Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusYves Combeau, Toujours prêts. His...

Comptes rendus

Yves Combeau, Toujours prêts. Histoire du scoutisme catholique en France | Charles-Édouard Harang, L’aventure par nature, 100 ans des Scouts et guides de France

Paris, Éditions du Cerf, 2020 | Paris, Presses d’Île-de-France, 2021
Bernard Giroux
p. 187-189
Référence(s) :

Yves Combeau, Toujours prêts. Histoire du scoutisme catholique en France, Paris, Éditions du Cerf, 2020, 358 p., 24 cm, 24 €, ISBN 978‑2-204‑13854‑3.

Charles-Édouard Harang, L’aventure par nature, 100 ans des Scouts et guides de France, Paris, Presses d’Île-de-France, 2021, 272 p., 23,5 cm, 19,5 €, ISBN 978‑2-7088‑8179‑2.

Texte intégral

1Les célébrations du centenaire du scoutisme (1907) puis de la fondation des Scouts de France (1921) ont stimulé un courant de recherche, soutenu en son temps par Gérard Cholvy. On disposait de volumineuses synthèses (Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, Paris, 1985 ; Christian Guérin, L’utopie Scouts de France, Paris, 1997 et Marie-Thérèse Cheroutre, Le Scoutisme au féminin, Paris, 2002) et de colloques (Gérard Cholvy, Marie-Thérèse Cheroutre (dir.), Le Scoutisme, Paris, 1994, et Gérard Cholvy (dir.), Le Scoutisme. Un mouvement d’éducation au xxe siècle, Montpellier, 2003). Mais pour importante qu’elle soit, cette historiographie négligeait les dernières décennies et restait balkanisée selon les mouvements, reflétant souvent les divisions institutionnelles, sexuelles, culturelles et mémorielles. C’était le cas notamment à propos du scoutisme catholique, essentiellement partagé entre les Scouts et Guides de France, les Scouts et Guides d’Europe, les Scouts et Guides unitaires de France (SUF).

2Ce constat souligne l’importance de deux récentes synthèses qui lui sont consacrées. Leurs auteurs traitent le sujet jusqu’à nos jours et affichent un souci d’honnêteté, de démystification et d’apaisement des lectures de l’histoire. Ce faisant, ils rendent justice, avec empathie mais sans concession, à l’extraordinaire fécondité d’un scoutisme catholique qu’ils connaissent de l’intérieur pour l’avoir fréquenté. Yves Combeau, chartiste, dominicain, est ancien aumônier national adjoint SUF ; Charles-Édouard Harang, professeur agrégé, docteur, chercheur associé au GHRis (Rouen) a été responsable local des Scouts et Guides de France.

3Dans son essai, le premier cherche à donner une explication historique à la division du scoutisme catholique. À le lire, elle tient aux ambiguïtés mêmes du projet. La première est d’ordre anthropologique : si chacun s’enorgueillit du génie de la pédagogie scoute, adaptée aux caractéristiques de l’adolescence, certains voient celles-ci comme naturelles et immuables alors que d’autres les considèrent comme socialement construites et déterminées ; les premiers plaideront pour le maintien de la pédagogie originelle – inspirée des idées de Lord Baden-Powell – quand les seconds chercheront à l’adapter aux mutations socioculturelles. Un autre débat porte sur la finalité du scoutisme catholique. À ceux qui voient dans le jeu hors des cadres éducatifs contemporains un instrument pour initier à une contre-société, d’essence catholique et conservatrice voire réactionnaire, s’opposent d’autres pour lesquels l’extraction le temps d’un camp n’est qu’un détour pour former un être au service de Dieu et de l’Église, et conséquemment de ses contemporains, vers lesquels il est constamment renvoyé. En fin de compte, se pose une question de fond : forge-t-on d’abord des hommes et des femmes ou bien des catholiques ? Le projet est-il essentiellement humaniste ou religieux ? Ces débats mal tranchés parcourent le mouvement jusqu’à son éclatement institutionnel dans les années 1960. C’est ici qu’Y. Combeau arrête la première partie de son ouvrage et qu’il situe le tournant majeur. La crise multiforme du scoutisme apparaît comme un élément de la « crise catholique de la société française » (Denis Pelletier), mais pas seulement. Aux effets des profondes et rapides mutations sociales et religieuses s’ajoutent ceux d’une réforme pédagogique brutalement et maladroitement imposée par la direction des Scouts de France et l’incapacité des responsables comme des évêques à entendre les réticences de ceux qui partiront finalement vers les Scouts d’Europe ou les SUF. Les trois mouvements entrent alors dans un temps de recherche, d’expérimentation et d’affrontement jusqu’à ce qu’ils trouvent leur formule et leur positionnement. Confirmant le constat de Guillaume Cuchet, on observe que le catholicisme identitaire des SUF et des Scouts d’Europe s’est mieux transmis, ce qui a permis à cette sensibilité d’affirmer sa place relative au sein du scoutisme comme du catholicisme. L’auteur consacre à cette mue la deuxième partie de son ouvrage. La troisième s’ouvre avec la fusion des Scouts et Guides de France (2004) ; elle décrit les évolutions récentes et la normalisation de la diversité du scoutisme, désormais reconnue par l’Église.

4Si Y. Combeau se concentre sur l’histoire interne des mouvements, Ch.-É. Harang s’attache à la contextualiser. La coupure essentielle, pour lui, se situe à la Seconde Guerre mondiale – qui clôture la première partie de son ouvrage – lorsqu’une forme de scoutisme, trop réactionnaire, sort discréditée de sa proximité avec Vichy. Sans négliger l’importance de la crise des années 60/70, il l’insère dans une séquence plus longue, de 1945 à 1985, qui constitue la deuxième partie du livre. La troisième est consacrée à la reconstruction, qui passe par la fusion entre Scouts et Guides de France, en 2004. Près de deux décennies de recherche sur le sujet permettent à l’auteur d’approfondir deux thèmes qui lui sont familiers. D’une part, il montre comment le déploiement du scoutisme dans l’Empire colonial s’est mué successivement en un tiers-mondisme et en un universalisme fraternel. D’autre part, il s’efforce de traiter le mouvement féminin pour lui-même – et non en regard ou en complément du masculin – en rappelant que la promotion féminine fondée sur la différenciation des sexes a été au cœur du projet des Guides, avant d’être renégociée lors de la fusion avec les Scouts. De manière générale, le propos est documenté et précis, rédigé dans un style parfois imagé, ce qui le rend à la fois accessible au grand public et peut lui faire sentir, un tant soit peu, l’espièglerie et la poétique de cette forme de scoutisme, plus sensible à la spiritualité franciscaine. Il en souligne finalement l’étonnante modernité : en forgeant des personnalités, initiées à une foi ouverte, à un rapport sensible à la nature et à l’engagement citoyen, les Scouts et Guides de France portent une réponse pertinente aux défis d’aujourd’hui. On tient ici une synthèse solide qui devient l’ouvrage de référence sur les Scouts et les Guides de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Giroux, « Yves Combeau, Toujours prêts. Histoire du scoutisme catholique en France | Charles-Édouard Harang, L’aventure par nature, 100 ans des Scouts et guides de France »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2023, 187-189.

Référence électronique

Bernard Giroux, « Yves Combeau, Toujours prêts. Histoire du scoutisme catholique en France | Charles-Édouard Harang, L’aventure par nature, 100 ans des Scouts et guides de France »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2023, mis en ligne le 20 mars 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12431

Haut de page

Auteur

Bernard Giroux

Lycée Dessaignes, Blois.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search