Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4Le prototype du sage antique et l...

Le prototype du sage antique et la figure construite du Buddha en dhyāna

The prototype of the ancient sage and the constructed figure of the Buddha in dhyāna
Guillaume Ducœur
p. 569-586

Résumés

Les biographies traditionnelles du Buddha affirment que ce dernier serait passé par quatre degrés de contemplation (dhyāna) avant d’acquérir la triple science au moment de son éveil puis, plus tard, lors de son entrée dans l’extinction complète (parinirvāa). Pourtant, le terme dhyāna n’est guère attesté ni dans les quatre nobles vérités, ni dans l’octuple sentier, ni même dans la loi de production conditionnée, éléments de doctrine communs aux écoles bouddhiques anciennes. La présente contribution expose quelques éléments de réflexion sur la construction de la figure du « Buddha méditant » pour laquelle les hagiographes bouddhistes reprirent le prototype du ṣi antique de la tradition ṛgvédique, qui, par la capacité de sa pensée réflexive eut, le premier, la vision de l’ordre cosmique (ta).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Dhyāna dans les biographies traditionnelles du Buddha
La tradition védique du ṛṣi antique
Le Buddha en dhyāna, un nouveau ṛṣi

Aperçu du début du texte

Dans sa note treizième « Sur les quatre degrés du dhyāna », publiée dans le Lotus de la bonne Loi, en 1852, quelques mois seulement après sa mort, Eugène Burnouf (1801‑1852), qui fut assurément le premier européen à tenter de décrire avec minutie ces quatre stades, s’était déjà interrogé sur le sens premier du terme dhyāna ainsi que sur sa traduction en langue française :

« J’ai longtemps hésité, je l’avoue, entre les mots méditation et contemplation pour traduire le terme de dhyāna. Le mot contemplation avait à mes yeux cet avantage, qu’il réservait celui de méditation pour samādhi. […] J’ai conservé jusqu’à nouvel ordre celui de ‘contemplation’ parce qu’il me paraît plus étendu que celui de ‘méditation’ et que l’idée d’un bonheur extatique se trouvant comprise sous les premiers degrés du dhyāna, il me semble que la notion de ‘contemplation’ cadre mieux avec cette idée même. »

L’argumentation d’E. Burnouf repose sur deux critères principaux : le premier relève d’un choix par défaut, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Ducœur, « Le prototype du sage antique et la figure construite du Buddha en dhyāna »Revue de l’histoire des religions, 4 | 2022, 569-586.

Référence électronique

Guillaume Ducœur, « Le prototype du sage antique et la figure construite du Buddha en dhyāna »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12187

Haut de page

Auteur

Guillaume Ducœur

Université de Strasbourg
gducoeur[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search