Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusJean-Marie Husser, Introduction à...

Comptes rendus

Jean-Marie Husser, Introduction à l’histoire des religions

Paris, Ellipses, 2017
Corinne Bonnet
p. 447-450
Référence(s) :

Jean-Marie Husser, Introduction à l’histoire des religions, Paris, Ellipses, 2017, 24 cm, 384 p., 25 €, ISBN 978‑2340‑02049‑8.

Texte intégral

1À la page 5 de cette remarquable synthèse sur l’histoire des religions, son auteur, qui vient de terminer sa carrière de professeur, écrit : « Ce livre s’est développé à partir d’un enseignement d’histoire des religions donné pendant de nombreuses années à la Faculté des sciences historiques de l’Université de Strasbourg. Cette faculté a la particularité, exceptionnelle en France, de consacrer deux postes d’enseignement et de recherche dédiés à cette discipline. C’est un plaisir pour moi d’adresser ces pages aux étudiants pour qui elles ont d’abord été pensées au fil des ans… ». De fait, le livre que l’on présente ici constitue un outil remarquable pour les étudiants universitaires, mais il est aussi parfaitement accessible à un public cultivé que les religions, leur histoire, les enjeux qui s’y rattachent intéressent. Je suis aussi convaincue qu’il rendra de grands services aux enseignants, tant universitaires que ceux du secondaire, confrontés à la difficile mission d’enseigner ce qu’en France on appelle le « fait religieux » (sur cette notion, cf. p. 344 du livre). Ce n’est vraiment pas une entreprise simple que de proposer, en moins de 400 pages, non pas un « exposé des mythologies ou des systèmes de pensée des différentes religions » (p. 3), mais une « introduction critique aux outils d’analyse des faits religieux, aux notions et aux catégories utilisées en histoire et en anthropologie des religions » (p. 3). J.-M. Husser y parvient avec précision, lucidité, clarté et équilibre dans un essai remarquablement informé et documenté. Sur des sujets difficiles, parfois épineux, sur des débats complexes qui n’ont cessé de rebondir depuis au moins le xixe siècle, sur des notions souvent imbriquées, il adopte un positionnement scientifique impeccable qui a le grand mérite de faire comprendre comment les grandes catégories de l’histoire des religions, à commencer par celle de « religion », mais aussi celles de « sacré », « mythe », « rite », « magie », « sacrifice », « mystique », etc., se sont construites dans des contextes intellectuels bien précis et font aujourd’hui encore l’objet de débats. En retraçant l’histoire de ces notions, leur étymologie, leurs usages, les arrière-plans philosophiques et théologiques, les écoles et courants qui s’en sont emparées, l’Auteur, sans renoncer à une admirable érudition sur chacun des thèmes traités, donne la priorité à la réflexion, à la prise de conscience de la complexité et de la profondeur de ces concepts, de leur intérêt pour analyser les religions, mais aussi de leurs biais et des impasses de la recherche. Cette Introduction est donc aussi, en filigrane, une histoire et une épistémologie de la discipline, de ses avancées et des obstacles qu’elle a rencontrés, de ses orientations, des enjeux qui l’ont traversée (et constituée), des questions qui restent en suspens.

2Avec beaucoup de lucidité, J.-M. Husser concède : « Nul doute cependant que ce livre serait très différent s’il avait été écrit en Chine, en Inde ou en Afrique », tant il est vrai que « l’histoire comparée des religions est une entreprise typiquement occidentale » (p. 3). Pourtant, au fil du livre, nombreuses sont les occasions où l’on sort du cadre proprement européen pour s’intéresser au prophétisme africain, au chamanisme sibérien, aux sacrifices humains d’Amérique latine… L’envergure du traitement des thèmes placés au centre de chaque chapitre mérite d’être soulignée. Quatre parties renferment treize chapitres très bien équilibrés. La matière est si foisonnante et complexe que l’on pourrait évidemment imaginer d’autres découpages, mais celui-ci tient parfaitement la route.

3La première partie, consacrée à « Penser la religion », aborde successivement le chapitre I sur « Penser la religion en Occident », le chapitre II « La religion définie par le sacré » et le chapitre III « La religion définie par ses contenus ou par sa fonction ». Armé de connaissances solides sur les diverses manières de concevoir et de définir la religion, toutes piégeuses et problématiques, le lecteur peut ainsi aborder des thématiques plus spécifiques. Avant d’y venir, il convient de signaler que les notes de bas de pages, sobres mais précises et efficaces, facilitent la lecture de l’ouvrage. Une bibliographie figure à la fin de chaque chapitre pour permettre au lecteur d’approfondir ; elle est faite à la fois de « grands classiques » et de références plus récentes, en français, mais aussi dans d’autres langues. Les choix effectués sont pertinents, bien à jour et représentatifs de diverses orientations de recherche. On pourrait évidemment suggérer tel ou tel ajout, mais dans un ouvrage de synthèse comme celui-là, l’exercice paraît particulièrement vain. Dans chaque chapitre, le propos est clair tout en étant nuancé, sans simplification ; le style est d’une merveilleuse sobriété et efficacité ; la prise en compte critique des débats historiographiques permet au lecteur de mesurer à quel point des notions qui semblent fondamentales et acquises sont au contraire problématiques et véhiculent des présupposés encombrants ; à chaque époque les siens ! Les acquis de l’analyse sont régulièrement résumés de manière très pédagogique et l’Auteur n’hésite pas à conclure sur des questions ou des incertitudes, plutôt que des réponses.

4« Les représentations imaginaires » sont abordées dans la deuxième partie qui contient également trois chapitres : « La cosmologie », « Les puissances invisibles » et « Le mythe ». Par quel biais connaît-on, fait-on l’expérience ou imagine-t‑on cette réalité autre « dépassant les limites objectives de la condition humaine » (p. 74). C’est dans cette partie qu’il est question du temps des origines, des cycles cosmiques, des perspectives de salut et de l’organisation symbolique des territoires. C’est ici aussi que J.-M. Husser cerne les notions de divinité, puissance, esprit, ange/démon, génie, panthéon, sans oublier celles de mono- et polythéisme. Enfin, avec la catégorie de « mythe », il traite une catégorie majeure, lourde et difficile, qui « traverse l’ensemble des productions culturelles », un « élément du système global » qu’il faut interpréter à la lumière de ses relations avec les institutions, le droit, les codes, les rites… (p. 149).

5La troisième partie se focalise sur « Les formes de médiations religieuses », avec quatre chapitres : « Tradition et autorité », « Les médiations symboliques », « Le sacrifice » et « Les médiations charismatiques ». L’attention se porte avant tout sur les acteurs humains et divins, concernés par diverses formes d’interaction symbolique ayant pour finalité d’agir sur l’environnement des sociétés, de les réguler souvent, mais pas toujours. Il est beaucoup question ici de hiérarchies sociales, d’autorités, d’institutions, d’organisations, de rôles, etc., entre révélation et tradition, les deux grands pôles donnant accès à la connaissance qui légitime les acteurs religieux. Deux notions-clés de l’histoire des religions sont abordées, celles de « rite » et celle de « sacrifice », avec toutes leurs déclinaisons (rites de passage, rites d’initiation, rites funéraires, rites de possession, sacrifice sanglant et non sanglant, sacrifice humain, sacrifice de dette…). Dans les deux cas, la mise en perspective historiographique est lumineuse et les questions soulevées plus que judicieuses ; elles obligent à « dénaturaliser » des catégories que l’historien utilise quotidiennement, qui ont une réelle efficacité heuristique et herméneutique, mais qui n’en sont pas moins problématiques, même quand elles semblent appartenir à une pensée emic. On appréciera aussi les pages consacrées à la divination et au prophétisme, eux aussi « dans tous leurs états », de l’Antiquité au très contemporain qui connaît diverses formes de messianisme ou des mouvements charismatiques de grande audience.

6Enfin, la quatrième partie, intitulée « La religion à ses frontières », traite en trois chapitres « La magie et les religions », « Ascèse et mysticisme, la religion des virtuoses » et « Le religieux dans tous ses états ». Même si les pages initiales du livre montrent bien que les contours de la notion de « religion » sont flous et variables (selon les cultures, les lieux et les temps), il n’empêche que bien des religions ont développé une conscience de l’altérité de ceux (individus ou collectivités) qui appartiennent à une autre tradition, à d’autres pratiques ou croyances. La « magie » – autre concept encombrant sans cesse repensé – a été considérée dans l’Antiquité, par certains du moins (la situation en Égypte n’est pas comparable à celle de la Grèce et de Rome), comme marginale et dangereuse, réceptacle d’un pouvoir qui passait par les objets et les êtres, et qui n’hésitait pas à mélanger les traditions par des pratiques et un langage foncièrement multiculturels. Le chapitre sur la religion des virtuoses aborde notamment la question de la prière – la seule thématique que j’aurais volontiers positionnée ailleurs dans la mesure où elle me semble relever de la « religion ordinaire » –, des multiples formes de spiritualité, d’extase et de mysticisme, jusqu’à se poser, dans le sillage de divers auteurs, la question d’un lien possible avec la folie. Enfin, par « religieux dans tous ses états », on entend la religion populaire, le syncrétisme – catégorie dont J.-M. Husser montre combien elle est bancale, tout en estimant qu’elle rend encore des services, ce sur quoi je me différencie de lui –, la sécularisation, les intégrismes et fondamentalismes, autant de questions très actuelles, abordées avec clairvoyance, et toujours un grand-angle afin de ne pas s’enfermer dans une conception excessivement française ou européenne. La dernière note du dernier chapitre est consacrée à l’Église maradonienne, fondée en Argentine en 1998, pour célébrer le dieu Diego Maradona, qui compte près de 100 000 adeptes dans le monde entier ! Preuve s’il en est que les religions sont bien des constructions sociales qui ont une histoire sans cesse réécrite et repensée.

7Un index de quatre pages clôt le volume. Étant donné la prodigieuse richesse des sujets traités, un index plus développé aurait sans doute rendu des services. Mais ne boudons surtout pas notre plaisir intellectuel et surtout redisons notre admiration pour un volume qui fera date et sera largement utilisé. Il est vivement recommandable pour les cours universitaires. On pourrait même exprimer le souhait qu’il soit traduit dans d’autres langues. On est vraiment reconnaissant à Jean-Marie Husser d’avoir mis à la disposition de tous le suc d’une longue carrière et le fruit d’une riche expérience d’enseignement. On referme son livre en admirant une dernière fois l’équilibre tout en nuance et sobriété avec lequel il a décortiqué et expliqué des sujets si complexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Jean-Marie Husser, Introduction à l’histoire des religions », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2020, 447-450.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Jean-Marie Husser, Introduction à l’histoire des religions », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10626 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10626

Haut de page

Auteur

Corinne Bonnet

Université Toulouse – Jean Jaurès.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search