Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusDaniel-Odon Hurel (dir.), Les Bén...

Comptes rendus

Daniel-Odon Hurel (dir.), Les Bénédictins. La Règle de saint Benoît

Paris, Robert Laffont, (« Bouquins »), 2020
Florian Gallon
p. 523-526
Référence(s) :

Daniel-Odon Hurel (dir.), Les Bénédictins. La Règle de saint Benoît, Paris, Robert Laffont, (« Bouquins »), 2020, 1344 p., 20 cm, 32 €, ISBN 978‑2-221‑12389‑8.

Texte intégral

1Tel qu’il figure sur sa couverture, le titre très enveloppant de ce livre collectif, publié sous la direction de Daniel-Odon Hurel (Les Bénédictins), ne dit pas immédiatement son objet. À l’intérieur, un sous-titre – La Règle de saint Benoît – révèle que le volume porte d’abord sur le texte fondateur du monachisme bénédictin. L’introduction en délimite plus précisément les contours : « inscrit dans la longue tradition des commentaires de la Règle » (p. 12), il suit à leur manière le texte attribué à Benoît de Nursie en lui adjoignant, chapitre par chapitre, une analyse détaillée.

2Les pages introductives ne se bornent pas à établir les principes fondateurs de l’ouvrage : elles sont aussi le lieu d’une intéressante étude centrée sur les centaines de publications qui ont reproduit ou expliqué le texte de la Règle depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’à l’ère numérique. D.-O. Hurel s’attache à quantifier cette abondante production et à en décrire les évolutions avant de la répertorier dans une bibliographie de près de cent pages : utile outil de travail, sans doute, pour les spécialistes de l’histoire du texte bénédictin, bien que l’ordonnancement chronologique de cette bibliographie puisse en compliquer la manipulation.

3Le texte de la Règle est donné dans une traduction des moines de Saint-Wandrille entreprise il y a près de trente ans mais restée depuis inédite. Les philologues s’empareront, s’ils le veulent, de cette nouvelle version pour en mesurer la justesse ou la comparer aux traductions précédentes. Elle présente en tout cas l’intérêt, comme le souligne D.-O. Hurel, de rappeler le caractère toujours vivant de la réception de la Règle dans ce qu’il subsiste de monastères bénédictins. Cette traduction avait aussi le mérite d’exister, d’être mise à la disposition des auteurs – au rang desquels figure l’abbé de Saint-Wandrille – et de leur épargner ainsi l’effort d’en mener une à nouveaux frais. Son apport est surtout instrumental : il était bon de redonner le texte à lire avant de le commenter. Quant à la version latine mise en annexe, elle n’a d’autre visée que de permettre une consultation commode de la source originale : cette ambition limitée explique le recours à une édition facilement accessible et libre de droits – celle que livre en ligne, sans précision d’origine, le site internet <thelatinlibrary.com> – mais le lecteur scrupuleux devra se reporter à l’édition critique établie par Jean Neufville et traduite par Adalbert de Vogüé aux Sources chrétiennes.

4Le cœur de l’ouvrage tient dans le millier de pages qui viennent gloser le texte bénédictin en suivant l’ordre de son déroulement. Pour mener à bien ce projet, D.-O. Hurel a réuni autour de lui un groupe d’une dizaine d’auteurs composé de spécialistes laïques du monachisme et de religieux de l’Ordre de saint Benoît. L’originalité ne réside pas tant dans la constitution d’une telle équipe – il n’est pas exceptionnel que les travaux d’histoire religieuse associent des universitaires et des moines, parfois fort compétents – que dans la tâche qui lui a été assignée : produire à l’aube des années 2020 un nouveau commentaire de la règle bénédictine qui ne soit pas destiné à un usage monastique, mais « à un aussi large public que possible » (p. 12). C’est cette orientation qui justifie la parution du livre dans la collection « Bouquins » de Robert Laffont, habituellement destinée à un grand public cultivé. Aussi convient-il de ne pas lui intenter d’injuste procès : la parcimonie des notes infrapaginales et la brièveté de la bibliographie finale regroupant les références scientifiques découlent d’une aspiration estimable, celle qui permet au chercheur d’atteindre une audience amplifiée au prix d’un apparat critique allégé – mais au risque de décevoir les attentes des spécialistes.

5Le livre fait la part belle aux interprétations multiples qu’on a données de la Règle au fil des siècles : c’est l’un de ses principaux apports que de les rapprocher pour éclairer à leur lumière croisée le texte qui est leur fondement commun. Près de la moitié du volume est due à D.-O. Hurel lui-même, historien d’une longue modernité, ce qui peut expliquer que les commentaires modernes et contemporains de la Règle soient plus souvent et plus longuement convoqués que leurs antécédents médiévaux. La période médiévale n’en est pas moins prise en compte : il y a d’appréciables synthèses sur la liturgie des heures ou la célébration eucharistique dans les monastères bénédictins du Moyen Âge, sur leurs formes spatiales et la vie matérielle dont ils sont le cadre, sur le recrutement et l’organisation institutionnelle des communautés qu’ils abritent. On regrettera néanmoins que l’élaboration même de la Règle soit si peu contextualisée, d’autant que D.-O. Hurel s’est récemment employé à le faire dans la biographie qu’il a consacrée à saint Benoît. Les dernières études (celles d’Albrecht Diem ou de Pablo Díaz, entre autres) ont en effet montré que toute règle monastique doit être comprise initialement comme un instrument ad hoc émanant d’un environnement historique et social déterminé ; les commentaires de certains chapitres auraient sans doute gagné à prendre davantage en compte cette considération. On ne lira pas beaucoup plus, et en tout cas rien de nouveau, sur les sources maniées par Benoît ou sur la tradition manuscrite de sa règle. Le lecteur médiéviste identifiera en outre quelques approximations. Certaines peuvent être tenues pour de bien vénielles scories : parler de Cluny au ixe siècle (p. 9) ou confondre cartulaire et capitulaire (p. 1103). D’autres évoquent davantage la maîtrise parfois flottante d’un sujet il est vrai extrêmement vaste : fixer la fondation du monastère de Sahagún en 1079 (p. 34) alors que l’établissement est attesté deux siècles plus tôt ; ignorer les éditions de référence des commentaires de Smaragde de Saint-Mihiel (p. 160, 299, 374) ou d’Hildegarde de Bingen (p. 162, 780, 953) – la première étant pourtant citée par ailleurs (p. 103, 1065) ; voir dans l’auteur du plan de Saint-Gall, à partir d’un vieux livre de Michel Mourre, « peut-être Éginhard ou Frothaire évêque de Toul » (p. 625) quand l’historiographie ne se risque plus à en identifier l’exécutant et place plutôt sa confection sous la responsabilité de l’abbé Heito de Reichenau ; faire d’Hildemar de Corbie un « réformateur de l’ordre » (p. 738) alors que le personnage est à peu près inconnu ; cartographier la diffusion de la Règle de saint Benoît au ixe siècle mais inclure dans sa sphère d’influence une région – le nord-ouest de la péninsule Ibérique (p. 1305) – où le monachisme bénédictin ne prévaut guère, comme l’a démontré Antonio Linage Conde, avant le milieu du xie siècle.

6C’est un objet difficilement classable, à tout prendre, que ces Bénédictins : dirigé et en bonne part écrit par un historien à la réputation établie, mais à la fois plus et moins qu’un livre d’histoire. En fonction des thèmes abordés par Benoît, les auteurs ont privilégié tour à tour l’exégèse spirituelle, liturgique voire théologique du texte et l’histoire de sa mise en œuvre, depuis les origines jusqu’aux pratiques les plus actuelles : on découvre ainsi qu’il était donné récemment lecture, au réfectoire de l’abbaye cistercienne du Mont des Cats, d’un livre relatant la lutte d’un prêtre mexicain contre les narcotrafiquants et d’une Histoire de la France par les villes et les villages due à l’ancien ministre François Baroin (p. 710) ou que certains moines ont désormais un profil personnel sur Facebook (p. 944). L’ensemble, souvent éclairant, est d’une hétérogénéité revendiquée mais parfois déroutante. Si, à en croire l’introduction, l’intention n’est ni de guider les Bénédictins d’aujourd’hui dans leur compréhension de la Règle, ni de donner aux spécialistes une lecture érudite de ses interprétations et de ses applications, on finit par naviguer dans un entre-deux dont il n’est pas toujours facile de savoir à qui il s’adresse ou ce que l’on peut y chercher. Il faut à ce titre déplorer les insuffisances de la table des matières et l’absence d’index thématique qui ne facilitent pas le maniement d’un imposant volume de plus de 1300 pages : on ne devinera pas aisément, avant de s’y plonger, que le commentaire du chapitre 19 (« De la tenue pendant la psalmodie ») consiste en une synthèse sur l’histoire du chant grégorien, que celui du chapitre 21 (« Des doyens du monastère ») parcourt à grandes enjambées celle des réformes monastiques ou que les chapitres 50 (« Des frères qui travaillent loin de l’oratoire ou sont en voyage ») et 51 (« Des frères qui s’en vont à peu de distance ») suscitent respectivement des développements sur la gestion du temporel et sur la clôture des monastères, sans traiter des moines en déplacement.

7Ces quelques réserves n’effacent pas les mérites de l’ouvrage ; plusieurs ont été ici signalés. Le moindre d’entre eux n’est pas de relever le défi que le commentaire systématique d’un texte vieux de quinze siècles et destiné à régler la vie cénobitique puisse rencontrer, dans des sociétés amplement sécularisées, un lectorat élargi. L’avenir dira le succès d’un tel pari éditorial. On peut déjà en saluer l’audace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Gallon, « Daniel-Odon Hurel (dir.), Les Bénédictins. La Règle de saint Benoît », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 523-526.

Référence électronique

Florian Gallon, « Daniel-Odon Hurel (dir.), Les Bénédictins. La Règle de saint Benoît », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12050

Haut de page

Auteur

Florian Gallon

Université Toulouse – Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search