Navigation – Plan du site

Monsieur Olier et ses peintres

Mr. Olier and his painters
François Trémolières
p. 61-82

Résumés

Jean-Jacques Olier (1608‑1657), fondateur de Saint-Sulpice, a recouru aux peintres de son temps pour la chapelle du séminaire – dont l’œuvre la plus notable est la Pentecôte de Charles Le Brun. Si les termes du contrat sont connus, on dispose en fait de peu d’éléments sur son « programme », resté largement inachevé à sa mort. La spiritualité olérienne, essentiellement mariale et sacerdotale (les deux sont liées), a aussi inspiré une importante production de gravures. La tradition littéraire sulpicienne, interne à la Compagnie, fait dériver ces images de visions du fondateur, qu’il aurait lui-même fixées dans des dessins. Mais aucun n’est conservé et, là encore, on sait peu de choses de ses relations concrètes avec les artistes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous dédions cette étude à M. Noye, archiviste émérite de Saint-Sulpice, dont l’aide nous a été précieuse pour le présent travail. Une première version avait été présentée au colloque Le peintre et le sacré. L’art de la peinture dans les églises de Paris au xviie siècle, Paris, INHA, 25‑26 janvier 2013 (dir. Christine Gouzi et Mickaël Szanto) qui accompagnait l’exposition du musée Carnavalet : Les couleurs du ciel. Peintures des églises de Paris au xviie siècle, Paris, 4 octobre 2012‑24 février 2013 (catalogue sous la dir. de Guillaume Kazerouni, Paris, Paris musées, 2012).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La chapelle des Messieurs
Virgo Sacerdos
Du « dessein » au tableau

Aperçu du début du texte

« Non content d’être le poète de l’École française de spiritualité, M. Olier voulut en être le peintre. » Cette remarque incidente de l’abbé Bremond, en note d’un chapitre du tome iii de son Histoire littéraire du sentiment religieux en France…, sur « l’excellence de M. Olier », n’a pas échappé aux historiens de l’art – Jean Simard en fit le point de départ de sa thèse sur Une iconographie du clergé français au xviie siècle, dont le chapitre sur Olier est fortement marqué par un autre ouvrage d’histoire de la spiritualité (et d’histoire doctrinale) : Marie, l’Église et le Sacerdoce de l’abbé Laurentin. Henri Bremond, principalement d’après la Vie de M. Olier de M. Faillon, signalait les relations du fondateur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice (1608‑1657) avec le jeune Charles Le Brun (1619‑1690), l’existence d’un programme iconographique pour la chapelle du séminaire, l’impulsion qu’Olier avait donnée à la gravure, son intérêt même pour une « propagande par l’image » puis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « Monsieur Olier et ses peintres », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2020, 61-82.

Référence électronique

François Trémolières, « Monsieur Olier et ses peintres », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10262

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Université Rennes 2 / CELLAM
francois.tremolieres[at]univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals