Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusAnne-Valérie Pont, La fin de la c...

Comptes rendus

Anne-Valérie Pont, La fin de la cité grecque. Métamorphoses et disparition d’un modèle politique et institutionnel local en Asie Mineure, de Dèce à Constantin

Genève, Droz (« École Pratique des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques. Hautes études du monde gréco-romain », 57), 2020
Sylvain Destephen
p. 515-520
Référence(s) :

Anne-Valérie Pont, La fin de la cité grecque. Métamorphoses et disparition d’un modèle politique et institutionnel local en Asie Mineure, de Dèce à Constantin, Genève, Droz (« École Pratique des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques. Hautes études du monde gréco-romain », 57), 2020, ix-585 p., 23 cm, 45 €, ISBN 978‑2-600‑05742‑4.

Texte intégral

1Le phénomène des persécutions des populations chrétiennes dans le monde gréco-romain suscite toujours intérêt et débats en raison de la nature à la fois abondante et déconcertante des sources conservées. Mentionnons ainsi, parmi les publications récentes, le livre de Min Seok Shin, The Great Persecution: A Historical Re-Examination, Turnhout, 2018, ainsi que la monographie de Paul McKechnie, Christianizing Asia Minor. Conversion, Communities, and Social Change in the Pre-Constantinian Era, Cambridge, 2019, en particulier le dernier chapitre. À propos de ces ouvrages nous renvoyons à nos recensions publiées respectivement dans REA, 123, 2021, p. 334‑339, et RHR, 239, 2022, p. 137‑141. D’un côté, dans cet immense Empire qui associe l’autorité centrale romaine aux autorités locales municipales, seule la prise en compte de ce rapport politique dissymétrique permet de comprendre les soubassements juridiques et les mécanismes judiciaires d’identification d’une minorité religieuse, son exclusion sociale et sa répression légale, celle-ci pouvant alterner ou conjuguer l’incarcération, la privation des droits, la confiscation des biens, la relégation physique, voire l’élimination physique. Au nom de son empereur et par l’intermédiaire de ses représentants en province, le pouvoir romain réprime les chrétiens, d’abord de manière ponctuelle, puis de manière plus ou moins systématique à trois reprises, entre le milieu du iiie siècle et le début du ive siècle. D’un autre côté, la riche documentation dont on dispose, parvenue dans les principales langues du christianisme antique, présente la particularité d’émaner presque exclusivement des coreligionnaires des victimes et d’avoir été rédigée, remaniée, interpolée, réécrite, voire inventée de toutes pièces, sur une période de plus d’un millénaire, depuis la Passion de Polycarpe, évêque de Smyrne martyrisé dans sa cité en 155 sous le règne de l’empereur Antonin le Pieux, aux grands martyrologes et ménologes composés à l’époque médio-byzantine.

2Version remaniée du mémoire original composant un dossier d’habilitation à diriger des recherches soutenu devant l’École Pratique des Hautes Études en novembre 2015, le présent livre offre à son lecteur un titre et un sous-titre qui tout à la fois révèlent et dissimulent son ampleur. Le propos dépasse de loin la seule histoire religieuse et envisage une étude des transformations du modèle civique grec en Asie Mineure entre 249, date de l’avènement de l’empereur Trajan Dèce à l’origine de la première persécution générale des chrétiens, et 337, année de la mort de Constantin, le premier empereur romain de confession chrétienne. Même si le propos n’est pas strictement religieux, les limites chronologiques impliquent un intérêt particulier pour l’histoire du christianisme envisagée dans un cadre régional et politique précis. Le titre défend une thèse précise, celle du délitement et de la disparition de la cellule politique, administrative, sociale et culturelle que constitue la cité grecque au cours de la période susmentionnée. Cet examen sollicite toutes les sources disponibles relatives à une région profondément hellénisée et prospère qui a brillé de mille feux durant le Haut-Empire romain. Cet éclat s’est traduit par un extraordinaire épanouissement intellectuel et monumental qui a laissé une riche documentation épigraphique étudiée avec soin par l’auteur dans le cadre de sa thèse publiée en 2010 et intitulée Orner la cité. Avec audace et talent, elle franchit une limite chronologique que la plupart des romanistes se gardent bien de franchir, celle de la période très troublée du iiie siècle, considérée pour cette raison comme une période de grave crise pour l’Empire romain. Plus qu’un franchissement il s’agit même d’un approfondissement puisque le propos du livre est centré sur ces décennies 250‑330 qui restent difficiles à appréhender.

3La principale difficulté méthodologique réside dans une diminution importante, et en partie irrémédiable, des sources non seulement littéraires mais plus encore épigraphiques et numismatiques, ces deux dernières catégories livrant des témoignages directs de première importance sur les institutions municipales, les sociétés locales et leur univers cultuel particulier. Il est par conséquent très ambitieux et courageux de vouloir justement relever ce défi scientifique en centrant le propos d’une étude d’ampleur et de qualité sur ce « chaînon manquant » de l’histoire romaine examiné non à l’échelle de tout l’Empire mais à travers le cadre précis d’une région spécifique. L’espace étudié comprend un vaste territoire qui s’étend de la mer Égée à l’Euphrate et correspond aux diocèses civils d’Asie et du Pont, deux vastes circonscriptions administratives organisées et délimitées sous Constantin. On regrettera en revanche l’exclusion de la Cilicie avec les brillantes cités de Tarse, Adana ou Anazarbe, une région qui n’est pourtant pas dépourvue d’intérêt ni de sources en particulier épigraphiques et numismatiques pour la période étudiée, alors que la province voisine d’Isaurie a été incluse bien qu’elle n’appartienne pas aux diocèses civils d’Asie et du Pont. À propos de l’histoire judéo-chrétienne de l’Isaurie, il convient de mentionner la synthèse de Philipp Pilhofer, Das frühe Christentum im kilikisch-isaurischen Bergland. Die Christen der Kalykadnos-Region in den ersten fünf Jahrhunderten, Berlin/Boston, 2018 (cf. notre recension dans Antiquité Tardive, 28, 2020, p. 414‑417). Cette référence est absente d’une bibliographie érudite et polyglotte, par ailleurs de grande ampleur et de grande valeur, qui ne pouvait sans doute pas intégrer cette publication récente, tout comme ne figure pas non plus le volume collectif publié par Walter Ameling (éd.), Die Christianisierung Kleinasiens in der Spätantike, Bonn, 2018 (cf. notre autre recension ibid., p. 399‑406).

4En raison de l’orientation thématique de la revue dans laquelle nous publions ce compte rendu de lecture et du fait de nos propres centres d’intérêt et de nos domaines de compétence, nous avons choisi de centrer le propos de cette recension sur les chapitres qui traitent de manière plus spécifique de l’histoire religieuse des cités d’Asie Mineure, en particulier les chapitres I et V, et, dans une moindre mesure le chapitre VI. Le livre s’ouvre en effet par la question, on serait tenté de dire « passionnante », des persécutions chrétiennes survenues en Asie Mineure durant la seconde moitié du iiie siècle et examinées en détail sur quelque quatre-vingts pages. Loin des réserves hypercritiques du Père Hippolyte Delehaye, qui demeure toutefois le membre le plus talentueux et le plus productif de la congrégation jésuite des Pères bollandistes, et suivant l’opinion optimiste de plusieurs savants comme Pio Franchi de’ Cavalieri, Louis Robert, Évelyne Patlagean, Stephen Mitchell, Pierre Maraval ou plus récemment Peter Thonemann et Aude Busine, l’auteur défend avec conviction l’idée que les sources hagiographiques, même recomposées et fort postérieures aux événements relatés, peuvent reposer sur des sources primaires, conserver des éléments véridiques, transmettre des faits historiques. La question de l’authenticité des récits de martyre est centrale pour étudier, sinon l’histoire exacte, du moins la représentation narrative et commémorative des persécutions par les chrétiens de l’Antiquité tardive et du Moyen âge byzantin ou latin. Dans le cas présent, la présence de détails de nature topographique, prosopographique, historique, technique ou judiciaire sont considérés comme des éléments valables pour juger de la véracité de tel ou tel passage d’un récit hagiographique sans pour autant oser qualifier l’ensemble du texte comme authentique ou « sincère » selon l’expression de dom Ruinart.

5Une douzaine de martyrs d’Asie Mineure sont évoqués en lien avec la persécution générale décrétée contre les chrétiens par l’empereur Trajan Dèce en décembre 249. La sélection prudente des Passions retenues et des notices de martyrologes prises en compte repose sur la présence d’éléments, parfois altérés ou marginaux, conservant des informations d’une historicité acceptable ou crédible. Ce petit corpus de textes ou de références hagiographiques permet de dresser non pas la carte de la persécution à l’échelle de toute la région étudiée, mais de signaler un chapelet d’exécutions associées à des cités établies en Asie, Pamphylie et Bithynie. Les zones de silence ou de vide sont par conséquent bien plus importantes et interdisent de mesurer le degré, l’extension et la rigueur d’application du décret impérial obligeant tous les habitants du monde romain de manifester leur piété envers les dieux en participant au rituel de la supplicatio, c’est-à-dire une offrande publique de vin et d’encens accomplie sur un autel. Une demi-dizaine d’autres martyrs auraient été victimes de la persécution ordonnée en 257‑258 par l’empereur Valérien, des martyrs associés par des sources à la Bithynie, la Lycaonie et la Lydie. Le dépouillement des sources hagiographiques permet sur ce point de compléter notre propre recensement, publié en 2015 dans les actes du colloque intitulé Des dieux civiques aux saints patrons, p. 86 et suivantes. Il est à noter que notre inventaire visait à rassembler non pas tous les martyrs victimes de persécutions en Asie Mineure mais seulement ceux auxquels pouvait être associé, de manière certaine ou hypothétique, un lieu de culte ou une pratique dévotionnelle. En effet, chaque Passion ou martyrologe ne mentionne pas la fondation systématique d’un sanctuaire chrétien dédié à commémorer le sacrifice exemplaire des athlètes du Christ.

6En raison du caractère épars, postérieur et incertain de la documentation, il est impossible de cartographier l’étendue de ces périodes assez brèves de persécution et l’ampleur qu’elles ont prise sachant que des pans entiers de l’Asie Mineure paraissent vides de martyrs durant cette période, non seulement les régions peu urbanisées comme la Galatie, la Cappadoce et le Pont, mais encore les provinces poliadisées, comme la Lycie, la Carie ou la Phrygie. La cartographie du martyre semble presque une géographie du vide tant les mentions restent isolées, épisodiques et parfois sujettes à caution. Dans ces circonstances, il est difficile de trouver une réponse globale et unique pour expliquer cette situation contrastée qui semble correspondre à des contextes distincts et traduire des conjonctures locales : indifférence à l’égard d’un phénomène fréquent, faible application à l’échelon locale des décrets de persécution, répression dépourvue d’exécution, désintérêt des narrateurs chrétiens pour le cadre civique, oubli de silhouettes secondaires au profit de figures éminentes ? Le problème fondamental est de savoir si les sources martyriales conservées, la plupart écrites ou recomposées bien des siècles après les événements, nous offrent la possibilité de circonscrire et de mesurer, avec un minimum de précision ou de justesse, l’ampleur de ces persécutions. Même le martyrologe syriaque et le martyrologe hiéronymien, qui tous deux dérivent d’un prototype composé en Asie Mineure au ive siècle, peut-être en Bithynie, n’ont pas pour ambition de procéder à un recensement systématique, complet et scrupuleux des victimes chrétiennes de chaque cité, pour peu qu’il y en ait eu. La commémoration liturgique est sélective parce que la mémoire chrétienne l’est également dans la mesure où elle se construit sur un passé recomposé qui proclame une foi, enracine une communauté, justifie un culte, légitime une autorité.

7Brèves et mal appliquées, les mesures hostiles aux chrétiens ne freinent pas leur essor numérique et social au point que certains atteignent des positions de plus en plus élevées dans l’administration non plus municipale mais impériale. Promue au rang de colonie romaine entre 294 et 296 alors qu’elle se mue en principale résidence de l’empereur Dioclétien, ornée d’une parure monumentale digne de ce souverain et de sa cour en voie d’amplification et de bureaucratisation, la cité de Nicomédie capte les ambitions et les talents, mais concentre également les tensions et les relents. Siège du pouvoir, elle devient l’épicentre de la dernière persécution générale qui est décrétée par Dioclétien en 303. Au regard des précédentes périodes de répression légale du christianisme, la vague de violences, qui dure une dizaine d’années en Asie Mineure, semble plus importante et mieux documentée. En effet, on dispose de plusieurs sources littéraires, toutes émanant d’auteurs de confession chrétienne, et de rares inscriptions païennes et chrétiennes qui permettent de mieux suivre sa chronologie, ses étapes et son ampleur qui sont reconstituées avec précision. Cependant, force est de reconnaître que les Passions « épiques » ou « romanesques » constituent la majorité des sources qui inscrivent ces événements dans un cadre local et social privilégié (p. 341‑344 et notes afférentes). À la lumière d’une étude que nous avons menée des victimes féminines, il s’agirait d’un lieu commun des récits de martyre dont les protagonistes sont surtout issus des catégories favorisées et dont la dégradation, l’emprisonnement, la perte des biens et de la vie sont placées, par convention du genre ou souci de vraisemblance, dans une cité où se tiennent les assises judiciaires du gouverneur, seul détenteur du droit de mort à l’échelle de sa province.

8Il est désormais démontré de manière convaincante, textes juridiques, épigraphiques et parfois même hagiographiques à l’appui et souvent traduits à nouveaux frais, que la politique anti-chrétienne des empereur romains successifs a contribué à accélérer l’immixtion de l’État central dans les affaires locales et à réduire un peu plus l’autonomie et l’envergure des élites, de la justice, des festivités, des ressources et des carrières municipales. Ce processus de fonctionnarisation et de normalisation des cités se manifeste à partir des règnes de Trajan (98‑117) et d’Hadrien (117‑138), voire dès l’époque de Vespasien (69‑79) comme l’avait bien rappelé Friedrich Vittinghoff en 1982. Toutefois, ce chemin vers l’intégration politique, qui a pour corollaire la désintégration identitaire, gagne en ampleur à partir de Dioclétien et s’impose sous Constantin. Plus encore que la résidence de Dioclétien à Nicomédie, la fondation de Constantin sur le Bosphore place davantage l’Asie Mineure sous l’autorité de l’administration impériale et contribue à transformer en rouages de sa propre machinerie les cités dont les particularités locales et culturelles se dissolvent dans une romanisation institutionnelle et surtout religieuse sans précédent et irréversible. Certes, nous avons fait le choix de concentrer notre compte rendu sur les amples chapitres relatifs aux persécutions anti-chrétiennes en raison de l’intérêt des problèmes que le livre soulève, des solutions qu’il apporte et des commentaires neufs qui accompagnent leur évocation. Toutefois, cet ouvrage de grande ampleur, écrit dans une langue ferme et élégante, basé sur une érudition maîtrisée et finement exploitée, dépasse l’histoire religieuse de l’Asie Mineure tardo-antique par son ambition de reconstituer avec beaucoup de conviction l’évolution générale des communautés civiques progressivement nivelées, normalisées, assujetties et instrumentalisées au point de devenir des « cités-outils » pour reprendre une belle formule dont ce livre ne manque jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Destephen, « Anne-Valérie Pont, La fin de la cité grecque. Métamorphoses et disparition d’un modèle politique et institutionnel local en Asie Mineure, de Dèce à Constantin », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 515-520.

Référence électronique

Sylvain Destephen, « Anne-Valérie Pont, La fin de la cité grecque. Métamorphoses et disparition d’un modèle politique et institutionnel local en Asie Mineure, de Dèce à Constantin », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12035

Haut de page

Auteur

Sylvain Destephen

Université Paris Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search