Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusLe Livre des lois des pays, un tr...

Comptes rendus

Le Livre des lois des pays, un traité syriaque sur le destin de l’« école » de Bardesane, présenté, traduit et annoté par Paul-Hubert Poirier et Éric Crégheur

Paris, Les Belles-Lettres (« Bibliothèque de l’Orient chrétien », 6), 2020
Jean-Daniel Dubois
p. 511-512
Référence(s) :

Le Livre des lois des pays, un traité syriaque sur le destin de l’« école » de Bardesane, présenté, traduit et annoté par Paul-Hubert Poirier et Éric Crégheur, Paris, Les Belles-Lettres (« Bibliothèque de l’Orient chrétien », 6), 2020, 222 p., 19 cm, 27 €, ISBN 978‑2-251‑45066‑7.

Texte intégral

1Ce premier chef-d’œuvre de la littérature chrétienne syriaque, attribué à Bardesane (154‑222), voit ici le jour grâce à une nouvelle traduction française, alors que la précédente datait de 1899, sous la plume de François Nau. Depuis plusieurs années, P.-H. Poirier et É. Crégheur ont publié des études sur cet ouvrage et leur nouvelle traduction profite des travaux récents sur Bardesane, notamment ceux d’Alberto Camplani. L’élégante traduction, très lisible et fluide, occupe moins d’une trentaine de pages (p. 81‑108), mais l’ensemble de l’ouvrage offre ici une véritable encyclopédie des savoirs utiles pour comprendre l’œuvre de Bardesane, le philosophe chrétien de la région d’Édesse. Une introduction très détaillée présente les questions habituelles sur le Livre, son titre, sa langue syriaque originelle, sa forme littéraire (un dialogue entre Bardesane, ses disciples Bar Yamma et Philippe qui se présente comme le narrateur, et un contradicteur, Avida), sa tradition directe et indirecte, ainsi que ses options philosophiques et théologiques. Sa datation dépend de l’opinion que l’on se fait sur le Livre : soit il est de Bardesane lui-même, donc d’avant 222, soit il s’agit plutôt de l’œuvre de disciples de son école, œuvre que l’on fixe en fonction de citations dans l’Histoire ecclésiastique et la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée (entre 313 et 317), ou mieux, dans une citation (d’avant 232) du commentaire de la Genèse d’Origène qui renvoie aux Reconnaissances pseudo-clémentines, ayant utilisé le Livre.

2La difficulté pour étudier Bardesane provient du fait que le Livre est le seul ouvrage qui nous soit parvenu, et qu’il existe de nombreuses notices hérésiologiques renvoyant à Bardesane mais avec un portrait légèrement différent. L’examen de tous ces témoignages aurait pu faire l’objet d’une monographie. Nos deux auteurs ont plutôt pris le parti de faire connaître le contenu du Livre en renvoyant très souvent à l’abondante bibliographie (p. 179‑219), et en agrémentant la version française de nombreuses notes pour en expliciter les options de traduction (p. 109‑124). Certaines de ces notes renvoient, de plus, à trois appendices : l’un sur les ethnonymes et toponymes ; on y découvre ainsi qui sont les Gèles et les Racaméens. Un autre appendice donne un répertoire très utile sur la terminologie technique de l’astrologie et l’on apprend ce que sont, par exemple, les climats, les conjonctions, les domiciles, les éléments. Un dernier appendice est consacré aux diverses configurations astrales mentionnées dans le Livre : ainsi l’un des schémas explicite la présence de Vénus dans le Capricorne ou le Verseau (p. 168, à propos du Livre § 30, et appendice II, note 35). En passant d’une note à l’un ou l’autre des appendices, on est conduit à des définitions ou des commentaires qui évoquent, le cas échéant, la bibliographie sur le sujet traité.

3Comme les notices hérésiologiques évoquent souvent le passé gnostique de Bardesane, on peut se demander comment repérer des éléments du système qui remonteraient à tel ou tel système gnostique. La notice 18 de la p. 147 décrit les planètes qui seraient « de droite » ou « de gauche ». Nos auteurs suggèrent qu’il s’agirait peut-être d’un « relent du supposé valentinisme de Bardesane » ; pour bien comprendre cette allusion, il faut reprendre les pages de leur article, « La parabole de l’ivraie (Matthieu 13, 24‑30. 36‑43) dans le Livre des lois des pays » (dans Albert Frey et Rémi Gounelle [dir.], Poussières de christianisme et de judaïsme antiques : études réunies en l’honneur de Jean-Daniel Kaestli et Éric Junod, Prahins, Éditions du Zèbre, 2007, p. 297‑305). C’est surtout dans les pages 305‑307 qu’ils envisagent un rapport éventuel avec la trilogie gnostique des trois catégories d’hommes, hyliques, psychiques et spirituels, attestée dans les textes gnostiques valentiniens des Extraits de Théodote et du Traité Tripartite. Une lecture attentive du Livre ne permet vraiment pas de conclure à des traces de gnose valentinienne chez Bardesane. En revanche, on ne manquera pas de souligner que Bardesane a cherché à tenir compte d’une compréhension du destin qui ne correspondait pas à la position des astrologues chaldéens ; il a surtout voulu démontrer l’inanité du déterminisme astral, en présentant la diversité des lois des pays. Pour l’école bardesanite, le Livre développe un savant propos sur la providence divine et les maux liés à la nature humaine, tout en garantissant une place de choix à la liberté humaine. Autrement dit, cette publication est importante dans son domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Daniel Dubois, « Le Livre des lois des pays, un traité syriaque sur le destin de l’« école » de Bardesane, présenté, traduit et annoté par Paul-Hubert Poirier et Éric Crégheur », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 511-512.

Référence électronique

Jean-Daniel Dubois, « Le Livre des lois des pays, un traité syriaque sur le destin de l’« école » de Bardesane, présenté, traduit et annoté par Paul-Hubert Poirier et Éric Crégheur », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12020

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Dubois

École pratique des hautes études (Paris Sciences & Lettres),
Laboratoire d’études sur les monothéismes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search