Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusCaroline Ford, De la province à l...

Comptes rendus

Caroline Ford, De la province à la nation. Religion et identité politique en Bretagne, traduit de l’anglais par Patrick Galliou

Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Histoire »), 2018
Yvon Tranvouez
p. 496-497
Référence(s) :

Caroline Ford, De la province à la nation. Religion et identité politique en Bretagne, traduit de l’anglais par Patrick Galliou, Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Histoire »), 2018, 24 cm, 280 p., 25 €, ISBN 978‑2-7535‑7474‑8.

Texte intégral

1Traduction française, près de vingt-cinq ans après sa parution aux États-Unis, d’un ouvrage devenu rapidement ce qu’il est convenu d’appeler un classique, c’est-à-dire un livre que tout le monde évoque sans forcément l’avoir lu, ou en tout cas avec assez d’attention. Creating the Nation in Provincial France. Religion and Political Identity in Brittany, publié initialement aux États-Unis en 1993, méritait d’être rendu accessible au lectorat francophone qui ne maîtrise pas forcément l’anglais.

2Portant sur le moment charnière des années 1890‑1926, ces années au cours desquelles la République s’emploie à gagner des campagnes qui ne lui sont pas a priori favorables, Caroline Ford, aujourd’hui professeur à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), remet en cause la thèse d’Eugen Weber, selon qui la transformation des campagnes françaises se serait faite de haut en bas, par le triomphe progressif des valeurs citadines, modernes et nationales sur la résistance des coutumes rurales, traditionnelles et locales : Peasants into Frenchmen, comme le disait excellemment le titre anglais du livre de Weber (1976, titre traduit faiblement chez Fayard en 1983 par La fin des terroirs). Dans le cas du Finistère, qui est l’objet de l’étude fouillée de Caroline Ford, il apparaît au contraire que la modernisation politique s’est largement opérée à travers la résistance catholique, portée par un clergé d’origine populaire, aux tentatives d’intégration jacobine symbolisées par le ministère Combes et sa lutte à la fois contre les congrégations et contre l’emploi de la langue bretonne. Il n’y a donc pas eu crispation sur un passé condamné à disparaître mais, à partir d’un socle culturel solide et de principes religieux considérés comme intangibles, une contre-offensive sur le terrain de la modernité. Aux illusions réactionnaires de restauration monarchique, les leaders des catholiques finistériens – ceux du Léon en particulier – ont préféré le combat pour une démocratie chrétienne, c’est-à-dire pour la démocratie mais chrétienne. Et pourtant, à terme, et en grande partie sous l’effet de la Grande Guerre et de l’union sacrée, ils ont fini par se rallier à la démocratie, tout court.

3L’auteur a fait le choix de republier tel quel l’ouvrage de 1993, sans chercher à faire des mises à jour qui auraient été complexes. On ne trouvera donc pas ici le dernier état de la question mais la trace d’une inflexion historiographique qui s’est opérée quasi simultanément en France, comme le montre la grande thèse, plus englobante par son espace et par sa thématique, de Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (18501950), publiée chez Fayard en 1992. Michel Lagrée avait d’ailleurs été l’un des premiers à souligner l’importance du livre de Caroline Ford dans un compte rendu paru en 1994 dans les Annales. Sur le terrain proprement politique et finistérien qui est celui de l’auteur, d’autres travaux sont venus par la suite développer ou préciser les choses. De cette bibliographie complémentaire, on signalera ici seulement trois titres majeurs : Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale. Morlaix, 18401914. L’avènement des militants, Rennes, PUR, 1997 ; Maurice Lucas, La Cornouaille politique (18701914). Étude sur le berceau de la Bretagne républicaine, Paris, Les Indes savantes, 2014 ; Marie-Thérèse Cloître, Les catholiques et la République. Finistère, 18701914, Brest, UBO/CRBC, 2017.

4Cet ouvrage a également ceci d’essentiel qu’il fait désormais référence, au-delà du seul cas breton qu’il examine, dans l’étude des rapports entre centres et périphéries et de la construction des identités nationales ou régionales. D’un point de vue historique, il permet de fructueuses comparaisons, notamment avec d’autres régions européennes où s’est constitué, à un moment ou un autre, un mouvement catholique puissant et structuré, politique ou métapolitique. Est-il besoin d’ajouter qu’alors qu’en octobre 2019 des voix se sont élevées, à gauche comme à droite, pour demander, en vain, au nom de la laïcité et du refus du communautarisme, que l’on interdise à l’Union des démocrates musulmans français (UDMF), fondée en 2012, de présenter des listes aux élections municipales, autrement dit de participer normalement à la vie politique, la lecture de ce livre sur les démocrates chrétiens d’il y a un siècle peut opportunément contribuer à approfondir la réflexion sur les rapports entre religion et démocratie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Caroline Ford, De la province à la nation. Religion et identité politique en Bretagne, traduit de l’anglais par Patrick Galliou », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2020, 496-497.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Caroline Ford, De la province à la nation. Religion et identité politique en Bretagne, traduit de l’anglais par Patrick Galliou », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10801

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Université de Bretagne occidentale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search