Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Lieu sacré, lieu saint : les méta...

Lieu sacré, lieu saint : les métamorphoses d’une notion dans le christianisme ancien (ive-début du ve siècle)

Sacred Place, Holy Place : the Metamorphoses of a Concept in Ancient Christianity (4th – Early 5th Century)
Joëlle Soler
p. 5-41

Résumés

On s’intéressera à la transition entre lieux sacrés du polythéisme et lieux saints chrétiens, non pas au plan des réalités matérielles, mais au plan de l’histoire des idées, en privilégiant les sources littéraires du « long » ive siècle. Les chrétiens, qui ont tant critiqué dans un premier temps la notion de lieu sacré, pour se distinguer à la fois du judaïsme et des polythéismes gréco-romains, ont fini par reprendre à leur compte cette notion, non sans en débattre, en lui donnant une plus grande plasticité. La fluidité et l’hybridité, qui caractérisent la resémantisation chrétienne du lieu sacré, peuvent être reliées à la problématisation des genres masculin et féminin des ascètes et des pèlerines qui leur sont associés dans les témoignages littéraires de cette époque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

La doctrine « utopienne » des premiers écrits chrétiens
Neque enim in terra quaerendus est locus sanctus : une double rupture avec les conceptions antérieures des lieux saints ou sacrés
Loca sanctorum. Les premières manifestations de dévotion près des tombeaux des martyrs
Eusèbe de Césarée et la basilique de Tyr : le lieu saint comme icône
Le tournant constantinien
Lieux témoins et « antres mystiques »
Les lieux de mémoire du pèlerin de Bordeaux
Égérie : des loca sancta hybrides
Reliques et loca sancta en Occident
Victrice de Rouen : l’imprégnation spirituelle (infectio spiritus)
Les nuances des théologiens : Jérôme et Augustin
Les ambivalences de Jérôme : lieux et genres

Aperçu du texte

L’Antiquité tardive, qui voit se développer à travers l’Empire romain le christianisme, religion nouvelle et étrangère à la tradition des ancêtres par bien des aspects, est une période riche en débats de toutes sortes. Parmi plusieurs problèmes culturels soulevés par cette très progressive expansion et cette rencontre, parfois conflictuelle, entre deux univers de références hétérogènes, la mise en question, par les chrétiens, des lieux sacrés traditionnels, exposés aux mêmes critiques que l’idolâtrie, stimule la réflexion des auteurs, poètes et théologiens, au sujet d’une redéfinition possible des lieux marqués par le divin. En effet, si le christianisme, dans sa vocation universelle, s’affirme comme une religion spirituelle capable de se passer de tout ancrage local, pourtant, dès la seconde moitié du iiie siècle et, surtout, à partir du règne de Constantin, se développent en son sein des formes de cultes locaux qui s’attachent, en Occident, aux tombeaux des martyrs et, en Orient, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Soler, « Lieu sacré, lieu saint : les métamorphoses d’une notion dans le christianisme ancien (ive-début du ve siècle) »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 5-41.

Référence électronique

Joëlle Soler, « Lieu sacré, lieu saint : les métamorphoses d’une notion dans le christianisme ancien (ive-début du ve siècle) »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12894

Haut de page

Auteur

Joëlle Soler

Sorbonne Université – Faculté des Lettres
Laboratoire d’études sur les monothéismes
joelle.soler[at]sorbonne-universite.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search