Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusMélanie Lozat et Sara Petrella (d...

Comptes rendus

Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », préface de Frank Lestringant

Paris, Classiques Garnier (« Rencontres », 400), 2019
Marie Lezowski
p. 541-543
Référence(s) :

Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », préface de Frank Lestringant, Paris, Classiques Garnier (« Rencontres », 400), 2019, 293 p., 22 cm, 22 €, ISBN 978‑2-406‑08798‑4.

Texte intégral

1Ce collectif étudie les écrits du jésuite Joseph-François Lafitau (1681‑1746), principalement les Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps (Paris, 1724, 2 vol. in-4, 41 pl.), son œuvre maîtresse. Lafitau y soutient que les peuples « sortent tous d’une même tige » (t. I, p. 19) et que les religions dérivent toutes de la Révélation. Il entend prouver le monogénisme et le monothéisme originel en comparant les coutumes du Nouveau monde avec celles de l’Antiquité païenne. Par un malentendu persistant, le jésuite passe pour un précurseur de l’anthropologie. L’édition partielle des Mœurs parue chez Maspero en 1983 entretient l’ambiguïté car elle écarte les passages comparatifs et historiques, comme le chapitre central dédié à la religion. Le colloque réuni à Genève en 2016, à l’origine de ce volume, a été l’occasion de replacer les Mœurs en leur temps. Mélanie Lozat, helléniste et historienne des religions, et Sara Petrella, historienne de l’art, ont organisé le livre en trois sections dédiées successivement à l’œuvre, au « système de religion » et à l’image comme preuve. Agréable à lire, le volume offre une introduction alerte, quarante-huit illustrations éditées avec soin, deux notices, éditoriale et biographique, deux index et des résumés ciselés.

2Dans la première partie, Philippe Borgeaud et Andreas Motsch retracent l’ensemble de l’œuvre et font voir la cohérence d’écrits à première vue disparates. Du mémoire sur le ginseng à l’histoire du chevalier Jean de Brienne et jusqu’à la somme sur les conquêtes portugaises, les écrits démontrent l’universalité de la religion. Au début du xviiie siècle, le jésuite est un réactionnaire franc-tireur, continuateur d’une histoire apologétique entrée en crise depuis longtemps, et affranchi de ses devanciers par une méthode originale. Joan-Pau Rubiés et Marc Adam Kolakowski mettent en évidence la filiation des Mœurs avec l’histoire sacrée et antiquaire du xviie siècle, particulièrement avec les travaux d’Athanase Kircher et de Pierre-Daniel Huet. Lafitau a vécu en Nouvelle-France pendant cinq ans, au contact de la communauté iroquoise, surtout Mohawk, de Sault-Saint-Louis (Caughnawaga), mais il rédige les Mœurs entouré de livres, certainement entre 1719 et 1722, à Rome et à Paris. Pour un apologète actif dans la République des Lettres, l’urgence est alors de prouver l’inclination naturelle de tous les peuples à la religion. Juste avant la parution des Mœurs, les Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde de Jean-Frédéric Bernard (1723) ont retourné l’argument de la comparaison contre le consensus gentium, en assimilant toutes les pratiques rituelles à la « superstition ». En réponse aux déistes et aux athées, Lafitau fait assaut d’érudition, mobilisant les auteurs antiques comme la littérature de voyage et de mission. Il élargit le domaine de l’histoire sacrée dans le temps et dans l’espace, la décentre de l’Europe. Ce choix audacieux s’appuie certainement sur les idées des « figuristes », groupe marginal de missionnaires jésuites qui lisent les textes anciens chinois comme une préfiguration de la Révélation. La réception des Mœurs en France est polémique. Voltaire tourne en ridicule les rapprochements hasardés, « sottises écrites sottement et qui pis est longuement ». Les supérieurs de la Compagnie voient d’un mauvais œil les comparaisons répétées entre « idolâtrie » et christianisme. Sans doute pour cette raison, l’ouvrage sur la religion primitive reste inédit : la notice autographe éditée en annexe prouve l’existence de cette œuvre censurée, dans l’attente, peut-être, de sa redécouverte. Hors de France, les Mœurs font leur chemin, discrètement, dans des livres d’histoire, de droit naturel et politique, de philosophie et de civilisations.

3Le « système de religion », exposé par Lafitau dans le long chapitre « Sur la religion » (t. I, p. 108‑455), est éclairé par la deuxième section. Il n’y a aucune curiosité gratuite de la part du jésuite à accumuler des « vestiges » païens, mais une quête obsessionnelle de la religion adamique. Les « symboles » ou « hiéroglyphes », antiques comme « sauvages », portent les traces de la Révélation, corrompue et travestie par l’idolâtrie. Grâce à la comparaison, la diffusion universelle des cultes païens est la meilleure preuve du monothéisme originel. Mélanie Lozat montre d’abord la dette de cette méthode envers Strabon. Dans le passage de la Géographie sur l’origine des Courètes, Strabon conjecture le vrai en rapprochant des cultes orgiaques communs aux Grecs et aux barbares. En ajoutant à l’excursus courétique des exemples de la Bible, des autorités antiques et son expérience de missionnaire, Lafitau décèle l’essence de la religion primitive dans les mystères et les rites orgiaques. Il introduit l’idée d’initiation, absente du texte de Strabon. Premier point de la comparaison, le culte du feu sacré serait présent partout en Amérique. Comme le montre Frank Lestringant, le système conduit Lafitau à revoir et à infléchir les descriptions données par Théodore de Bry et José de Acosta, dans le sens de la « pyrolâtrie » universelle. La comparaison permet également au jésuite de se délester de l’examen des chronologies, objet de tant de guerres savantes à l’âge classique. Sa lecture allégorique s’épanouit pour les monuments de l’Égypte ancienne, dont l’histoire reste un « chaos de ténèbres » au début du xviiie siècle. Les Mœurs poursuivent l’herméneutique de la Renaissance et du xviie siècle, à cette différence importante que le hiéroglyphe est désormais un terme de comparaison, et plus l’image du divin ouvrant à une interprétation illimitée. Le but de tous ces « rapports », relèvent Sarah Diane Brämer et Adrian Paschoud, est la « durée figée » de la vue synoptique (p. 127‑128). Une fois les cultes idolâtres subdivisés, les figures sont subsumées sous des types. Même les cultes zoomorphes et la vénération de l’oignon ont leur place dans le tableau, en tant que vestiges très dégradés de la Révélation.

4Dans sa lecture étincelante du frontispice, Michel de Certeau avait déjà souligné le fonctionnement des Mœurs en circuit fermé : la croyance engendre le système, conduit vers les images sensibles qui confortent en retour la croyance (« Histoire et anthropologie chez Lafitau », in Claude Blanckaert, Naissance de l’ethnologie ?, Paris, Cerf, 1985, p. 63‑89). Le frontispice représente, à l’origine du livre, la « vision mystérieuse » désignée par le Temps à l’Histoire : l’Eucharistie rayonnante, Adam et Ève nus près de l’arbre au fruit défendu (ill. 1). Deux angelots présentent à l’Histoire des « vestiges » qui vont lui inspirer les comparaisons : le calumet et le caducée de Mercure pour l’un, la tortue iroquoise et le sistre d’Isis pour le second. La plume, encore levée, s’apprête à vaincre les effets du Temps et à opérer la « liaison » entre les fragments. Les contributions de la troisième partie approfondissent cette lecture en montrant comment Lafitau élabore ses gravures. Si l’attribution des planches reste une question ouverte, il est certain que le jésuite suit de près leur exécution. La gravure doit faire « sentir » la liaison entre les figures, l’image muette devient « parlante » par l’analogie formelle. Très éclairantes sont les études, par Sara Petrella et Matthieu Bernhardt, des images des « sauvages », tirées de la littérature de voyage et fortement transformées. Les femmes à poils lascives deviennent des Madeleines hirsutes et chastes. Les figures alignées et les scènes de village, puisées pour la plupart dans Léry et de Bry, sont reprises et mélangées afin de soutenir la démonstration. La bienséance dicte de rhabiller les figures nues au détriment de la vérité ethnographique et de l’intégrité archéologique. Paola von Wyss-Giacosa analyse les franches révisions des idoles orientales, qui forcent les ressemblances et étaient la théorie du peuplement de l’Amérique par l’Asie. Aussi peut-on douter, avec Myriam Marrache-Gourraud, que Lafitau ait jamais eu les pièces représentées entre les mains. Les objets épars représentés en frontispice évoquent un cabinet de curiosité, mais ce déballage est un leurre. Lafitau ne fait pas relever des vestiges ; ses gravures en copient d’autres. Seuls quelques objets iroquois semblent bien avoir été observés de près par le jésuite. Le système résulte d’une collecte sans collection, de variantes d’un même enseignement en tous points du globe.

5Ouvrage érudit et vivifiant, La Plume et le calumet réfléchit aux sources de l’histoire des religions dans l’Europe moderne, en lien avec la colonisation et l’évangélisation. Tandis que le « système de religion » fait long feu, la réception des Mœurs, partielle et indirecte, leur assure une postérité importante et sans doute encore sous-estimée. L’équivalence tracée par les Mœurs entre l’histoire reculée et l’observation ethnologique est de vaste portée, comme la construction visuelle du « sauvage » en tant que « vestige » du passé, identique à ses semblables et « parlant » dans ses gestes, à condition de se taire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lezowski, « Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », préface de Frank Lestringant », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 541-543.

Référence électronique

Marie Lezowski, « Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », préface de Frank Lestringant », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12120

Haut de page

Auteur

Marie Lezowski

Université d’Angers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search