Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1VariaVita spiritualis. Hadot, Foucault...

Varia

Vita spiritualis. Hadot, Foucault et la tradition des exercices spirituels

Vita spiritualis. Hadot, Foucault and the Tradition of Spiritual Exercises
Akos Cseke
p. 87-124

Résumés

Cet article essaie de montrer en quoi le concept d’« exercice spirituel » pose problème dans l’œuvre de Pierre Hadot. Même si le philosophe souligne que cette expression « n’est pas problématique », il semble que les exercices spirituels dans l’œuvre d’Ignace de Loyola sont bien autre chose que les exercices spirituels dont parle Hadot, surtout parce que le mot « spirituel » renvoie principalement, chez Ignace, non pas à une réalité « psychique », mais bien plutôt à une réalité « pneumatique », notamment à une vie dans l’Esprit saint. Il convient aussi d’analyser l’enjeu philosophique de cette vita spiritualis en démontrant que, entendue au sens d’une vie intimement liée à l’idée d’un « souci divin », elle apparaît dans le dernier cours que Michel Foucault a donné au Collège de France, Le courage de la vérité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Exercices spirituels et philosophie antique
Une « expression qui n’est peut-être pas heureuse »
« Dans les jupes de l’Église »
Exercices « spirituels »
Exercices psychiques et exercices pneumatiques : Ignace de Loyola et Pierre Hadot
Aspects communs et différences principales
Ce que « choisir » veut dire
Philosophie et religion, Foucault et Hadot
Le cas de Foucault : Le courage de la vérité
« … nous sommes l’objet du souci et de la sollicitude des dieux »
Fidélité à l’incalculable
Une expérience vertigineuse du divin

Aperçu du début du texte

Exercices spirituels et philosophie antique

Une « expression qui n’est peut-être pas heureuse »

La conception de la philosophie comme exercice spirituel, une des contributions les plus essentielles de Pierre Hadot à l’histoire de la philosophie et à la philosophie contemporaine, a été développée, selon Hadot lui-même, sous l’influence de la philosophie du langage propre à Ludwig Wittgenstein. La question était de savoir comment lire et comprendre « l’incohérence apparente des auteurs philosophiques de l’Antiquité ». La conception du langage chez Wittgenstein a présupposé que « le langage n’a pas pour unique tâche de nommer ou de désigner les objets » ; il n’y a pas « le » langage mais plutôt des « jeux de langages » qui se situent dans la perspective « d’une situation concrète ou une forme de vie ». Et Hadot de poursuivre :

Il m’est apparu alors que la principale préoccupation de ces auteurs [à savoir les philosophes antiques] n’était pas d’informer leurs lecteurs sur un agencement de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Akos Cseke, « Vita spiritualis. Hadot, Foucault et la tradition des exercices spirituels », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2021, 87-124.

Référence électronique

Akos Cseke, « Vita spiritualis. Hadot, Foucault et la tradition des exercices spirituels », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/10954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.10954

Haut de page

Auteur

Akos Cseke

Université catholique Pázmány Péter, Budapest
cseke.akos[at]btk.ppke.hu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search