Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Critique et théologie dans l’Euro...

Critique et théologie dans l’Europe du xviie siècle

Notes critiques
Criticism and theology in seventeenth-century Europe. (Essay review)
Jean-Louis Quantin
p. 413-422
Référence(s) :

À propos de Nicholas Hardy, Criticism and confession : the Bible in the seventeenth-century Republic of Letters, Oxford, Oxford University Press (« Oxford-Warburg Studies »), 2017, xii-464 p., 80 £, ISBN 9780198716099.

Résumés

La thèse de Nicholas Hardy, Criticism and confession : the Bible in the seventeenth-century Republic of Letters, s’inscrit dans le renouvellement récent de l’histoire de l’érudition, qui s’oriente de plus en plus vers l’étude des pratiques savantes – non seulement de ce que les érudits des temps modernes disaient, mais de ce qu’ils faisaient. Examinant une série de grandes figures (Casaubon, Selden, Grotius, Cappel…) que l’historiographie a longtemps données comme emblématiques d’un processus de sécularisation, N. Hardy s’attache à les replacer dans le contexte de leur temps et à en étudier la réception par les contemporains, y compris sous la forme de la censure. Il parvient ainsi à montrer avec rigueur et clarté que leur travail restait profondément confessionnel. Loin d’être l’apanage d’un parti supposément progressiste, la critique était aussi bien pratiquée par les théologiens orthodoxes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Rethéologiser l’érudition moderne
Érudition et censure
Un livre négatif ?

Aperçu du début du texte

Recensant l’importante thèse de Dmitri Levitin sur les histoires de la philosophie antique dans l’Angleterre du xviie siècle, Dirk van Miert a souligné qu’elle était « clairement le produit de ce que nous pourrions commencer à appeler une “école” », au sens d’un « type d’analyse historiographique » désormais suffisamment pratiqué pour avoir atteint une masse critique – Dirk van Miert cite une quinzaine de noms, avant tout anglophones ou du moins publiant en anglais. Dmitri Levitin a lui-même, dans un texte polémique et important, excellemment caractérisé cette approche :

La grande révolution dans ce qu’on peut appeler, dans un sens très large, « l’histoire de l’érudition », a consisté pour les historiens à s’intéresser de plus en plus à ce que les érudits des temps modernes faisaient effectivement. Autant dire que nous ne nous contentons pas de réduire leurs idées à une position politico-idéologique, ou de prêter foi à la rhétorique méthodologique jetée au passage dans leurs préfaces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Quantin, « Critique et théologie dans l’Europe du xviie siècle », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2020, 413-422.

Référence électronique

Jean-Louis Quantin, « Critique et théologie dans l’Europe du xviie siècle », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10602

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Quantin

École pratique des Hautes Études
(Section des sciences historiques et philologiques)
jean-louis.quantin[at]ephe.sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search