. Parmi les poètes, Soarez cite volontiers Virgile, Ovide, Lucain, Horace. À propos des arguments que l’on tire des mots de même famille (de coniugatis), il cite l’exemple « Homo sum, humani nihil a me alienum puto » (Haut. 77), vers représentatif de l’humanisme, qu’il retient, parmi d’autres, pour son élégance. C’est la seule occurrence de Térence dans tout le traité.

  • 54 Voir F. de Dainville, « L’évolution de l’enseignement de la rhétorique au xviie siècle », XVIIe siè (...)
  • 55 J. de Jouvancy, Ratio discendi et docendi, Paris, apud fratres Barbou, 1725, p. 82, disponible sur (...)

51En 1659, ce manuel fut remplacé dans les collèges jésuites français par le Candidatus rhetoricae de François-Antoine Pomey, auquel succéda le Candidatus rhetoricae, version remaniée et augmentée du précédent, réalisée par Joseph de Jouvancy54. L’ouvrage, composé d’une partie théorique et d’exercices en latin établis sur le modèle des progymnasmata d’Aphthonius, devait être complété par les commentaires des auteurs, selon l’habitude du temps. Les exemples sont principalement tirés de Cicéron, avec, pour la poésie, quelques mentions de Martial, Ovide, ou Horace. On n’y trouve aucune mention de Térence. Dans son ouvrage pédagogique, le De ratione discendi et docendi, Joseph de Jouvancy le mentionne furtivement dans la partie réservée aux auteurs de poésie. S’il estime que son latin est très élégant (latinitatis tersissimae), il juge « qu’il ne faut le donner à lire qu’en version expurgée » (« non legatur tamen, nisi repurgatus55 »). Et il reconnaît qu’il « surpassa les autres auteurs comiques dans la peinture des mœurs des hommes et par l’art de composer ses pièces » (« In pingendis hominum moribus, et arte coagmentandae fabulae, caeteros uincit comicos »). Il y a donc eu peu d’évolution sur ce point par rapport à l’époque d’Ignace.

  • 56 C. Reggio, Orator Christianus, Rome, B. Zanetum, 1612. Sur cet auteur, voir M. Fumaroli, L’Âge de l (...)

52Si les Jésuites ont des réticences à utiliser Térence dans les manuels destinés à la jeunesse, qu’en est-il des rhétoriques érudites qui fleurirent à l’orée du xviie siècle ? Une lecture attentive des marginalia de l’Orator Christianus de Carlo Reggio ne révèle aucune mention de l’auteur comique dans tout le traité56. Cette rhétorique ecclésiastique privilégie nettement les exemples scripturaires, même si les références théoriques sont empruntées à Aristote, Cicéron et Quintilien. Cela permet de mesurer, à rebours, toute l’originalité et la richesse d’inspiration de l’Ecclesiastes.

  • 57 N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela, libri XVI, Parisiis, S. Chappelet, 1619, dispo (...)
  • 58 N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela, VII, 17, op. cit., p. 256.
  • 59 Ibid., VII, 17, op. cit., p. 262. Voir supra : Julius Rufinianus, Halm 43-44.
  • 60 Ibid., VII, 17, op. cit., p. 266. Voir supra : Julius Rufinianus, Halm 44.

53Les Eloquentiae sacrae et humanae parallela de Nicolas Caussin font naturellement une place plus large aux auteurs profanes57. Térence est absent de la liste des auteurs qui figure au début de l’ouvrage, mais nous avons relevé quelques mentions de ses comédies, ce qui est peu vu l’ampleur du traité. Dans le livre consacré à l’élocution (De elocutione), la figure de l’impropriété (Acyron siue Acyrologia) est illustrée par Térence (And. 395), qui emploie sperare (espérer) au lieu de timere (craindre58). Dans deux autres cas, Caussin arrive à Térence par l’intermédiaire de Julius Rufinianus, cité en marge. Il en va ainsi du dialogisme (dialogismus), pour lequel il fait référence, entre autres, au « Quid igitur faciam ? » (Eun. 46)59, et de l’epiplexis siue epitimesis, pour laquelle il renvoie de même à Térence (Haut. 563)60.

  • 61 Ibid., VIII, 32, op. cit., p. 349.

54Une autre caractéristique propre à la comédie est exploitée à propos de la colère, dans le livre dédié aux passions (De affectibus61). L’orateur doit cultiver les saines colères (sanos motus) et se méfier des manifestations excessives, qui deviennent ridicules, comme lorsque Géta joue le seruus iratus fulminant contre Syrus (Ad. 315-320), moment typique d’une entrée de rôle. Le personnage comique ridicule est un contre-modèle pour l’honnête homme.

  • 62 Ibid., IX, 4, op. cit., p. 379.
  • 63 Dave est un esclave de L’Andrienne ou de Phormion. La citation ne correspond pas à un passage préci (...)

55À propos de l’action oratoire (De pronuntiatione), il est question du chant, prohibé par Quintilien, tandis que Cicéron défend le cantus obscurior, modulation minimale de la voix62. Caussin bannit la monotonie, suggérant que tels vers d’une tragédie de Sénèque ne doivent pas être prononcés d’un ton morne, à la manière dont Dave dirait, « Bonjour, maître63 », ou Phédria, s’adressant à lui-même : « Pendant que j’allais à la campagne… » (Eun. 629-631) : même ces passages demandent un peu d’art, c’est-à-dire qu’on y mette le ton. Comme Quintilien et Érasme, Caussin établit ici un lien entre comédie et action oratoire.

  • 64 N. Caussin, op. cit., XI, 49, p. 467-468.

56La dernière référence (Eun. 594-602) est une note de vocabulaire portant sur l’expression inter aurata flabella, le personnage éponyme de l’Eunuque évoquant dans la pièce l’usage des éventails (flabella). Le procédé correspond à la pratique pédagogique de la praelectio, appliquée en l’occurrence à un extrait d’Ammien Marcellin décrivant les mœurs corrompues du Sénat et du peuple Romain, dans le livre réunissant des morceaux épidictiques64. L’apport de Térence est plus culturel que strictement rhétorique.

57Si les références sont rares chez Caussin, elles ne reprennent pas les sources antiques, à deux exceptions près. On peut bien sûr envisager d’autres médiations, sans exclure une lecture personnelle des pièces de Térence.

58Dès l’Antiquité, Térence fait partie du patrimoine culturel – pour Quintilien, on fait preuve d’érudition lorsqu’on cite cet auteur – et il est étroitement associé à la pratique pédagogique du théâtre. Cicéron comme Érasme sont nourris de ses répliques, qu’ils utilisent à tout propos, comme un deuxième langage. L’élégance de la langue de Térence, mais aussi, comme l’a vu Cicéron, ses qualités d’exposition, en font un modèle potentiellement utilisable pour l’apprentissage de la rhétorique : il a donc sa place dans les traités. Force est cependant de constater que d’autres auteurs ont davantage la faveur des rhéteurs, à toutes les époques. Érasme constitue une exception relative, en raison de son goût pour le comique latin, et ce n’est pas uniquement comme un modèle rhétorique qu’il l’utilise. Le point de vue des Jésuites est biaisé, car malgré leur goût prononcé pour le théâtre, ils appartiennent à une génération qui, à partir de la seconde moitié du xvie siècle, privilégie l’apport moral des auteurs anciens, ce qui conduit Ignace à écarter Térence de l’éducation des jeunes gens, en raison de son immoralité. Par ailleurs, si l’exemple de l’Ecclesiastes d’Érasme prouve que Térence pouvait avoir sa place dans les rhétoriques ecclésiastiques, les Jésuites n’ont pas suivi son mouvement, ce qui n’est guère étonnant, vu qu’il était lui-même peu prisé des catholiques après avoir été mis à l’index.

Haut de page

Annexes

Térence dans les rhétoriques antiques et dans l’Ecclesiastes

 

Cicéron

Quintilien

Rhetores Latini Minores

Ecclesiastes

Térence 

Opt. 3

1.8.7-12 

10.1.99

II, p. 286, l. 915-920

III, p. 70, l. 358

Ad. 

C.M. 65

I, p. 238, l. 976-977

Ad. 55-56

Capel. (Halm, 469) 

Ad. 60-64 

Inv. 1.27

Mar. Vict. (Halm, 203) 

Ad. 120-121

Cael. 38

Ad. 216  

Mar. Vict. (Halm, 261) 

Ad. 219 

III, p. 150, l. 920

Ad. 384-385

Jul.-Ruf. (Halm, 43) 

Ad. 995  

III, p. 108, l. 99

And. 

Opt. 18, Fin. 1.4

II, p. 382, l. 399-400

And. 49-50 

Inv. 1.33

And. 51 

Inv. 1.27

Inv. 1.33

de Or. 2.326-328

Mar. Vict. (Halm, 202) 

Jul.-Vict. (Halm, 424) 

And. 68 

Lae. 89

8.3.35

8.5.4

Mar. Vict. (Halm, 200) 

Cassiod. (Halm, 499) 

Isid. (Halm, 512) 

Isid. (Halm, 513) 

Isid. (Halm, 519) 

Prisc. (Halm, 554) 

III, p. 151, l. 936

And. 110-112 

de Or. 2.172

Fam. 9.7.1

Capel. (Halm, 469) 

And. 117 

de Or. 2.326-328

And. 126

Cael. 61

And. 128-129

de Or. 2.326-328

And. 142-143 

Capel. (Halm, 467) 

And. 157 

Inv. 1.33

And. 168 

Inv. 1.33

And. 185 

Att. 13.34

And. 189 

Fam. 12.25.5

And. 218 

Ps. Jul.-Ruf., Lex. (Halm, 51)

Ps. Jul.-Ruf., Dian. (Halm, 75) 

And. 365-366

Mar. Vict. (Halm, 251) 

And. 426 

III, p. 150, l. 928

And. 621 

Ps. Jul.-Ruf., Dian. (Halm, 76) 

And. 794-795

III, p. 21-22, l. 315-316

And. 933 

Capel. (Halm, 475) 

Eun.

Phil. 2.15

II, p. 366, l. 988

III, p. 300, l. 230

Eun. 46 

Nat. 3.72

9.2.11

9.3.16 

9.4.141 

Jul.-Ruf. (Halm, 43-44) 

III, p. 32, l. 525-526

Eun. 46-48

11.3.182

Eun. 49 

Nat. 3.72

Eun. 59-63 

Tusc. : 4.76

Eun. 65 

III, p. 110, l. 152

Eun. 85 

9.3.18

Eun. 114-115 

Att. 7.3.10

Eun. 155-157 

9.2.58

Eun. 236

I, p. 172, l. 766

Eun. 252 

Lae. 93-94

Eun. 257 

Off. 1.150

Eun. 292

III, p. 32, l. 525-526

Eun. 294-295

III, p. 110, l. 121-122

Eun. 391-392 

Lae. 98

Eun. 440-445 

Fam. 1.9.19

Eun. 489 

Ps. Jul.-Ruf., Dian. (Halm, 74) 

Eun. 539 

Att. 7.3.10 

Eun. 732 

Nat. 2.60  

Haut. 53 

Fin. 2.14

Haut. 69 

Fin. 1.3

I, p. 136, l. 100

Haut. 73-74

I, p. 136, l. 100

Haut. 75 

Att. 12.6a.1 

Haut. 77 

Off. 1.30

Leg. 1.33

Fin. 3.63

Haut. 80 

Fin. 5.29

Haut. 86 

Fam. 7.10.4

Att. 2.18.4

Att. 9.6.5

Haut. 93-94

III, p. 106, l. 49-50

Haut. 135 

Tusc. 3.65

Haut. 147-148 

Fin. 5.28

Tusc. 3.65

Haut. 356 

Ps. Jul.-Ruf., Lex. (Halm, 51) 

Haut. 563 

Jul.-Ruf. (Halm, 44) 

Hec. 58-59 

Capel. (Halm, 475)

Hec. 66

II, p. 332, l. 160-161

Hec. 79 

Ps. Jul.-Ruf., Lex. (Halm, 58) 

Hec. 362

III, p. 110, l. 123-124

Phorm.  

Phil. 2.15

Phorm. 36 

1.7.22

Phorm. 122-123 

Caecin. 27 

6.3.56

II, p. 374, l. 167

Phorm. 232-233 

Att. 2.19.1

Phorm. 241-246 

Tusc. : 3.30-31

Phorm. 321 

Nat. 3.73

Phorm. 351-353 

Aquil.-Rom. (Halm, 32) 

Capel. (Halm, 481) 

III, p. 108, l. 84-86

Phorm. 384 

Or. 157 

Phorm. 390 

Or. 157

Phorm. 541

II, p. 378, l. 310

Phorm. 639

I, p. 122, l. 811

Phorm. 1020

III, p. 302, l. 268

 

Haut de page

Notes

1 Voir R. Müller, « Terence in Latin Literature from the Second Century bce to the Second Century ce », dans A Companion to Terence, éd. A. Augoustakis et A. Traill, Malden (Mass.)-Oxford, Wiley-Blackwell, 2013, p. 363-379 et, dans le même volume l’article de A. Cain, « Terence in Late Antiquity », p. 380-396.

2 Sur Donat, voir l’article de B. Bureau dans ce même numéro. Sur la réception des comédies de Térence à la Renaissance, voir H. W. Lawton, Térence en France au xvie siècle, Paris, Jouve, 1926. Sur les commentaires – notamment rhétoriques – de Térence à la Renaissance, voir M. T. Herrick, Comic Theory in the Sixteenth Century, Urbana, University of Illinois Press, 1950.

3 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 413-414.

4 Voir M. Ferrand, « Le théâtre des collèges, la formation des étudiants et la transmission des savoirs aux xve et xvie siècles », Camenulae 3, 2009, 1-11. On lira aussi avec intérêt sa thèse : Le théâtre des collèges parisiens au début du xvie siècle. Textes et pratiques dramatiques, Paris, EPHE, 2013, à paraître chez Droz en 2017.

5 Abréviations pour Cicéron (par ordre alphabétique des abréviations) : Att. : Epistulae ad Atticum ; C.M. : Cato Major, de senectute ; Caecin. : Pro Caecina ; Cael. : Pro Caelio ; De or. : De Oratore ; Fam. : Epistulae ad familiares ; Fin. : De Finibus ; Inv. : De Inuentione ; Lae. : Laelius, de amicitia ; Leg. : De legibus ; Nat. : De natura deorum ; Off. : De officiis ; Opt. : De optimo genere oratorum ; Or. : Orator ; Phil. 2 : Philippica secunda (seconde Philippique) ; Tusc. : Tusculanae disputationes.
Nous avons pris le parti d’étudier le corpus cicéronien dans son ensemble, en raison de sa cohérence, en nous fondant sur les lexiques de D. R. Shackleton Bailey (Onomasticon to Cicero’s Speeches, Stuttgart-Leipzig, Teubner, 1992 ; Onomasticon to Cicero’s Letters, Stuttgart-Leipzig, Teubner, 1995 ; Onomasticon to Cicero’s Treatises, Stuttgart-Leipzig, Teubner, 1996). Pour les autres rhéteurs, les relevés sont de notre fait.

6 Voir G. Carlozzo, « La tecnica della citazione in Quintiliano », Pan, Rivista di Filologia Latina, 1979, 7, p. 27-60.

7 Dans le recueil des Rhetores Latini Minores (éd. C. Halm, Leipzig, Teubner, 1863), nous avons trouvé trace de Térence chez les auteurs suivants : Aquila Romanus, Julius Rufinianus, deux traités apocryphes attribués à ce dernier (De schematis lexeos, De schematis dianoeas), Marius Victorinus, Julius Victor, Martianus Capella, Cassiodore, Isidore de Séville et Priscien. Nous nous référerons à cette édition en indiquant le numéro des pages.

8 Nous empruntons les traductions des textes de Cicéron et Quintilien à la Collection des Universités de France, et celles de Térence à Pierre Grimal, dans la Bibliothèque de la Pléiade, en les retouchant parfois légèrement.

9 Cette formule : « Homo sum, humani nihil a me alienum puto » (« Je suis homme, et rien de ce qui est humain ne m’est étranger »), sans doute la plus connue de Térence aujourd’hui, a servi de référence à l’humanisme. Cicéron s’y réfère en d’autres endroits : Leg. 1.33 ; Fin. 3.63.

10 On trouve des réminiscences de ce vers en deux autres endroits de la correspondance (Att. 2.18.4 ; Att. 9.6.5).

11 Érasme reprendra cette remarque de Quintilien dans l’Ecclesiastes (Ecclesiastes siue de ratione concionandi [1535], éd. J. Chomarat, in Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, t. V, 4 et V, 5, Amsterdam-New York : North Holland, Elsevier Science Publisher, 1991-1994, Livre II, p. 374, l. 167, LB 907).

12 Quintilien cite Térence (Phorm. 36) pour rappeler l’usage chez les vieux comiques d’écrire heri, alors que les contemporains écrivent here (I, 7, 22).

13 « sed quantum accipit celeritatis, tantum grauitatis amittit ». Quintilien estime par ailleurs que l’œuvre de Térence aurait eu plus de grâce si elle avait été écrite en trimètres iambiques (X, 1, 99).

14 Voir le site Hyperdonat, éd. B. Bureau, M. Ingarao et C. Nicolas, E. Raymond : http://hyperdonat.tge-adonis.fr.

15 Voir la note de Jules Marouzeau dans son édition de L’Andrienne (Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 1947).

16 Cicéron suggère quant à lui, en raison de la pureté de sa langue (propter elegantiam sermonis), que Caius Laelius, ami de Scipion Émilien, aurait écrit les pièces de Térence (Att. 7.3.10). À propos des jugements sur Térence dans l’Antiquité, et sur l’attribution des pièces à Scipion, voir R. Müller, art. cit.

17 Voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence : rhétorique et « res literaria », de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz – Paris, Champion, 1980, p. 106-110 et P. Mack, A History of Renaissance Rhetoric (1380-1620), Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 98-103.

18 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 242, p. 287, p. 402. On trouvera en ces différents endroits les références tirées de la correspondance.

19 Ibid., p. 399.

20 Ibid., p. 413-414 ; M. Cytowska, « De l’épisode polonais aux comédies de Térence », Colloque érasmien de Liège. Commémoration du 450e anniversaire de la mort d’Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. 135-145.

21 J. Chomarat, op. cit., p. 431.

22 Érasme, Ecclesiastes siue de ratione concionandi [1535], éd. J. Chomarat, op. cit. (voir note 11). Nous n’avons rien relevé de significatif dans le livre 4, qui traite des sujets les plus fréquents dans la prédication. Sauf mention contraire, les traductions ont été élaborées par nos soins, en collaboration avec Blandine Pérona, avec qui nous préparons une traduction partielle de l’Ecclesiastes.

23 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 172, l. 766, LB 821.

24 Ibid., Livre II, p. 332, l. 160-161, LB 888. 

25 Ibid., Livre II, p. 379, l. 310, LB 910. Traduction littérale : « J’en ai assez dit pour le sage ».

26 Ibid., Livre II, p. 366, l. 988, LB 904. 

27 Érasme emploie aussi l’expression « res omnium maxime Thrasonica et […] ridicula » (Érasme, Ecclesiastes, Livre III, p. 300, l. 230, LB 1067). Sur l’habitude qu’il avait de forger des adjectifs à partir des noms des personnages de Térence, voir M. Cytowska, op. cit.

28 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 122, l. 811, LB 804. 

29 Ibid., Livre I, p. 136, l. 100, LB 908. La citation n’est pas tout à fait exacte. Voir la note de J. Chomarat.

30 Ibid., Livre I, p. 238, l. 976-977, LB 844. 

31 Ibid., Livre III, p. 302, l. 268, LB 1068. Voici ce qu’il dit exactement : « Quam ob rem te oro, ut alia facta tua sunt, aequo animo hoc feras » (« C’est pourquoi, je te prie, comme d’ailleurs tu as l’habitude de le faire, de supporter cela sans te fâcher »).

32 Ibid., Livre II, p. 286, l. 915-920, LB 865. 

33 Ibid., Livre II, p. 382, l. 399-400, LB 912. 

34 Voir J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 739-740. Voir aussi M. Cytowska, op. cit.

35 Érasme, Ecclesiastes, Livre I, p. 240, l. 47-48, LB 846.

36 De tels propos figurent en général dans les prologues. J. Chomarat suggère des rapprochements avec des prologues de Térence : Hec. Prol. 1, 4-5 et 2, 29-36 ; Phorm. Prol. 30-32.

37 Érasme, Ecclesiastes, Livre III, p. 21-22, l. 315-316, LB 958. J. Chomarat remarque que la citation, inexacte, est faite de mémoire.

38 Ibid., Livre III, p. 32, l. 525-526, LB 962. 

39 Ibid., Livre III, p. 106, l. 49-50, LB 990.

40 Ibid., Livre III, p. 108, l. 99, LB 991.

41 Ibid., Livre III, p. 110, l. 121-122, LB 991.

42 Ibid., Livre III, p. 108, l. 84-86, LB 991.

43 Ibid., Livre III, p. 111, l. 152, LB 992. 

44 Ibid., Livre III, p. 150, l. 920, LB 1006. 

45 Ibid., Livre III, p. 150, l. 928, LB 1006 ; Livre III, p. 151, l. 936, LB 1006. 

46 J.-M. Valentin, Les Jésuites et le théâtre (1554-1680). Contribution à l’histoire culturelle du monde catholique dans le Saint-Empire romain germanique, Paris, Desjonquères, 2001, p. 44-50, p. 146-148 et p. 197-200. – La palliata est la comédie grecque, ou dont le sujet est grec.

47 J. Chomarat, Grammaire et rhétorique, op. cit., p. 413-414 et M. Cytowska, op. cit.

48 Voir F. de Dainville, « L’explication des poètes grecs et latins au seizième siècle », dans F. de Dainville, L’éducation des Jésuites (xvie - xviiie siècles), textes réunis et présentés par M.-M. Compère, Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 167-184. Voir aussi F. de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne, Paris, Beauchesne, 1940, p. 210-246.

49 Voir F. de Dainville, « Librairies d’écoliers toulousains à la fin du seizième siècle », L’éducation des Jésuites, p. 267-278. Térence ne figure pas dans les listes des livres possédés par les écoliers toulousains étudiées par l’auteur.

50 Monumenta Paedagogica Societatis Iesu, noua editio, 2, éd. L. Lukács, Rome, 1974, p. 644-657 (disponible en ligne sur le site de l’Archivum Romanum Societatis Iesu). On trouvera une traduction de ce texte en langue anglaise dans l’anthologie suivante : éd. C. Casalini and C. Pavur, Jesuit Pedagogy, 1540-1616, A Reader, Boston, Institute of Jesuit Sources, Boston College, 2016, p. 243-254.

51 Monumenta paedagogica, op. cit., p. 650. La traduction est mienne.

52 Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, présentée par A. Demoustier et D. Julia, traduite par L. Albrieux et D. Pralon-Julia, annotée par M.-M. Compère, Paris, Belin, 1997.

53 C. Soarez, De Arte rhetorica libri III. Ex Aristotele, Cicerone et Quintiliano praecipue deprompti [Coimbra, 1562], Parisiis, apud Thomam Brumenum, 1584, disponible sur : Gallica-bnf.fr.

54 Voir F. de Dainville, « L’évolution de l’enseignement de la rhétorique au xviie siècle », XVIIe siècle, n° 80-81, 1968, p. 19-43. Nous avons consulté, sur Gallica-bnf.fr, l’édition suivante : Candidatus rhetoricae [auctore P. Franc. Pomey] a P. Josepho Juvencio auctus, emendatus et perpolitus ad usum regii Ludovici Magni collegii Societatis Jesu, Parisiis, apud J. Barbou, 1714 (la première édition, qui ne nomme pas Jouvancy, est Rome, De Martiis, 1710 ; c’est la première édition française, Paris, Barbou, 1711, qui nomme Jouvancy).

55 J. de Jouvancy, Ratio discendi et docendi, Paris, apud fratres Barbou, 1725, p. 82, disponible sur books.google.com. Il n’est donc pas étonnant de trouver un Térence expurgé dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France : Publii Terentii Comoediae expurgatae, cum interpretatione ac notis [a R. P. Josepho Juvencio illustratae], Rotomagi, typis R. Lallemant, 1686. Ce serait la première édition expurgée complète (J.-M. Valentin, op. cit., p. 199). Dans son Candidatus rhetoricae, Jouvancy cite Martial ou Ovide en renvoyant à l’édition expurgée qu’il a donnée de ces deux poètes. – Voir F. de Dainville, « Le “ratio discendi et docendi” de Jouvancy », L’éducation des Jésuites, op. cit., p. 209-266, article qui relève les différences notables entre la rédaction parisienne de 1692 et la rédaction romaine de 1703.

56 C. Reggio, Orator Christianus, Rome, B. Zanetum, 1612. Sur cet auteur, voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, op. cit., p. 186-190 et P. Mack, A History of Renaissance Rhetoric, op. cit., p. 275-277.

57 N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela, libri XVI, Parisiis, S. Chappelet, 1619, disponible sur books.google.com. Sur cet auteur, voir M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, p. 279-298 ; Nicolas Caussin : rhétorique et spiritualité à l’époque de Louis XIII, éd. S. Conte, Berlin, LIT-Verlag, 2007 ; P. Mack, A History of Renaissance Rhetoric, op. cit., p. 198-206.

58 N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela, VII, 17, op. cit., p. 256.

59 Ibid., VII, 17, op. cit., p. 262. Voir supra : Julius Rufinianus, Halm 43-44.

60 Ibid., VII, 17, op. cit., p. 266. Voir supra : Julius Rufinianus, Halm 44.

61 Ibid., VIII, 32, op. cit., p. 349.

62 Ibid., IX, 4, op. cit., p. 379.

63 Dave est un esclave de L’Andrienne ou de Phormion. La citation ne correspond pas à un passage précis.

64 N. Caussin, op. cit., XI, 49, p. 467-468.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Conte, « La présence relative de Térence dans les traités de rhétorique (xvie- xviie siècles) », Exercices de rhétorique [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 26 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhetorique/569

Haut de page

Auteur

Sophie Conte

Université de Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL, EA 3311)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Exercices de rhétorique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo RARE
  • OpenEdition Journals