Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4Calvin, la grâce et l’éthique de ...

Calvin, la grâce et l’éthique de la dette

Calvin, grace and the ethics of debt
François Dermange
p. 541-558

Résumés

En insistant sur la grâce, la Réforme a voulu rompre avec une comptabilité des œuvres. En imputant aux élus les mérites du Christ, Dieu met à leur compte, sans préalable ni condition, ce qui vient les sauver, annulant toute dette à son égard. Cette conception de la grâce a-t-elle eu un effet transformateur sur les relations économiques et la dette ? À travers ses commentaires bibliques et ses sermons, Calvin s’efforce de montrer que oui. Sans remettre en cause la propriété et le crédit, il tente d’en limiter les dérives par un double critère : l’équité envers les débiteurs, rapportée à la justice divine, et la libéralité, rapportée à la grâce. Il fait des conséquences pour les pauvres le seul critère de jugement éthique des mécanismes de crédit. Cette perspective n’est pourtant pas parvenue à prendre forme dans le droit, restant cantonnée à la discipline ecclésiastique et à la seule appréciation des riches qui se voulaient hommes et femmes de bien.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction : la logique de la grâce
L’équité première exigence de la grâce
La libéralité figure de la grâce
Une nouvelle éthique de la dette ?
Les dettes dans le contexte du crédit
Conclusion : l’éthique de la responsabilité suffit-elle ?

Aperçu du début du texte

Introduction : la logique de la grâce

La dette a souvent servi à qualifier la relation à Dieu. Ainsi Calvin note-t-il que dans l’Ancien Testament déjà, les sacrifices sont présentés comme le moyen pour les Juifs de « s’acquitter de leurs dettes et de la malédiction en laquelle ils se sentaient être enclos ». Le thème est repris dans le Nouveau Testament, la passion du Christ étant vue comme un sacrifice. Plus tard, la théorie anselmienne de la satisfaction ne fera que jouer sur la métaphore de la dette. Dieu, dont la justice prime sur la bonté, est offensé par le péché et en demande des comptes. Puisque nul ici-bas n’est en mesure d’en apporter réparation, il faut qu’il envoie son propre fils, lui qui est sans péché, pour qu’il expie à la place des humains le prix de leurs fautes. Ultime acte d’obéissance, la mort sur la croix est alors censée payer le prix de la dette et rendre à Dieu le crédit qui lui est dû.

Malgré son insistance sur la grâce, la Réforme ne remet pas frontalement e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dermange, « Calvin, la grâce et l’éthique de la dette », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2020, 541-558.

Référence électronique

François Dermange, « Calvin, la grâce et l’éthique de la dette », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10862

Haut de page

Auteur

François Dermange

Université de Genève
François.Dermange[at]unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search