Navigation – Plan du site

La figure de Pythagore comme maître d’ésotérisme et de théologie monothéiste dans la philosophie islamique du xie/xviie siècle

The Figure of Pythagoras as a Master of Esotericism and Monotheistic Theology in 11th/17th-Century Islamic Philosophy
Mathieu Terrier
p. 731-766

Résumés

Pythagore est connu en Islam par un corpus de maximes et d’informations mêlant l’authentique et l’apocryphe. L’article étudie la réactivation de cette figure dans l’Iran shî‛ite du xie siècle de l’hégire / xviie de notre ère, chez les philosophes Mîr Dâmâd (m. 1040/1631), Mullâ Ṣadrâ (m. 1045/1636) et Quṭb al-Dîn Ashkevarî (m. ca 1090/1679). Dans leurs œuvres, ils se réfèrent fréquemment à Pythagore comme à un sage initié à la source prophétique, un maître de vie philosophique et religieuse, mais aussi un maître de vérité théologique monothéiste. Par l’harmonisation de l’enseignement qui lui est attribué avec le Coran et les ḥadîths des Imâms, ces philosophes repensent à nouveaux frais les questions de l’unicité divine, de la relation entre Dieu et Sa création, de l’âme humaine et de son destin.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

I. Pythagore, sage initié, maître d’ésotérisme et saint martyr
L’initiation prophétique
L’expérience mystique
La sagesse ésotérique
La règle de vie philosophique et religieuse
Le sage martyr
II. Pythagore, maître de théologie monothéiste
L’Un-Dieu et son ombre
Deus absconditus
L’Un et le multiple
L’homme microcosme
L’âme harmonie
Les fins dernières
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si la transmission et la réception de la philosophie grecque en Islam ont fait l’objet de nombreuses études, et si les corpus arabes d’Aristote, de Platon, de Plotin et d’Empédocle ont été identifiés, peu d’attention a été prêtée à la figure de Pythagore et à l’ensemble de maximes, philosophèmes, anecdotes, rapportés à lui dans la tradition arabo-musulmane, en particulier au-delà de l’âge classique de l’Islam (ve-viie siècles de l’Hégire / xie-xiiie siècles de notre ère). Nous nous intéresserons ici à la présence de Pythagore et de sa voix dans la « renaissance philosophique » en Iran safavide shî’ite, au xie /xviie siècle – une renaissance due, comme Henry Corbin l’a montré, à la rencontre des traditions de la falsafa avicennienne (Ibn Sînâ, m. 428/1037), de la mystique spéculative d’Ibn ‘Arabî (m. 538/1240), de la sagesse de l’Ishrâq (« illumination ») (ikmat al-ishrâq) de Suhrawardî (m. 587/1191) et de l’enseignement ésotérique attribué aux imâms du shî‛isme duodécimain. Les rep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Terrier, « La figure de Pythagore comme maître d’ésotérisme et de théologie monothéiste dans la philosophie islamique du xie/xviie siècle », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2019, 731-766.

Référence électronique

Mathieu Terrier, « La figure de Pythagore comme maître d’ésotérisme et de théologie monothéiste dans la philosophie islamique du xie/xviie siècle », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10218 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10218

Haut de page

Auteur

Mathieu Terrier

Centre national de la recherche scientifique
Laboratoire d’études sur les monothéismes, PSL
met_terrier[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals