Navigation – Plan du site

Noms de dieux et théologie négative au Levant dans l’Antiquité

Divine names and negative theology in the Levant in Antiquity
Fabio Porzia
p. 211-237

Résumés

L’étude des noms de dieux donne accès à un véritable savoir théologique. Cette approche est a fortiori fondamentale dans l’étude de religions comme celles du Levant, pour lesquelles nous ne disposons pas toujours de sources littéraires. Après avoir montré les enjeux théologiques des noms de dieux, cet article se concentre sur des noms parlants qui ont parfois fait penser à des dieux sans nom propre, voire anonymes. En inscrivant ces noms dans le système de nomination sémitique, cet article montre que, d’une part, il est inexact de considérer ces divinités comme anonymes et que, d’autre part, les noms de dieux formés sur des noms communs comme ba‘al, ’el, ’adon, melek etc. ouvrent aux développements postérieurs de la théologie négative.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article s’inscrit dans les activités du projet « Mapping Ancient Polytheisms – Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency ». Ce projet est financé par le Conseil Européen de la Recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et d’innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 (contrat de financement n° 741182).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Noms de dieux et théologie négative : l’approche onomastique
Des dieux anonymes ?
Le système de nomination sémitique
Quelle théologie négative pour le Levant ancien ?

Aperçu du début du texte

Est-il possible de retrouver des éléments de théologie négative dans les religions levantines anciennes ? La première réponse ne peut être, à son tour, que négative. Il s’agit, à bien des égards, d’une comparaison hasardeuse. La notion de « théologie négative », bien qu’elle revienne à la mode, notamment parmi les philosophes et, en particulier en France à la suite de Jacques Derrida et Jean-Luc Marion, reste une notion fortement liée à la religion chrétienne et située alternativement, selon les auteurs déjà anciens, entre mystique et métaphysique. Comment donc adapter la recherche d’une théologie négative à des religions intrinsèquement éloignées de ces catégories ? De surcroît, il s’agit de religions pour lesquelles les chercheurs peinent aujourd’hui à parler de « théologie » tout court, à cause d’une limite documentaire. En effet, notre connaissance de ces religions – à l’exception de la religion biblique peut-être – est extrêmement lacunaire et beaucoup de questions tombent dans...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Porzia, « Noms de dieux et théologie négative au Levant dans l’Antiquité », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2020, 211-237.

Référence électronique

Fabio Porzia, « Noms de dieux et théologie négative au Levant dans l’Antiquité », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10521

Haut de page

Auteur

Fabio Porzia

ERC “Mapping Ancient Polytheisms” (MAP – 741182)
Université de Toulouse – Jean Jaurès
fabio.porzia[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals