Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusJason M. Silverman, Persian Royal...

Comptes rendus

Jason M. Silverman, Persian Royal-Judaean Elite Engagements in the Early Teispid and Achaemenid Empire: The King’s Acolytes

London, T&T Clark (« Library of Hebrew Bible /Old Testament Studies », 690), 2020
Stéphanie Anthonioz
p. 131-134
Référence(s) :

Jason M. Silverman, Persian Royal-Judaean Elite Engagements in the Early Teispid and Achaemenid Empire: The King’s Acolytes, London, T&T Clark (« Library of Hebrew Bible /Old Testament Studies », 690), 2020, 351 p., 24 cm, $ 115, ISBN 978‑0-5676‑8853‑8.

Texte intégral

1L’ouvrage est une histoire politique et sociale visant à reconstruire les évolutions qui se sont produites au sein des populations judéennes, alors qu’elles vivaient sous les premiers rois perses, Cyrus, Cambyse et Darius. Plus précisément c’est un exercice en historiographie sociale de l’empire, puisqu’il retrace la manière dont les élites locales ont interagi avec les élites impériales : comment les rois téispides (Cyrus et Cambyse) et achéménides (Darius) ont dépeint leur pouvoir pour soumettre les minorités et de quelle manière les élites minoritaires ont remodelé cette idéologie dans leur intérêt propre.

2L’ouvrage se divise en trois parties. Il s’ouvre par une brève introduction « Into the Woods: Judaean Engagements with the Early Persian Empire » (p. 1‑24). L’auteur y expose la méthode et, à grands traits, le projet. Le paysage général du début de la période perse-achéménide est brossé. Le contexte politique est marqué par, d’une part, les relations entre les dynasties téispide de Cyrus et achéménide de Darius et, d’autre part, l’exil babylonien de la dynastie davidique. Le contexte social est marqué (déjà) par la dispersion des communautés au sein de l’empire. Au moment des conquêtes de Cyrus, qu’elles soient d’origine judéenne ou israélite, des communautés sont comptées dans tout l’Orient ancien, même si des précisions font défaut à leur sujet. Cette situation générale est assortie d’une chancellerie araméenne efficace qui fonctionne à travers l’empire et qui est aujourd’hui attestée par des découvertes faites en Égypte et en Bactrie, démontrant un système remarquablement cohérent dans le temps et l’espace. L’araméen impérial standardisé devient dès lors une nécessité de carrière pour quiconque, n’appartenant pas à l’élite perse, souhaite un avancement. Dès l’introduction se voit donc proposée la thèse majeure de l’ouvrage : la stabilité impériale n’a pu être maintenue que par une bureaucratie élaborée à laquelle certains Judéens ont activement participé : les scribes ont été formés et ont opéré dans un système conçu pour perpétuer l’empire.

3La première partie s’ouvre sur l’étude du livre d’Isaïe, plus précisément le Deutéro-Isaïe (« Second Isaiah », p. 27‑88). Le livre est d’abord présenté sous l’angle littéraire, la rhétorique du livre et son message. En ce qui concerne la datation, l’auteur associe la référence en Is 43,14 à l’annonce d’une fin violente concernant le festival babylonien de l’Akītu (p. 64). Le festival célébrait l’ascendance de Marduk et de sa ville Babylone, deux idées que le Deutéro-Isaïe attaquerait (p. 67). L’auteur en déduit alors une datation du livre vers 545‑530 av. n. è. Pour lui, il ne fait aucun doute que le contexte social se situe en Babylonie : « the first audiences were second- to third-generation migrants in Babylon, who had the task of reformulating Judaean traditions and identities in the face of a new political context » (p. 88).

4La deuxième partie se tourne vers « First Zechariah, The Temple, and the Great King » (p. 121‑163), et reprend, dans un premier temps, les visions du livre de Zacharie (Za 1–8). Le cadre narratif est prudemment accepté comme historique. En l’absence d’une meilleure alternative, une formation en deux étapes est acceptée, dans les quatre premières années de Darius Ier. On aurait affaire à un rapport divinatoire concernant la reconstruction du temple (p. 189). L’auteur compare cette situation présumée avec celle bien connue en Lycie par l’inscription trilingue de Xanthos. Ce texte commémore le fondement d’un culte pour les dieux Khntawati, Arkazuma/Kaunios et Arkesimas (en lycien, grec et araméen), en l’année 3 d’Artaxerxès IV (337 av. n. è.). Le texte décrit, en effet, la décision de fonder une communauté, d’établir un sacerdoce dynastique, de mettre en place le système des offrandes. L’inscription donne également les règlements pour le sacrifice régulier et se termine par un serment de se conformer en tout point à ces décisions. En comparant ces cas de figure, l’auteur en déduit qu’à l’époque de l’accession de Darius, la (re)construction du temple à Jérusalem a été réalisée en plusieurs étapes : une phase divinatoire, l’autorisation royale, enfin l’autorisation financière et sacerdotale. Le Premier-Zacharie devient alors un rapport de vision, plus précisément une version locale d’un rapport officiel concernant l’établissement du temple, justifiant à la fois le temple lui-même et la participation active de l’élite de Yehud (p. 192). Comme il n’y a pas d’appareil administratif important à Jérusalem à l’accession de Darius, le siège du gouverneur à Ramat Raḥel, au sud de Jérusalem, est dès lors le lieu le plus raisonnable pour envisager de telles procédures divinatoires et administratives. L’auteur reste cependant prudent : « Ramat Raḥel can plausibly be posited as the location for the entire vision report, and potentially its redaction into chs. 1‑8. Yet, why was it recorded, stored, and transmitted? », p. 194). Le rapport aurait ainsi été conservé dans les archives du gouverneur, afin d’être utilisé éventuellement pour une inscription votive dans le temple terminé, ou tout simplement pour être intégré à ses archives.

5La troisième partie confronte alors les deux précédentes, les analyses bibliques avec le contexte socio-politique de l’empire perse-achéménide. Le chapitre « The Great King, Elites, Priests, and Temples in the early Empire » (p. 215‑246) reconsidère la politique perse-achéménide. La politique de Cambyse vis-à-vis de l’Égypte est comparée à celle de son père envers la Babylonie dans la manière dont la conquête est justifiée et dont le Grand Roi se pare des attributs royaux des pays conquis. Ainsi, les actions de Cyrus en Babylonie et de Cambyse et Darius en Égypte mettent en évidence un aspect important de l’intérêt des premiers rois pour les traditions locales : le rassemblement d’experts locaux pour élaborer une idéologie commune. Il n’y a alors aucun doute que les élites locales ont participé activement au projet impérial. Ces observations ne signifient pas qu’il y a eu une acceptation unanime du pouvoir perse. L’histoire des révoltes en Babylonie et en Égypte suffit à prouver le contraire. Néanmoins, le fait que les Grands Rois étaient désireux d’obtenir une collaboration active de leurs sujets est aussi important à prendre en compte que l’intérêt et l’engagement des nouveaux sujets auprès d’eux. Le chapitre suivant (« The Great King and Local Elites in Early Persian Imperial Discourse », p. 247‑265) est une reprise synthétique de la démonstration de l’ouvrage, un « Breviloquent Refresher » (p. 248). Sont ensuite comparées les élites du Deutéro-Isaïe et du Premier-Zacharie au sein de l’Empire perse. Si elles produisent des discours dans des genres différents (poésie orale du Deutéro-Isaïe / rapport de vision en vue de l’établissement d’un culte du Premier-Zacharie), dans des milieux différents (la ville de Babylone / le siège du gouverneur à Ramat Raḥel), elles ont pourtant à cœur de s’inscrire dans les évolutions politiques et culturelles des premières années de l’empire. Cette reprise synthétique permet à l’auteur de justifier l’hypothèse que le Deutéro-Isaïe comme le Premier-Zacharie sont deux exemples de collaboration active entre des communautés judéennes et les Grands Rois perses. Les Perses sont considérés comme des alliés utiles pour la poursuite des intérêts judéens en Babylonie comme en Yehud. L’auteur considère alors le concept d’une « culture des élites » comme « culture pro-impériale » (p. 252). Aussi peut-il conclure :

The implications of a model such as this is that its success would largely depend on the Persians’ choice of suitable elites as clients, as well as in the strength of the resulting relationship. Another implication of such a model is that strife – even violent strife – may have less to do with the Persian Empire per se and more with breakdowns in relationships and/or competition for them (p. 260).

6Le dernier chapitre est une brève conclusion (« Exit, Pursued by a Bear », p. 266‑270). L’auteur revient sur les limites de son argumentation, puisqu’il était impossible d’intégrer toutes les sources disponibles pour la période (les inscriptions du Garizim, les papyri d’Éléphantine, les livres d’Aggée, Esdras-Néhémie, et les Chroniques). Mais il souligne l’intérêt de son étude, une compréhension plus sophistiquée du rôle des élites et de leur interaction à tous les niveaux, locaux, provinciaux et impériaux. Cette étude a ainsi démontré qu’au moins deux textes, le Deutéro-Isaïe et le Premier-Zacharie, révèlent les intrigues (« machinations », p. 268) des élites locales pour améliorer leur situation en soutenant l’Empire perse : « Such a position is more than simply being “acolytes” in the sense of offering supporting service to a higher power, it is also a way of being creative in self-interest » (p. 268). L’un des résultats importants de cette étude est donc la mise en évidence du rôle des autorités perses dans la cooptation des élites talentueuses dans l’intérêt des premiers comme des seconds. C’est bien la meilleure façon d’expliquer la réputation de Cyrus et Darius à Babylone comme en Égypte. L’ouvrage se termine par un appendice des dates (p. 271‑272) suivi d’une bibliographie (p. 273‑330) et différents index (p. 331‑351). Outre la thèse défendue, l’ouvrage est une démonstration stimulante de la manière dont les textes bibliques peuvent être étudiés de façon comparée dans une démarche d’histoire politique et sociale. Beaucoup de résultats, dans le détail des analyses des textes bibliques, sont novateurs et l’auteur est conscient qu’ils pourront prêter le flanc à la critique, mais la nuance et la prudence restent les maîtres-mots de l’argumentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Anthonioz, « Jason M. Silverman, Persian Royal-Judaean Elite Engagements in the Early Teispid and Achaemenid Empire: The King’s Acolytes », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2022, 131-134.

Référence électronique

Stéphanie Anthonioz, « Jason M. Silverman, Persian Royal-Judaean Elite Engagements in the Early Teispid and Achaemenid Empire: The King’s Acolytes », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/11715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.11715

Haut de page

Auteur

Stéphanie Anthonioz

UMR 8167 Orient et Méditerranée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search