Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions4Les femmes de la famille impérial...

Les femmes de la famille impériale, jeunes et « nouvelles déesses » dans les provinces grecques de l’empire romain

The women of the imperial family, young and “new goddesses” in the Greek provinces of the Roman empire
Gabrielle Frija
p. 631-655

Résumés

La désignation de certaines femmes de la famille impériale comme « nouvelles déesses » est un procédé rare dans les cités grecques. Pour autant, cette modalité du culte impérial confirme que les Grecs ont utilisé toutes les nuances de leur religion poliade pour rendre des honneurs cultuels au pouvoir romain, ici incarné par des épouses et sœurs de princes. Cette étude se propose de démontrer que le qualificatif de « nouvelle déesse » peut, dans la plupart des cas, s’expliquer par une tentative de traduction en termes religieux locaux des discours impériaux valorisant des femmes de la famille impériale. Malgré sa rareté, ce procédé est donc cohérent avec le fonctionnement des cultes impériaux, à la fois ancrés dans les religions locales et attentifs aux discours émanant du pouvoir dominant.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Un phénomène inégalement réparti dans le temps et dans l’espace
Un cas emblématique : Drusilla Nouvelle Aphrodite
Des épouses d’empereurs, nouvelles Héra
Déméter, la prospérité agricole et les épouses d’empereurs
Un renouvellement des épiclèses ?
Conclusions

Aperçu du texte

L’assimilation à une divinité est l’une des nombreuses formes d’hommage utilisées dans le monde grec pour les empereurs romains et leur famille dès la mise en place du principat augustéen, comme en témoignent le Sebastos Zeus Patrôos d’Aphrodisias ou la Sebastè Dèmètèr Karpophoros de l’association des Démétriastes d’Éphèse. Cette forme de culte n’est certes pas la plus fréquente, et elle recule au cours du temps au profit des honneurs directement voués aux empereurs et membres de la famille impériale, sans qu’ils soient mis en relation avec des divinités traditionnelles. Mais elle constitue l’un des procédés utilisés par les Grecs pour honorer l’empereur et s’intègre dans la vaste gamme des honneurs que les modernes regroupent dans la notion de culte impérial. Or, cette assimilation peut prendre deux formes : la simple juxtaposition du nom de la divinité et de celui de la personne honorée (Sebastè Dèmètèr) ou, plus rarement, une formule comportant le terme neos / nea (Sebastè Nea Dè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Frija, « Les femmes de la famille impériale, jeunes et « nouvelles déesses » dans les provinces grecques de l’empire romain »Revue de l’histoire des religions, 4 | 2023, 631-655.

Référence électronique

Gabrielle Frija, « Les femmes de la famille impériale, jeunes et « nouvelles déesses » dans les provinces grecques de l’empire romain »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2023, mis en ligne le 05 janvier 2026, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12864

Haut de page

Auteur

Gabrielle Frija

Université Gustave Eiffel
Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs
gabrielle.frija[at]univ-eiffel.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search