Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4Economy and Confession: The Busin...

Economy and Confession: The Business Practices of Augsburg Merchant Companies in the Reformation Era

Économie et confession : les pratiques commerciales des compagnies marchandes d’Augsbourg à l’ère de la Réforme
Mark Häberlein
p. 627-646

Résumés

Cet article explore la manière dont les débuts de la Réforme protestante ont affecté les stratégies commerciales et économiques des compagnies marchandes d’Allemagne du Sud, et avant tout celles qui rendaient des services commerciaux et financiers à l’Église catholique. Mise à part la compagnie des Fugger, dont les activités ont été étudiées en détail par Aloys Schulte et Götz von Pölnitz, cette approche s’applique particulièrement à la Compagnie des Welser d’Augsbourg, qui commerçait sur une base régulière avec la Curie et des membres du clergé. Fondé sur l’exploitation de sources nouvellement mises au jour, cet article déploie une perspective comparatiste pour analyser les changements des pratiques commerciales et financières des deux grandes compagnies d’Allemagne du Sud à l’ère de la Réforme, dans leurs relations avec l’Église.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
The Fuggers and the Roman Curia
The Welser Company and the Roman Church
Conclusions

Aperçu du début du texte

Introduction

It is well known that the Wittenberg theologian and Church reformer Martin Luther (1483–1546) and the pre-eminent businessman of his time, the Augsburg merchant-banker Jakob Fugger (1459–1525), were not particularly fond of each other. In his address « To the Christian Nobility of the German Nation », published in 1520, Luther took up the cause of the so-called anti-monopoly movement, which argued for legal restrictions on the activities of large mercantile companies at the imperial diets of the early sixteenth century. The reformer doubted that the companies’ profits could possibly be gained by honest means, and he therefore demanded that « a bridle be put into the mouth of the Fuggers and others of their kind ».

Four years later, Luther’s tract « On Commerce and Usury » stipulated clear limits to money-lending at interest and bemoaned the flow of bullion out of the Holy Roman Empire for the purchase of Indian spices and other luxury goods. For the Wittenberg theologian,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mark Häberlein, « Economy and Confession: The Business Practices of Augsburg Merchant Companies in the Reformation Era », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2020, 627-646.

Référence électronique

Mark Häberlein, « Economy and Confession: The Business Practices of Augsburg Merchant Companies in the Reformation Era », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10892

Haut de page

Auteur

Mark Häberlein

University of Bamberg
mark.haeberlein[at]uni-bamberg.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search