Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Serge Brunet, Les églises de la terre : les communautés paysannes du Val d’Aran et des Pyrénées centrales, xiiie-xviie siècle

Toulouse, Privat, 2018
Alain Rauwel
p. 142-144
Référence(s) :

Serge Brunet, Les églises de la terre : les communautés paysannes du Val d’Aran et des Pyrénées centrales, xiiie-xviie siècle, Toulouse, Privat, 2018, 507 p., 19,90 €, ISBN 9782708969957.

Texte intégral

1Le discours des manuels sur la vie paroissiale médiévale et moderne est généralement indexé sur un petit nombre de situations régionales ayant fait l’objet de thèses devenues classiques, interprétées à l’aune d’une chronologie organisée autour des impulsions du centre romain. La tentation est alors vive de regarder les cas différents comme des aberrations peu signifiantes. En bonne méthode, c’est pourtant le contraire qui s’impose : éviter les généralisations hâtives et enrichir plutôt le stock de fines études monographiques pour donner tout leur sens aux comparaisons. Dans ce mouvement, les régions montagnardes, par la structure différente de leur système de relations, ont souvent été de fructueux terrains d’expérimentation. De là vient l’intérêt considérable de l’essai offert par Serge Brunet. Cet historien moderniste, éminent spécialiste des communautés pyrénéennes, a commencé par analyser la vie religieuse en ces régions sous l’Ancien Régime, puis au temps des Guerres de religion. Il se consacre aujourd’hui, fidèle à la méthode régressive, aux temps d’« entre réforme grégorienne et réforme tridentine », poussés jusqu’à la date de 1643 (le xiiie siècle indiqué dans le titre est restrictif par rapport à la chronologie concrètement envisagée). Le principal laboratoire choisi est le Val d’Aran, une zone de montagne à l’identité forte et aux pratiques spécifiques, jamais isolé toutefois mais toujours étudié en comparaison serrée avec les terres voisines d’Urgell, de Bigorre, de Couserans…

2La « république montagnarde » d’Aran appartient institutionnellement au petit diocèse de Comminges, ce qui favorise assurément son tropisme autonomiste : l’évêque, assez éloigné, n’est pas un puissant prince d’Église, et les grands monastères sont eux aussi à l’écart, dans le bas pays. Le prélat doit jurer de respecter les privilèges ecclésiastiques d’Aran, et il est contraint de nommer un official propre à la vallée, nécessairement originaire, car les Aranais refusent d’être jugés hors de leur petit pays ! Le terrain est donc libre pour le jeu des communautés d’habitants. Très longtemps, ces dernières restent maîtresses des églises, qu’elles ont très vraisemblablement édifiées (S. Brunet cite à très juste titre cette revendication d’un prévenu d’hérésie interrogé par Jacques Fournier : « l’église est à nous, nous l’avons construite »). L’observatoire privilégié par lequel on peut évaluer ce contrôle est celui de la dîme. Les travaux de S. Brunet s’inscrivent ici dans un grand mouvement historiographique de réexamen de la question dimière, mené notamment autour de Michel Lauwers et de Roland Viader. Si abandon il y a dans les vallées pyrénéennes, c’est au xive siècle, nullement au moment « grégorien » – encore les cédants restent-ils généralement fermiers des revenus « restitués », ce qui relativise beaucoup les transferts.

3De ces dîmes collectivement tenues les Aranais font des « portions », destinées exclusivement à des fils de la vallée ordonnés au sacerdoce, demeurant sur place et desservant les églises et les fondations. On trouve ici un cas magnifique de prêtres indigènes vivant en communautés fermées, à proximité immédiate de leurs familles biologiques et à leur service, selon un modèle qui a été bien étudié ailleurs sous des noms divers (« prêtres-filleuls » par exemple). L’idéologie grégorienne semble couler sur le clergé des montagnes comme l’eau sur les plumes d’un canard : en plein xive siècle, le droit propre d’Aran reconnaît aux prêtres le statut de chef de maison, les rendant éligibles aux fonctions civiles, et à leurs enfants le droit de succéder. On en retire l’image d’un clergé menant très largement une vie de famille et de labeur, avec un taux de distinction très bas. Rien de surprenant à ce constat, mais la publicité de cette indifférence tranquille aux règles canoniques signe bien l’originalité du milieu montagnard : « qu’ils viennent nous chercher », croit-on entendre.

4L’une des forces de la passionnante enquête diligentée par S. Brunet est l’intérêt pour les structures monumentales de l’ecclésialité aranaise – dont on perçoit les vestiges grâce à un cahier photographique. Pas d’actes de consécration précoces pour les églises d’Aran comme on en trouve dans les vallées catalanes, hélas. On possède en revanche des renseignements précieux sur la gestion collective des bâtiments cultuels et de leurs annexes, à commencer par la « tour d’église ». Clocher traditionnel, cet édifice servait aussi à la défense et, plus encore, au stockage des grains collectés au titre de la tenue communautaire des dîmes. Ces derniers ne servaient pas seulement à former les « portions » sacerdotales mais aussi, en cas de nécessité, et jusqu’au plein xvie siècle, à constituer des « caisses de secours mutuel ». On voit pourquoi la dîme n’apparaît pas en ce monde pyrénéen comme une ponction arbitraire et insupportable : jamais complètement abandonnée par le groupe villageois, elle offre à la fois une garantie face aux malheurs des temps et un subside régulier pour la part célibataire de la communauté, indispensable à la fois aux équilibres démographiques et aux bonnes relations avec les morts et l’au-delà.

5Ce que révèlent en somme les beaux travaux de S. Brunet, dans un espace frontalier protégé par son relief, c’est la relativité de la domination ecclésiale induite par les phénomènes globaux de « réforme » et de monarchie pontificale. Des espaces de négociation entre hiérarchie et laïcat bien supérieurs à ce que l’on croit communément restaient ouverts, lorsque les circonstances locales s’y prêtaient. Il est temps de cesser d’y lire, selon une phraséologie entièrement périmée, les symptômes d’une « Église aux mains des laïcs ». Bien plutôt s’agit-il d’une autre économie ecclésiale, au double sens du mot économie : une autre gestion de la transformation des biens de la terre en biens pour le Ciel, et en conséquence une autre perception du rapport entre Église militante et Cour céleste, fondée sur un système alternatif de médiations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Serge Brunet, Les églises de la terre : les communautés paysannes du Val d’Aran et des Pyrénées centrales, xiiie-xviie siècle », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2020, 142-144.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Serge Brunet, Les églises de la terre : les communautés paysannes du Val d’Aran et des Pyrénées centrales, xiiie-xviie siècle », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 24 mars 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10374

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals