Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4NEOI : Des hommes nouveaux dieux ...

NEOI : Des hommes nouveaux dieux entre Grèce et Rome. Quelques réflexions en guise d’introduction

NEOI : men as new gods between Greece and Rome. Some reflections as an introduction
Anne-Françoise Jaccottet et Stéphanie Wyler
p. 563-575

Résumés

Partant d’une étude lexicale sur les titulatures des rois hellénistiques qualifiés de « nouveau dieu » (neos Dionysos par exemple), ce dossier s’intéresse à l’évolution religieuse de telles pratiques entre les mondes grecs et romains à la fin de la période hellénistique et sous l’Empire romain. Il interroge la formule lexicale elle-même, la valeur de l’adjectif neos / nouus par rapport aux épiclèses divines proprement dites, et la chronologie de ses emplois, dans les titulatures officielles, mais aussi dans d’autres sources de différentes natures qui interprètent cette assimilation entre une figure du pouvoir et une divinité. Ce chapitre introductif précise les enjeux du dossier constitué de quatre articles qui mettent en lumière un aspect particulier de la question.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple Stefano Caneva, « Costruire una dea. Arsinoe II attraverso le sue denominazioni divine  (...)

1Neos Dionysos, Neos Apollon, Nea Hera, Nea AphroditeLa formule est familière. On la trouve à maintes reprises pour qualifier et honorer un empereur ou une femme de la maison impériale dès les Julio-Claudiens et jusqu’au iiie siècle de n. è. Ce ne sont pourtant pas les premiers Princes de l’Empire qui l’ont inventée. Cette titulature apparaît pour la première fois, d’après les sources conservées, avec Ptolémée XII en 64/3 av. n. è., c’est-à-dire qu’elle est tard-venue dans la chronologie de l’histoire hellénistique. Marc Antoine l’a reprise peu de temps après, avant que les successeurs d’Auguste ne soient eux-mêmes honorés de ces titres particuliers, par les cités grecques, au gré des circonstances et des figures du pouvoir. Mais surtout, cette formule arrive à la suite d’une série de comparaisons, de juxtapositions, d’assimilations, voire d’identifications entre dynastes et divinités qui débute dès la fin du ive siècle av. n. è.1. Ce n’est donc pas tant le principe même d’une relation très privilégiée entre une figure de pouvoir et une divinité qui est nouvelle, mais bien sa formulation et l’avenir auquel cette formule sera appelée à l’époque impériale. Combinant le nom d’une divinité avec l’adjectif neos / nea qui détermine le théonyme, cette formule fonctionne comme un bloc insécable, lui-même déterminant une figure humaine. Nous avons ainsi la création d’une formule unitaire de titulature qui a cela de particulier qu’elle met en relation formelle une figure humaine et mortelle avec une divinité dont la figure humaine est une sorte de représentant, dans une version « nouvelle », « rajeunie » ou « renouvelée ». L’empereur est honoré, dans sa titulature, comme un ou le « nouveau Dionysos », un ou le « nouvel Apollon », etc.

  • 2 Programme quinquennal 2014‑2018 de l’UMR 8210 Anhima « CHRONOS. Chronologies des évolutions religie (...)

2Cet usage honorifique n’a été que très peu étudié, comme nous allons le voir, et, le plus souvent, simplement considéré comme une variante de l’assimilation ou de la comparaison de dynastes avec des divinités, sans que cette formule particulière apporte une distinction significative dans le processus des honneurs divins accordés aux figures du pouvoir. Pourtant, cette formule nouvelle entraîne une série de questions touchant aussi bien la raison du développement de la formule elle-même, dans son contexte de création puis d’utilisation successive, que le statut de la figure honorée par ce rapprochement avec une divinité, inédit sous cette forme, les honneurs particuliers que cette distinction entraîne, ou non, ou encore l’impact de l’opération sur la divinité convoquée. C’est ainsi qu’une équipe de recherche s’est penchée sur la question dans la dynamique d’un programme de recherche quinquennal consacré aux chronologies des évolutions religieuses dans l’Antiquité2. Ce sont quelques-uns des résultats de cette recherche que présente ce dossier.

État de la question

  • 3 Arthur D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », The Journal of Hellenic Studies, t. 48, fasc. 1, 192 (...)
  • 4 Ibid., p. 26.
  • 5 Ibid., p. 34.

3La première réflexion centrée sur les valeurs politiques et religieuses des « nouveaux dieux » a été développée en 1928 par Arthur D. Nock, dans un article constitué de quatre « notes » sur le « Ruler-Cult », et dont la deuxième porte spécifiquement sur « Neos Dionysos »3. Nock établissait dans la première note consacrée à « Alexander and Dionysus » que si le souverain macédonien a pu être honoré, au iiie siècle av. n. è., en tant qu’Ἀλέξανδρος θεός, « he was not a νέος Διόνυσος4 ». Il soulève dès lors la question des différentes modalités d’association entre un dieu et un souverain, en convoquant les termes d’assimilation, d’identification, d’incarnation, qu’il tente de distinguer du mode de la comparaison ou de la métaphore. Il met en évidence tout d’abord que la « νέος-terminology5 » n’apparaît pas tant dans les titulatures officielles (attestée tardivement, avec la fin du règne de Ptolémée XII neos Dionysos, que Nock explique par une influence égyptienne, et qui ne s’impose guère officiellement), qu’émanant des « sujets », comme une variante d’hommages que l’on qualifierait aujourd’hui de mouvement « bottom-up ».

  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid. Sur cette inscription IPergamon 497, voir l’analyse de Gabrielle Frija dans ce dossier (cat.  (...)

4Nock se débarrasse aussi de l’idée, chrétiennement connotée – même s’il ne le formule pas comme tel –, qu’un individu serait l’incarnation d’une divinité : les princes et certains membres de la famille impériale sont susceptibles d’être « nouvel Hélios » et « nouvel agathos daimôn » et « nouveau Cabire », comme Néron6. Dans le même temps, d’une cité à l’autre, chaque théonyme prend une dimension locale dès lors qu’il est associé à une épiclèse : il n’y a pas de difficulté à voir coexister, voire collaborer, dans un même réseau, une divinité topique et sa « nouvelle forme », dont les manifestations terrestres sont immédiatement perceptibles et dépassent le cadre de la cité. À Pergame, Julia Livilla est « Nouvelle Porteuse de Victoire trônant avec (Νέα Νικηφόρος σύνθρονος) » Athéna, avec qui elle partage une prêtresse7. Autrement dit, les nouveaux dieux s’insèrent parfaitement bien dans le fonctionnement des systèmes polythéistes.

  • 8 Par exemple sur un cistophore en argent d’Éphèse, de 128 de n. è., RIC II, 532, avec une iconograph (...)

5Dans son développement foisonnant, Nock s’intéresse également aux différentes valeurs de l’adjectif neos en grec pour justifier son utilisation et sa diffusion dans les titulatures et les hommages plus officieux des souverains : à la fois « jeune » et « nouveau » (synonyme de καινός), il est appliqué à un dirigeant qui reproduit les caractéristiques, les pouvoirs, les domaines de compétence et les bienfaits de l’« Ancien » dont il ravive la vitalité. En termes romains, il traduit l’adjectif Minor, qui comporte une dimension familiale, l’expression d’un héritage symbolique qui fait écho aux prétentions aux généalogies mythiques des souverains se réclamant d’un ancêtre divin. En ce sens, le Nouveau n’est pas seulement une incarnation terrestre (comme Hadrien est Augustus renatus, « Auguste rené8 »), il succède à l’Ancien le temps de son règne.

  • 9 A. D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », p. 31.

6On le voit, Nock avait envisagé la plupart des pistes de recherche que nous développons dans ce dossier. Néanmoins, le fait est qu’il convoque de manière très dense des sources fondamentalement hétérogènes, chronologiquement – depuis la poésie homérique jusqu’à la littérature chrétienne –, géographiquement, mais aussi génériquement, puisqu’il s’intéresse aussi bien à l’iconographie des monnaies qu’aux expressions poétiques, grecques et romaines. Si bien que, malgré la manière dont il pose les choses pour sortir d’une acception qu’il condamne de l’adjectif neos + théonyme « vague and susceptible of different meanings to different people9 », il reste à un niveau surplombant qui ne permet pas tout à fait de comprendre la chronologie fine de l’apparition et de la diffusion de la formule, ni ces spécificités par rapport à l’emploi du théonyme seul pour qualifier le souverain – en concluant que ces deux formes de titulature ou d’hommage sont, somme toute, interchangeables.

  • 10 Jenny Wallensten, « New Gods for a New World. Observations on an Epigraphic Interplay between Greek (...)
  • 11 Voir la contribution d’Anne-Françoise Jaccottet dans ce dossier.
  • 12 La formule perdure encore, de manière plus discrète, dans l’Antiquité tardive (avec notamment Gordi (...)

7Nous proposons ainsi de reprendre cette chronologie fine, sur la base d’un corpus beaucoup plus abondant que celui dont Nock disposait en 1928. Ce corpus élargi, qu’a en particulier analysé très précisément Jenny Wallensten en 2017‑201810, comme nous allons le voir, ne remet pas en question le point de bascule entre des formes proches d’assimilations ou de comparaisons entre un individu et une divinité, qui se développent sous différentes formes depuis le ive siècle av. n. è. dans plusieurs cités grecques11, son apparition officielle dans l’Égypte de Ptolémée XII durant le deuxième quart du ier siècle av. n. è. et sa diffusion relativement massive chez les princes et la famille impériale des dynasties du Haut-Empire, des Julio-Claudiens aux Sévères12. Autrement dit, ce point de bascule est à la croisée de cultures en contact – grecque, égyptienne et romaine –, dans une période de redéfinition profonde de la nature du pouvoir sous l’impulsion de l’impérialisme romain tel qu’il s’expérimente dans les provinces orientales et hellénophones de l’Empire.

  • 13 A. D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », p. 3536 et n. 73.
  • 14 Voir la contribution de Stéphanie Wyler dans ce dossier.

8Car les sources montrent bien que les dirigeants « nouveaux dieux » sont essentiellement des Romains, et des Romains honorés dans la partie grecque de l’Empire. Lorsque Nock s’intéresse aux sources romaines occidentales, comme les poètes latins, dont il établit bien qu’ils expriment des formes d’hommages officieux et non des titulatures à proprement parler, il propose plusieurs « traductions » possibles du terme νέος, qui relèvent davantage de l’interprétation, voire de la métaphore : César et Auguste ont ainsi envisagé d’être « Second Romulus », Hadrien est Augustus renatus, comme on l’a dit – mais le divin Auguste n’est évidemment pas un dieu comme les autres –, Domitien est comparé à son ancêtre l’Alcides Maior, Commode se revendique Hercules Romanus – comme Properce se qualifiait de « Callimaque romain » –, d’autres sont qualifiés d’alter ou d’alius, d’autres enfin affublés du possessif noster ou du démonstratif mélioratif ille, etc.13. Autant dire que la formule neos + théonyme n’a pas été traduite par nouus + théonyme en latin, sauf dans quelques cas très marginaux autour de Marc Antoine qui gravite clairement autour de ce point de bascule de l’apparition « acculturée » des neoi14.

  • 15 Voir en particulier Laure Échalier, Charles Guérin, Sabine Luciani et Brigitte Pérez-Jean (éd.), Qu (...)
  • 16 Jean-François Thomas, « L’expression lexicale de l’idée de nouveauté en latin », in Quid noui ?, p. (...)
  • 17 Voir récemment Mounir Habachy, « Le supposé deuxième protocole royal de Ptolémée XII Aulète à Kôm O (...)

9C’est sans doute que la nouitas est plus ambiguë à Rome que dans le monde des cités grecques15. Elle comporte, pour le meilleur ou pour le pire, l’idée de rupture avec ce qui précède : « le nouus constitue un nouveau départ, tourné résolument vers l’avenir, le recens est une amorce du nouveau, l’insuetus l’affirmation d’une différence16 ». Les connotations de jeunesse, de renouveau, de prolongement sont moins prégnantes que dans le grec neos. Dès lors, la traduction de l’adjectif d’une langue à l’autre se prête moins à la transposition des valeurs qu’elle apporte à la formule grecque. Il en va encore autrement de l’égyptien wn (fig. 1), qui traduit la titulature de Ptolémée XII neos Dionysos et exprime d’abord la jeunesse du roi-pharaon17.

Fig. 1 : d’après Sébastien Biston-Moulin, Glossaire des inscriptions de Karnak, vol. : Le Vocabulaire, Travaux du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak, Montpellier, 2017, s. v. « wn “Jeune, adolescent” (Vocable 1036 / VÉgA ID-04016) », p. 220.

Fig. 1 : d’après Sébastien Biston-Moulin, Glossaire des inscriptions de Karnak, vol. i : Le Vocabulaire, Travaux du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak, Montpellier, 2017, s. v. « Ḥwn “Jeune, adolescent” (Vocable 1036 / VÉgA ID-04016) », p. 220.
  • 18 Le titre d’Otto Brendel, « Novus Mercurius », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts (...)

10Le fait que la titulature officielle des empereurs romains ne semble se développer que dans le monde hellénophone ne tient vraisemblablement pas qu’à la dissymétrie sémantique de l’adjectif : les expérimentations variées vers une forme plus ou moins achevée de divinisation de la famille impériale n’ont pas évolué au même rythme et dans les mêmes termes entre les différentes parties de l’Empire. Une partie de la bibliographie ne s’est pas moins appuyée sur des glissements sans doute abusifs, passant d’images (iconographiques – numismatiques, statuaires – ou poétiques) d’empereurs sous les traits d’une divinité à l’étiquette non attestée, dans les textes épigraphiques ou littéraires, de nouus + théonyme : ainsi d’Auguste nouus Mercurius ou des Pompée père et fils nouus Neptunus, en particulier18. Mais le fait est que la formule ne s’est pas développée officiellement dans la partie latinophone de l’Empire, tandis qu’elle a prospéré dans le monde hellénophone. Les « Hercules romains » comme Commode portent bien le renouveau, la puissance et sans doute l’accroissement et l’amélioration des pouvoirs contenus dans l’adjectif neos, mais ils contiennent bien d’autres connotations encore.

  • 19 Ces études sont bien entendu trop nombreuses pour pouvoir être citées ici et seront détaillées à tr (...)
  • 20 J. Wallensten, « New Gods for a New World (part 13) ». Cette étude en trois parties a été publiée (...)
  • 21 J. Wallensten, « New Gods for a New World, 2 », p. 43.
  • 22 Ibid., p. 44.

11C’est donc logiquement du côté de l’épigraphie et, dans une moindre mesure, de la numismatique grecques que les études les plus pertinentes se sont développées sur les humains « nouveaux dieux » à proprement parler. Après plusieurs études ponctuelles sur une inscription particulière, les titulatures de souverains hellénistiques ou l’expression de cultes impériaux dans les provinces grecques qui ont croisé la formule des hommes nouveaux dieux19, c’est Jenny Wallensten, comme on l’a dit, qui a récemment analysé la question à partir d’un corpus épigraphique quasiment exhaustif de 132 inscriptions associant l’adjectif neos / nea au nom d’une divinité, d’un personnage mythologique ou d’un personnage historique20. Elle a ainsi repris à nouveaux frais les questions initialement posées par Nock, autour des différents sens de neos en particulier, qui ne saurait traduire une forme d’« incarnation » de la divinité : « fundamentally the element New of a New God title in fact infers a replacement, a surpassing, of the now ‘old’ deity21 », tout en fonctionnant comme une épiclèse à part entière, qui apporte « a new (aspect of a) god22 ». Son enquête a également le mérite de mettre l’accent sur le choix des divinités « renouvelées » par la formule – Nock avait déjà souligné que Dionysos et Héraclès étaient privilégiés pour la valeur paradigmatique de leur interprétation évhémériste –, de même que sur l’identité et la motivation des instances émettrices des inscriptions célébrant la figure du pouvoir qualifiée de nouveau dieu.

12Partant de ces acquis, nous prolongeons ainsi le questionnement en nous intéressant en particulier à la spécificité linguistique de formule par rapport aux autres expressions de l’assimilation entre un humain et une divinité, ainsi qu’à l’analyse précise de certains cas particulièrement éclairants, en éditant, dans deux des contributions, le corpus des inscriptions étudiées. Cette approche « close-reading » des sources est en effet nécessaire, à ce stade, pour faire émerger des fonctionnements de détail que les études englobantes, de Nock à Wallensten, ne permettent que de pressentir.

Les « hommes nouveaux dieux » : nouvelles questions sur cette titulature

13L’apparition de la formule « neos / nea + théonyme » est l’occasion de s’interroger sur une dynamique honorifique et cultuelle qui met en lumière l’évolution des processus de communication entre les souverains et les communautés qui dépendent de leur pouvoir. C’est ainsi que de nombreuses questions sont immanquablement entraînées dans le sillon de cette recherche. Les premières concernent l’emploi de la formule nouvelle, puis son sens.

14Structurellement, la formule « neos + théonyme » est construite et employée comme une apposition qualificative ; elle individualise la figure humaine ainsi qualifiée, tout comme une épiclèse. Mais est-ce fonctionnellement une épiclèse, dans le sens moderne du terme : remplit-elle une fonction symbolique et implique-t-elle un culte ? S’agit-il d’un titre comparable aux qualificatifs courants, pour les empereurs, comme « germanique », « parthique », qui sont circonstanciels et hérités d’une riche tradition républicaine redoublant le cognomen, le surnom célébrant une victoire ? Ou se rapproche-t-il davantage de titres plus en lien avec le divin, comme « auguste » ou encore Olympios, qui rapproche le prince avec Zeus en l’occurrence ? Où situer la distinction, s’il y en a une, entre ces différentes titulatures ?

15La différenciation entre les témoignages littéraires et épigraphiques est également un enjeu important. Plusieurs textes rapprochent une figure du pouvoir d’une divinité, soit de manière générale, soit en suggérant un surnom divin, une appellation commune, courtisane ou populaire, soit encore en employant des comparatifs, montrant le souverain agissant ou se comportant « comme » telle ou telle divinité. Mais la documentation épigraphique ne fournit pas toujours d’équivalent en matière de titulature en lien avec la divinité concernée. Il convient ainsi de s’interroger sur la distinction entre une interprétation littéraire qui se fait l’écho au mieux d’une pratique officieuse, voire d’une connotation intentionnelle de l’auteur, et une titulature que nous appellerions faute de mieux « officielle ». Qui sont donc les émetteurs de ces titres « neos nea + théonyme » ? A-t-on affaire à une titulature dictée par la cour, quelle qu’elle soit, induisant un contrôle des titres attribués aux souverains ? Doit-on voir, pour les empereurs romains, une décision centrale, diffusée ensuite dans les provinces, ou au contraire une initiative locale de la part des communautés civiques ? Dans cette optique-là, le constat que la titulature latine ne comporte pas d’équivalent exact à la formule « neos nea + théonyme » est un élément significatif qui implique une diffusion sectorielle, géographique et culturelle de ce genre de titulature. Ces constatations ont un impact sur la vision du pouvoir romain notamment en ce qui concerne les dynamiques honorifiques. Le parallèle avec les acclamations honorifiques des empereurs lors de leurs passages dans les cités doit être pris en compte. La formule « neos + théonyme » est-elle une façon de « régulariser », de prolonger, une expression ponctuelle et « spontanée » d’acclamations ?

16Quel impact l’adjectif neos a-t-il dans le rapprochement entre la figure humaine du pouvoir et la divinité ? Si neos signifie « jeune » ou « nouveau », cela rejette-t-il le dieu lui-même du côté du vieux ou de l’ancien, du modèle, de la tradition, voire de « l’inefficace » ? Neos sert-il à présenter un roi ou un empereur comme une actualisation de la divinité, dont on attend qu’il agisse sur terre, dans le quotidien des communautés « comme » la divinité ? Veut-on présenter au travers du roi ou de l’empereur neos une nouvelle manifestation de la puissance divine ? Doit-on plutôt considérer que la formule de titulature met l’accent sur la figure humaine et non sur la figure divine, et qu’il s’agit avant tout d’un discours sur le pouvoir, le mode d’action du souverain et sur les bénéfices qu’on attend de lui ? La comparaison avec les assimilations ou les comparaisons entre une figure du pouvoir et une divinité, en dehors de l’emploi de la formule « neos nea + théonyme », est déterminante dans ce contexte. Un souverain séleucide par exemple portant le titre d’épiphane, renvoyant directement à la présence visible d’une divinité sur terre, est-il dans la même logique de distinction et d’appréciation qu’un Ptolémée XII, formellement Neos Dionysos ? En un mot, le neos de la formule rapproche-t-il ou éloigne-t-il le souverain de la divinité ?

17On constate d’autre part que la formule neos se développe également dans le discours officiel honorifique pour distinguer un particulier en le qualifiant de nouveau héros, ou de nouvel homme providentiel, qui a déjà œuvré pour le salut d’une communauté. C’est ainsi que fleurissent dans les cités grecques, les « Nouveau Thémistocle », « Nouvel Homère », « Nouveau Théophane », pour prendre un exemple de « héros » historiquement bien cernable et auquel la titulature honorifique locale se réfère directement. Que cet emploi nous apprend-il sur le sens de la formule « neos + théonyme » ?

18Enfin il convient de ne pas négliger le discours visuel, au sens large. Comment les neoi / neai sont-ils mis en scène, notamment sur les monnaies, la statuaire ou dans les descriptions littéraires ? Mais aussi sur le plan rituel, dans les processions, comment sont présentés les souverains que l’on lie à une divinité, que ce soit ou non par le biais de la formule « neos + théonyme » ? Dans quelle mesure faut-il prendre cette titulature « à la lettre » sur le plan rituel, ou dans quelle mesure avons-nous affaire à une nomenclature d’ordre métaphorique, la cohabitation des deux niveaux ne s’excluant pas bien évidemment ?

  • 23 Projet quinquennal 2019‑2023 de l’UMR 8210 Anhima « DIVI. Frontières et modalités de passages entre (...)

19Ce sont ces questions qui ont formé la trame des travaux de l’équipe de recherche durant ce quinquennal. Mais il est clair que l’ampleur du sujet et de ses ramifications demandait une ouverture du champ de recherche au-delà de la seule question de la titulature « neos + théonyme ». C’est ainsi que ces travaux ont été poursuivis dans un programme de recherche qui s’est penché plus largement, entre 2019 et 2023, sur « les frontières et modalités de passages entre humain et divin dans le bassin méditerranéen antique23 ». Les quatre articles publiés ici, à la suite de cette introduction générale, représentent une partie des travaux du groupe de recherche NEOI. Les autres seront repris et intégrés dans la publication finale du programme suivant, « DIVI. Frontières et modalités de passages entre humain et divin dans le bassin méditerranéen antique ».

Les approches du dossier présentées dans ce volume

20Dans le dossier présenté ici, quatre approches se complètent. Anne-Françoise Jaccottet analyse l’apparition de la formule, sous sa forme originelle de Neos Dionysos pour Ptolémée XII, et s’interroge sur les modalités et les présupposés d’un tel développement, sur ce que cette manipulation formulaire fait à la conception et à l’ancrage de la divinité ainsi convoquée, entre culte local et reconnaissance supra-régionale, ainsi que sur ce que cette formule nous suggère du rapport entre Dionysos et le Neos Dionysos, et entre celui-ci et le commun des mortels qui en dépend politiquement. C’est toute la question de la dynamique honorifique et celle conjointe du fonctionnement du système dit polythéiste qui se reposent et que cette analyse ponctuelle tente d’éclairer.

21Stéphanie Wyler s’intéresse au premier Neos Dionysos romain clairement attesté, Marc Antoine, pour lequel les sources épigraphiques, littéraires – grecques et latines – et iconographiques sont suffisamment nombreuses pour suivre la manière dont il a joué de cette titulature, mise en scène dans des dispositifs variés, en couple avec plusieurs « nouvelles déesses », dans plusieurs cités grecques, mais aussi sans doute à Rome, dans un climat d’expérimentations compétitives de l’expression d’un pouvoir qui se transforme à la fin de la République et dont la dimension religieuse est une composante fondamentale.

22Gabrielle Frija se penche sur la désignation de certaines femmes de la famille impériale comme « nouvelles déesses », un procédé rare mais qui néanmoins révèle la façon dont les cités grecques ont utilisé les nuances de leurs cultes locaux pour rendre honneur au pouvoir romain, incarné en l’occurrence par les épouses ou les sœurs d’empereurs. La question de la traduction en termes grecs et religieux locaux des discours romains de valorisation de femmes impériales est au centre du débat et jette la lumière sur le culte impérial comme dialogue entre pratiques rituelles locales et discours du pouvoir romain.

23Stefano Caneva et Jenny Wallensten, quant à eux, établissent un corpus inédit de 19 inscriptions associant l’épithète neos / nea au nom d’une divinité, d’un héros ou même d’un humain prestigieux pour honorer des membres de l’élite des cités grecques qui ne font pas partie de la famille impériale. L’analyse de ce corpus met en évidence la diffusion dynamique de la formule qui s’adapte à l’évolution des exigences socio-politiques des élites locales, qui redéfinissent les valeurs contenues en puissance dans la formule sous l’influence de la Seconde Sophistique.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Stefano Caneva, « Costruire una dea. Arsinoe II attraverso le sue denominazioni divine », Athenaeum, t. 103, 2015, p. 95‑122.

2 Programme quinquennal 2014‑2018 de l’UMR 8210 Anhima « CHRONOS. Chronologies des évolutions religieuses : formes religieuses, pratiques, agents cultuels, iie siècle avant – ier siècle de notre ère », dirigé par Nicole Belayche. C’est un axe de ce programme qui a été consacré à la question « Des hommes nouveaux dieux. De la titulature hellénistique neos à l’imitatio romaine », dirigé par Anne-Françoise Jaccottet et Stéphanie Wyler. La formule « neos nea + théonyme » fait justement le lien chronologiquement entre les rois hellénistiques et les empereurs romains, mais aussi, géographiquement et culturellement, entre le monde hellénophone et Rome, entrant de ce fait dans le cadre de cette recherche élargie.

3 Arthur D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », The Journal of Hellenic Studies, t. 48, fasc. 1, 1928, p. 21‑43, spécialement p. 30‑38.

4 Ibid., p. 26.

5 Ibid., p. 34.

6 Ibid.

7 Ibid. Sur cette inscription IPergamon 497, voir l’analyse de Gabrielle Frija dans ce dossier (cat. 10).

8 Par exemple sur un cistophore en argent d’Éphèse, de 128 de n. è., RIC II, 532, avec une iconographie éleusinienne qui peut expliquer cette idée de « renaissance ».

9 A. D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », p. 31.

10 Jenny Wallensten, « New Gods for a New World. Observations on an Epigraphic Interplay between Greeks and Romans (part 13) », Cultural Anthropology and Ethnosemiotics, t. 3, fasc. 4, 2017, p. 25‑40 ; t. 4, fasc. 1, 2018, p. 37‑48 ; t. 4, fasc. 2, 2018, p. 2‑17.

11 Voir la contribution d’Anne-Françoise Jaccottet dans ce dossier.

12 La formule perdure encore, de manière plus discrète, dans l’Antiquité tardive (avec notamment Gordien III Nouvel Hélios et sa femme Furia Sabinia Tranquillina Nouvelle Héra, ainsi que Philippe II Nouvel Hélios) et connaît un retournement sous l’interprétation chrétienne. Voir notamment Charlotte Roueché, Aphrodisias in Late Antiquity. The Late Roman and Byzantine Inscriptions Including Texts from the Excavations at Aphrodisias Conducted by Kenan T. Erim, Londres, Society for the Promotion of Roman Studies (« Journal of Roman Studies Monographs », 99), 1989, et Francesco Massa, « “Le Fils de Dieu (…) n’est pas du tout nouveau” : polémiques chrétiennes autour de la création de nouvelles divinités », conférence inédite du 5 décembre 2015 dans le cadre de la rencontre « Neoi II : lexique, corpus, méthode ».

13 A. D. Nock, « Notes on Ruler-Cult, I-IV », p. 3536 et n. 73.

14 Voir la contribution de Stéphanie Wyler dans ce dossier.

15 Voir en particulier Laure Échalier, Charles Guérin, Sabine Luciani et Brigitte Pérez-Jean (éd.), Quid noui ? Vivre, penser et dire la nouveauté, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2013.

16 Jean-François Thomas, « L’expression lexicale de l’idée de nouveauté en latin », in Quid noui ?, p. 47‑75, citation p. 74.

17 Voir récemment Mounir Habachy, « Le supposé deuxième protocole royal de Ptolémée XII Aulète à Kôm Ombo et à Dendara », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, t. 118, 2019, p. 189‑223, par. 2 (protocole d’Edfou), 73 et 77 (crypte « est no 2 » ou « ouest no 2 », chambre A de Dendara), 83 (Kôm Ombo), et dans le présent dossier, les remarques de Jenny Wallensten et Stefano Caneva sur cette traduction.

18 Le titre d’Otto Brendel, « Novus Mercurius », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts (Römische Abteilung), t. 50, 1935, p. 231‑259, qui part d’un fragment de stuc de la villa de la Farnésine à Rome où une statue de Mercure est représentée avec un portrait interprété comme celui d’Auguste, a été abondamment repris par la suite (par exemple Marc Mayer-Olivé, « ¿Augusto nuevo Mercurio ? Sobre un pasaje de Horacio (Carm. 1, 2, 41- 44) y la incorporación de los Mercuriales al culto imperial », Latomus, t. 75, 2016, p. 378‑402. Sur Pompée en « Nouveau Neptune », voir par exemple Eugenio La Rocca, « Pompeo Magno “novus Neptunus” », Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma, t. 92, 1987‑1988, p. 265‑292.

19 Ces études sont bien entendu trop nombreuses pour pouvoir être citées ici et seront détaillées à travers les quatre contributions de ce dossier. Mentionnons néanmoins d’emblée Louis Robert, À travers l’Asie Mineure, Paris, De Boccard, 1980 ; Ulrike Hahn, Die Frauen des römischen Kaiserhauses und ihre Ehrungen im griechischen Osten anhand epigraphischer und numismatischer Zeugnisse von Livia bis Sabina, Sarrebruck, Saarbrücker Druckerei und Verlag, 1994 ; Marianne Bergmann, Die Strahlen der Herrscher. Theomorphes Herrscherbild und politische Symbolik im Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit, Mayence, Philip von Zabern, 1998 ; Günther Hölbl, A History of the Ptolemaic Empire, Londres/New York, Routledge, 2001 ; Angelos Chaniotis, « La divinité mortelle d’Antiochos III à Téos », Kernos, t. 20, 2007, p. 153‑171 ; Stefano G. Caneva et Alessandra Coppola, « Hērōs ed hērōikai timai nel mondo greco ellenistico e imperiale : semantica e prassi, attori e contesti », Mythos, t. 14, par. 1‑30, et S. G. Caneva, « Isotheoi ed heroikai timai in Diodoro : fra tempo del mito, Sicilia classica ed Ellenismo », Hesperìa, t. 39, n.s., fasc. 3, 2021, p. 191230.

20 J. Wallensten, « New Gods for a New World (part 13) ». Cette étude en trois parties a été publiée au moment où le groupe de recherche s’est constitué, groupe que Jenny Wallensten a rejoint dès sa création. Il s’agit ainsi d’un travail indépendant qui a servi de préliminaires essentiels à nos travaux collectifs.

21 J. Wallensten, « New Gods for a New World, 2 », p. 43.

22 Ibid., p. 44.

23 Projet quinquennal 2019‑2023 de l’UMR 8210 Anhima « DIVI. Frontières et modalités de passages entre humain et divin dans le bassin méditerranéen antique », sous la direction de Sylvia Estienne, Anne-Françoise Jaccottet et Stéphanie Wyler.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : d’après Sébastien Biston-Moulin, Glossaire des inscriptions de Karnak, vol. i : Le Vocabulaire, Travaux du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak, Montpellier, 2017, s. v. « wn “Jeune, adolescent” (Vocable 1036 / VÉgA ID-04016) », p. 220.
URL http://journals.openedition.org/rhr/docannexe/image/12846/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Françoise Jaccottet et Stéphanie Wyler, « NEOI : Des hommes nouveaux dieux entre Grèce et Rome. Quelques réflexions en guise d’introduction »Revue de l’histoire des religions, 4 | 2023, 563-575.

Référence électronique

Anne-Françoise Jaccottet et Stéphanie Wyler, « NEOI : Des hommes nouveaux dieux entre Grèce et Rome. Quelques réflexions en guise d’introduction »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12846

Haut de page

Auteurs

Anne-Françoise Jaccottet

Université de Genève
anne-francoise.jaccottet[at]unige.ch

Articles du même auteur

Stéphanie Wyler

Université Paris Cité
CNRS (Anhima)
stephanie.wyler[at]u-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search