Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions3Comptes rendusCarmen M. Mangion, Catholic Nuns ...

Comptes rendus

Carmen M. Mangion, Catholic Nuns and Sisters in a Secular Age: Britain, 194590

Manchester University Press (« Gender in History »), 2020
Matthieu Brejon de Lavergnée
p. 553-555
Référence(s) :

Carmen M. Mangion, Catholic Nuns and Sisters in a Secular Age: Britain, 194590, Manchester University Press (« Gender in History »), 2020, 327 p., £ 96, ISBN 9781-526140487.

Texte intégral

1Connue pour ses travaux sur les religieuses en Grande-Bretagne au xixe siècle, Carmen Mangion livre en quelque sorte la suite dans cette enquête portant sur la deuxième moitié du xxe siècle. C’est un livre, pourtant, qu’elle ne souhaitait pas écrire mais qui, à la faveur de ses premiers dépouillements d’archives et de longues conversations avec les sœurs qui la recevaient, s’est imposé à elle. Il fallait que quelqu’un entende, recueille et rapporte leurs vies. Car c’est bien l’histoire des sœurs ordinaires, et la manière dont elles interprètent leur expérience au soir de leur vie, qui est la matière de cette enquête. Quel contraste toutefois pour l’historienne de l’apogée de la vie religieuse au xixe siècle – en particulier dans sa forme active de congrégations féminines – et le « chaos » (p. 287) dans lesquels ces mêmes ordres sont souvent plongés aujourd’hui : vocation spécifique ébranlée par Lumen Gentium (1964), vieillissement, attrait des « millenials » vers de nouvelles communautés, et finalement marginalisation au sein de l’Église et de la société qu’elles ont pourtant bien servies.

2Mais plus qu’une histoire inéluctable de déclin, qui alimenterait une sociologie de la sécularisation comme une théologie pensant en termes de continuité/rupture, l’auteure veut reconstituer toute la complexité de ces changements vécus en les observant au plus près de leurs actrices. Ils furent l’objet d’enthousiasme aussi bien que de douleur, et ce sont des « voix » disparates que Carmen Mangion nous donne à entendre. Son échantillon est composé de quatre-vingt-un entretiens auprès de sœurs de huit communautés actives (sisters) et contemplatives (nuns) : Poor Clares, Brigdettines of Syon Abbey, Benedictines of Stanbrook, Augustinian Canonesses of the Holy Sepulchre, Religious of La Retraite, Sisters of Mercy, Institute of the Blessed Virgin Mary, Society of the Sacred Heart. La plupart de leurs archives ont également pu être consultées – ce qui doit être salué car l’accès n’est pas toujours aisé – ainsi que plusieurs fonds d’archives diocésaines, auxquels s’ajoutent la presse catholique et une très large bibliographie (exclusivement en anglais).

3En sept chapitres particulièrement denses, qui mettent systématiquement en perspective historiographies religieuse et sociale (mouvements sociaux, histoire des femmes et du genre), Carmen Mangion suit tout d’abord les premiers changements survenus bien avant les années conciliaires. Elle insiste en particulier sur les effets de la Deuxième Guerre mondiale et du monde d’après-guerre marqué par un marché de l’emploi et matrimonial favorable aux femmes. La vocation religieuse est déjà l’effet d’un « choix » – en Angleterre plus qu’en Irlande – pas toujours facile en raison des réticences des familles comme des attraits de la vie séculière. L’auteure offre une analyse très fine des récits de « l’appel » comme des démarches mises en œuvre pour pallier le déficit de recrues – ainsi de ces salons des vocations (Vocation exhibitions) tel celui de Manchester en juin 1951 qui attire 80 000 visiteurs ou, plus connus, les premiers appels à la modernisation de Pie XII (Sponsa Christi, 1950). Les religieuses sont ainsi contraintes à sortir d’un entre-soi, ce qui apparaît plus clairement encore dans le chapitre 2 qui traite du topos de la jeune fille moderne (Modern Girl) dans les années 1950. Les congrégations tentent de cerner qui elle est (mieux formée, plus indépendante), quelles sont ses attentes, et comment la retenir au couvent. La maîtresse des novices apparaît ici comme un « pont » avec le monde qu’il lui faut désormais comprendre, au lieu de privilégier la rupture qui jusqu’alors était au cœur des pratiques.

4Les trois chapitres suivants forment le cœur de l’ouvrage, interrogeant la longue décennie 1960, ses appels à l’aggiornamento comme ses mouvements sociaux, et leurs effets sur la vie religieuse. Comment changent tout d’abord les régimes d’autorité (chapitre 3) ? Comment les hiérarchies matriarcales conventuelles sont-elles remises en cause par un mode de gouvernance plus participatif ? L’auteure s’intéresse aux « chapitres » ainsi qu’aux « questionnaires » envoyés aux maisons pour les préparer. Ce déluge de réunions, de papier, de discussions introduit au quotidien une rupture clef dans une vie jusqu’ici plutôt réglée par le silence et l’obéissance. « Nous discutions, discutions, discutions… » rapporte une sœur (p. 216) ; nous avions « réunion sur réunion » dit une autre (p. 118). Le couvent devient un lieu de dissonance écrit Carmen Mangion en une belle formule. Le changement est en effet aussi relationnel (chapitre 4). Les sœurs sortent du confort d’un « rôle » déterminé par l’âge, la fonction, au profit d’une « relation » qu’il leur faut inventer. C’est ici que les conflits entre générations sont les plus vifs, les enthousiasmes et les réticences les plus forts. Il est frappant de voir à quel point les témoignages recueillis insistent sur la difficulté, voire l’incapacité des sœurs à communiquer entre elles. La gestion des récréations en offre un exemple particulièrement intéressant. Ces microchangements du quotidien reflètent aussi les nouveaux rapports au « monde » (chapitre 5). On pourrait dire qu’à une logique de séparation succède une logique d’interpénétration. La grille fait l’objet de débats particulièrement vifs, tout comme la clôture intérieure fragilisée par de plus nombreux voyages, des rapports facilités avec sa famille, une formation intellectuelle (en théologie, en sciences humaines, professionnelle) assurée à l’extérieur du couvent. Les médias (journaux, télévision) se fraient aussi un chemin, non sans réticence et progressivement, dans les maisons à la demande de religieuses soucieuses de mieux comprendre le monde.

5Ceci conduit les communautés, en particulier séculières, à repenser leur apostolat alors que le modèle charitable hérité du xixe siècle est remis en cause par les aspirations à la justice sociale (chapitre 6). L’activisme de mouvements protestataires, la théologie conciliaire du « peuple de Dieu » comme celle de la libération, l’option préférentielle pour les pauvres, conduisent à des expériences nouvelles : les sœurs quittent leurs imposantes maisons pour se rapprocher des paroisses, d’autres s’investissent au loin (Sisters of Mercy au Pérou) et acceptent une « politisation » de la pauvreté comme de leur ministère. Bien que certaines sœurs aient alors quitté leur communauté qui ne répondait pas à un désir plus radical d’engagement, Carmen Mangion montre que la Grande-Bretagne suit un schéma plus progressif que les États-Unis. Sans être à proprement parler féministes, les religieuses britanniques ont alors redéfini les modalités de leur vie consacrée comme de la place qu’elles souhaitent occuper au sein de l’Église (chapitre 7). Elles (re)construisent leur féminité, ce qui ne va pas sans difficulté alors même que l’habit et jusqu’à leur nom de religion, parfois masculin, instituaient une distance à soi. Le « turn to self », constitutif de la modernité d’après-guerre, inscrit ainsi les religieuses dans un « air du temps » féministe.

6La lecture de ce livre particulièrement stimulant conduit à poser quelques questions. On n’y saisit pas toujours bien la différence entre religieuses cloîtrées et communautés apostoliques. Le bilan serait-il finalement similaire ? L’étude plus intensive d’une seule communauté permettrait sans doute aussi de mieux saisir les rapports de force entre groupes de sœurs, comme les enjeux transnationaux de changements vécus dans des contextes sociaux/ecclésiaux différents. On aimerait ici conjuguer des espaces géographiques plus différenciés, ce qui suppose de travailler à partir de sources et d’une bibliographie autres qu’en anglais. Enfin, si Carmen Mangion contribue magistralement à une histoire des femmes des années 1960‑1970 en y réintégrant les religieuses, une approche plus genrée permettrait d’observer le rapport aux hommes de ces femmes, mais aussi de comparer évolutions féminines et masculines. Quoi qu’il en soit, ce livre intelligent et sensible, grâce à l’apport croisé des entretiens et des archives, est appelé à servir de modèle pour d’autres études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Brejon de Lavergnée, « Carmen M. Mangion, Catholic Nuns and Sisters in a Secular Age: Britain, 194590 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2022, 553-555.

Référence électronique

Matthieu Brejon de Lavergnée, « Carmen M. Mangion, Catholic Nuns and Sisters in a Secular Age: Britain, 194590 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12160

Haut de page

Auteur

Matthieu Brejon de Lavergnée

DePaul University, Chicago.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search