Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusJean-Pierre Rothschild, Moïse b. ...

Comptes rendus

Jean-Pierre Rothschild, Moïse b. Sabbataï, lecteur juif du Livre des causes et adversaire de la Kabbale en Italie, vers 1340

Turnhout, Brepols (« Philosophy in the Abrahamic Traditions of Middle Ages », 2), 2018
Dragos Calma
p. 529-532
Référence(s) :

Jean-Pierre Rothschild, Moïse b. Sabbataï, lecteur juif du Livre des causes et adversaire de la Kabbale en Italie, vers 1340, Turnhout, Brepols (« Philosophy in the Abrahamic Traditions of Middle Ages », 2), 2018, 332 p., 23,5 cm, 100 €, ISBN 978‑2-503‑57614‑5.

Texte intégral

1Dédié à la mémoire de Joseph Baruch (Giuseppe) Sermoneta (p. ix), cet ouvrage, d’une qualité et d’une érudition remarquables, porte sur l’un des auteurs oubliés (ils sont très nombreux) de l’histoire de la pensée, en l’occurrence Moïse ben Sabbataï. Le lecteur a ainsi accès à un dossier complet, comprenant une introduction sur la philosophie en Italie au xive siècle suivie de plusieurs éditions partielles ou complètes de textes jamais publiés auparavant (de Moïse ben Sabbataï et son maître, Juda de Rome), ainsi que d’un glossaire des termes philosophiques employés par Moïse ben Sabbataï. J.-P. Rothschild a consacré une partie importante de sa carrière à la réception du Livre des causes dans les milieux juifs médiévaux, en commençant par son doctorat dirigé par Colette Sirat. Cet ouvrage vient compléter et parfaire les travaux qu’il a déjà accomplis.

2Composé au ixe siècle à Bagdad, le Livre des causes est fortement inspiré par la traduction en arabe de plusieurs fragments des Éléments de théologie de Proclus (plus précisément par ce que l’on nomme habituellement Proclus arabus), par des parties des Ennéades de Plotin traduites en arabe (que l’on nomme Plotiniana arabica) et par plusieurs autres sources (comme le De anima d’Aristote). Deux manuscrits arabes tardifs attribuent le texte à Aristote, ainsi que certains témoins manuscrits de la traduction latine (par Gérard de Crémone, à la fin du xiie siècle), mais, contrairement à l’opinion la plus répandue parmi les chercheurs, l’attribution au Stagirite n’est ni unanime ni acceptée sans réserve par les Latins. En hébreu, on dénombre plusieurs traductions du Livre des causes, la plupart réalisées dans des milieux italiens, certaines complètes et d’autres partielles, des traductions de certains commentaires latins, ainsi que des commentaires originaux. Zeraḥyah Ḥen (vers 1284 ?) et Hillel de Vérone (après 1272) ont traduit directement de l’arabe. Juda de Rome (actif dans le premier tiers du xive siècle) le traduit à partir du latin, et sa version est conservée dans une vingtaine de manuscrits, réunie avec des sélections des commentaires de Thomas d’Aquin ; Juda traduit aussi des extraits d’autres auteurs latins, tels Albert le Grand (De causis et processu universitatis a causa prima) et Gilles de Rome (Theoremata de esse et essentia). D’une manière générale, comme le note J.-P. Rothschild en s’appuyant sur une remarque de G. Sermoneta, Moïse aurait choisi de se tourner vers la scolastique latine encore capable d’innovations, contrairement à la tradition avicenno-maïmonidienne (p. 16). ‘Eli Ḥabilio (actif en Aragon vers 1470) traduit de nouveau le Livre de causes du latin en hébreu. Les théorèmes principaux (ou axiomes) du Livre des causes se lisent dans une autre traduction (Paris, BnF, hébreu 706) que l’on ne peut ni dater ni attribuer.

3Moïse ben Sabbataï, actif dans la première moitié du xive siècle et lecteur du Livre des causes, est présenté comme un disciple attentif et critique de Juda de Rome, sans pouvoir affirmer s’il a été effectivement son élève (p. 5, 18, 32). De sa plume sont connus : un bref commentaire sur le Psaume 119, 26 (édité, traduit et commenté aux p. 46‑89) ; un texte plus long intitulé Les portes de justice (Ša’arey ṣedeq), qui vise à contredire les philosophes tenants de l’éternité du monde et les kabbalistes voulant introduire en Dieu un principe de multiplicité (commentaire, traduction abrégée et édition intégrale aux p. 92‑226) ; deux notes de longueur inégale portant sur la traduction en hébreu d’extraits du commentaire de Thomas d’Aquin au Livre des causes, dont l’une porte sur la phrase « superaddentes ad rationem aeternitatis quod semper esse habuit » (dans l’édition Saffrey, p. 12, l. 15‑16) et l’autre sur l’interprétation (dans l’édition Saffrey, p. 15‑16) de l’âme noble (non pas « âme pure », cf. p. 22) in horizonte aeternitatis (ces notes sont commentées, traduites et éditées aux p. 235‑244) ; de brèves annotations à un texte d’introduction à la philosophie de Juda de Rome (commentées, traduites et éditées aux p. 227‑235) ; un bref poème théologique sur la connaissance et sur l’éloignement de Dieu (commenté, traduit et édité aux p. 244‑250) ; un court texte sur les degrés d’existence (commenté, traduit et édité aux p. 250‑252). La plupart de ces textes, longs ou courts, citent explicitement le Livre des causes, parfois même contre l’interprétation de Juda de Rome.

4Les écrits philosophiques de Moïse ben Sabbataï représentent une véritable mine pour toute recherche future sur les milieux intellectuels italiens, notamment au sujet du dialogue entre philosophie et kabbale auquel le Livre des causes (dans le voisinage doctrinal du Guide des égarés) contribue, de toute évidence, considérablement. Un autre élément remarquable, pourtant mentionné de manière occasionnelle, est l’importance pour Moïse ben Sabbataï des Theoremata des esse et essentia de Gilles de Rome (traduction partielle faite par Juda de Rome). Quelques citations de Gilles dans les Les portes de justice de Moïse sont identifiées, traduites par J.-P. Rothschild et comparées avec la version connue (mais inédite) de la traduction en hébreu par Juda (p. 293‑298). Ce qui, me semble-t-il, aurait pu mériter plus d’attention, étant donné la possibilité d’une découverte importante, c’est l’appendice D sur la traduction hébraïque du commentaire au Livre des causes par Gilles de Rome (p. 299‑300). Le manuscrit Parme, Bibl. Palatina, De Rossi 1420 contient le texte en hébreu, dans la traduction de Juda de Rome, du Livre des causes, avec des extraits du commentaire de Thomas d’Aquin. À la proposition VIII(IX) du Livre des causes, au f. 72v, une note en hébreu renvoie au « commentateur Gilles » pour donner une meilleure version du texte commenté : cette version de la proposition du Livre des causes apparaît effectivement dans le commentaire de Gilles à l’endroit correspondant. L’annotateur connaissait non seulement les détails du texte de Thomas dans la traduction de Juda, mais aussi les détails du texte de Gilles très vraisemblablement en hébreu. Il me paraît assez improbable que l’annotateur travaillait avec le texte latin sous les yeux et qu’il traduisait spontanément pour chercher une autre version et une autre articulation de l’hébreu qu’il commentait. De surcroît, comme le note J.-P. Rothschild (p. 300), la même main accompagne parfois ses notes marginales par nôṣrî (« un chrétien »), et il pourrait s’agir des renvois au texte de Gilles de Rome, mais le travail d’identification des sources s’est avéré trop fastidieux ou peut-être décourageant. Il serait pourtant important de reprendre ce travail afin de comprendre les rapports (probables ?) avec la version en hébreu du commentaire au Livre des causes de Gilles de Rome, sur laquelle nous ne disposons que de cette information. Au passage, on regrette aussi les mentions trop rapides de Ps.-Burley, nommé tantôt Walter (p. 6), tantôt Gautier (p. 97, 101).

5Dans son introduction, J.-P. Rothschild propose une Justification de la présente étude (p. 32‑42), et en donne quatre raisons : 1) historique : dans la mesure où les textes de Moïse sont « le témoin d’une grande époque mal connue de l’histoire intellectuelle du judaïsme » (p. 41) ; 2) littéraire : par le recours aux allégories surabondantes, les textes de Moïse sont un élément précieux pour l’étude de l’histoire de l’exégèse ; 3) philosophique : en raison des positions exprimées sur l’unité de la création, la nature de l’homme, la simplicité de l’essence de Dieu et le rôle des intermédiaires ; 4) stylistique : l’écriture de Moïse est décrite comme une « écriture performative » (p. 38) dans laquelle « le flux de l’écriture traduit, voire suscite, celui de la pensée elle-même […] et doit entraîner à son tour non la conviction (argumentative), ni la persuasion (rhétorique), mais l’élévation de l’âme du lecteur qui lui permet de parvenir à la coïncidence de l’intelligent, de l’acte d’intellection et de l’intelligible dont il vient d’être question ». J’ajoute deux autres raisons, qui ne sont pas les seules « oubliées », non seulement pour justifier la nécessité, mais surtout pour expliquer l’importance de ce travail : 5) il apporte un éclairage très précieux sur la longue histoire encore peu connue de la réception du néoplatonisme en général et du Livre des causes, 6) tout en montrant en détail les zones d’influences de la scolastique latine sur les milieux philosophiques juifs. Mais il faut reconnaître que ces six arguments majeurs montrant l’ampleur du travail de J.-P. Rothschild ne rendent pas totalement compte de la richesse philologique, conceptuelle et historique de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dragos Calma, « Jean-Pierre Rothschild, Moïse b. Sabbataï, lecteur juif du Livre des causes et adversaire de la Kabbale en Italie, vers 1340 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 529-532.

Référence électronique

Dragos Calma, « Jean-Pierre Rothschild, Moïse b. Sabbataï, lecteur juif du Livre des causes et adversaire de la Kabbale en Italie, vers 1340 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12083

Haut de page

Auteur

Dragos Calma

University College Dublin.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search