Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusBernard Ardura (dir.), Dictionnai...

Comptes rendus

Bernard Ardura (dir.), Dictionnaire d’histoire de l’Église

Paris, Éditions du Cerf, 2022
Alain Rauwel
p. 131-133
Référence(s) :

Bernard Ardura (dir.), Dictionnaire d’histoire de l’Église, Paris, Éditions du Cerf, 2022, 24 cm, 873 p., 39 €, ISBN 978‑2-204‑15228‑0.

Texte intégral

1La désignation qui figure sur la couverture du fort volume publié par le Comité pontifical des sciences historiques est inexacte à plusieurs titres, et même à tous les titres. Dans sa version italienne, qui a précédé de quelques mois l’édition française, il était présenté comme Lessico di storia della Chiesa : un lexique étant un recueil de définitions brèves, la formule était bien plus adaptée à un ouvrage dans lequel les articles sont ordinairement très courts, impropres à toute tentative de traitement systématique – à l’exception de quelques entrées de plusieurs pages, toutefois réduites plus souvent qu’on ne voudrait à l’état de purs catalogues. L’objet visé, surtout, est-il bien l’Église dans toute la variété de ses formes, quelle que soit l’acception qu’on accorde à un terme résolument ambivalent ? Un simple examen de la table révèle que tel n’est absolument pas le cas. Sur plus de 600 notices, un peu moins de 150, soit environ un quart, concernent des réalités exclusivement romaines, et même vaticanesques. La part est en tous points disproportionnée pour un ouvrage qui prétend donner une image de toute l’étendue chronologique et géographique du phénomène ecclésial ; elle autorise à ne considérer l’ensemble que comme un « Lexique sommaire des institutions et discours de la Curie romaine moderne », rappelant par bien des côtés le Lexique des termes ambigus ou controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques dû aux services du Vatican et qui, en 2005, avait fait hésiter les lecteurs sensés entre consternation et hilarité. Quant à savoir s’il s’agit d’histoire, une lecture plus précise va permettre d’en juger.

2Toute une série d’articles relève à l’évidence d’autre chose que de l’histoire, et d’autre chose que de la science. Soit l’entrée « Purgatoire » : le polygraphe Dominique Le Tourneau, membre de l’Opus Dei, y récite le catéchisme, sans aucune approche chronologique (tout juste apprendra-t-on que « le purgatoire a bien un fondement scripturaire et n’est en rien une invention du Moyen Âge » !), ne s’appuyant que sur les papes, des théologiens d’un autre temps comme Albert Michel et des « mystiques » comme la visionnaire polonaise Faustine Kowalska (qui attend son Conrad de Meester). Un classique international comme La Naissance du purgatoire de Jacques Le Goff est absolument inconnu. Un point aussi fondamental que « Sacrements » est traité par le même collaborateur, selon la même méthode. On y apprend que le mariage, dont chacun sait qu’il a fait au xiisiècle une entrée très tardive dans le septénaire, « a été élevé par le Christ à la dignité de sacrement » ! Le même Le Tourneau, décidément omniprésent aux articles décisifs, inscrit sous « Péché » cette sentence dont le caractère historique laisse pour le moins dubitatif : « nous assistons de nos jours à une perte du sens du péché, que décrit saint Jean-Paul II » ! Le Tourneau persévère ; ce n’est plus le catéchisme, c’est le catéchisme de persévérance. Il en va de même pour « Modernisme », confié – amère ironie – à un autre vétéran de l’Opus Dei. Il est piquant que figure par ailleurs dans la liste des auteurs le P. Giancarlo Rocca, qui a mis au jour en de rigoureuses études les petits arrangements avec la vérité sur lesquels est fondée la légende dorée de la milice d’Escrivá. Beaucoup de vocables relatifs à la vie régulière ont été affectés, eux, à un canoniste ignorant toute dimension diachronique. Quant à des expressions comme « la nécessité d’employer des moyens énergiques pour sauver le catholicisme et la civilisation du sud de la France » pour désigner la croisade contre les Albigeois, on préfère penser que l’auteur (par ailleurs directeur du volume) les a laissé échapper par distraction ; de même, à l’article « Cathares », doublon du précédent, la référence à un concile hérétique tenu à Toulouse (sic) en 1167, qui n’est pas accompagnée d’une mention, même cursive, des discussions passionnées autour de l’authenticité du document le plus controversé de la médiévistique récente.

3Bien sûr, de véritables historiens ont participé à l’entreprise (on voudrait d’ailleurs savoir ce qu’ils pensent d’un résultat qu’on ne leur avait sans doute pas promis tel). On ne voit pas sans regret le grand savant qu’est David d’Avray mêlé à une telle compilation – même si on se réserve le droit de ne pas approuver pleinement la définition très romano-centrée par laquelle il clôt l’article « Moyen Âge ». Bien plus fâcheux, et à vrai dire incompréhensible, est le choix de Gert Melville, spécialiste chevronné, de traiter sous « Monachisme » non seulement des ordres cénobitiques mais aussi des Mendiants, ce qui est une confusion grossière. Claude Prudhomme donne plusieurs contributions solides sur l’histoire des missions ; Alain Tallon glisse une élégante synthèse sur « Réforme catholique ». Cette présence française ne doit pas dissimuler une profonde méconnaissance de l’historiographie non ecclésiastique et non romano-centrée, certainement explicable par le fait que plus de la moitié des quatre-vingts rédacteurs appartient à la bureaucratie curiale ou aux universités pontificales. La bibliographie indigente d’un article comme « Paroisse » ignore toute la réflexion des médiévistes français depuis un siècle sur la chronologie de l’inecclesiamento ; la même remarque vaut pour « Dîme ». À l’entrée « Diocèse », la situation est plus inquiétante encore : l’auteur est français mais fait une impasse, qui ne peut être que volontaire, sur les recherches récentes menées et coordonnées par Florian Mazel. Personne n’est tenu d’en adopter intégralement les conclusions, mais les traiter par le silence est scientifiquement inacceptable.

4Les lacunes de l’ouvrage sont considérables. Si les dentelles du vestiaire prélatice sont recensées avec un détail digne du Jardin des modes, la ritualité fondamentale du christianisme n’est guère honorée. Après quelques considérations étymologiques de filiation éliadienne, l’article « Rites » s’en tient à la question des rites orientaux, c’est-à-dire à l’acception curiale du terme et à elle seule. Les quelques lignes très vagues de Philippe Levillain sur « Intégralisme » ne sauraient en aucun cas tenir lieu de l’article « Intégrisme », absent. Aucune entrée « Sexualité », et encore moins « Abus », alors même que la dimension systémique du problème en fait désormais une question majeure d’histoire transversale. Bernard Ardura a déclaré à ce propos que « nous n’avons pas le recul historique nécessaire. Ces crises […] appartiennent encore au champ du journaliste, pas à celui de l’historien » (La Croix, 18 octobre 2022). On est consterné par une conception de l’histoire aussi primaire, ignorante des méthodes de l’histoire du temps présent autant que du dialogue avec les sciences sociales – consterné mais pas étonné, le Dictionnaire ne comportant pas la moindre ligne de réflexion historiographique, sauf à inclure dans cette catégorie un bref article d’autopromotion, « Comité pontifical des sciences historiques », et une notice-croupion sur « Sociologie religieuse ». Ajoutons que la présentation du lexique est incohérente. On relève de grossières fautes de traduction (« oraison du dimanche » pour « oraison dominicale »). Les titres cités dans les bibliographies le sont trop souvent en traduction, alors même qu’ils sont disponibles en français, voire ont été rédigés dans cette langue. Ailleurs, dans ce qui devrait être une première sélection de références fondamentales, on ne trouve guère que des renvois à des cours universitaires inédits (« Retable », p. 741) ! On le voit, le travail éditorial a été mené en dépit de tout bon sens.

5Ainsi, le lecteur n’est confronté à rien d’autre qu’à une version abrégée et très inférieure du Dictionnaire historique de la papauté, voire du Dictionnaire du Vatican des éditions Bouquins qui, malgré la véritable auberge espagnole que constituait la liste des auteurs et l’absence de critique sérieuse dans les notices, avait une autre tenue que le collage bâclé publié aujourd’hui par Le Cerf. Aucun professeur n’inscrira cette compilation besogneuse sur une liste d’usuels recommandés, et le volume sombrera vite dans l’oubli promis aux publications de propagande. Sur les sept colonnes de l’article « Bibliothèque vaticane », deux sont vouées à la citation d’une lettre de Joseph Ratzinger de novembre 2010. On y lit que la « bonne foi » en histoire consiste en « une recherche sérieuse, désintéressée et qualifiée ». Aucun de ces trois qualificatifs ne peut être attribué à l’ouvrage dirigé par B. Ardura.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Bernard Ardura (dir.), Dictionnaire d’histoire de l’Église »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 131-133.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Bernard Ardura (dir.), Dictionnaire d’histoire de l’Église »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12937

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search