Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusPierre Gillon et Christian Sapin ...

Comptes rendus

Pierre Gillon et Christian Sapin (dir.), Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie

Lille, Presses universitaires du Septentrion (« Architecture et urbanisme »), 2019
Alain Rauwel
p. 149-151
Référence(s) :

Pierre Gillon et Christian Sapin (dir.), Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie, Lille, Presses universitaires du Septentrion (« Architecture et urbanisme »), 2019, 526 p., 27 cm, 35 €, ISBN 978‑2-7574‑2852‑8.

Texte intégral

1Au premier regard, la somme sur les cryptes de France du Nord publiée par les Presses du Septentrion peut sembler être un corpus de données archéologiques. Assurément, elle l’est : on trouvera dans ce fort volume des notices extrêmement précises sur un grand nombre de monuments de tout premier ordre, conservés en élévation ou connus seulement par la documentation et les fouilles. Citons à titre d’exemples quelques-uns des plus importants sanctuaires de l’ancien Paris détruits sous Buonaparte, comme Saint-Victor ou Sainte-Geneviève, et des établissements aussi glorieux que Saint-Denis, Jouarre, Saint-Quentin-en-Vermandois, Saint-Médard de Soissons ou Saint-Riquier. Dans plusieurs cas, les monographies ont bénéficié d’investigations récentes, comme celles qui ont été menées à Saint-Quentin sous la houlette de Ch. Sapin et qui ont entièrement renouvelé notre connaissance de ce très ancien culte martyrial. Beaucoup de sanctuaires, hélas, n’ont pas eu cette chance, et les auteurs indiquent plus souvent qu’ils ne voudraient qu’on pourrait déterminer le plan, la fonction ou la date de tel fragment énigmatique ou connu seulement par des mentions si quelque autorité avait la bonne idée d’y promouvoir des fouilles… En excellente méthode, les renseignements hagiographiques nécessaires à la compréhension des pratiques de vénération sont donnés sans ladrerie, mettant en parallèle tombeaux de pierre et tombeaux de papier. La présentation systématique de l’hagio-histoire francilienne et picarde, avec de précieux tableaux récapitulatifs, est même l’une des raisons qui invite à considérer d’emblée le livre des Presses du Septentrion comme un usuel.

2Les renseignements rassemblés, qui ne négligent jamais les dispositifs liturgiques et dévotionnels, permettent ainsi de dépasser les considérations formelles et de s’interroger, comme Ch. Sapin le faisait déjà dans son maître-livre Les cryptes en France (Picard), sur le tropisme chtonien des dévots, et singulièrement des hagiodules. Faut-il y voir un fait constant, naturalisant en christianisme des pratiques antiques, ou un surgissement culturel à dater ? Le dossier parisien de saint Denys est sur ce point très révélateur. Sans même prendre en compte le très hypothétique « martyrium » de Montmartre, que penser de la supposée domus Ecclesiae de Notre-Dame des Champs et du supposé cachot vénéré sur l’île de la Cité sous le vocable de Saint-Denys-de-la-Chartre ? Les notices de Marc Viré et P. Gillon montrent comment les traces anciennes sont si ténues qu’il ne serait pas du tout absurde de voir dans ces lieux souterrains des « inventions » post-tridentines, en lien étroit, comme l’a indiqué Jean-Marie Le Gall, avec le réinvestissement polémique des catacombes romaines à l’âge d’or de la papauté moderne. Une fois de plus, une étude impeccable établit que la tradition ne se reçoit pas, mais s’invente, toujours.

3Le moment carolingien semble toutefois décisif pour la mise en place de salles souterraines ou semi-souterraines, et d’abord en milieu monastique. À Paris encore, l’évêque Germain, d’abord inhumé au portique de la basilique Saint-Vincent, est transféré dans l’église en 756 vers une crypta qui de toute évidence n’est qu’un caveau ; le vaste espace inférieur à plusieurs autels ne devait être structuré qu’un bon siècle plus tard. Carolingienne aussi, remontant à l’abbé Hilduin, est, nous dit Ch. Sapin, la vaste crypte de Saint-Médard de Soissons, seul vestige du grand monastère royal, objet aujourd’hui d’une attention renouvelée. Au plein Moyen Âge, en revanche, la fréquente élévation des corps saints derrière l’autel des églises hautes enlève une partie de leur sens à plusieurs cryptes à sépulture privilégiée – mais pas à toutes : c’est aux xie-xiie siècles que sont arrangés les célèbres sarcophages de Jouarre.

4Historiciser la crypte éloigne ainsi de toute mythologie et de toute dérive ésotérisante. Rien n’est plus efficace à cette fin qu’une analyse fonctionnelle : à côté des incontestables lieux de vénération, combien d’étages inférieurs de sanctuaires ne sont là que pour rattraper une pente, tout simplement ? Ce n’est pas le moindre intérêt de la somme dirigée par P. Gillon et Ch. Sapin que de se terminer par une partie consacrée aux « non-cryptes » : ces excavations interprétées tardivement comme cultuelles et qui ne sont que des caves, des celliers, des caveaux seigneuriaux… Plusieurs études de cas très documentées présentent ici un grand intérêt méthodologique, invitant les érudits à tourner sept fois leur plume dans l’encrier avant d’attribuer le statut de crypte à n’importe quel sous-sol. Il serait donc bien dommage que seuls les spécialistes des régions sur lesquelles porte directement ce volume en fassent une lecture attentive. Quiconque s’intéresse à la spatialisation du culte dans la longue durée chrétientaire y trouvera une provende particulièrement substantielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Pierre Gillon et Christian Sapin (dir.), Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2022, 149-151.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Pierre Gillon et Christian Sapin (dir.), Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/11764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.11764

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search