Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Mosaïques romaines du ive siècle ...

Mosaïques romaines du ive siècle et réaction païenne : récupération et re-sémantisation des images

Roman mosaics from the fourth century and the pagan reaction: recovery and new signification of the iconography
Janine Balty
p. 349-374

Résumés

Les chrétiens se sont livrés très tôt à des emprunts – voire à la sacralisation – de figures païennes, pratique qui a provoqué des réactions chez les païens, tant dans les textes que dans les arts visuels. J’analyse ici deux séries de mosaïques du ive siècle, découvertes l’une à Apamée de Syrie, l’autre à Nea Paphos (Chypre). Le cycle apaméen affirme, par l’image du triomphe de Cassiopée sur les Néréides, la signature néoplatonicienne de l’ensemble et récupère les figures d’Ulysse et de Socrate dans deux autres tableaux ; enfin, une couronne contenant l’inscription εὖ χρῶ parodie le chrisme. La mosaïque de Nea Paphos, avec la même signature, offre un parallèle ironique à quatre scènes chrétiennes, par le moyen d’images mythologiques gréco-romaines. La résistance païenne n’est pas un vain mot.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les rapports païens / chrétiens et la paideia
La réaction païenne dans deux séries de mosaïques
La signature néoplatonicienne : la mosaïque de Palmyre
Les mosaïques d’Apamée
La mosaïque du Jugement des Néréides
La mosaïque des Thérapénides
La mosaïque de Socrate
La mosaïque de la Couronne
La mosaïque de Nea Paphos
Le panneau du Jugement des Néréides
Léda et le cygne : la conception
Hermès et Dionysos : naissance (et épiphanie)
Le triomphe indien de Dionysos : l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem
Le châtiment de Marsyas : la crucifixion de Jésus
Conclusion : réalité de la résistance païenne

Aperçu du début du texte

Les rapports païens / chrétiens et la paideia

Les premiers païens convertis au christianisme, issus d’une longue tradition d’hellénisme, ne pouvaient qu’éprouver le désir d’intégrer à leur nouvelle foi certaines des valeurs de la paideia qui les avait modelés. C’est parmi eux que se recrutent les apologistes chrétiens qui, dès le iie siècle, puisaient chez les grands classiques (poètes et philosophes) les outils nécessaires pour forger une propagande susceptible d’entraîner l’adhésion de ceux qu’ils voulaient, à leur tour, convertir. Ainsi que le rappelle Nicole Zeegers-Vander Vorst, Tatien, Athénagore et Clément d’Alexandrie n’ont cité, en bons apologistes, que les auteurs qui s’avéraient d’un rendement efficace dans la lutte contre l’hellénisme, car il s’agissait bien à ce moment-là, pour les chrétiens plus que pour les païens, d’une véritable lutte. Dans ce contexte, la sacralisation des figures joue un rôle important. C’est précisément Clément d’Alexandrie qui, dans son commentai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janine Balty, « Mosaïques romaines du ive siècle et réaction païenne : récupération et re-sémantisation des images », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2021, 349-374.

Référence électronique

Janine Balty, « Mosaïques romaines du ive siècle et réaction païenne : récupération et re-sémantisation des images », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhr/11223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.11223

Haut de page

Auteur

Janine Balty

Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie
(Directrice de recherches émérite)
j.balty[at]orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search