Navigation – Plan du site

Vision divine, interdit de représentation et via negationis dans la Bible hébraïque

Divine Vision, the Prohibition of Images and the Via Negativa in the Hebrew Bible
Stéphanie Anthonioz
p. 291-320

Résumés

L’enjeu de cette contribution est d’expliquer la rareté des visions divines dans la Bible hébraïque en se fondant sur l’interdiction biblique des images divines. Comment dire ce qui ne peut être représenté, ce qu’il est interdit même de représenter ? Ne faut-il pas alors confronter l’interdit de la représentation divine, qui développe le premier commandement du décalogue (Ex 20,2‑6 ; Dt 5,6‑10), à son contexte littéraire plus large et historique ? Les conclusions de l’étude amèneront à affiner la compréhension de l’interdit et à saisir dans une approche historique mais aussi religieuse la via negationis de la représentation divine biblique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La via negationis est-elle biblique ?
L’interdit de représentation : textes et contextes littéraires
Le décalogue
Le décalogue (Dt 5,6‑10) : loi deutéronomique et exhortation mosaïque
Le décalogue (Ex 20,2‑6) : alliance exodique et révélation du sanctuaire
Vision négative : deux témoins dans la bibliothèque prophétique (Is ; Ez)
La vision inaugurale dans le livre d’Isaïe
La vision continuée dans le livre d’Ézéchiel
Aniconisme et via negationis : peut-on esquisser une réponse historique ?

Aperçu du début du texte

Les visions divines sont un fait rare dans les textes bibliques, ce qui a quelque chance de refléter l’interdit de l’image. Pourtant, des visions prophétiques trouvent place dans un cadre souvent cultuel, que l’on songe à Isaïe (6) ou Ézéchiel (Ez 8–11), et laissent apparaître une représentation anthropomorphique de la divinité, plutôt cosmique et royale en Isaïe, mais plutôt humaine en Ézéchiel (1,26). D’autres textes de vision pourraient être cités (1 R 22 ; Jr 1 ; 24 ; Am 7–9 ; Za 1–6 ; Dn 7 ; 8 ; 10 ; 12), mais à quelques exceptions près – le livre de Daniel –, elles ne sont pas une vision de la divinité : il s’agit plutôt d’un signe divin explicité par un oracle.

L’enjeu de cette contribution est d’explorer le dogme biblique de la non-représentation divine (Ex 20,2‑6 ; Dt 5,6‑10) : comment dire ce qui ne peut être représenté, ce qu’il est interdit même de représenter ? Nous proposons de confronter l’interdit avec ses contextes littéraires plus larges et son cadre historique. Les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Anthonioz, « Vision divine, interdit de représentation et via negationis dans la Bible hébraïque », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2020, 291-320.

Référence électronique

Stéphanie Anthonioz, « Vision divine, interdit de représentation et via negationis dans la Bible hébraïque », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10551

Haut de page

Auteur

Stéphanie Anthonioz

Université catholique de Lille, UMR 8167
stephanie.anthonioz[at]univ-catholille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals