Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Le charme discret du protestantis...

Le charme discret du protestantisme. Libéralisme et retour à l’intime chez Adolphe Blanqui

The Discreet Charm of Protestantism. Adolphe Blanqui’s liberalism and return to intimacy
Vincent Genin
p. 447-470

Résumés

Plusieurs décennies avant la thèse de Max Weber (L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme), l’économiste Adolphe Blanqui, mutatis mutandis, contribue à une réflexion qui traverse tout le xixe siècle, en vertu de laquelle économie libérale et morale protestante sont les deux sources de la prospérité. L’analyse, menée selon une approche peu prisée en histoire économique et un corpus peu familier au champ des sciences religieuses, est portée sur la corrélation entre intolérance religieuse (valeur sensible aux Protestants, dont Blanqui, cas ici traité, est un admirateur critique), et intolérance économique (le protectionnisme). Blanqui propose de sortir de cette impasse au moyen de l’instruction morale dans le cadre de l’intime et de l’industrie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Une catégorie : le philoprotestantisme critique
Une mémoire éteinte
Blanqui, auteur pré-wébérien ?
L’intolérance, catégorie protéiforme
L’instruction morale, à la croisée de l’industrie et de l’intime
Pour conclure

Aperçu du début du texte

Une catégorie : le philoprotestantisme critique

Répondre à la nécessité d’une réforme religieuse sinon morale de la France (et même au-delà de ses frontières) semble un objectif réalisable aux détours de 1830, à l’avènement de Louis-Philippe Ier, ce qu’Alfred de Vigny appellera un « couronnement protestant ». Un climat d’apaisement flotte dans l’air, quinze ans à peine après la Terreur blanche de 1814, qui fut le théâtre de plusieurs persécutions antiprotestantes, notamment dans le Midi. D’influents pasteurs comme Samuel Vincent ou Frédéric Monod estiment qu’un renouveau est possible et que leur communauté entre dans une ère de sérénité. Mieux, que celle-ci peut être un, sinon le catalyseur majeur de la réforme intellectuelle, morale, religieuse, politique et économique d’une France monarchique, centralisée et ayant une mémoire fraîche de l’état de faiblesse dans lequel le pays est sorti du Premier Empire. Pourquoi la France n’est pas protestante ? titrera plus directement le pasteur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Genin, « Le charme discret du protestantisme. Libéralisme et retour à l’intime chez Adolphe Blanqui », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 447-470.

Référence électronique

Vincent Genin, « Le charme discret du protestantisme. Libéralisme et retour à l’intime chez Adolphe Blanqui », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 04 janvier 2025, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/11983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.11983

Haut de page

Auteur

Vincent Genin

Post-doctorant à l’École Pratique des Hautes Études
(Paris-Sciences-Lettres)
Groupe Sociétés, Religions, Laïcités
vincent.genin[at]etu.ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search