Navigation – Plan du site
DOSSIER. Le glaive de la parole: la rhétorique polémique des Pères de l’Église

Certis regulis. Les principes généraux d’action et de pensée dans l’écriture polémique de Tertullien et la notion de sententia

Frédéric Chapot

Texte intégral

  • 1 De fuga in persecutione, 1, 1 : « Dernièrement (proxime) tu m’as demandé, Fabius, mon frère, s’il f (...)
  • 2 Quelques exemples : Apologeticum, 1, 1 : « Si enfin, comme c’est arrivé dernièrement (proxime), … » (...)

1Tertullien, comme tous les auteurs chrétiens de l’Antiquité, envisage le temps long de l’histoire du salut, et sa pensée s’inscrit dans ce cadre de la longue durée. Pourtant ses ouvrages sont étroitement liés à l’actualité de leur temps. Parfois l’auteur répond à l’interrogation d’un coreligionnaire1, mais le plus souvent il prend lui-même l’initiative de parler. Qu’il s’adresse à un gouverneur pour le détourner de prendre des mesures de persécution contre les chrétiens (Ad Scapulam), aux magistrats de l’Empire romain pour les inviter à plus de justice (Apologeticum) ou à des chrétiens emprisonnés pour les encourager au moment où ils vont subir l’épreuve (Ad martyras), il s’agit de répondre en urgence au sort qui est alors réservé aux chrétiens. Les ouvrages consacrés à des questions de doctrine se présentent également comme une réaction à une interprétation du message évangélique jugée erronée et dangereuse et appelant une réponse : outre les traités dont le titre indique d’emblée les adversaires (De praescriptione haereticorum, Aduersus Hermogenem, Aduersus Marcionem, Aduersus Praxean), on peut mentionner la réflexion sur l’Incarnation (De carne Christi) ou sur la résurrection (De resurrectione mortuorum) qui est une réponse aux thèses gnostiques et marcionites. Les traités plus disciplinaires, abordant des questions sacramentaires (le baptême, la pénitence, la prière) ou plus généralement morales et disciplinaires (le mariage, l’attitude à avoir face aux spectacles, la tenue vestimentaire, etc.), montrent tout autant que ce sont les circonstances propres à un moment particulier qui ont déterminé leur rédaction. Le contexte d’écriture est certes important chez tous les auteurs chrétiens de l’Antiquité, mais le caractère exclusivement polémique de l’œuvre de Tertullien en fait une spécificité remarquable : il s’agit d’écrire sous la pression des événements et de l’actualité, en particulier celle de la communauté chrétienne2. Répondre à l’actualité pour rectifier une politique, des interprétations ou des pratiques, c’est s’engager dans un débat polémique qui vise à faire triompher immédiatement son point de vue.

  • 3 Sur la distinction, dans le discours philosophique, entre la réfutation et l’invective, voir J. Bru (...)
  • 4 Aristote, Rhétorique, I, 2, 1355b35-1356a20.
  • 5 Si on veut appliquer les catégories de la rhétorique, l’exégèse des textes bibliques relève non pas (...)
  • 6 Parmi les preuves d’ordre émotif, l’ironie et l’humour grinçant sont les plus représentés, voir les (...)

2La polémique, du fait qu’elle est liée à une actualité qui la commande, a par nature un souci d’efficacité. Or cet objectif détermine en large partie le ton du discours : la réfutation a tendance à se muer en invective3. La rhétorique offrait alors tout un ensemble de techniques et d’instruments pour convaincre à tout prix. Parmi les parties de la rhétorique, l’inuentio est mobilisée au premier chef, avec les trois catégories de preuves issues de l’enseignement aristotélicien, relevant respectivement du logos, du pathos et de l’èthos4 : les preuves logiques consistent, chez Tertullien, dans les raisonnements et l’argumentation5 ; les preuves d’ordre émotif cherchent essentiellement à railler, tourner en dérision, inquiéter, menacer ; tous les éléments qui construisent la persona du locuteur (modestie, souci de la vérité, respect de la tradition, etc.) viennent enfin couvrir les propos tenus d’une aura d’autorité nécessaire pour convaincre. Si les deux derniers ordres de preuves sont bien présents dans les traités de Tertullien et si, doués d’une forte visibilité, ils marquent généralement le lecteur, leurs interventions restent essentiellement ponctuelles dans un ensemble qui est structuré par la démonstration logique6. Le débat se place sur les plans du raisonnement et de l’herméneutique, deux domaines qui exigent des règles de conduite : la controverse met en effet aux prises des interlocuteurs qui s’affrontent au moyen d’arguments rationnels et, même si ceux-ci peuvent faire l’objet d’une utilisation fallacieuse, le polémiste revendique toujours une démarche logique et donc universellement valable. À cet égard Tertullien paraît assez représentatif d’une pratique générale. Il nous semble toutefois qu’il a poussé plus loin que d’autres le recours à des principes généraux à valeur universelle, qui ont pour fonction de guider et d’encadrer la réflexion.

  • 7 C. Becker, Tertullians Apologeticum. Werden und Leistung, Munich, Kosel, 1954, p. 209-211 ; A. Schn (...)
  • 8 J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion de la culture antique, Paris, 1972 (réimpr. complétée (...)
  • 9 Sauf erreur de notre part, R. D. Sider (Ancient Rhetoric and the Art of Tertullian, Oxford, Oxford (...)

3Carl Becker, puis André Schneider ont remarqué le recours, dans l’Ad nationes, un des premiers écrits de Tertullien, à des principes intangibles pour expliquer des faits particuliers ou pour justifier son interprétation d’une situation particulière7. Ils ont également souligné que ce tour d’expression est moins présent dans l’ouvrage suivant de l’auteur, l’Apologeticum, qui semble être une sorte de réécriture, plus maîtrisée, du livre précédent. En fait, si on considère l’ensemble de la trentaine de traités conservés de l’auteur, ce trait d’écriture semble bien avoir été permanent tout au long de sa carrière. Jean-Claude Fredouille a montré pour sa part que certains de ces principes pouvaient se réduire au schéma de la relation de l’antérieur et du postérieur8. Nous nous proposons ici de recenser assez largement et d’illustrer les formes que prennent ces principes généraux. Dans un second temps nous chercherons à éclairer cette pratique à la lumière de la notion de sententia dans la rhétorique ancienne : nous verrons comment, dans sa complexité, elle peut aider à identifier la fonction des principes généraux, sans toutefois pouvoir recouvrir la totalité des cas recensés9.

1. Les principes généraux d’action et de pensée : essai de classement 

4Nous proposons ci-dessous un relevé de ce que nous pouvons appeler des principes généraux d’action et de pensée. Nous avons cherché les formules qui exprime un principe général, c’est-à-dire une règle qui puisse être reconnue, sinon universellement (c’est le cas des principes rationnels du raisonnement), du moins par un groupe significatif, en particulier l’ensemble des chrétiens appartenant au même courant que Tertullien. Nous précisons « d’action et de pensée », parce que ces règles de conduite peuvent concerner aussi bien l’argumentation, le raisonnement, que le comportement humain, et bien souvent plus spécialement chrétien.

5Le relevé et le classement qui suivent imposent encore quelques remarques préliminaires. D’abord notre analyse s’intéresse à l’écriture de Tertullien : notre relevé se cantonne aux formulations explicites d’un principe général. Nous ne tenons donc pas compte des règles de raisonnement qui pourraient être sous-jacentes, de façon implicite, à la démonstration. En outre, même si nous nous fondons sur une relecture intégrale du corpus tertullianéen, les listes que nous publions ici ne prétendent pas à l’exhaustivité, surtout qu’un tel relevé comprend inévitablement une part de subjectivité. On prendra donc ce répertoire moins comme un recensement que comme un échantillon des diverses catégories de principes formulés et utilisés par l’auteur. Nous avons classé les items de ce relevé de façon thématique, en dix sections :

A. Les définitions

B. Les principes méthodologiques

C. Les principes herméneutiques

D. Les règles linguistiques

E. Les principes logiques

F. Les remarques issues de l’expérience ou du bon sens

G. L’enseignement chrétien : le credo monothéiste et christologique

H. L’enseignement chrétien : la vie morale, spirituelle et sacramentelle

I. L’enseignement chrétien : l’espérance

J. Les adages

  • 10 Nous suivons la chronologie de Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 487-488, en c (...)
  • 11 Nous lisons les textes dans les éditions de la collection « Sources chrétiennes » (Paris, Éditions (...)

6L’affectation à une section comprend évidemment une part de subjectivité, et telle formule classée sous une rubrique pourrait sans doute l’être sous une autre. Notre seul but a été de mettre un peu d’ordre dans un ensemble qui, tout en ayant son unité, présente une grande variété. L’ordre des occurrences, sous chaque section, est fondé sur la chronologie présumée des traités10. Enfin nos remarques visent essentiellement, pour le moment, à décrire les modes de présentation de ces principes11.

A. Les définitions

7La réfutation de l’adversaire nécessite, tout au long de la démonstration, de définir les termes, notions ou réalités qui interviennent dans le débat et dont la définition détermine bien souvent les conclusions tirées par les interlocuteurs. Chez Tertullien cela concerne par exemple la divinité, le bien, le corps ou des passions. Nous relevons ici des définitions à valeur universelle (à l’exclusion de celles qui relèvent plus spécifiquement de la foi chrétienne et qui figurent ci-dessous sous les rubriques « L’enseignement chrétien »). La définition peut faire l’objet d’une phrase complète :

A1 Herm 14, 2 Quaecumque potestas ei quam pusillitas competit, « La puissance, quelle qu’elle soit, lui sied mieux (à Dieu) que la faiblesse ».

A2 Herm 16, 4 Libertas, non necessitas, deo competit, « C’est la liberté, non la nécessité qui sied à Dieu ».

A3 Pat 5, 21 Malum impatientia est boni, « Le mal est l’impatience du bien ».

A4 Marc I, 22, 3 Omnia enim in deo naturalia et ingenita esse debebunt, ut sint aeterna, secundum statum ipsius, « Tout en Dieu devra être naturel et inné pour être éternel, conformément à son essence ».

A5 Marc I, 24, 1 Deus sicut aeternus et rationalis, ita opinor et perfectus in omnibus, « De même qu’éternel et rationnel, Dieu, je pense, est parfait en tout ».

A6 Marc II, 6, 2 Nec ratio enim sine bonitate ratio est, nec bonitas sine ratione bonitas, « Car la raison sans la bonté n’est pas raison, et la bonté sans la raison n’est pas bonté ».

A7 Pud 4, 3 Omne homicidium et extra siluam latrocinium est, « Tout homicide est un acte de brigandage, fût-il perpétré en dehors d’une forêt de brigands ».

A8 Carn 11, 4 Omne quod est, corpus est sui generis ; nihil est incorporale, nisi quod non est, « Tout ce qui est, est corps, en son genre particulier ; rien n’est incorporel sinon ce qui n’est pas ».

La définition peut être intégrée étroitement au raisonnement, voire à une phrase :

A9 Herm 7, 3 Diuinitas autem gradum non habet, utpote unica, « Or la divinité ne comporte pas de degré puisqu’elle est unique ».

A10 Val 24, 2 Si enim fusili et fluxile liquoris est qualitas…, « Si en effet l’écoulement et la fluidité sont la qualité spécifique d’un liquide, … »

Elle peut être précédée par un marqueur qui souligne sa qualité de définition, un substantif (par ex. regula) ou une structure syntaxique fondée sur le verbe esse :

A11 Herm 17, 1 Vnici dei status hanc regulam uindicat, non aliter unici nisi quia solius, non aliter solius nisi quia nihil cum illo. Sic et primus erit, quia…, « La nature essentielle du Dieu unique impose la règle suivante : il est unique seulement parce qu’il est seul, et seul uniquement parce que rien ne l’accompagne ; il sera également le premier… »

A12 Marc II, 1, 2 … regulis certis et unicam et perfectam praescribentibus diuinitatem, « les règles certaines qui établissent comme préalable l’unicité et la perfection de la divinité ».

  • 12 Deux paragraphes plus loin le caractère définitoire de la formule est rappelé sous la forme : Mon 9 (...)

A13 Mon 9, 4 Matrimonium est, cum deus duos iungit in unam carnem aut iunctos deprehendens in eadem carne coniunctionem signauit ; adulterium est, cum quoquo modo disiunctis duobus alia caro, immo aliena misceatur…, « Il y a mariage lorsque Dieu unit deux êtres en une seule chair ou lorsque, les trouvant déjà unis, il scelle leur union. Il y a adultère lorsque, à deux êtres séparés, peu importe comment, une autre chair, ou plutôt une chair étrangère vient se mêler12… »

A14 Marc III, 5, 2 Nam et diuinitati competit quaecumque decreuerit ut perfecta reputare, quia non sit apud illam differentia temporis apud quam uniformem statum temporis dirigit aeternitas ipsa, « Car il appartient à la divinité de regarder comme accompli tout ce qu’elle a décidé : il n’y a pas en elle de différence de temps puisqu’en elle l’éternité même imprime au temps un statut d’uniformité ».

  • 13 J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 195-234.

8Mais Tertullien a la particularité de mettre aussi en évidence ces définitions au moyen de verbes (praescribere, definire, praetendere, etc.) qui les présentent comme des objections de principe ou des arguments a priori. Ce procédé a été bien étudié, et un relevé de ses occurrences a déjà été fait13. Sous cette rubrique nous ne retenons que celles qui concernent proprement une définition.

A15 Herm. 7, 1 Praescribo non capere ullam diminutionem et humiliationem quod sit aeternum et innatum, « Je lui oppose (praescribo) ce principe que ce qui est éternel et inengendré n’admet ni diminution ni abaissement ».

A16 Herm 11, 1 Nam definimus diminutionem et subiectionem capere non posse quod sit aeternum, ut alii coaeterno inferius deputetur, « En effet nous posons (definimus) que ce qui est éternel n’admet ni diminution ni soumission qui le fasse considérer comme inférieur à un autre être coéternel ».

A17 Herm 34, 3 Reuertor igitur ad causam definientem omnia ex nihilo edita in nihilum peruentura, « Je reviens au principe voulant (definientem) que tout ce qui a été tiré du néant retourne au néant ».

  • 14 En Marc I, 22, 2, il annonce les définitions qui sont exposées progressivement en 22, 3 ; 23, 1 ; 2 (...)

A18 Marc I, 23, 1 Aliam illi regulam praetendo, sicut naturalia ita rationalia esse debere in deo omnia, « Je lui oppose (praetendo) une autre règle : autant que naturel, tout en Dieu doit être rationnel14 ».

A19 Res 57, 3 Minoribus maiora praescribunt, « Les grandes choses posent (praescribunt) les principes préalables des petites ».

B. Les principes méthodologiques

9La contestation du raisonnement de l’adversaire impose parfois au polémiste de rappeler des principes de méthode, qui, partagés par tous les êtres rationnels, devraient encadrer la réflexion et limiter les erreurs de raisonnement. Tertullien reprend à plusieurs reprises ses adversaires sur des questions de méthode, sous la forme de principes :

B1 Nat I, 4, 10 … cum sit humanius occulta manifestis adiudicare quam manifesta de occulto praeiudicare, « alors qu’il est plus humain d’accommoder le jugement de l’inconnu à celui du connu que de préjuger le connu d’après l’inconnu ».

B2 Apol 3, 2 … cum sit iustius occulta de manifestis praeiudicare quam manifesta de occultis praedamnare, « alors qu’il est plus juste pourtant de préjuger ce qui est caché par ce qui est manifeste que de condamner d’avance ce qui est manifeste d’après ce qui est caché ».

B3 Herm 26, 1 Et utique sic decet narrationem inire : primo praefari, postea prosequi, nominare, deinde scribere, « Et de fait c’est ainsi qu’il convient d’entreprendre un récit : d’abord annoncer, puis développer, nommer et ensuite décrire ».

B4 Pat 5, 2 Itaque si de aliquo bono sermo est, res postulat contrarium eius quoque boni recensere : quid enim sectandum sit, magis inluminabis, si quid uitandum sit proinde digesseris, « Ainsi, quand on s’entretient de quelque bien, le débat réclame-t-il que l’on analyse aussi le vice opposé à ce bien : on éclairera mieux ce qu’il faut chercher, si on décrit également ce qu’il faut éviter ».

B5 Marc I, 18, 2 Nos definimus deum primo natura cognoscendum, deinde doctrina recognoscendum, natura ex operibus, doctrina ex praedicationibus, « Nous posons en principe que Dieu doit d’abord être connu dans la nature, ensuite reconnu dans la doctrine ; dans la nature grâce à ses œuvres, dans la doctrine grâce à ses prédications ».

B6 Marc III, 18, 1 Quia et alias antecedit rerum probatio rationem, « Car ailleurs aussi il faut prouver les choses avant d’en donner la raison ».

B7 Fug 1, 2 Omnis enim rei inspectio auctore cognito planior, « L’examen d’un fait, quel qu’il soit, est plus facile une fois que l’on connaît son auteur ».

C. Les principes herméneutiques

  • 15 Voir J. H. Waszink, « Tertullian’s Principles and Methods of Exegesis », Early Christian Literature (...)
  • 16 Par exemple nous n’intégrons pas ici Carn 7, 3 : Non recipio quod extra scripturam de tuo infers, « (...)

10Dans le cadre du débat sur l’interprétation des Écritures, la même exigence de règles amène l’auteur à formuler des principes herméneutiques. La réflexion de Tertullien sur l’exégèse dépasse amplement les formules générales, et on la trouve surtout exprimée lors de son application à des cas concrets15. Nous ne retenons ici que les cas où l’auteur énonce un principe général, détaché d’un cas particulier et qu’il le fait dans une expression relativement ramassée16.

C1 Spect 3, 7 Nam et specialiter quaedam pronuntiata generaliter sapiunt, « De fait même certains énoncés à caractère particulier ont une valeur générale ».

C2 Cult II, 2, 5 Nulla enuntiatio Spiritus Sancti ad praesentem tantum materiam et non ad omnem utilitatis occasionem dirigi et suscipi potest, « Aucune parole de l’Esprit saint ne saurait viser et concerner seulement son objet immédiat, et non toutes les occasions où elle peut être utile ».

C3 Marc I, 9, 7-8 Et ibitur in illas iam indeterminabiles quaestiones, quas apostolus non amat. [8] Sin de certis et indubitatis et absolutis regulae partibus incertis et dubiis et inexpeditis praeiudicabunt, « On s’acheminera vers ces interminables questions que l’Apôtre n’aime pas (1 Tm 1, 4), si l’on n’a pas des règles tirées des points certains, indubitables, définitifs, pour préjuger de ce qui est incertain, douteux, non résolu ».

  • 17 Nous suivons ici le texte adopté par R. Braun dans R. Braun et Cl. Moreschini, Contre Marcion, Tome(...)

C4 Marc IV, 29, 6 Parabolarum status, similitudinum peraequatio, « Le statut des paraboles, c’est l’égalité dans les comparaisons17 ».

C5 Marc IV, 38, 4 Iusta et digna praescriptio est in omni quaestione ad propositum interrogationis pertinere debere sensum responsionis, « Il est en toute question un juste et digne principe prescriptif : le sens de la réponse doit se rapporter au propos de l’interrogation ».

C6 Carn 3, 9 Non potest non fuisse quod scriptum est, « Ce qui est écrit ne peut pas ne pas avoir été ».

C7 Res 21, 2 Et utique aequum sit, quod et supra demandauimus, incerta de certis et obscura de manifestis praeiudicari, « Et sans doute serait-il juste, comme nous l’avons déjà recommandé plus haut, de juger de l’incertain à partir de ce qui est certain, de l’obscur à partir de ce qui est clair ».

C8 Res 30, 5 Nam etsi figmentum ueritatis in imagine est, imago ipsa in ueritate est sui : necesse est esse prius sibi id quod alii configuretur. De uacuo similitudo non competit : de nullo parabola non conuenit, « Même si une représentation de la vérité se trouve dans l’image, l’image elle-même existe dans sa vérité propre : il est nécessaire qu’existe d’abord en soi ce qui doit être reproduit autre part. Une comparaison ne saurait reposer sur le vide, une parabole ne saurait être tirée de rien ».

C9 Cast 4, 1 Multum autem interest inter dei praeceptum et consilium hominis, « Or il y a une grande différence entre un précepte de Dieu et l’avis d’un homme ».

C10 Cast 4, 2 Quod a domino permissum non inuenitur, id agnoscitur interdictum, « Ce qu’on ne trouve pas comme étant permis par le Seigneur est reconnu comme interdit ».

C11 Scorp 7, 5 Verba non sono solo sapiunt, sed et sensu, nec auribus tantummodo audienda sunt, sed et mentibus, « Les mots ne valent pas seulement par leur son, mais aussi par leur sens, et il ne faut pas les écouter seulement avec les oreilles, mais aussi avec l’esprit ».

C12 Fug 13, 2 Omnium iam nunc dominicarum pronuntiationum suae sunt et causae et regulae ; termini non in infinitum nec ad omnia spectant, « Tous les commandements du Seigneur ont leurs propres motifs et règles, et leurs limites ne s’étendent pas à l’infini et ils ne s’appliquent pas à tous les cas ».

La règle herméneutique peut aussi devenir un principe d’écriture :

C13 Marc II, 29, 1 Expedita uirtus ueritatis paucis amat. Multa mendacio erunt necessaria, « Dans son aisance la force de la vérité aime à user de peu de mots, c’est le mensonge qui rendra nécessaire les longs discours ».

C14 An 2, 7 Certa semper in paucis, « Les certitudes tiennent toujours en peu de mots ».

D. Les règles linguistiques

  • 18 Sur cette question, voir, dans notre Virtus veritatis…, op. cit., les chapitres « Le langage en que (...)

11Tertullien est très attentif à l’usage des mots, aussi bien chez ses adversaires que dans la Bible. Il dénonce bien souvent la façon dont les mots de la Bible sont interprétés par ses adversaires, dans laquelle il reconnaît une corruption du sens des mots18. Il reprend donc régulièrement l’emploi des mots qu’il relève chez autrui, et à cette occasion il lui arrive, sur ce sujet aussi, d’énoncer une règle générale d’interprétation du sens des mots, ou les conséquences d’une mauvaise interprétation :

D1 Praes 17, 2 Tantum ueritati obstrepit adulter sensus quantum et corruptor stylus, « Un sens altéré ne fait pas moins de tort à la vérité qu’une plume corruptrice ».

D2 Herm 32, 4 Non capit diuersas fuisse quae iisdem nominibus eduntur, « Il est impossible que soient différentes des choses mentionnées sous les mêmes noms ».

D3 Marc III, 15, 3 Nullus enim status differentiarum nonnisi proprietatibus appellationum consignatur, « Car il n’y a statut de différence que marqué par des appellations propres ».

D4 Carn 13, 2 Omnia periclitabuntur aliter accipi quam sunt et amittere quod sunt dum aliter accipiuntur, si aliter quam sunt cognominantur. Fides nominum salus est proprietatum, « Toutes choses risqueront de passer pour autres qu’elles ne sont et de perdre ce qu’elles sont en passant pour autres, si on leur donne un autre nom que ce qu’elles sont. Rester fidèle aux noms, c’est sauvegarder les propriétés ».

Mais le plus souvent la contestation est récapitulée sous la forme d’une formule catégorique qui met en lumière le sens d’un mot décisif dans l’argumentation plus générale de l’auteur. C’est le cas à plusieurs reprises pour distinguer, dans les paroles de Paul à propos du mariage et du remariage (1 Co 7, 1-2 et 9), ce qui relève de la recommandation, de la concession ou de l’interdit (nos D5 à D9).

D5 Vx I, 3, 4 Possum dicere : quod permittitur, bonum non est, « Je peux l’affirmer : ce qui est l’objet d’une permission n’est pas un bien ».

D6 Cast 3, 2 Ex indulgentia est quodcumque permittitur, « Tout ce qui est permis dérive de l’indulgence ».

D7 Cast 8, 1 Multum existimo esse inter licentiam et salutem, « Grande est, je crois, la distance entre permission et salut ».

D8 Mon 14, 2 Aliud est enim indulgere, aliud iubere, « Car autre chose est de concéder, autre chose d’ordonner ».

D9 Mon 15, 2 Aliud est auferre, aliud temperare, aliud est legem non nubendi ponere, aliud est modum nubendi statuere, « Une chose est de supprimer, une autre de modérer ; une chose est de prohiber par une loi de se marier, une autre est d’imposer une mesure au mariage ».

D10 Fug 11, 4 Omne autem quod damnatur, illicitum factum est sine dubio, « Tout ce qui est condamné est sans aucun doute interdit » (à propos de Zach 13, 7 ; Ez 34, 2-5 ; Jr 23, 1-2).

D11 Cult II, 10, 6 Quanto facilius illicita timebit qui licita uerebitur, « Comme il sera plus facile de craindre les choses défendues, quand on redoutera celles qui sont permises » (à propos de 1 Co 10, 22).

12Cette attention au sens des mots lui permet donc de tirer des conclusions sur la relation des mots entre eux, et ainsi sur la relation entre les réalités désignées par les mots. Le même procédé est appliqué à la notion de nécessité (D12) ou de préférence (D13 et D14), ou à tout autre mot dont le sens est décisif pour la démonstration :

D12 Vx I, 3, 3 Quod autem necessitas praestat, depretiat ipsa, « Ce que la nécessité accorde, elle le déprécie du même coup ».

D13 Vx I, 3, 5 Praelatio enim superiorum dissuasio est inferiorum, « Préférer ce qui est meilleur, c’est en effet condamner ce qui est moins bon ».

D14 Nat I, 10, 11 Nec ulla electio non reprobatione componitur, « Il n’y a pas d’élection qui ne s’accompagne d’une réprobation ».

D15 Apol 13, 2 Quia nec electio sine reprobatione, « Car il n’y a pas de choix sans réprobation ».

D16 Apol 7, 11 Fama, nomen incerti, locum non habet ubi certum est, « La renommée, nom de l’incertain, ne peut exister là où est le certain ».

D17 Apol 48, 2 Quia hoc sit reuocari id esse quod fuerant, « Car être rappelées ( = ressuscitées, pour des âmes), c’est être ce qu’elles ont été ».

D18 Marc I, 28, 2 Iteratio enim non competit ei a quo quid nec semel factum est, « La réitération d’un acte ne convient pas à qui ne l’a même pas accompli une seule fois ».

D19 Paen 7, 12 Maius est enim restituere quam dare, quoniam miserius est perdidisse quam omnino non accepisse, « Car rétablir, c’est plus que donner, puisqu’il est pire d’avoir perdu que de n’avoir rien reçu du tout ».

D20 Spect 2, 7 Multum interest inter corruptelam et integritatem, quia multum est inter institutorem et interpolatorem, « Il y a loin de la corruption à l’intégrité, car il y a loin du créateur au falsificateur ».

E. Les principes logiques

13Dans sa réfutation le polémiste traque ce qu’il perçoit comme des fautes de raisonnement ou de logique. Pour les dénoncer il rappelle ce que serait le raisonnement droit. Certaines se présentent comme des évidences :

E1 Apol 12, 7 Quod non est, nihil ab ullo patitur, quia non est, « Ce qui n’existe pas ne peut souffrir de la part de personne, parce qu’il n’existe pas ».

E2 Iud 14, 13 Non autem potes futurum contendere quod uides fieri, « Or tu ne peux pas affirmer que se réalisera dans l’avenir ce que tu vois en train de se réaliser ».

E3 Marc III, 20, 10 Non potest futurum quod uides fieri, « Ne peut être à venir ce que tu vois en train de se réaliser ».

E4 Marc IV, 15, 7 Nemo non contrarium eius quod probauerit reprobat, « Il n’est personne qui ne réprouve le contraire de ce qu’il a approuvé ».

E5 Cast 7, 1 Quod non unum est, numerus est, « Ce qui n’est pas l’unité, c’est le nombre ».

E6 Mon 3, 2 Nihil enim bono contrarium nisi malum, « Il n’y a de contraire au bien que le mal ».

  • 19 Beaucoup de ces principes relèvent de la dialectique de l’antérieur et du postérieur, analysé dans (...)

14Dans les exemples qui suivent, les principes logiques concernent la relation qui existe entre une chose et son image ou sa contrefaçon (de E7 à E13), entre des réalités et leur origine ou leur cause (de E14 à E20), entre des réalités appartenant à une série (de E21 à E3219) :

E7 Apol 47, 14 Nunquam enim corpus umbra aut ueritatem imago praecedit, « Car jamais l’ombre n’existe avant le corps, et jamais la copie ne précède l’original ».

E8 Praes 29, 5 Sed enim in omnibus ueritas imaginem antecedit, post rem similitudo succedit, « Mais en toutes choses la vérité vient avant l’image ; c’est après coup que l’image lui succède ».

E9 Bapt 5, 5 ex forma qua semper carnalia in figura spiritalium antecedunt, « suivant cette loi que toujours les réalités charnelles précèdent en figure les réalités spirituelles ».

E10 Herm 40, 2 Nulla res speculum est rei alterius, id est non coaequalis, « Aucune réalité n’est le reflet d’une réalité différente, c’est-à-dire inégale ».

E11 Marc III, 10, 1 Nullius enim dedignandae rei imago dignanda est. Sequitur statum similitudo, « Il n’y a rien de déshonorant dont l’image doit être honorée : la ressemblance suit la réalité ».

E12 Marc IV, 4, 1 In quantum enim falsum corruptio est ueri, in tantum praecedat necesse est ueritas falsum, « Dans la mesure où le faux est corruption du vrai, dans la même mesure la vérité doit nécessairement venir avant le faux ».

E13 Marc IV, 4, 2 Prior erit res passione, et materia aemulatione, « Une chose précède l’atteinte qu’elle subit, et un objet sa contrefaçon ».

E14 Marc IV, 4, 5 Nemo post futura reprehendit quae ignorat futura. Emendatio culpam non antecedit, « Personne ne critique une chose qui ne se produira qu’après et dont on ignore qu’elle se produira. La correction ne précède pas la faute ».

E15 Nat I, 12, 12 Naturali praescriptione omne omnino genus censum ad originem refert, quantoque genus censetur origine, tanto origo conuenitur in genere, « Par une prescription naturelle, toute espèce sans exception doit sa classification à son origine, et dans la mesure où l’espèce est recensée selon son origine, l’origine se trouve dans l’espèce ».

E16 Apol 19, 1, 5* Quod prius est, hoc sit semen necesse est, « Ce qui a existé d’abord est nécessairement la semence de ce qui a suivi ».

E17 Marc I, 1, 6 In tantum enim haeresis deputabitur quod postea inducitur, in quantum ueritas habebitur quod retro et a primordio traditum est, « Car ce qui est d’introduction postérieure, on le tiendra pour hérésie dans la mesure où l’on considérera comme vérité ce qui a été enseigné dans le passé et dès l’origine ».

E18 Marc I 9, 5 Omnis res anterior posteriori normam praeministrauit, « Tout antécédent fournit sa norme au conséquent ».

E19 Marc II, 17, 3 Nulla posteritas non a primordiis accipit, « Pas d’âge postérieur qui ne reçoive des origines ».

E20 Marc III 2, 3 Nihil origine sua prius est in agnitione, quia nec in dispositione, « Jamais une chose ne précède dans l’ordre de la connaissance celle dont elle dérive, puisqu’elle ne la précède pas non plus dans l’ordre de ce qui a été disposé ».

E21 Marc IV, 19, 12 Nemo autem transfert quid nisi ab eo qui habet id quod transfert, « Personne ne transfère un bien qu’en le prenant à celui qui a ce qu’on transfère ».

E22 Res 38, 6 Nullum uero exemplum maius eo cuius exemplum est, « Aucun exemple n’est supérieur à la réalité dont il est l’exemple ».

E23 Bapt 4, 1 Subiecta quaeque materia eius quae desuper imminet qualitatem rapiat necesse est, « Car toute matière placée sous une autre doit nécessairement prendre la qualité de ce qui se trouve au-dessus ».

E24 Bapt 4, 2 Quod autem generi attributum est etiam in species redundat, « Ce qui est attribué au genre rejaillit sur les espèces ».

E25 Bapt 13, 1 In omnibus posteriora concludunt et sequentia antecedentibus praeualent, « Mais en tout ordre des choses, c’est ce qui vient après qui est définitif, et ce qui suit dépasse en valeur tout ce qui a précédé ».

E26 An 10, 9 Ipsum est enim quid, per quod est quid, « Une chose est identique à ce par quoi elle est cette chose ».

E27 An 18, 13 Per quod enim quid constat, inferius ipso est (…), per quod enim quid est, cum ipso est, « Une chose est inférieure à celle par laquelle elle existe (…) ; une chose accompagne celle par laquelle elle existe ».

E28 Carn 9, 1 Praetendimus adhuc nihil quod ex alio acceptum sit, ut aliud sit quam id de quo sit acceptum, ita aliud esse ut non suggerat unde sit acceptum. Omnis materia sine testimonio originis suae non est, etsi demutetur in nouam proprietatem, « Nous soutenons en outre que rien de ce qui a été tiré d’une chose de façon à être autre chose que ce dont on l’a tiré n’est si pleinement autre qu’il ne laisse plus voir d’où on l’a tiré. Il n’est pas de matière qui ne témoigne de son origine, même si elle change et prend le caractère propre d’une chose nouvelle ».

E29 Marc I, 12, 1 Quia res omnis causa est, ut sit aliquis cuius res sit, « Vu que toute action est cause qu’existe celui dont elle est l’action ».

E30 Marc I, 12, 1 Nihil oportet esse sine causa, id est sine re, « Dans la mesure où rien ne doit exister sans avoir de cause, c’est-à-dire sans avoir d’action ».

E31. Herm 6, 1 Inter coaetaneos autem et contemporales ordo non est, « Parmi les êtres coexistants et contemporains il n’y a point d’ordre ».

E32 Res 57, 4 Prius est genus quam casus, « Le général précède l’accidentel ».

15Le statut d’incréé et le temps, sans doute parce que ce sont des notions difficiles à saisir empiriquement, sont également propices à la formulation de principes généraux :

E33 Herm 18, 3 Quod innatum nato fortius et quod infectum facto ualidius, « Ce qui est inengendré est plus fort que ce qui est engendré, et ce qui est incréé plus puissant que ce qui est créé ».

E34 Marc I, 8, 3 Non habet tempus aeternitas. Omne enim tempus ipsa est. Quod facit, pati non potest. Caret aetate quod non licet nasci. Deus si est uetus, non erit ; si est nouus, non fuit. Nouitas initium testificatur, uetustas finem comminatur. Deus autem tam alienus ab initio et fine est quam a tempore, arbitro et metatore initii et finis, « L’éternité ne comporte pas le temps. Elle est elle-même la totalité du temps. Ce qui est agent ne peut être passif. Est exempt d’âge ce qui ne peut naître. Si Dieu est ancien, il ne sera pas, s’il est nouveau, il n’a pas été. Nouveauté atteste commencement, ancienneté porte menace de fin. Dieu est aussi étranger au commencement et à la fin qu’au temps, juge et mesure du commencement et de la fin ».

F. Remarques issues de l’expérience ou du bon sens

16Les formules de ce type, en très grand nombre dans le corpus, ont, pour le polémiste, le mérite de réduire la position de l’adversaire, généralement sur un point bien précis, à une absurdité et donc de la discréditer. C’est aussi une manière d’introduire, dans une réfutation qui peut être très personnalisée, une dimension universelle, puisque ces formules ont précisément pour objet de rapporter ce que tout le monde pense naturellement ou ce dont chacun a fait l’expérience. Si nous essayons de les classer, nous relevons quelques évidences logiques (de F1 à F4), des observations sur les ressorts psychologiques de l’action ou du comportement humains (de F6 à F24), quelques vérités d’expérience inspirées de l’histoire ou de la vie quotidienne (de F25 à F29), des principes moraux (de F30 à F34) et des affirmations qui s’apparentent davantage à des poncifs sur l’existence (de F35 à F50).

Les évidences logiques

F1 Nat I, 9, 11 Si ab aliquo aliud, a maiore defenditur, « Si l’on est défendu par quelqu’un d’autre, c’est par un plus grand ».

F2 Marc I, 22, 6 Natura enim se non potest nolle, « Car la nature ne peut pas ne pas vouloir ».

F3 Marc I, 15, 3 Nihil enim non maius est id quod capit eo quod capitur, « Il n’est pas de contenant qui ne soit plus grand que le contenu ».

F4 Pud 5, 3 Nihil secundum longinquat a primo. Nihil tam proximum primo quam secundum. Quod fit ex primo, aliud quodammodo primum est, « Du premier au second la distance n’est pas grande ; rien n’est si près du premier que le second. Ce qui fait suite au premier est en quelque sorte un autre premier. ».

Les ressorts psychologiques

F5 Mart 3, 5 Quia uirtus duritia exstruitur, mollitia uero destruitur, « Car si la difficulté instruit la vertu, la mollesse la détruit ».

F6 Nat I, 20, 5 Solet aequalitas aemulationis materiam subministrare : sic figulus figulo, faber fabro inuidet !, « L’égalité donne toujours prétexte à la jalousie : ainsi le potier envie le potier, le charpentier envie le charpentier ».

F7 Apol 23, 17 Nemo ad suum dedecus mentitur, quin potius ad honorem, « Personne ne ment pour se déshonorer, mais plutôt par vanité ».

F8 Apol 27, 5 Odium enim etiam timor spirat, « La crainte en effet inspire aussi la haine ».

F9 Apol 35, 13 Non enim ea mente de caris consulitur qua de dominis. Aliter curiosa est sollicitudo sanguinis, aliter seruitutis, « Car l’intention d’une consultation diffère selon qu’elle porte sur des êtres chers ou sur ses maîtres. Le souci d’un parent inspire une autre curiosité que celui d’un esclave ».

F10 Spect 15, 6 Nemo ad uoluptatem uenit sine affectu, nemo affectum sine casibus suis patitur. Ipsi casus incitamenta sunt affectus, « Nul ne vient au plaisir sans passion ; et nul n’éprouve de passion sans risques pour lui-même. Ces risques sont précisément les aiguillons de la passion ».

F11 Pat 5, 20 Quidquid compellit, sine inpatientia sui non est ut perfici possit : quis adulterium sine libidinis inpatientia subiit ?, « Quelle que soit la pulsion intérieure, elle ne peut avoir d’effet, si on lui résiste patiemment : qui commet un adultère, s’il résiste patiemment à sa sensualité ? »

F12 Pat 7, 9 Non piget donare eum qui non timet perdere, « On n’a pas peur de donner quand on ne craint pas de perdre ».

F13 Cult I, 7, 1 Semper abundantia contumeliosa in semetipsam est, « Toujours la profusion se ravale elle-même ».

F14 Marc I, 26, 2 Nam et nunc tacite permissum est quod sine ultione prohibetur, « Car c’est permettre tacitement que d’interdire sans fixer de pénalité ».

F15 Marc I, 26, 3 Quando offensa comes sit frustratae uoluntatis, « L’offense est la compagne d’une volonté blessée ».

F16 Marc I, 26, 3 Nam et ultio fructus est irae, et ira debitum offensae, et offensa, ut dixi, comes frustratae uoluntatis, « Car la vengeance est le fruit de la colère, la colère est le dû de l’offense, et l’offense, comme je l’ai dit, est la compagne d’une volonté frustrée ».

F17 Marc II, 7, 2 Quis enim aduersus se permittet aliquid ?, « Car qui permettra une chose allant contre lui-même ? »

F18 Marc II, 7, 2 Quis enim non hoc praestat ei cui quid semel frui praestat, ut pro animo et arbitrio suo fruatur ?, « Qui donc en effet, quand il accorde une bonne fois à quelqu’un la jouissance d’une chose, ne lui accorde pas d’en jouir à son gré et à sa guise ? »

F19 Marc II, 15, 1 Quis enim non magis filiorum salutem quam suam curet ?, « Qui en effet ne penserait au salut de ses fils plus encore qu’au sien propre ? »

F20 Marc II, 18, 1 Nihil amarius quam id ipsum pati quod feceris aliis, « Rien de plus amer que de souffrir soi-même ce que l’on fait aux autres ».

F21 Carn 4, 3 Nihil amari potest sine eo per quod est id quod est, « On ne peut pas aimer un être sans aimer en même temps ce qui le fait être ce qu’il est ».

F22 Carn 7, 7 Nemo temptat eo modo quo sciat posse se ruborem temptationis referre, « Personne ne se risque à tenter de telle façon qu’il sache que la honte de l’épreuve peut retomber sur lui ».

F23 Pud 9, 10 Securitas delicti etiam libido est eius, « La sécurité du délit augmente même le désir de le commettre ».

Vérités d’expérience inspirées par l’histoire

F24 Apol 4, 12 Nulla lex uetat discuti quod prohibet admitti, « Aucune loi ne défend d’examiner ce qu’elle interdit de commettre ».

F25 Apol 4, 12 Nulla lex sibi soli conscientiam iustitiae suae debet, sed eis a quibus obsequium expectat, « Aucune loi ne doit qu’à elle seule la conviction intime qu’elle est juste ; la loi doit cette conviction à ceux dont elle attend obéissance ».

F26 Apol 25, 13 Ergo non ante religiosi Romani quam magni, ideoque non ob hoc magni, quia religiosi, « Ainsi donc les Romains ne furent pas religieux avant d’être grands, et, par conséquent, leur grandeur ne vient pas de leur esprit religieux ».

F27 Apol 25, 14 Ni fallor enim, omne regnum uel imperium bellis quaeritur et uictoriis propagatur. Porro bella et uictoriae captis et euersis plurimum urbibus constant, « En effet, si je ne me trompe, tout royaume ou, si vous voulez, tout empire s’établit par la guerre et s’agrandit par la victoire. Or la guerre et la victoire ont le plus souvent comme conséquence la prise et la destruction des villes ».

F28 Spect 27, 4 Nemo uenenum temperat felle et elleboro, sed conditis pulmentis et bene saporatis, et plurimum dulcibus id mali inicit, « Personne ne mêle un poison à du fiel ou de l’ellébore, mais à des mets savoureux et bien assaisonnés, et c’est surtout de douceurs qu’on enrobe ce mal ».

Les principes moraux

F29 Marc I, 22, 8 Nam in cuius manu est quid ne fiat, eius iam deputatur cum fit, « Car celui qui a en son pouvoir d’empêcher qu’une chose ne se produise pas, en est responsable dès lors qu’elle se produit ».

F30 Scap 4, 8 Sed maiora certamina maiora sequuntur praemia, « Mais plus grande est la lutte, plus grande est la récompense qui la suit ».

F31 Fug 4, 4 Definimus, quod bonum est, uitari non oportere, quia delictum sit, quod bonum est, recusare, eo amplius, quod deo uisum est, « Nous posons comme principe qu’il ne faut pas éviter ce qui est bon, puisque c’est une faute de refuser un bien, faute d’autant plus grande que c’est un bien aux yeux de Dieu ».

F32 Fug 10, 2 Pulchrior est miles in pugna amissus quam in fuga saluus, « Un soldat tombé au combat est plus beau que le soldat sauvé par la fuite ».

F33 Mon 10, 8 Honoratior maritus est, quanto mundior factus est, « Plus pur un mari devient, plus il est respecté ».

Les poncifs sur l’existence

F34 Nat I, 7, 4 Nemo Famae credit nisi stultus, quia sapiens non credit incerto, « Personne ne se fie à la renommée que le sot : le sage, lui, ne croit pas à l’incertain ».

F35 Nat I, 7, 11 Facilius denique falso malo quam uero bono creditur, « Car on croit plus facilement un mal inventé qu’un bien véritable ».

F36 Nat I, 16, 20 Nihil semel euenit in rebus humanis, « Rien n’arrive une seule fois dans les choses humaines ».

F37 Apol 24, 6 Nemo se ab inuito coli uolet, ne homo quidem, « Il n’est personne qui veuille des hommages forcés, pas même un homme ».

F38 Apol 28, 3 Quis enim ex uiuentibus quilibet non mortuo potior ?, « Quel est en effet le vivant, quel qu’il soit, qui ne vaille mieux que n’importe quel mort ? » (à propos de la crainte de l’empereur plus grande que la crainte des dieux).

F39 Apol 48, 8 Omnia pereundo seruantur, omnia de interitu reformantur, « Toutes choses se conservent par leur destruction même, tout renaît par la mort ».

F40 Marc III, 10, 3 Aliquantis enim indignis conueniet uti, si nostris, sicut alienis non congruet uti, licet dignis, « Car d’un certain nombre d’objets indignes de nous, il conviendra d’user s’ils sont à nous, de la même manière qu’il ne sera pas convenable d’utiliser ceux qui appartiennent à d’autres, fussent-ils dignes de nous ».

F41 Cult II, 6, 2 Quis decora cum iniuria ? Quae cum immunditiis pulchritudo ?, « L’attrait va-t-il jamais de pair avec un dommage ? La beauté avec les souillures ? »

F42 Cult II, 6, 3 Senectus cum plus occultari studuerit, plus detegetur, « Plus la vieillesse prendra soin de se dissimuler, plus elle se trahira ».

F43 Carn 3, 2 Omnis rei displicentis etiam opinio reprobatur, quia nihil interest utrum sit quid an non sit, si cum non sit esse praesumitur, « Tout ce que l’on rejette, on refuse également d’en avoir la réputation, car il importe peu qu’une chose soit ou ne soit pas, si l’on suppose qu’elle est alors qu’elle n’est pas ».

  • 20 À propos du passage de l’Ancien Testament au Nouveau, Tertullien s’appuie sur un fait d’expérience  (...)

F44 Cast 6, 2 Semper initia laxantur, fines contrahuntur, « Il y a toujours, au commencement, des concessions, et, à la fin, des contraintes20 ».

F45 Cast 8, 1 Quod non prodest, oro te, bonum potest dici ?, « Ce qui n’est pas expédient, je te le demande, peut-il être appelé un bien ? »

F46 Virg 17, 4 Mauult femina uidere quam uideri, « La femme aime mieux voir qu’être vue ».

F47 Pud 1, 4 Malo nullum bonum quam uanum. Quid prodest esse, quod non prodest ?, « Pour ma part, je préfère l’absence d’un bien à un bien inutile. Que sert-il d’être, si l’on ne sert à rien ? »

F48 Pud 1, 10 Numquam societatis repudium delicti praeiudicium. Quasi non facilius sit errare cum pluribus, quando ueritas cum paucis ametur, « Renoncer à une société n’implique jamais présomption de culpabilité. Comme s’il n’était pas plus facile de se tromper avec la multitude, vu qu’on aime la vérité qu’avec peu de gens » (à propos de la rupture des montanistes avec l’Église).

F49 Pud 1, 12 Nemo proficiens erubescit, « Personne ne rougit de faire des progrès ».

G. L’enseignement chrétien : le credo monothéiste et christologique

  • 21 Res 48, 2 ; Iei 1, 3, et voir les remarques de R. Braun, « Observations sur l’architecture de l’Apo (...)

17Lorsque la polémique se déroule à l’intérieur de la communauté des chrétiens, même si les adversaires sont considérés comme dissidents ou déviants, l’auteur aime à rappeler des vérités chrétiennes jugées incontestables et donc décisives dans la discussion. Nous entendons par là des affirmations présentées comme évidentes et admises par tous, qui concernent les trois aspects du christianisme selon Tertullien : il est en effet à la fois fides, disciplina et spes, c’est-à-dire qu’il contient conjointement le credo monothéiste et christologique, la vie morale et sacramentelle, l’espérance (croyance aux dogmes eschatologiques du Jugement et de la Résurrection21). Nous adoptons cette classification en trois rubriques (G, H, I).

18En ce qui concerne la fides ou doctrine, certains de ces énoncés pourraient relever d’un discours philosophique, mais leur inscription dans la foi chrétienne leur donne une couleur spécifique qui nous permet de les ranger dans une catégorie unique.

G1 Apol 48, 9 Eius est nihilum ipsum cuius et totum, « Le néant lui-même appartient à celui qui possède le tout » (à propos de Dieu et la résurrection).

G2 Spect 17, 7 Quod in facto reicitur, etiam in dicto non est recipiendum, « Ce que nous rejetons dans les faits, nous ne devons pas même en accepter le récit ».

G3 Spect 23, 5 Non amat falsum auctor ueritatis ; adulterium est apud illum omne quod fingitur, « L’auteur de la vérité n’aime pas le mensonge. Tout ce qui est factice est adultère à ses yeux ».

G4 Spect 24, 2 Nihil enim non diaboli est quicquid dei non est uel deo displicet, « Car il n’est rien qui ne soit du diable de tout ce qui n’est pas de Dieu ou déplaît à Dieu ».

G5 Bapt 2, 2 Quia mirandum, idcirco non creditur ? Atquin eo magis credendum est, « Parce que c’est étonnant, est-ce assez pour ne pas croire ? Au contraire c’est une raison pour croire encore plus ».

G6 Pat 1, 3 Nam quod maxime bonum, id maxime penes Deum nec alius id quam qui possidet dispensat, ut cuique dignatur, « Car ce qui est éminemment un bien se trouve éminemment en Dieu, et nul autre que son possesseur ne le dispense, à chacun comme il lui plaît ».

G7 Paen 2, 7 Quod homini proficit, Deo seruit, « Ce qui profite à l’homme rend service à Dieu ».

G8 Paen 8, 7 Tam pater nemo, tam pius nemo, « Personne n’est père comme lui, personne n’est bienveillant comme lui » (à propos de Dieu).

G9 Cult I, 8, 2 Si potuit, ergo iam noluit. Quod deus noluit utique non licet fingi, « S’il l’a pu, c’est donc qu’il ne l’a pas voulu. Ce que Dieu n’a pas voulu, il ne permet qu’il soit produit ».

G10 Cult II, 5, 4 Quod nascitur opus Dei est. Ergo quod infingitur diaboli negotium est, « Ce qui est de nature est l’œuvre de Dieu, ce qui est factice est donc l’affaire du diable ».

G11 Marc I, 6, 3 Non est autem dei desinere de statu suo, id est de summo magno, « Or il n’appartient pas à Dieu de cesser d’être ce qu’il est, c’est-à-dire la grandeur suprême ».

G12 Marc I, 10, 3 Ante anima quam prophetia, « L’âme a précédé la prophétie » (à propos du témoignage de l’âme antérieur aux prophètes).

G13 Marc I, 26, 5 Malo autem parcere deum indignius sit quam animaduertere, « Car il serait plus indigne de Dieu d’épargner le mal que de le punir ».

G14 Marc III, 9, 4 Sufficit mihi hoc definire quod deo congruit, ueritatem scilicet eius rei quam tribus testibus sensibus obiecit, uisui, tactui, auditui, « Il me suffit de poser ce principe qui est en accord avec mon dieu : est véritable une réalité qu’il a soumise à trois témoins, les sens de la vue, du toucher, de l’ouïe (cf. Dt 19, 15) ».

G15 Marc III, 10, 4-5 Ceterum si ad certum spectamus, nulla substantia digna est quam deus induat. [5] Quodcunque induerit, ipse dignum facit, absque mendacio tamen, « D’ailleurs, à regarder le fond des choses, aucune substance n’est digne que Dieu la revête. Quelque matière qu’il revête, il la rend digne de lui, à l’exclusion cependant de ce qui est mensonge ».

G16 Val 3, 2 Nihil ueritas erubescit nisi solummodo abscondi, « La vérité ne rougit de rien, sinon de n’être pas révélée ».

G17 Carn 3, 1 Sed deo nihil impossibile nisi quod non uult, « Mais à Dieu rien n’est impossible, excepté ce qu’il ne veut pas ».

G18 Carn 5, 4 Crucifixus est dei filius : non pudet quia pudendum est. Et mortuus est dei filius : credibile est quia ineptum est. Et sepultus resurrexit : certum est quia impossibile, « Le Fils de Dieu a été crucifié : je n’ai pas honte parce que c’est honteux. Le Fils de Dieu est mort : c’est croyable parce que c’est insensé. Une fois enseveli, il a ressuscité : cela est certain parce que c’est impossible ».

G19 Fug 4, 1 Necesse est enim bonum esse omne quod deo uisum est, « Car est nécessairement bon tout ce qui semble bon à Dieu ».

H. L’enseignement chrétien : la vie morale, spirituelle et sacramentelle

H1 Mart 2, 8 Hoc praestat carcer Christiano, quod eremus prophetis, « La prison offre au chrétien ce que le désert offre aux prophètes ».

H2 Mart 2, 10 Nihil crus sentit in neruo, cum animus in caelo est, « Rien n’affecte la jambe prise dans les fers, quand l’âme est au ciel ».

H3 Mart 2, 10 Vbi autem erit cor tuum, illic erit et thesaurus tuus. Ibi ergo sit cor nostrum, ubi uolumus habere thesaurum, « Là où sera ton cœur, là sera aussi ton trésor (Mt 6, 21). Que notre cœur soit donc là où nous voulons avoir un trésor ».

H4 Apol 27, 7 Illos nunquam magis detriumphamus quam cum pro fideli obstinatione damnamur, « Et jamais notre triomphe sur eux n’est plus glorieux que quand nous sommes condamnés pour notre obstination dans la foi ».

H5 Apol 50, 13 Semen est sanguis christianorum, « Le sang des chrétiens est une semence ».

H6 Apol 50, 16 Vt est aemulatio diuinae rei et humanae, cum damnamur a uobis, a deo absoluimur, « Telle est la rivalité entre les réalités divines et humaines : lorsque vous nous condamnez, Dieu nous absout ».

H7 Praes 3, 6 Nemo est sapiens nisi fidelis, nemo maior nisi christianus, nemo autem christianus nisi qui ad finem usque perseuerauerit, « Nul n’est sage s’il n’est croyant, nul n’est grand s’il n’est chrétien, mais nul n’est chrétien s’il ne persévère jusqu’au bout ».

H8 Praes 7, 13 Cum credimus, nihil desideramus ultra credere. Hoc enim prius credimus non esse quod ultra credere debeamus, « Dès que nous croyons, nous ne désirons rien croire au-delà. Car ce que nous croyons en premier lieu, c’est que nous ne devons rien croire au-delà ».

H9 Praes 12, 4 Nemo inde instrui potest unde destruitur ; nemo ab eo inluminatur a quo contenebratur, « Nul ne saurait être édifié par celui qui ne sait que détruire, nul n’est éclairé par celui qui n’est que ténèbres » (à propos des hérétiques).

H10 Praes 40, 10 Itaque omne mendacium quod de Deo dicunt, quoddammodo genus est idololatriae, « Aussi tout mensonge proféré sur le compte de Dieu relève-t-il en quelque façon de l’idolâtrie ».

H11 Praes 43, 2 Adeo et de genere conuersationis qualitas fidei aestimari potest : doctrinae index disciplina est, « Tant il est vrai que la qualité de la foi peut être appréciée d’après le genre de vie : la conduite est le critère de la doctrine ».

H12 Spect 28, 5 Hic uoluptas, ubi et uotum, « Où est notre vœu, là est notre plaisir ».

H13 Paen 2, 2 Sed ubi metus nullus, emendatio proinde nulla ; ubi emendatio nulla, paenitentia necessario uana, quia caret fructu suo cui eam deus seuit, id est hominis salute, « Mais où il n’est nulle crainte, il n’est aussi nul amendement véritable ; où il n’est nul amendement, la pénitence nécessairement est vaine, car elle ne produit pas son fruit, pour lequel Dieu l’a semée, le salut de l’homme ».

H14 Paen 7, 6 Ita modus temeritatis testatio est timoris ; timor autem hominis dei honor est, « Ainsi mettre un frein à sa témérité, c’est attester sa crainte. Or la crainte de l’homme est un hommage à Dieu ».

H15 Paen 8, 9 Tantum releuat confessio delictum quantum dissimulatio exaggerat ; confessio enim satisfactionis consilium est, dissimulatio contumaciae, « L’aveu des péchés allège le péché autant que leur dissimulation l’aggrave. Car l’aveu est le parti de la satisfaction, la dissimulation celui de la rébellion ».

H16 Cult II, 2, 2-3 Timor fundamentum salutis est, praesumptio impedimentum timoris. Vtilius ergo si speremus nos posse delinquere quam si praesumamus non posse, « La crainte est le fondement du salut, et la présomption un obstacle à la crainte. Il vaut donc mieux s’attendre à pouvoir faillir que de présumer qu’on ne le peut pas ».

H17 Cult II, 2, 3 Sperando enim timebimus, timendo cauebimus, cauendo salui erimus, « De l’attente en effet naîtra la crainte, de la crainte, la précaution, de la précaution, le salut ».

H18 Cult II, 2, 3 Qui securus agit, non et sollicitus, non possidet tutam et firmam securitatem. At qui sollicitus est, is uere poterit esse securus, « L’homme assuré et sans inquiétude ne jouit pas d’une sécurité stable et hors d’atteinte ; mais l’homme inquiet pourra, lui, être véritablement assuré ».

H19 Cult II, 3, 3 In quibus operamur, in illis et gaudeamus ; de his gloriam carpamus de quibus salutem speramus, « Trouvons notre joie dans les biens pour lesquels nous sommes à l’œuvre ; tirons gloire de ceux dont nous espérons le salut » (cf. Ga 6, 10. 8. 14).

H20 Cult II, 8, 3 Nam ubi Deus, ibi pudicitia, ibi grauitas, adiutrix et socia eius, « Où est Dieu en effet, là est la chasteté, là est la gravité qui l’appuie et l’accompagne ».

H21 Vx II, 3, 2 Omne delictum uoluntarium in Dominum grande est, « Toute faute commise de propos délibéré contre le Seigneur est grave ».

H22 Vx II, 3, 3 Quaeuis mulier fidelis Deum obseruet necesse est, « Toute chrétienne a le devoir de se régler sur la volonté de Dieu ».

H23 Pall 4, 2 Sat refert inter honorem temporis et religionem Dei. Det consuetudo fidem tempori, natura Deo, « La différence est considérable entre le respect dû au temps et la révérence due à Dieu. La coutume doit être fidèle au temps, la nature à Dieu ».

H24 Res 8, 2 Caro salutis est cardo, « La chair est le pivot du salut ».

H25 Cast 1, 2 Nemo indulgentia utendo promeretur, sed uoluntati obsequendo, « On se gagne des mérites non pas en usant de son indulgence (de Dieu), mais en obéissant à sa volonté ».

H26 Virg 15, 4 Iam se etiam mulierem negat, quae uirginem celat, « La vierge qui tait ce qu’elle est nie même désormais être femme ».

H27 Fug 12, 7 Negatio est etiam martyrii recusatio, « Le refus du martyre aussi est un reniement ».

H28 Pud 2, 15 Ita ubi est postulationis <ratio>, illic etiam remissionis ; ubi nec postulationis, ibi aeque nec remissionis, « Ainsi, là où il y a place pour la prière, il y a place aussi pour le pardon, mais là où il n’y pas de place pour la prière, il n’y a pas de place non plus pour le pardon ».

H29 Pud 10, 14 Ita cessatio delicti radix est ueniae, ut uenia sit paenitentiae fructus, « Dès lors le renoncement au péché est la racine du pardon, afin que le pardon soit le fruit de la pénitence ».

I. L’enseignement chrétien : l’espérance

I1 Nat I, 19, 2 Spes resurrectionis fastidium est mortis, « Espérer la résurrection, c’est dédaigner la mort ».

I2 Apol 50, 3 Denique euadimus cum obducimur, « Bref, nous échappons quand nous succombons ».

I3 Praes 14, 5 Cedat curiositas fidei, cedat gloria saluti, « Que la curiosité le cède à la foi, que la gloire le cède au salut ! »

I4 Bapt 18, 6 Fides integra secura est de salute, « La foi intègre est assurée du salut ».

I5 Cult II, 13, 5 Proiciamus ornamenta terrena, si caelestia optamus, « Rejetons les ornements de la terre, si nous voulons ceux du ciel ».

I6 Scap 5, 1 Crudelitas uestra gloria est nostra, « Votre cruauté fait notre gloire ».

I7 Fug 12, 4 Apud inferos remancipatio nostra est et stipulatio nostra in caelis, « Notre libération est aux enfers et notre promesse au ciel ».

J. Les adages

  • 22 Voir le recueil des proverbiales formulae qu’on trouve chez Tertullien avec les remarques des comme (...)

19Les vérités d’expérience et les poncifs peuvent parfois prendre, dans leur mode d’expression, la tournure d’un adage. On perçoit parfois la trace de dictons populaires dans le discours de Tertullien22, même s’ils ne sont pas faciles à identifier (J1 et J2). D’autres fois la marque biblique est nette, avec le souvenir de formules prononcées par Jésus ou d’autres personnages bibliques (de J3 à J8).

J1 Carn 6, 1 Peruenimus igitur de calcaria, quod dici solet, in carbonariam, « C’est ce qu’on appelle tomber du four à chaux dans le four à charbon ».

J2 Pud 1, 16 Nimirum propter continentiam incontinentia necessaria est, incendium ignibus extinguetur, « Assurément, c’est en vue de la continence que l’incontinence est nécessaire ; c’est à l’aide des flammes que l’on éteindra l’incendie ».

J3 Apol 39, 15 Sed stipulam quis in alieno oculo facilius perspicit quam in suo trabem, « Mais on voit plus facilement une paille dans l’œil d’autrui qu’une poutre dans le sien (cf. Mt 7, 3 ; Lc 6, 41) ».

J4 Herm 13, 1 Certe nec bona arbor fructus malos edit… nec mala arbor bonos…, « Un arbre bon ne produit certainement pas de mauvais fruits (…), ni un arbre mauvais de bons fruits (cf. Mt 7, 18 ; Lc 6, 43) ».

J5 Spect 26, 4 Nemo enim potest duobus dominis seruire. Quid luci cum tenebris ? Quid uitae et morti ?, « Personne en effet ne peut servir deux maîtres. Quoi de commun entre la lumière et les ténèbres ? Entre la vie et la mort ? (cf. Mt 6, 24 et 2 Co 6, 14 et suiv.) ».

J6 Marc II, 13, 2 Denique timor iudicii ad bonum, non ad malum confert, « Car la crainte du jugement sert le bien, non le mal (cf. Ps 110, 10) ».

J7 Carn 8, 4 Mala arbor malos fructos edat necesse est, « Le mauvais arbre ne peut produire que de mauvais fruits (cf. Mt 7, 18 ; 12, 33 ; Lc 6, 43) ».

J8 Pud 9, 12 Medicus languentibus magis quam sanis necessarius, « Le médecin est plus nécessaire aux malades qu’aux gens bien portants (cf. Mt 9, 12 ; Lc 5, 31 ; 19, 10) ».

2. Les principes généraux d’action et de pensée et la sententia

  • 23 Cf. la recommandation de la Rhétorique à Alexandre, 1439a2-6, de donner aux conclusions une forme d (...)

20Les principes logiques ou assertions définitives que nous avons recensés et classés en dix catégories interviennent de différentes façons dans l’argumentation de Tertullien et dépendent de modes d’insertion variés. On peut les trouver à l’ouverture ou en conclusion d’un développement : certains se présentent en effet comme des préalables sur lesquels est ensuite fondé un développement (A13, A15, A16, A17, A18, D17, I6) ; d’autres fois, à la fin d’un chapitre ou d’une explication, l’auteur peut présenter, sous cette forme d’une assertion admise par tous, la conclusion d’une démonstration et offrir ainsi une ponctuation efficace au développement (A1, A2, C6, D20, F26, F30, F33, G1, H4, H6, H10, H12, H26, H27, H2923). Mais les principes généraux interviennent également au cours de la démonstration : ils peuvent faire franchir une étape dans le raisonnement, en introduisant la suite (A9, C1, D12, D13, E29, F1) ou, au contraire, venir justifier une remarque déjà émise, parfois sous la forme d’une parenthèse (D8, D14, E27, F2, F3, F8, F17, F24, F25, G4). Dans tous les cas ils ont, sur le plan stylistique, l’intérêt de rythmer ou dynamiser le propos.

  • 24 Par exemple les raisonnements fondés sur la relation de l’antérieur et du postérieur peuvent être d (...)
  • 25 C’est la reprise du concept antique de « ce qui convient à Dieu » (θεοπρεπές) : voir O. Dreyer, Unt (...)
  • 26 Voir G5, H4, H18, I2. Sur l’usage et la valeur rationnelle du « paradoxe » chez Tertullien, voir J. (...)
  • 27 Par ex. A9 : La divinité est unique, or le degré suppose la pluralité, donc la divinité n’a pas de (...)
  • 28 Plus généralement, sur l’usage par l’auteur de raisonnements syllogistiques, voir par ex. à propos (...)
  • 29 Voir l’identification entre les deux à laquelle procède Quintilien, Inst. or., VIII, 5, 3 (trad. J. (...)

21Quelle que soit leur place, ils fondent en partie le raisonnement de l’auteur, et à ce titre ils relèvent de l’inuentio, la recherche des arguments. Ils sont sans doute empruntés à un fonds d’idées générales, qui relèvent pour partie de la tradition philosophique, notamment aristotélicienne ou stoïcienne, sans qu’il soit facile d’identifier des sources précises24. La plupart de ces énoncés sont des prescriptions qui, relevant du consensus omnium, doivent s’imposer par elles-mêmes, souvent en vertu de ce qui est convenable, en particulier à propos de Dieu25. Certains sont des paradoxes ou présentent une tournure paradoxale26, d’autres constituent des syllogismes, condensés27 ou implicites28. Ce sont donc moins des raisonnements que des principes généraux intervenant dans la démonstration ou la réfutation. Dans ces conditions ces énoncés ressortissent à ce que la rhétorique grecque appelle la γνώμη (en latin sententia), c’est-à-dire une maxime à valeur de vérité générale29.

A. La γνώμη-sententia

  • 30 Cf. Isidore de Séville, Origines, II, 11, 1 (cité dans H. Lausberg, Handbuch der literarischen Rhet (...)
  • 31 Voir L. Calboli Montefusco, « La γνώμη et l’argumentation », dans F. Biville, Proverbes et sentence (...)
  • 32 M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions de la sententia dans la déclamation latine », dans R. Poi (...)
  • 33 Aristote, Rhétorique, II, 21, 1395a2-6.

22C’est en effet dans le cadre de la logique du discours qu’Aristote aborde la notion dans sa Rhétorique (II, 21), où il lui reconnaît essentiellement les deux caractéristiques suivantes : 1) L’objet de la sentence est toujours une réalité générale, et non pas une réalité particulière : elle énonce l’universel. Dans la rhétorique judiciaire elle se présente donc comme une pensée « indéterminée » (infinita) dans une « question déterminée » (quaestio finita) c’est-à-dire référée à des circonstances particulières30. 2) Elle ne contient pas un raisonnement, mais plutôt la conclusion d’un raisonnement : à ce titre, dans le langage d’Aristote, elle constitue un enthymème sans syllogisme, c’est-à-dire sans démonstration logique31. Elle assène donc une vérité, d’une façon suffisamment péremptoire pour lui donner un caractère d’évidence qui doit emporter l’adhésion de l’auditeur ou du lecteur. Car, à la dimension logique de la sentence, qui la rapproche de l’enthymème, s’ajoute une portée « éthique », au sens où elle contribue à mettre en relief l’èthos du locuteur : elle constitue en effet un signe « éthique » qui manifeste la valeur de l’orateur32. Aristote insiste sur cet aspect : la γνώμη, qui convient de préférence à un vieillard, confère un caractère moral au discours33. Elle donne de l’auctoritas, de la crédibilité au locuteur.

  • 34 Voir A. Orlandini, « Structures syntactico-sémantiques des proverbes et des sententiae en latin. Le (...)

23Les principes généraux d’action et de pensée relevés chez Tertullien, avec leur valeur argumentative et leur portée générale, empruntent, pour beaucoup d’entre eux, des traits syntaxiques et sémantiques caractéristiques de la γνώμη-sententia34 :

- la fréquence des noms abstraits : bonitas A6 ; bonum F47, G6, J6 ; diuinitas A9, A12, A14 ; libertas A2 ; malum A3, E6, F35, G13, J6 ; natura F2 ; necessitas A2, D12 ; odium F8 ; ratio A6 ; timor F8, H14, H16 ; ueritas D1, E12, E17, G14, G16 ; uerum E12, F35.

- l’usage de res, dont la plasticité sémantique est propice à la généralisation : B4, B6, B7, E10, E11, E13, E18, E29, E30, F43.

- les neutres pluriels réunissant toute une catégorie de réalités : A19 (minora/maiora) ; B1, B2, C7 (occulta ou obscura/manifesta) ; E25 (posteriora, sequentia).

- les énoncés prescriptifs, au moyen d’un verbe ou d’une locution verbale impersonnelle, préconisant ce qui doit être, ce qu’il faut penser, ce qui est convenable ou préférable : debere A4, A18, C5, F25, H8 ; necesse est C8, E16, E23, G19, H22, J7 ; non capit D2 ; non posse A16, C2, C6, E2, E3, F2, H9 ; oportet E30, F31 ; competit A2, A14, C8, D18 ; congruit G14 ; conuenit C8 ; decet B3 ; aequum est C7 ; humanius est B1 ; indignius est G13 ; iustius est B2 ; maius est D19 ; miserius est D19 ; multum interest/multum est inter C9, D7, D20, F43 ; satis refert inter H23.

- les énoncés prescriptifs au moyen d’un temps ou d’un mode : futur H17 ; subjonctif I5 ; adjectif verbal B4, B5, C11, G2.

- les quantifieurs universels positifs : omnis/omne/omnia A4, A7, A8, A17, B7, C12, D4, D10, E8, E15, E18, E25, E28, E34, F27, F39, F43, G3, G19, H10, H21 ; semper C14, E9, F13, F44.

- les quantifieurs universels négatifs :

nullus C2, C8, D3, D14, E10, E11, E19, E22, F24, F25, G15, H13

nihil E1, E6, E20, E30, F3, F4, F20, F21, F36, G1, G4, G16, G17, H2, H8

nemo E4, E14, E21, F7, F10, F22, F28, F34, F37, F49, G8, H7, H9, H25, J5

numquam E7, F48, H4.

- le quantifieur universel distributif quisque : E23.

- les pronoms ou adjectifs indéfinis : quicumque A1, A14, D6, G15 ; quisquis F11, G4 ; quilibet F38 ; quiuis H22.

- la proposition relative à valeur nominale (quod…, id ; qui…) : C10, D5, D12, D17, E1, E2, E3, E4, E5, E16, E21, E24, E26, E27, E33, E34, F3, F4, F20, F21, F24, F45, G2, G7, G10, G17, H8, H18, H26.

- la phrase nominale : B7, C4, C14, D15, E6, E33, F20, F26, F38, F41, G8, G12, G17, H12, H13, H20, J8.

24Ces éléments sont des indices du recours à une généralisation ou à un principe de raisonnement : au moins un d’entre eux est présent dans chacune des occurrences de notre relevé. Par là on identifie la présence massive d’énoncés relevant de la γνώμη, sous le pôle argumentatif et « éthique » de la notion, chez notre auteur. Beaucoup d’entre eux ont également, sur le plan formel, des traits qui les apparentent à la sententia comme figure stylistique.

B. La sententia-trait

  • 35 Les principaux textes antiques théoriques sur la sententia sont les suivants : Aristote, Rhétorique(...)
  • 36 Quintilien, VIII, 5, 2.
  • 37 Rhétorique à Herennius, IV, 24 (trad. G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1989) : « Sen (...)
  • 38 Quintilien, XII, 10, 48 (trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1980) : « Feriunt an (...)

25On sait en effet que le mot sententia, qui a servi à rendre le terme grec, s’est chargé d’une dimension stylistique et recouvre deux réalités35. Car, si d’un côté la sententia, comme la γνώμη aristotélicienne, appartient à l’inuentio, de l’autre elle relève également de l’elocutio en désignant le mode d’expression concentré et brillant d’une pensée : il s’agit alors d’une pointe, indépendamment de tout caractère universel. Quintilien dit appeler ainsi sententiae les traits brillants, lumina, en particulier lorsqu’ils figurent à la fin des périodes36. Dans son exposé il enchaîne la présentation de la sententia-γνώμη (VIII, 5, 3-8) et de la sententia-trait (VIII, 5, 9-34), sans qu’on perçoive précisément quand il passe de l’une à l’autre. La seconde se caractérise notamment par sa concision37, et elle vise à produire un choc sur l’auditeur ou le lecteur38.

  • 39 Sur la convergence des fonctions argumentative et ornementale de la sententia, voir L. Calboli Mont (...)

26Ce statut ambigu est une difficulté de la notion, perceptible dès l’Antiquité dans les traités de rhétorique, mais il révèle aussi la richesse de l’instrument. On saisit l’évolution qui s’est produite pour unir le principe logique universel et la pointe expressive sous le même terme de sententia, ressortissant alors conjointement à l’inuentio et à l’elocutio. Le même terme a pu héberger deux réalités distinctes, la γνώμη et le trait, parce qu’elles avaient des points communs : si sententia, qui signifie « avis, décision » et correspond assez bien au grec γνώμη, a pu en venir à désigner une pointe, c’est-à-dire une formule frappante, c’est sans doute que la sententia-γνώμη requérait, pour exercer pleinement son efficacité dans le discours, une expression concise, suffisamment ramassée pour frapper l’esprit. S’affranchissant ensuite de sa dimension universelle, elle a pu en venir à désigner la formule résumant une idée avec brio ou la pique qui fait mal. Le mot grec s’est alors aligné, sémantiquement, sur le mot latin. La notion combine alors les deux valeurs de la sententia-γνώμη que nous avons vues : argumentative et « éthique », auxquelles elle ajoute la portée stylistique. Cette combinaison était d’autant plus facile que ces caractéristiques de la sententia se fondaient dans une seule et même recherche de persuasion39.

  • 40 Vx II, 2, 5-6 : « Tantum : quoquo sono et modo enuntiaueris dictum istud, onerosum est ; et iubet e (...)

27Tertullien connaît la notion rhétorique de sententia, qu’il utilise notamment lors du commentaire d’1 Co 7, 39. Dans ce verset Paul accepte le remariage des veuves, tantum in Domino, « seulement dans le Seigneur », c’est-à-dire avec un chrétien. Pour notre auteur, qui condamne les mariages mixtes (entre un.e chrétien.ne et un.e non chrétien.ne), l’essentiel de la phrase figure dans la restriction, et il insiste longuement (Vx II, 2, 4-6) sur la valeur du tantum, faisant notamment le commentaire suivant : « ‘Seulement’ : peu importe le ton et la manière dont tu prononceras ce mot ; il pèse lourd ; il ordonne, il conseille, il commande, il exhorte, il requiert, il menace. C’est une sentence tranchante et ramassée, éloquente, par sa concision même. Telle est bien la manière de la parole divine, afin que nous la comprenions d’emblée, que nous lui obéissions aussitôt40 ». Il reconnaît les traits d’une sententia dans l’énoncé de ce seul mot : la concision et l’efficacité d’une parole qui agit immédiatement sur l’auditeur ou le lecteur (ut statim intellegas, statim obserues). Il voit même là une caractéristique de l’écriture biblique, un témoignage de la puissance, au sens pragmatique du terme, de la Parole.

  • 41 Voir H. Lausberg, Handbuch…, op. cit., p. 540, § 1121. Aphthonios, Progymnasmata, 4 ; Hermogène, Pr (...)
  • 42 Voir les observations de Sénèque le Père, Controuersiae, I, Praef. 22 (l’auditoire veut entendre de (...)
  • 43 Pour la poésie, voir, par exemple, Th. Barbaud, « La Sententia amoureuse chez les Élégiaques romain (...)
  • 44 On trouve par exemple trace du souvenir d’Apol. 18,4 « fiunt, non nascuntur Christiani » (« les hom (...)
  • 45 Par ex., à propos de la femme, Cult I, 1, 2, « Tu es diaboli ianua » (trad. M. Charpentier, 1844 : (...)

28Cette sensibilité à la valeur de la sententia n’est pas étonnante chez un auteur formé à la rhétorique, alors que c’était un exercice d’écriture couramment pratiqué dans les écoles et bien répertorié dans les manuels de rhétorique41. On sait aussi que la sententia est un mode d’expression apprécié dans l’Antiquité et donc très répandu dans la littérature, y compris dans la poésie. Elle occupe également une place importante dans la déclamation, où il s’agit davantage de charmer que de convaincre42. Il existait aussi une littérature gnomologique abondante, même si elle a en partie disparu pour nous43. En outre notre auteur est connu pour son talent pour les formules frappantes et facilement mémorisables, qui ont laissé leur souvenir dans la tradition, parfois dès l’Antiquité, pour leur justesse44, ou au contraire pour leur radicalité45. La recherche de la formule condensée et expressive favorise l’énonciation d’une position tranchée. La pointe sarcastique vient facilement sous la plume de notre auteur, et la formule relève alors pleinement de la sententia-trait.

  • 46 L’expression est de M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions… », op. cit., p. 216-217.
  • 47 Dans notre inventaire, formule à valeur conclusive, placée à la fin d’un développement ou d’un chap (...)
  • 48 Sur l’esthétique de la sententia, à partir des tragédies de Sénèque, P. Paré-Rey, Flores et acumina (...)

29Or les caractéristiques stylistiques de cette tradition ont contaminé les modalités d’écriture des principes généraux d’action et de pensée qui nous occupent ici. Ils se rapprochent en effet souvent, dans leur allure générale, de formules « coup de poing46 ». C’est naturellement vrai pour tous ceux qui viennent clore une démonstration ou plus généralement un développement, voire un ouvrage (H6), en assénant, en peu de mots, ce qui est présenté comme une vérité définitive : ils résument en une formule tout l’objet du développement et, comme le tantum d’1 Co 7, 39, ils doivent emporter une adhésion immédiate et définitive47. Mais au-delà de ces cas spécifiques, il est remarquable que beaucoup des principes généraux qui interviennent dans l’argumentation sont également énoncés sous une forme qui reprend bien des caractéristiques des pointes ou traits48. Nous relevons ci-dessous, à partir de notre inventaire, les principaux de ces éléments formels :

- parallélisme : A6 (nec… nec) ; C11 (non [sono] solo… sed…, nec… tantummodo… sed) ; D8, D9 (aliud… aliud) ; E33 (innatum nato fortius, infectum facto ualidius) ; F9 (aliter… aliter) ; H28 (ubi… illic, ubi… ibi) ; J4 (nec bona arbor… nec mala arbor).

- anaphore : F10, H7, H9 (nemo) ; F39 (omnia) ; G8 (tam) ; I3 (cedat).

- corrélation : D1 (tantum… quantum) ; E12, E17 (in quantum… in tantum) ; E15 (quanto… tanto) ; F4 (tam proximum… quam).

- chiasme : C9 (dei praecepteum/consilium hominis) ; D20 (inter corruptelam et integritatem/inter institutorem et interpolatorem) ; E12 (falsum corruptio ueri/ueritas falsum) ; F26 (ante religiosi quam magni/magni quia religiosi) ; F41 (decora cum iniuria/cum immunditiis pulchritudo).

- enchaînement en cascade (gradatio) : A11, F16, H13, H17, H29.

- variation lexicale avec dérivation : B5 (cognoscere/recognoscere) ; C3, C7, D16 (certus/incertus ; dubius/indubitatus) ; D11 (illicita/licita) ; E4 (probare/reprobare) ; E11 (dedignandus/dignandus) ; E33 (innatus/natus, infectus/factus) ; B1 (abiudicare/praeiudicare) ; F5 (extruere/destruere) ; F22 (temptare/temptatio) ; H9 (instruere/destruere) ; J2 (continentia/incontinentia).

- variation lexicale avec polyptote : A6 (bonitas/bonitate ; ratio/ratione) ; A17 (nihilum/nihilo) ; B1, B2 (occulta/occulto ; manifesta/manifestis) ; C8 (imago/imagine ; ueritatis/ueritate) ; D17 (esse/fuerant) ; E15 (origo/originem/origine) ; F3 (capit/capitur) ; F4 (primum/primo) ; F6 (figulus/figulo ; faber/fabro) ; F10 (affectus/affectum/affectu) ; F16 (offensa/offensae) ; F18 (frui/fruatur) ; F27 (bella/bellis) ; F29 (fiat/fit) ; F46 (uidere/uideri) ; G4 (dei/deo) ; G5 (creditur/credendum) ; G15 (induat/induerit) ; G18 (pudet/pudendum) ; H8 (credimus/credere).

- variation lexicale avec un même préverbe : G2 (reicitur/recipiendum).

- couple de termes antithétiques ou complémentaires : A1 (potestas/pusillitas) ; A2 (libertas/necessitas) ; A13 (matrimonium/adulterium) ; B1, B2, C7 (occulta ou obscura/manifesta) ; C1 (specialiter/generaliter) ; E18 (anterior/posterior) ; F35, J6 (bonum/malum) ; G2 (dictum/factum) ; G7 (homo/deus) ; G1 (nolle/uelle) ; G10 (deus/diabolus) ; G13 (parcere/animaduertere) ; G18 (certum/impossibile ; credibile/ineptum) ; H9 (inluminari/contenebrari) ; H11 (doctrina/disciplina) ; H23 (consuetudo/natura) ; H29 (radix/fructus) ; I5 (terrena/caelestia) ; J5 (lux/tenebrae, uita/mors).

- paronomase : D12 (praestat/depretiat) ; H24 (caro/cardo) ; H26 (negat/celat).

- allitération : A10 (fusili, fluxile) ; B3 (primo praefari, postea prosequi) ; C11 (non sono solo sapiunt sed et sensu) ; C13 (uirtus ueritatis) ; D7 (licentiam, salutem) ; E11 (sequitur statum similitudo) ; E19 (posteritas, primordiis) ; F6 (aequalitas, aemulationis ; figulus figulo, faber fabro) ; F9 (curiosa, sollicitudo sanguinis, seruitutis) ; F15 (offensa, frustratae) ; F25 (conscientia, a quibus obsequium expectat) ; H5 (semen est sanguis) ; H14 (temeritatis testatio est timoris).

- homéotéleute : A1 (potestas/pusillitas) ; A2 (libertas/necessitas) ; A7 (homicidium/latrocinium) ; A15 (diminutionem/humiliationem) ; A16 (diminutionem/subiectionem) ; A18 (naturalia/rationalia) ; C1 (specialiter/generaliter) ; D8 (indulgere/iubere) ; D11 (illicita/licita) ; D13 (superiorum/inferiorum) ; D20 (institutorem/interpolatorem) ; E34 (nouitas/uetustas) ; F5 (exstruitur/destruitur) ; F45 (prodest/potest) ; F48 (repudium/praeiudicium) ; H25 (utendo/obsequendo) ; H27 (negatio/recusatio).

C. Principes généraux et style

30Notre relevé peut produire un effet d’optique contre lequel il faut mettre en garde : malgré leur nombre important et leur rôle souvent décisif dans l’argumentation, les principes généraux d’action et de pensée n’écrasent pas le discours du polémiste ; ils ne sont qu’un élément parmi d’autres de la stratégie de l’auteur. Néanmoins, à l’échelle de la prose de Tertullien, ils participent à la construction d’un style.

  • 49 G. Moretti, Acutum dicendi genus. Brevità, oscurità, sottigliezze e paradossi nelle tradizioni reto (...)
  • 50 Cf. la formule de G. Moretti, Acutum dicendi genus…, op. cit., p. 139 : « Se la retorica si dialett (...)
  • 51 Portrait moqueur dans Aulu Gelle, Nuits attiques, I, 2.
  • 52 Voir H. Lausberg, Handbuch…, op. cit., § 371, p. 200 ; G. Moretti, Acutum dicendi genus…, op. cit., (...)
  • 53 Voir E. Norden, Die Antike Kunstprosa vom vi. Jahrhundert v. Chr. bis in die Zeit der Renaissance, (...)
  • 54 Sénèque, Lettres à Lucilius, 45, 5. 8. 10 ; 48, 9-12 ; 82, 9-10. 19-20. 22-24 ; 83, 8 s.
  • 55 Sur cette critique, E. Berti, Scholasticorum Studia. Seneca il Vecchio e la cultura retorica e lett (...)

31La sententia-trait relève pleinement de l’elocutio et contribue à l’élaboration du style d’un auteur. Ce transfert, qui a fait passer la sententia de l’inuentio à l’elocutio, semble avoir bénéficié, dans l’histoire de la littérature de l’Antiquité, parmi d’autres influences, de l’action des philosophes stoïciens. Une étude de Gabriella Moretti a montré les conséquences, sur le plan littéraire, de la nouvelle orientation du stoïcisme impérial, qui subordonne la physique et la logique à l’éthique49. Elle montre que le langage de la logique et de la dialectique stoïciennes contamine l’éthique, avec les modes d’expression qui leur sont propres : syllogismes, paralogismes, sophismes, paradoxes. Ainsi les façons de dire de la logique ont déteint sur le style philosophique, qui, à son tour, a contaminé la rhétorique et la littérature50. De cette façon apparaît la figure du stoïcien philosophe et déclamateur51. Une des formes qu’a prises cette évolution est la diffusion dans la littérature philosophique du modèle de l’enthymème, qui, à la différence du syllogisme, ne prouve pas rationnellement ce qu’il affirme mais énonce une assertion en se fondant sur le vraisemblable. Il présente alors l’avantage de la concision, breuitas, bien préférable, dans une pratique plus rhétorique et littéraire que philosophique, aux étapes arides du syllogisme52. Cette pratique de la sententia-trait à valeur universelle a été identifiée comme une des caractéristiques du style nouveau qui apparaît à partir du ier siècle dans la littérature antique53. Sénèque, par exemple, tout en critiquant cette contamination de l’éthique par la dialectique et les arguments logiques54, recourt facilement à ces formules sentencieuses. Il est même une des cibles de Quintilien, quand celui-ci voit dans le recours abusif aux sententiae un trait du style moderne : il dénonce en effet cet abus (VIII, 5, 2, quae minus crebrae apud antiquos nostris temporibus modo carent, « moins fréquents chez les anciens, [elles] sont employées sans mesure aujourd’hui ») et préconise un usage modéré de ce procédé (5, 22-34), sous peine de pratiquer un style haché55, morcelé (5, 27 soluta), « fait de lambeaux » (frustis conlata) et privé de structure (structura caret).

  • 56 Dans notre corpus, voir E34, F4, F9 ; mais voir aussi, pour des sententiae qui ressortissent davant (...)
  • 57 Voir J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 170-176.
  • 58 E. Norden, Die antike Kunstprosa…, op. cit., p. 612 s.

32Si nous revenons à notre auteur, on reconnaîtra que ce défaut n’est pas toujours évité, et une cascade de formules donne parfois cette impression d’un style heurté56. C’est que Tertullien n’est pas resté imperméable aux tendances, y compris stylistiques, de son temps. S’il ne faut pas réduire son écriture au « nouveau style » dénoncé par Quintilien et s’il représente, par certains aspects, la fidélité à la tradition classique et cicéronienne, il a aussi subi les influences du goût de l’époque impériale57. L’usage de la sententia sous ses deux modalités en est une illustration. Eduard Norden voyait dans la pratique de l’antithèse une des caractéristiques de l’auteur qu’il rattachait au « style nouveau » : à bien y regarder, ces antithèses apparaissent le plus souvent sous la forme de sententiae-traits, accompagnées d’isocolie, de parallélismes et d’homéotéleutes58. Beaucoup des principes généraux que nous avons relevés et qui s’apparentent tous à la sententia-γνώμη, avec une portée universelle et une double dimension argumentative et « éthique », relèvent aussi, comme nous l’avons vu, de la sententia-trait. Chaque fois qu’un principe général d’action et de pensée est présenté sous la forme d’un énoncé ramassé et brillant, on saisit la triple portée de la formule : argumentative, en faisant avancer la démonstration ou la réfutation ; « éthique », en donnant à l’auteur la posture d’un censeur inspiré ; mais aussi stylistique, en émaillant la prose de l’auteur de formules brillantes qui rythment et ornent le discours. Mais au-delà de ces portées multiples, ces énoncés ont toujours, dans le cadre d’une polémique, la fonction unique de persuader le lecteur, qu’il s’agisse de l’adversaire ou ses partisans (cas sans doute le plus rare) ou des chrétiens qu’il faut détourner de l’idolâtrie, de l’hérésie ou de la déviance disciplinaire (cas sans doute le plus fréquent). L’efficacité est donc le dénominateur commun de ces différents effets.

33Reste que certains principes ne relèvent pas de la sententia-trait, en particulier lorsque leur longueur les rend étrangers à la breuitas attendue (par ex. E28, F31, F48). Pour autant ils participent à la même démarche : donner une allure universelle au raisonnement et garantir la vérité du discours tenu, mais aussi, par là-même, faire entrer le monde extérieur dans le face à face avec l’adversaire et rythmer le propos. D’une certaine façon ils participent donc bien à la construction d’un style, qui est lui-même au service de la polémique.

Haut de page

Notes

1 De fuga in persecutione, 1, 1 : « Dernièrement (proxime) tu m’as demandé, Fabius, mon frère, s’il fallait ou non fuir dans la persécution ».

2 Quelques exemples : Apologeticum, 1, 1 : « Si enfin, comme c’est arrivé dernièrement (proxime), … » ; Ad uxorem, II, 2, 1 : « Donc, comme ces jours-ci (istis diebus) une chrétienne dérobait son mariage à l’Église pour s’unir à un païen… » ; De baptismo, 1, 2 : « Précisément, il nous (istic) est arrivé depuis peu (nuper) une vipère des plus venimeuses, de la secte des Caïniens et sa doctrine en a séduit un grand nombre » ; De corona, 1, 1, qui s’ouvre sur une attaque incisive : Proxime factum est, « C’est arrivé dernièrement » ; De idololatria, 9, 1 : « Puisque ces jours-ci (istis diebus) quelqu’un nous a fait une provocation en soutenant qu’il allait persévérer dans sa profession (d’astrologue) » ; 17, 2 : « De là est né dernièrement (proxime) un débat… » ; Adu. Iudaeos, 1, 1 : « Cela s’est passé dernièrement (proxime) : il y eut un débat entre un chrétien et un prosélyte juif ».

3 Sur la distinction, dans le discours philosophique, entre la réfutation et l’invective, voir J. Brunschwig, « Aspects de la polémique philosophique en Grèce ancienne », dans G. Declercq, M. Murat, J. Dangel éd., La parole polémique, Paris, Champion, 2003, p. 25-46, qui met ainsi en lumière le développement de l’invective dans la discussion philosophique à partir de l’époque hellénistique.

4 Aristote, Rhétorique, I, 2, 1355b35-1356a20.

5 Si on veut appliquer les catégories de la rhétorique, l’exégèse des textes bibliques relève non pas des « preuves techniques », qui dépendent de l’art de l’orateur, mais des arguments dits extrinsèques, qui relèvent d’une autorité extérieure venant appuyer la thèse. Voir par ex. P. Siniscalco, Ricerche sul De resurrectione di Tertulliano, Rome, Studium, 1966, p. 80-81.

6 Parmi les preuves d’ordre émotif, l’ironie et l’humour grinçant sont les plus représentés, voir les relevés de I. Opelt, Die Polemik in der christlichen lateinischen Literatur von Tertullian bis Augustin, Heidelberg, Carl Winter, 1980, p. 4-70. On en trouve de bons exemples dans le portrait de Marcion (Adu. Marcionem, I, 1, 3-5) et dans la satire à l’œuvre dans l’Adu. Valentinianos. Les traits qui relèvent de la construction de l’èthos de l’auteur, plus épars encore, consistent par ex. dans ses protestations d’humilité, voir notre Virtus veritatis. Langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien, Paris, Institut d’études augustiniennes, 2009, p. 147 et n. 253.

7 C. Becker, Tertullians Apologeticum. Werden und Leistung, Munich, Kosel, 1954, p. 209-211 ; A. Schneider, Le premier livre Ad Nationes de Tertullien. Introduction, texte, traduction et commentaire, Rome, Droz, 1968, p. 42-43. Nous avions esquissé une première réflexion sur ce mode d’écriture de Tertullien dans Virtus veritatis, op. cit., p. 181 et 284.

8 J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion de la culture antique, Paris, 1972 (réimpr. complétée par la bibliographie de l’auteur, Paris, Institut d’études augustiniennes, 2012), p. 271-281. À son tour J. Leal, dans son article « Nota sobre el método Tertulianeo » (Studia Patristica, 42, p. 399-403) a relevé sept principes, en les mettant en relation avec la logique stoïcienne, mais sans apport vraiment neuf.

9 Sauf erreur de notre part, R. D. Sider (Ancient Rhetoric and the Art of Tertullian, Oxford, Oxford University Press, 1971) n’aborde pas la question de la sententia.

10 Nous suivons la chronologie de Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 487-488, en corrigeant toutefois la date du De pallio pour lequel nous suivons la proposition de M. Turcan, Tertullien, Le Manteau (De pallio). Introduction, traduction et commentaire, Paris, Le Cerf, 2007, p. 19-27, qui situe sa composition dans les années 209-211.

11 Nous lisons les textes dans les éditions de la collection « Sources chrétiennes » (Paris, Éditions du Cerf), quand elles existent, et nous utilisons leurs traductions, parfois légèrement modifiées ; pour les autres textes, nous suivons l’édition du CCSL 1 et 2 (Corpus Christianorum, Series Latina, Turnhout, Brepols, 1953, vol. 1 et 2, éd. Dom Eligius Dekkers).

12 Deux paragraphes plus loin le caractère définitoire de la formule est rappelé sous la forme : Mon 9, 6 sicut praestruximus.

13 J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 195-234.

14 En Marc I, 22, 2, il annonce les définitions qui sont exposées progressivement en 22, 3 ; 23, 1 ; 24, 1 : Et utique erunt regulae certae ad examinandam dei bonitatem, « Assurément nous aurons aussi des règles certaines pour examiner la bonté de ce dieu ».

15 Voir J. H. Waszink, « Tertullian’s Principles and Methods of Exegesis », Early Christian Literature and the Classical Intellectual Tradition, in honorem Robert M. Grant, dans W. R. Schoedel, R. L. Wilken éd., Paris, Beauchesne, 1979, p. 9-31, et notre Virtus veritatis, op. cit., p. 281-300.

16 Par exemple nous n’intégrons pas ici Carn 7, 3 : Non recipio quod extra scripturam de tuo infers, « Je n’admets pas ce que tu apportes de ton cru et qui n’est pas dans l’Écriture », parce que, même si un principe herméneutique sous-tend cette affirmation, elle ne constitue pas une formule générale et ramassée.

17 Nous suivons ici le texte adopté par R. Braun dans R. Braun et Cl. Moreschini, Contre Marcion, Tome IV (Livre IV), Paris, Le Cerf, 2011, p. 371, qui n’est pas partagé par tous les éditeurs.

18 Sur cette question, voir, dans notre Virtus veritatis…, op. cit., les chapitres « Le langage en question », p. 155-232, et « L’ars grammatica au service de la vérité », p. 233-301.

19 Beaucoup de ces principes relèvent de la dialectique de l’antérieur et du postérieur, analysé dans J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 271-281.

20 À propos du passage de l’Ancien Testament au Nouveau, Tertullien s’appuie sur un fait d’expérience : quand on plante une forêt, on la laisse d’abord croître avant de la tailler.

21 Res 48, 2 ; Iei 1, 3, et voir les remarques de R. Braun, « Observations sur l’architecture de l’Apologeticum », p. 119, Hommages à Jean Bayet, Bruxelles, Latomus, 1964, p. 114-121 (repris dans Approches de Tertullien. Vingt-six études sur l’auteur et sur l’œuvre [1955-1990], Paris, Institut d’études augustiniennes, 1992, p. 132).

22 Voir le recueil des proverbiales formulae qu’on trouve chez Tertullien avec les remarques des commentateurs humanistes dans PL 1, c. 257-298 (Patrologia latina [Patrologiae Cursus Completus, Series Latina], éd. J.-P. Migne, vol. 1, 1844).

23 Cf. la recommandation de la Rhétorique à Alexandre, 1439a2-6, de donner aux conclusions une forme d’enthymème ou de sentence.

24 Par exemple les raisonnements fondés sur la relation de l’antérieur et du postérieur peuvent être d’origine aristotélicienne (voir J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 277-281), mais on perçoit aussi le souvenir d’un principe de la physique stoïcienne dans la relation entre une chose et son origine : cf. Sénèque, Questions naturelles, III, 21, 2 : « Nulla res est quae non eius quo nascitur notas reddat », « Il n'est point de corps qui ne garde quelque trace de la substance primitive qui l'a produit », comme l’a remarqué J.-P. Mahé, Tertullien, La Chair du Christ, Commentaire, Paris, Le Cerf, 1975, p. 361.

25 C’est la reprise du concept antique de « ce qui convient à Dieu » (θεοπρεπές) : voir O. Dreyer, Untersuchungen zum Begriff des Gottgeziemenden in der Antike, Hildesheim-New York, G. Holms, 1970, qui en étudie l’histoire d’Homère à Philon d’Alexandrie avec quelques perspectives sur les auteurs chrétiens (p. 150 s.) ; chez Tertullien, R. Braun, Tertullien, Contre Marcion, Livre I, Paris, Le Cerf, 1990, p. 46. Voir ci-après tous les énoncés comprenant les verbes competit, congruit, decet, etc.

26 Voir G5, H4, H18, I2. Sur l’usage et la valeur rationnelle du « paradoxe » chez Tertullien, voir J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 326-336 ; E. Osborn, Tertullian, First Theologian of the West, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 48-64. Ces paradoxes, inspirés peut-être par le stoïcisme, qui y voyait des tensions entre des termes contradictoires, et surtout par le langage de saint Paul, trouvent leur rationalité dans la théologie de l’Incarnation et de la Croix. C’est l’expression rhétorique d’une économie divine (et non humaine) et rationnelle.

27 Par ex. A9 : La divinité est unique, or le degré suppose la pluralité, donc la divinité n’a pas de degré.

28 Plus généralement, sur l’usage par l’auteur de raisonnements syllogistiques, voir par ex. à propos du De anima, le recensement des syllogismes, complets ou incomplets, de J. H. Waszink, Q.S.F. Tertulliani De anima. Edited with Introduction and Commentary, Amsterdam, J. M. Meulenhoff, 1947 (réimpr. 2010), p. 637 dans l’index. Et voir R. H. Ayers, Language, Logic, and Reason in the Church Fathers, Hildesheim-New York, G. Holms, 1979, p. 16-24, qui montre que Tertullien emprunte à la fois aux syllogismes aristotéliciens et aux « indémontrables » du stoïcisme. Une enquête plus systématique sur le sujet aurait beaucoup d’intérêt pour inscrire encore davantage Tertullien dans la tradition philosophique et rhétorique.

29 Voir l’identification entre les deux à laquelle procède Quintilien, Inst. or., VIII, 5, 3 (trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1978) : « Antiquissimae sunt quae proprie, quamuis omnibus idem nomen sit, sententiae uocantur, quas Graeci gnomas appellant : utrumque autem nomen ex eo acceperunt, quod similes sunt consiliis aut decretis. Est autem haec uox uniuersalis, quae etiam citra complexum causae possit esse laudabilis, interim ad rem tantum relata, (…) interim ad personam », « À la plus ancienne forme, quoique aujourd’hui toutes reçoivent le même nom, s’applique en propre le terme sententia, qui correspond au grec gnômai : les noms grec et latin dérivent du fait que la sententia ressemble à un conseil ou à une décision. C’est un terme de valeur universelle, qui peut être apprécié, même en dehors du contexte d’une cause, et se rapporte parfois à une chose (…), parfois à une personne. »

30 Cf. Isidore de Séville, Origines, II, 11, 1 (cité dans H. Lausberg, Handbuch der literarischen Rhetorik. Eine Grundlegung der Literaturwissenschaft, Stuttgart, Fr. Steiner, 19903, § 75, p. 63) : « sententia est dictum impersonale », « la sentence est un énoncé impersonnel ».

31 Voir L. Calboli Montefusco, « La γνώμη et l’argumentation », dans F. Biville, Proverbes et sentences dans le monde romain, Lyon, De Boccard, 1999, p. 27-39.

32 M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions de la sententia dans la déclamation latine », dans R. Poignault et C. Schneider éd., Fabrique de la déclamation antique (controverses et suasoires), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2016, p. 211-226.

33 Aristote, Rhétorique, II, 21, 1395a2-6.

34 Voir A. Orlandini, « Structures syntactico-sémantiques des proverbes et des sententiae en latin. Leur insertion dans l’énoncé », dans F. Biville éd., Proverbes et sentences, op. cit., p. 75-90 ; P. Paré-Rey, Flores et acumina. Les sententiae dans les tragédies de Sénèque, Paris, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2012, p. 31 s. ; G. Flamerie de Lachapelle, Publilius Syrus, Sentences. Introduction, traductions et notes, Paris, Les Belles Lettres, 2011, « Fragments », p. xxiii-xxiv.

35 Les principaux textes antiques théoriques sur la sententia sont les suivants : Aristote, Rhétorique, II, 21 ; Rhétorique à Herennius, IV, 24-25 ; Quintilien, Institution oratoire, VIII, 5 ; II, 11, 3 et 12, 7 ; XII, 10, 48 ; à quoi on ajoutera le relevé de sentences de Sénèque le Rhéteur, Controverses, IX. D’autre part nous nous appuyons essentiellement sur les travaux suivants : H. Lausberg, Handbuch…, op. cit., §§ 872-879 ; F. Biville (éd.), Proverbes et sentences…, op. cit. ; S. Hallik, Sententia und proverbium : Begriffsgeschichte und Texttheorie in Antike und Mittelalter, Cologne – Weimar – Vienne, Bohlau Verlag, 2007 (pour l’Antiquité, p. 47-95) ; P. Paré-Rey, Flores et acumina…, op. cit., p. 17-31 ; M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions… », op. cit.

36 Quintilien, VIII, 5, 2.

37 Rhétorique à Herennius, IV, 24 (trad. G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1989) : « Sententia est oratio sumpta de uita quae aut quid sit aut quid esse oporteat in uita, breuiter ostendit », « la sentence est une maxime tirée de la pratique de la vie, exprimant en peu de mots ce qui se passe ou ce qui doit se passer dans l’existence ». Lorsqu’elle est introduite avec mesure, elle apportera « beaucoup de charme au discours » (IV, 25 : « multum adferent ornamenti »).

38 Quintilien, XII, 10, 48 (trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1980) : « Feriunt animum et uno ictu frequenter inpellunt et ipsa breuitate magis haerent et delectatione persuadent », « Ils frappent l’esprit et ils l’ébranlent souvent d’un seul coup et ils s’y fixent mieux en raison de leur brièveté même, et, par le plaisir qu’ils suscitent, ils persuadent ». M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions… », op. cit., p. 216, retient cette définition : « toute formule frappante qui exprime une idée de façon brillante, originale et concise, ou du moins concentrée ».

39 Sur la convergence des fonctions argumentative et ornementale de la sententia, voir L. Calboli Montefusco, « Die progymnasmatische γνώμη in der griechisch-römischen Rhetorik », Papers on Rhetoric, I, Bologne, CLUEB, 1993, p. 19-33.

40 Vx II, 2, 5-6 : « Tantum : quoquo sono et modo enuntiaueris dictum istud, onerosum est ; et iubet et suadet et praecipit et hortatur et rogat et comminatur. Destricta et expedita sententia est et ipsa sui breuitate facunda. [6] Sic solet diuina uox, ut statim intellegas, statim obserues. »

41 Voir H. Lausberg, Handbuch…, op. cit., p. 540, § 1121. Aphthonios, Progymnasmata, 4 ; Hermogène, Progymnasmata, 4. L’exercice se pratique déjà chez le grammaticus selon Quintilien, I, 9, 3.

42 Voir les observations de Sénèque le Père, Controuersiae, I, Praef. 22 (l’auditoire veut entendre des sententiae) ; 23 ; IX, Praef. 1, et voir M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions… », op. cit.

43 Pour la poésie, voir, par exemple, Th. Barbaud, « La Sententia amoureuse chez les Élégiaques romains et notamment chez Properce », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, no 1, mars 2002, p. 94-118. Sur la littérature gnomologique dans l’Antiquité, voir la synthèse de P. Derron, Pseudo-Phocylide, Sentences, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1986, p. vii-xxxi. Parmi les recueils antiques de sentences, on dispose en particulier du poème gnomique en hexamètres attribué à Phocylide, des Sentences monostiques de l’auteur comique Ménandre, et des aphorismes tirés des mimes de Publilius Syrus (ier s. av. J.-C.) et compilés sans doute au ier s. de notre ère (voir G. Flamerie de Lachapelle, Publilius Syrus…, op. cit., p. xx-xxi).

44 On trouve par exemple trace du souvenir d’Apol. 18,4 « fiunt, non nascuntur Christiani » (« les hommes ne naissent pas chrétiens, ils le deviennent ») chez Augustin, De peccatorum meritis et remissio, 3,17 : « Quid respondebitis quare de Christianis non Christianus nascatur, nisi quia non facit generatio, sed regeneratio Christianos ? » Traduction dans les Œuvres complètes de saint Augustin, Paris, Louis Vivès, t. XXX, 1873, p. 117 : « Que répondrez-vous si l’on vous demande pourquoi un chrétien engendre un enfant non chrétien ? Vous direz que ce n’est pas la génération qui nous fait chrétiens, mais la régénération. »

45 Par ex., à propos de la femme, Cult I, 1, 2, « Tu es diaboli ianua » (trad. M. Charpentier, 1844 : « tu es la porte par où le démon est entré dans le monde »), épinglé par S. de Beauvoir dans Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976, 2e partie : Histoire, IV, p. 159.

46 L’expression est de M. Faure-Ribreau, « Présence et fonctions… », op. cit., p. 216-217.

47 Dans notre inventaire, formule à valeur conclusive, placée à la fin d’un développement ou d’un chapitre : C6, D20, F26, F30, F33, G1, H4, H10, H12, H26, H27, H29.

48 Sur l’esthétique de la sententia, à partir des tragédies de Sénèque, P. Paré-Rey, Flores et acumina, op. cit., p. 299- 333.

49 G. Moretti, Acutum dicendi genus. Brevità, oscurità, sottigliezze e paradossi nelle tradizioni retoriche degli Stoici, Bologne, Pàtron, 1995, en particulier, pour ce qui nous concerne, le chapitre 4, p. 139-157.

50 Cf. la formule de G. Moretti, Acutum dicendi genus…, op. cit., p. 139 : « Se la retorica si dialetticizza, è però altrettanto vero che la dialettica conosce un’analoga ed inversa tendenza verso la retoricizzazione » (« Si la rhétorique se dialecticise, il est pourtant vrai que la dialectique connaît une tendance analogue, en sens inverse, vers la rhétoricisation », nous traduisons).

51 Portrait moqueur dans Aulu Gelle, Nuits attiques, I, 2.

52 Voir H. Lausberg, Handbuch…, op. cit., § 371, p. 200 ; G. Moretti, Acutum dicendi genus…, op. cit., p. 152-157.

53 Voir E. Norden, Die Antike Kunstprosa vom vi. Jahrhundert v. Chr. bis in die Zeit der Renaissance, Leipzig, Teubner, 1898, I, p. 280-285 ; A. Traina, Lo stile « drammatico » del filosofo Seneca, Bologne, Pàtron, 1987, p. 25 ss.

54 Sénèque, Lettres à Lucilius, 45, 5. 8. 10 ; 48, 9-12 ; 82, 9-10. 19-20. 22-24 ; 83, 8 s.

55 Sur cette critique, E. Berti, Scholasticorum Studia. Seneca il Vecchio e la cultura retorica e letteraria della prima età imperiale, Pise, Giardini, 2007, p. 156-158. Pour une illustration de ce style d’écriture marqué par la sententia chez Sénèque le Rhéteur, voir ibid., p. 158-182.

56 Dans notre corpus, voir E34, F4, F9 ; mais voir aussi, pour des sententiae qui ressortissent davantage à la pointe et ne relèvent donc pas de notre corpus, Mart 2, 4 ; Apol 2, 8 ; 46, 6-10 ; Cult I, 9, 3.

57 Voir J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion…, op. cit., p. 170-176.

58 E. Norden, Die antike Kunstprosa…, op. cit., p. 612 s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chapot, « Certis regulis. Les principes généraux d’action et de pensée dans l’écriture polémique de Tertullien et la notion de sententia », Exercices de rhétorique [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 18 mars 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhetorique/930

Haut de page

Auteur

Frédéric Chapot

Université de Strasbourg – Centre d’analyse des rhétoriques religieuses de l’Antiquité (EA 3094)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Exercices de rhétorique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo RARE
  • OpenEdition Journals