Navigation – Plan du site

Virgile, prophète du monothéisme dans l’Antiquité tardive ?

Virgil, a Prophet of Monotheism in Late Antiquity?
Joëlle Soler
p. 703-730

Résumés

Les chrétiens de l’Antiquité tardive, pris dans leur ensemble, ne considèrent pas Virgile comme un prophète de leurs croyances, contrairement à la Sibylle, dont les oracles « véridiques » auraient inspiré le poète. Pour la plupart des non-chrétiens de l’empire tardif, Virgile, dont le prestige et l’autorité sont inégalables, n’est pas non plus pour autant l’auteur sacré d’une « Bible païenne », comme l’ont écrit certains historiens de la période. Les exemples de telles interprétations sont isolés (le Discours à l’Assemblée des Saints, le Centon de Proba, les Saturnales de Macrobe) et témoignent d’appropriations monothéistes, chrétiennes et non chrétiennes, très originales, qui cristallisent les différentes étapes de la christianisation de l’empire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Virgile, prophète annonçant le christianisme ?
Lactance : guidé par la Sibylle, Virgile « ne fut pas loin de la vérité »
L’Oratio Constantini : une appropriation déformante de la quatrième Bucolique
Le Livre des promesses et des prédictions de Dieu de Quodvultdeus : la Sibylle avant Virgile
Fulgence et d’autres commentateurs de Virgile
Virgile, initié au « mystère » du Christ par un effet de la grâce divine ?
« Virgile a chanté les dons miséricordieux du Christ » : Les auteurs de centons et l’ire de Jérôme
Virgile, prophète du monothéisme païen ?
Les sortes Vergilianae dans l’Histoire Auguste : la valeur oraculaire, mais surtout politique, des vers virgiliens
Le « Platon des poètes » : la vénération de Virgile dans la Vie d’Alexandre Sévère
Les Saturnales de Macrobe : Virgile, un démiurge « initié au secret de la nature des dieux »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Il ne faut pas attendre la latinité tardive pour voir Virgile qualifié de prophète : le prince des poètes passe depuis longtemps pour diuinus, et réunit toutes les qualités du uates. Le double sens, à la fois littéraire (poète inspiré par les dieux) et religieux (prophète, devin), du terme uates complique quelque peu les choses : il semble que, dans l’Antiquité classique, ce soit surtout le génie poétique de Virgile, son talent extraordinaire, qui aient impressionné ses admirateurs, sans qu’ils considèrent pour autant l’auteur comme un prophète, au sens strict du terme.

Sénèque qualifie Virgile de uates pour montrer, par cette image, que ses poèmes contiennent des vérités salutaires, utiles et en accord avec sa propre pensée. Martial, dans l’épigramme 48 du livre XI, indique que le poète Silius Italicus honore le tombeau de Virgile : ce fait révèle non seulement sa piété envers les morts mais aussi son admiration sans borne pour l’auteur. Pline le Jeune, faisant l’éloge funèbre du mê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Soler, « Virgile, prophète du monothéisme dans l’Antiquité tardive ? », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2019, 703-730.

Référence électronique

Joëlle Soler, « Virgile, prophète du monothéisme dans l’Antiquité tardive ? », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10213

Haut de page

Auteur

Joëlle Soler

Sorbonne Université
Laboratoire d’études sur les monothéismes
joelle.soler[at]sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals