Navigation – Plan du site

Juristes musulmans contemporains, images et caricatures

Contemporary Muslim Jurists: Images and Caricatures
Dominique Avon
p. 83-109

Résumés

Nombre de savants sunnites ont promu des règles faisant de l’islam une religion iconoclaste voire iconophobe. Ils ont associé le terme de ṣūra [« image »] à un geste créateur auquel seul Dieu pouvait prétendre. Mais les sources archéologiques montrent que cette norme ne fut ni immédiate ni d’application systématique. Le Coran lui-même porte la trace d’une tension : un verset évoque des « djinns » auteurs de « statues ». Il serait donc plus pertinent de parler de tradition marquée par un aniconisme. À l’époque contemporaine, celle-ci a été bouleversée par la photographie, animée ou non. Des juristes sunnites ont alors, par à-coups, contourné et justifié nombre d’usages proscrits. Le dernier en date est la représentation cinématographique du premier cercle des « Compagnons » du prophète de l’islam.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’« affaire des caricatures » et le débat en France sur la représentation figurée
Les juristes sunnites face à l’image figurative : enseigner l’interdit… et son contournement
Les transactions pratiques avec les outils de la modernité et leurs limites

Aperçu du début du texte

L’affirmation de l’interdit de représentation de Muḥammad, et plus généralement de toute représentation figurée selon les autorités de l’islam, a couru durant la durée de l’affaire dite des « caricatures du prophète Mahomet » au cours de l’hiver 2005‑2006. Coïncidence, peu avant que les agences de presse et les médias ne s’intéressassent au sujet, l’auditorium du Louvre accueillit un colloque visant à « mesurer l’importance de l’image figurée dans la culture islamique, tant sur les objets que dans le décor monumental ». La problématique avait déjà connu une résonance internationale lorsque, le 9 mars 2001, les talibans avaient détruit à la dynamite les statues géantes des Bouddhas de Bamyan, trace d’une histoire bouddhiste pluriséculaire de la société afghane, et ce en dépit de l’intervention à Kaboul du mufti de la République égyptienne accompagné de deux ‘ulamā [« savants »] d’al-Azhar. Une impuissance que déplora le wakīl [« procureur »] de l’institution sunnite, le shaykh Maḥmūd...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Avon, « Juristes musulmans contemporains, images et caricatures », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2020, 83-109.

Référence électronique

Dominique Avon, « Juristes musulmans contemporains, images et caricatures », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10267

Haut de page

Auteur

Dominique Avon

École pratique des Hautes Études, PSL
dominique.avon[at]ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals