Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusHiéroclès d’Alexandrie, Commentai...

Comptes rendus

Hiéroclès d’Alexandrie, Commentaire sur les vers d’or des Pythagoriciens. Traité sur la providence, traduits par Noël Aujoulat et Adrien Lecerf

Paris, Les Belles Lettres (« La roue à livres », 84), 2018
Florian Audureau
p. 459-460
Référence(s) :

Hiéroclès d’Alexandrie, Commentaire sur les vers d’or des Pythagoriciens. Traité sur la providence, traduits par Noël Aujoulat et Adrien Lecerf, Paris, Les Belles Lettres (« La roue à livres », 84), 2018, xvi-314 p., 21 cm, 35 €, ISBN 978‑2-251‑44798‑8.

Texte intégral

1La présente publication contient, en traduction française, les œuvres intégrales qui nous ont été conservées de Hiéroclès d’Alexandrie (ve siècle), à savoir un commentaire sur les Vers d’or du pythagorisme et un traité sur le destin, et pallie ainsi un besoin éditorial qui se faisait sentir depuis longtemps. La collection s’adresse à un public large et ne contient pas le texte original, ce qui fait du livre un manuel pratique pour une lecture rapide du philosophe. Publié à titre posthume par les soins d’Adrien Lecerf, cet ouvrage est le fruit de longues années de recherche consacrées par Noël Aujoulat au philosophe Hiéroclès et conclut un cycle d’études qui lui a été consacré (Noël Aujoulat, Le néo-platonisme alexandrin, Hiéroclès d’Alexandrie : filiations intellectuelles et spirituelles d’un néo-platonicien du ve siècle, Leyde, Brill, 1986 ; Ilsetraut Hadot, Studies on the Neoplatonist Hierocles, Philadelphia, American Philosophical Society, 2004 ; Hermann Sadun Schibli, Hierocles of Alexandria, Oxford University Press, 2002). Il ne prétend pas apporter de nouveaux résultats mais expose clairement l’état du savoir, renvoie aux travaux pertinents dans un appareil bibliographique réduit à l’essentiel et prend position sur quelques problèmes débattus. En mariant précision et simplicité, l’introduction offre donc au public francophone un accès clair et facile à un témoin important du milieu intellectuel polythéiste, aux pratiques littéraires du commentaire philosophique (p. 26‑36) et à la diffusion d’une « orthodoxie » païenne. Autant pour l’historien de la philosophie que pour l’historien de la religion, Hiéroclès représente une source d’information que le présent ouvrage rendra plus accessible.

2Le Commentaire au Vers d’Or est un travail d’exégèse néoplatonicienne sur un corpus métrique d’inspiration pythagoricienne. La dernière traduction française a été effectuée en 1931 par Mario Meunier et le texte grec, réédité depuis par Koehler en 1974, méritait une traduction nouvelle, qui tienne compte des mises à jour de la recherche. En ce qui concerne la datation des Vers d’or (p. 14‑21), elle est sujette à débat : contre la datation haute, au ive siècle av. J-C., de Johan C. Thom (The Pythagorean Golden Verses, Brill [« Religions in the Graeco-Roman world », 123], 1994, p. 35‑58), les A. insistent sur la maigreur des données disponibles et privilégient, pour des raisons contextuelles, les deux premiers siècles de notre ère (p. 20). Un pythagoricien anonyme en est le compositeur mais certains vers circulaient probablement en amont de manière séparée. Quoi qu’il en soit de cette « préhistoire », le commentaire de Hiéroclès s’inscrit, lui, dans le contexte alexandrin et néoplatonicien du ve siècle. Il comprend deux sections, correspondant aux deux parties de la philosophie (p. 65‑68). La première partie porte sur la dimension pratique de la philosophie et sur les vertus (ἀρεταί) (sections I-XIX du Commentaire) ; mais l’éthique a une fonction purificatrice et doit mener à la dimension contemplative de la philosophie (θεωρία), qui constitue la seconde partie du commentaire (sections XXI-XXVII). Alors que la première permet de devenir homme, la seconde a pour but la divinisation de l’humain. Aussi inclut-elle une partie « télestique » qui porte sur les pratiques rituelles (p. 68‑70 ; sections XXVI-XXVII). Comme les A. l’indiquent (p. 69), l’exemple de la télestique que donne Hiéroclès est celui des « rites sacrés des cités », c’est-à-dire les cultes civiques traditionnels, mais l’interprétation qu’il en fait l’apparente à la théurgie et en fait une méthode purificatrice pour opérer la divinisation de l’âme et de son véhicule lumineux (ὄχημα).

3De son côté, le Traité sur la Providence est un ouvrage aujourd’hui perdu. Seul un résumé et quelques citations nous ont été transmis grâce à Photius (ixe siècle). Le traité en son entier se composait de sept livres et les extraits littéraux qui en sont conservés proviennent uniquement des trois premiers, consacrés à l’argumentation sur les notions de destin, de providence et de libre arbitre (l’existence du hasard est écartée, ou minimisée). L’exercice est assez classique : il s’agit de produire une théodicée et de concilier la liberté humaine avec la providence divine. Ces deux termes sont conçus comme complémentaires et le bien implique la coopération entre l’être humain et le divin (p. 76‑79) : paradoxalement, « l’être humain est appelé à librement placer son action sous le signe absolu et immuable des décrets divins » (p. 77). En écho à cette coopération, le Commentaire propose une théorie de la prière originale qui fait du dieu et de l’être humain les deux sujets agissant à travers l’action humaine (section XXI ; les A., p. 64‑65, introduisent le concept de « grâce » pour décrire cette théorie mais le concept est étranger à Hiéroclès). Dans les livres suivants malheureusement perdus, le Traité se prolongeait avec une vision téléologique de l’histoire philosophique (p. 13) ; il cherchait à démontrer l’accord entre les autorités intellectuelles (Oracles chaldaïques, Homère, Orphée, Aristote, Platon, Ammonius Saccas, Plotin, etc.). Cette concorde convergeait vers Plutarque d’Athènes qui était alors le scholarque néoplatonicien dirigeant l’école athénienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Audureau, « Hiéroclès d’Alexandrie, Commentaire sur les vers d’or des Pythagoriciens. Traité sur la providence, traduits par Noël Aujoulat et Adrien Lecerf », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2020, 459-460.

Référence électronique

Florian Audureau, « Hiéroclès d’Alexandrie, Commentaire sur les vers d’or des Pythagoriciens. Traité sur la providence, traduits par Noël Aujoulat et Adrien Lecerf », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10648

Haut de page

Auteur

Florian Audureau

Université Paris-Diderot, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search