Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4Pierre Viret et la vraie charité....

Pierre Viret et la vraie charité. Le difficile renouvellement de la charité privée après la suppression du culte des morts à Lausanne

Pierre Viret and true charity. The difficult renewal of private charity after the suppression of the cult of the dead in Lausanne
Claire Moutengou-Barats
p. 559-578

Résumés

La suppression des pratiques catholiques visant à assurer le salut du fidèle est l’un des changements clefs apportés par la Réforme. Dans cet article, je propose d’examiner la position encore peu étudiée du réformateur suisse Pierre Viret dans ce débat, à partir des années 1530. Je me penche sur le développement d’arguments d’ordre éthique, utilisés pour condamner les pratiques « superstitieuses » que Viret accuse de saper les bases de la charité chrétienne en permettant au fidèle de s’acheter le salut. En lieu et place de donner pour le « culte des morts »,Viret exhorte le chrétien à aider son frère pauvre dans le besoin, selon le message délivré par le Christ. Son discours laisse transparaître une sensibilité propre et des influences diverses (humaniste et zwinglienne notamment) qui permettent de réviser l’image de Viret comme simple épigone de Jean Calvin.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La critique du culte des morts catholique
La Réformation de l’aumône
Viret et la charité
Désillusions
Conclusion

Aperçu du début du texte

La suppression du rachat du salut par les Indulgences et le rejet du Purgatoire comptent parmi les changements clefs apportés par la Réforme. Luther, dès la publication de ses 95 thèses (1517), émit des doutes quant à l’efficacité des Indulgences. Il leur préféra l’entraide directe entre les fidèles, présentée comme une vraie charité orientée vers les vivants et guidée par la foi. Il revint sur l’existence du Purgatoire (en tant que lieu) au long des années 1520 pour démontrer son manque de fondement scripturaire, et mieux affirmer son principe de sola fide. À ces problèmes d’ordre théologique, Luther et les autres réformateurs de première génération ajoutèrent vite des arguments d’ordre éthique ou social, en soulignant le clivage entre la richesse de l’Église (incarnée par les grands prélats et les moines gras, abondamment critiqués) et la pauvreté croissante des fidèles confrontés à une grave crise économique. Tous firent de cette richesse, en partie acquise par le biais des aumôn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Moutengou-Barats, « Pierre Viret et la vraie charité. Le difficile renouvellement de la charité privée après la suppression du culte des morts à Lausanne », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2020, 559-578.

Référence électronique

Claire Moutengou-Barats, « Pierre Viret et la vraie charité. Le difficile renouvellement de la charité privée après la suppression du culte des morts à Lausanne », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10872

Haut de page

Auteur

Claire Moutengou-Barats

Institut d’Histoire de la Réformation de Genève
claire.moutengou[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search