Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4La méditation bouddhique sur la d...

La méditation bouddhique sur la décomposition des cadavres dans l’art siamois

Buddhist meditation on decaying corpses in Siamese art
Dominique Le Bas
p. 587-615

Résumés

La pratique de la méditation bouddhique dite asubha-kammaṭṭhāna qui consiste à contempler des cadavres humains dans différents états de décomposition, encore pratiquée aujourd’hui en Thaïlande, est très peu représentée dans l’art siamois. Si les manuscrits, datant pour l’essentiel du xixe siècle, présentent rarement l’ensemble des dix méditations, une armoire à manuscrits du xviie siècle a fait, quant à elle, l’objet d’une décoration par la figuration de ces dix méditations bouddhiques, chacune d’entre elles accompagnée d’une légende explicative. Cette contribution vise à mettre en corrélation les sources textuelles bouddhiques de la tradition theravāda et les représentations des dix laideurs qui renvoient également, pour certaines, à des rites funéraires pratiqués au Siam.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Les sources textuelles sur l’asubha-kammaṭṭhāna
La représentation figurée des dix méditations dans l’art siamois

Aperçu du début du texte

La méditation bouddhique appelée en pāli asubha-kammaṭṭhāna, « base de travail [méditatif] sur la répugnance [des cadavres] » consiste à contempler des corps humains dans différents états de décomposition. En prenant le cadavre comme support visuel et en pensant que son propre corps est voué au même devenir, le moine ou bhikkhu doit développer de la répulsion tout autant envers l’objet contemplé que vis-à-vis de son propre corps afin de prendre conscience de l’impermanence (anicca) et ainsi d’aboutir à la cessation (nirodha, nibbāna) de tout désir.

La méditation dite asubha-kammaṭṭhāna a été pratiquée par les moines de Thaïlande, de Birmanie, du Cambodge et du Laos depuis le xviiie siècle jusqu’au milieu du xxe siècle et l’est encore en Thaïlande. Cette pratique se déclinant en dix occasions selon l’état d’avancement de décomposition des cadavres est illustrée dans des manuscrits du centre de la Thaïlande rédigés principalement au xixe siècle, et plus rarement sur des armoires à m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Le Bas, « La méditation bouddhique sur la décomposition des cadavres dans l’art siamois »Revue de l’histoire des religions, 4 | 2022, 587-615.

Référence électronique

Dominique Le Bas, « La méditation bouddhique sur la décomposition des cadavres dans l’art siamois »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12189

Haut de page

Auteur

Dominique Le Bas

Université de Strasbourg
d.lebas[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search