Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusGuillaume Cuchet, Charles Mériaux...

Comptes rendus

Guillaume Cuchet, Charles Mériaux (dir.), La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican II

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (« Histoire et civilisations »), 2019
Cyrille Dounot
p. 505-508
Référence(s) :

Guillaume Cuchet, Charles Mériaux (dir.), La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican II, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (« Histoire et civilisations »), 2019, 470 p., 35 €, ISBN 978‑2-7574‑2807‑8.

Texte intégral

1Ce projet ambitieux d’envisager une thématique ancienne (l’histoire des conciles) du point de vue de leur théâtralité est pleinement réussi. Si les vingt-deux contributions ne font pas toutes ressortir le caractère dramatique des conciles abordés (locaux ou universels, antiques, médiévaux ou contemporains), l’ensemble donne à voir cette histoire sous un jour nouveau et fort instructif, à base de « coups de théâtre, incidents de séance, manœuvres, luttes de faction, voire vulgaires coups bas » (p. 12). Le propos de Grégoire de Nazianze, craignant les conciles des évêques où « tout n’y est que disputes continuelles, ambitions et luttes de pouvoir » (p. 78), reflète une part incontestable de vérité.

2Plusieurs angles d’attaque de cette immense histoire sont offerts par les auteurs, à commencer par le cadre théorique et pratique de l’organisation matérielle des conciles. Martin Morard expose « Les conciles mis en textes, ou comment le Saint-Esprit écrit droit avec des lignes courbes » (p. 23‑50). Il décrit le travail conciliaire antique (lettres, professions de foi, canons), sa conservation, sa traduction et sa transmission. L’enjeu est d’établir la version officielle du texte, celle qui fait foi. Pascal Montaubin pose la question des « conciles de la monarchie pontificale (1049‑1312) : des conciles sans drame ? » (p. 151‑179). Ce bref traité du concile médiéval met en perspective la mainmise papale, car « aucun ne réussit à retourner le moyen du concile contre la monarchie pontificale » (p. 172). Il est vrai que ces conciles se limitent à retranscrire les décrétales pontificales, la clause concilio approbante disparaissant (p. 170).

3Une autre piste de lecture est donnée par un renouvellement de l’historiographie antiquisante. François-Xavier Romanacce envisage « Nicée (325), ou l’invention de l’hérésie arienne » (p. 51‑73), selon une perspective récente pensant l’hérésie non comme cause mais comme conséquence d’une condamnation (à l’instar de l’albigéisme, du jansénisme ou du modernisme) : « le concile créa l’hérétique » (p. 68). Ramón Teja et Silvia Acerbi interrogent « Éphèse I (431) et Éphèse II (449) : concilia ou latrocinia ? » (p. 75‑93), et renouvellent la lecture et la dramaturgie des deux assemblées, en questionnant l’annulation de la seconde par Léon le Grand, en tant que latrocinium (p. 68). À noter ici l’emploi de la violence, culminant avec le meurtre de Flavien de Constantinople en plein concile (p. 89). Philippe Blaudeau, dans « Sanctionner le pape sans rompre avec le Siège apostolique ? Retour sur la condamnation de Vigile prononcée lors du concile de Constantinople II (553) » (p. 133‑149), évoque le drame d’un pape ne voulant pas se rendre à Constantinople sur les ordres de Justinien, dans la complexe affaire des Trois Chapitres soumise à révision (p. 134). Toujours dans une perspective heuristique, Antoine Arjakovsky s’intéresse à « La réception spirituelle, mémorielle et historique du concile de Florence (1439) » (p. 95‑110), dressant le bilan de l’historiographie orthodoxe sur un sujet où la dramaturgie semble plus être celle de l’après-concile.

4Le Saint-Esprit, inspirateur du concile, est aussi bien mis à l’honneur. Soit en plein, avec l’étude d’Émilie Rosenblieh « Le Saint-Esprit ou la légitimation de l’autorité conciliaire : le procès du pape Eugène IV au concile de Bâle (1431‑1439) » (p. 219‑238), où la dramaturgie pneumatique conduit à l’accusation du pape par le concile, Spiritu Sancto dictante (p. 227), avec pour « nœud ecclésiologique » l’atteinte au Saint-Esprit. Soit en délié, comme dans l’étude d’Hélène Millet sur « La condamnation de deux papes fauteurs de schisme : un drame conciliaire (Pise, 1409) » (p. 181‑201), qui relève la dramatique tant du rituel d’interrogation des papes, que de leur déclaration de contumace (p. 187), et fait bien saisir le refus d’un tel concile de se proclamer inspiré du Saint-Esprit (p. 201). L’inspiration peut enfin paraître douteuse, comme le souligne Séverine Blenner-Michel, « Le Saint-Esprit corrigé ? Le Saint-Siège face au concile provincial de Paris (1849‑1850) » (p. 327‑343), au regard du caractère obligatoire ou non des modifications exigées par Rome ex post (p. 337), et du risque de « contagion » craint par le nonce face à un tel doute frondeur (p. 339).

5La dynamique interne des conciles révèle une multitude d’autres drames, non liés à des questions trinitaires. « La dramatique conciliaire à Constance (1414‑1418) : la fuite de Jean XXIII du concile », étudiée par Sophie Vallery-Radot, révèle une intensité inégalée (p. 203‑217). La fuite de Jean XXIII, de nuit, déguisé en laïc, laisse des traces indélébiles (p. 208). Cette trahison jette le discrédit sur ses promesses d’abdication, et sa citation à comparaître, proclamée in deserto par trois fois, à haute voix devant les portes de l’église, accentue le pathétique de la scène (p. 212). Étudiant « La résolution des conflits entre la France et le Saint-Siège au ve concile du Latran (1512‑1517) » (p. 311‑326), Nelson H. Minnich oppose un récit extérieur unanime (les acta) au journal d’un père conciliaire (De Grassi) révélant les contradictions de l’assemblée, avec, entre autres anicroches, des prélats qui crient (p. 315) ou des menaces de boycott du concile brandies contre les cardinaux (p. 319). Pierre Antoine Fabre livre une réflexion sur « Le problème de l’image dans le dernier acte du Concile de Trente : documents inédits du mois de novembre 1563 » (p. 111‑130), autour de la figure du cardinal Sirleto et d’une thématique saisie dans les derniers instants du concile.

6Les rapports avec l’extérieur constituent un enjeu majeur de l’histoire des conciles, et sont entrevus à travers les pressions exercées par les pouvoirs politiques sur les assemblées ecclésiastiques, que ce soit l’arrivée de Constantin et l’application du cérémonial impérial (p. 268) décrites par Davide Dainese dans « Le rôle de Constantin au concile de Nicée selon Eusèbe de Césarée » (p. 259‑274), ou les conceptions ecclésiologiques ou politiques des assemblées wisigothiques envisagées par Thomas Deswarte « Tolède III (589) et Tolède IV (633) : deux conciles, deux conceptions du pouvoir » (p. 275‑293). Il dépeint un premier concile d’allure césaropapiste quand le second, sorte de « théocratie conciliaire », limite le pouvoir politique par les lois et le consentement du peuple (p. 285). De même, Florence Close interroge « Le synode ecclésiastique de Francfort (794) : un concile carolingien bien inspiré ? » (p. 295‑310), où la présence concomitante de Charlemagne et des représentants d’Hadrien Ier contribue à faire du concile un événement, notamment dans les chroniques (p. 302). On notera également l’importance du para-concile pour saisir la « Dramatique inopportune : le concile du Vatican et l’opinion dans les pas de Mgr Dupanloup et de Louis Veuillot » (p. 239‑256). Sylvain Milbach décrit Vatican I comme « an i de l’ère médiatique » (p. 251), même si la « pieuse émeute à la porte du concile » n’aura pas la portée dénoncée par l’évêque.

7La dernière partie de l’ouvrage est entièrement consacrée au concile Vatican II, « la dramatique par excellence ». Étienne Fouilloux revient sur « La ‘semaine noire’ de Vatican II » (p. 347‑365), marquée par quatre « crises » constitutives du drame : la Nota explicativa praevia sur la place du pape et des évêques ; le report du vote sur la liberté religieuse ; les amendements au texte sur l’œcuménisme ; la proclamation de Marie « Mère de l’Église ». Ce drame révèle dans l’immédiat une percée de la minorité conservatrice, mais au long terme une influence très limitée (p. 363). L’étude de Philippe Roy-Lysencourt, « Les traditionalistes du Coetus Internationalis Patrum dans la dramatique du concile Vatican II » (p. 421‑439) revient d’ailleurs sur ce « fait d’armes » à mettre au crédit de la minorité. Du côté de la majorité, plusieurs contributions démêlent les accents dramatiques de ses acteurs. Ainsi, Loïc Figoureux évoque-t-il « Henri de Lubac, un homme aux ‘ailes de géant’ au concile Vatican II » (p. 367‑384), allégué aussi par Catherine Masson dans son étude de « L’intervention du cardinal Liénart au concile Vatican II le 13 octobre 1962 » (p. 385‑403), qui laisse à voir dans la première poussée de la « minorité progressiste » (Lubac) l’objet d’un complot des Français contre le règlement du concile (p. 390). C’est tout le drame du 13 octobre 1962 où un épiscopat national renverse les projets de la Curie (p. 387), « un très bel exemple de l’activité de ‘lobby’ par laquelle le cours de l’histoire est infléchi » (Philippe Levillain, p. 396‑397). D’autres aspects sont abordés par Étienne Lock sur « La Panafricaine épiscopale au Concile Vatican II : simple tactique ou souci de représentativité ? » (p. 405‑420) ou Christian Sorrel sur « Événement et conscience de l’événement dans le journal du concile Vatican II du sulpicien Marcel Breysse » (p. 441‑456). Ce dernier décrit la dramaturgie de la réécriture complète des schémas préparés par les commissions préparatoires (p. 452).

8En définitive, une belle collaboration internationale et une originalité remarquable de l’approche font de l’ouvrage une réussite indéniable. La conclusion de Jacques Prévotat ouvre quelques pistes, sur une étude des conciles via les finances ou les personnalités de compromis, qui gagneraient à être creusées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Dounot, « Guillaume Cuchet, Charles Mériaux (dir.), La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican II », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 505-508.

Référence électronique

Cyrille Dounot, « Guillaume Cuchet, Charles Mériaux (dir.), La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican II », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12003

Haut de page

Auteur

Cyrille Dounot

Université Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search