Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusBassir Amiri, Religion romaine et...

Comptes rendus

Bassir Amiri, Religion romaine et esclavage au Haut-Empire : Rome, Latium et Campanie

Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 581), 2021
Anne-Lise Pestel
p. 136-139
Référence(s) :

Bassir Amiri, Religion romaine et esclavage au Haut-Empire : Rome, Latium et Campanie, Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 581), 2021, 24 cm, X-421 p., 35 €, ISBN 978‑2-72830‑837‑8.

Texte intégral

1Depuis l’étude de Franz Bömer, Untersuchungen über die Religion der Sklaven in Griechenland und Rom, publiée en quatre volumes entre 1957 et 1963, les renouvellements historiographiques sur les religions du monde romain et la réévaluation de la place des esclaves et de leur capacité d’action dans la société romaine rendaient nécessaire une nouvelle synthèse sur le sujet. La publication, dans une version remaniée, du mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches de Bassir Amiri vient donc combler un manque. C’est tout le mérite de cet ouvrage, en effet, que d’envisager les pratiques religieuses des esclaves dans leur diversité et de la manière la plus exhaustive possible. Les limites imposées à leur expression religieuse par leur statut juridique et leur subordination au dominus sont mises en regard des sociabilités serviles rendant possible leur intégration dans différentes communautés cultuelles. Sont ainsi étudiées les modalités de participation des esclaves aux cultes de la familia, aux cultes publics, leur intégration dans des communautés cultuelles extérieures à la domus de leur maître par le biais des associations ou de leur lieu de travail. La participation à ces différentes communautés cultuelles était profondément intégratrice et montre que les esclaves, loin d’être exclus de l’espace religieux, étaient partie prenante de la célébration des cultes. Sans nier ses limites et son caractère toujours précaire, l’auteur montre comment et à quelles conditions les esclaves pouvaient accéder à une forme d’autonomie en matière religieuse que leur statut juridique devrait, a priori, rendre impossible. Cette autonomie n’est pas à comprendre comme l’expression d’aspirations religieuses personnelles, mais doit être toujours envisagée en contexte, en fonction des sociabilités et des activités façonnant l’existence de chaque esclave. Rejetant la conception de cultes ou de pratiques qui seraient spécifiques aux esclaves, l’auteur montre toute la richesse des expériences religieuses serviles. Le cadre retenu pour l’étude, Rome, le Latium et la Campanie sous le Haut-Empire, répond à la nécessité de s’appuyer sur une documentation suffisamment riche et variée pour permettre de confronter les sources épigraphiques, iconographiques et archéologiques à la documentation juridique et littéraire. Néanmoins, la réflexion excède souvent ce cadre et les références aux sources de la fin de la période républicaine sont régulières.

2Partant d’une définition juridique de l’esclave, l’introduction rappelle que ce statut juridique ne permet pas, à lui seul, d’appréhender de manière satisfaisante la place de ces individus dans la société et revient sur les apports des travaux historiques récents consacrés aux traces de leur activité, à leur implication dans la société, permettant de ne plus les envisager seulement du point de vue de l’élite dominante. Cet examen des pratiques religieuses des esclaves participe pleinement de cette réévaluation.

3La première partie de l’ouvrage, intitulée « Action, initiative et autorité des esclaves dans la sphère religieuse » s’intéresse aux modalités d’inclusion des esclaves dans les pratiques religieuses publiques (chap. 1), à la nature de leurs actions dans la célébration des cultes (chap. 2) et aux conditions dans lesquelles ils pouvaient être les célébrants du culte (chap. 3). L’examen des différentes fonctions assumées par les esclaves dans les cultes publics – victimaires, aeditui, esclaves chargés de la rédaction des comptes rendus ou du trésor des collèges sacerdotaux et des sodalités – est riche en enseignements. Ces esclaves, dont l’implication était nécessaire au bon déroulement du rite et participait à son efficacité, avaient un accès privilégié à des connaissances dont étaient exclus la plupart des citoyens. Cette connaissance rendait possible la délégation à ce personnel servile d’actions religieuses. Ils acquéraient de ce fait une stature sociale qui dépassait leur condition juridique. En dehors du culte public, dans le cadre des associations religieuses, les esclaves pouvaient accéder à une pratique religieuse en lien plus direct avec leurs préoccupations et leurs activités. Les barrières statutaires y étaient moins visibles puisque les collegiati participaient tous aux célébrations religieuses qui rythmaient la vie de l’association. L’adhésion à un collège permettait donc aux esclaves de vivre une expérience religieuse semblable à celle des citoyens, en offrant les conditions d’une véritable participation aux cultes. Une part non négligeable des esclaves a pu intégrer des collèges et par ce biais accéder à des pratiques religieuses distinctes de celles de la familia. Ces associations ne permettaient pas l’expression d’une religiosité personnelle, mais donnaient à l’esclave l’accès à une pratique religieuse qui n’était pas encadrée par son maître. Dans certaines situations (cultes compitalices, délégation de la célébration des rites au vilicus), l’esclave pouvait être amené, avec l’aval de son maître, à célébrer lui-même le culte. Cette pratique religieuse restait fortement encadrée et déterminée par les choix du maître, mais cette situation lui permettait malgré tout d’élargir son espace de pratique religieuse et lui conférait une légitimité sociale.

4La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Participation religieuse et sociabilités serviles », explore la pluralité des expériences religieuses des esclaves en fonction de leur socialisation dans divers contextes. La participation des esclaves aux cultes publics et aux cultes des collèges ne laissait pas de place à une forme d’individualisation religieuse, mais elle leur permettait de construire une visibilité sociale et une forme d’autocélébration (chap. 4). Au sein de la familia (chap. 5), il n’existait pas de différenciation des cultes en fonction du statut juridique. Les Lares protégeaient tous les habitants de la maisonnée, libres comme esclaves. Sans rompre avec les cultes de la maisonnée, les esclaves étaient libres d’honorer d’autres divinités. La provenance géographique et culturelle des esclaves qui n’étaient pas nés dans la maison du maître ne portait pas atteinte à la dimension communautaire de la religion domestique, chacun pouvait pratiquer ailleurs des cultes précédemment acquis. L’étude des dédicaces des esclaves au sein de la domus (chap. 6) révèle enfin que les pratiques religieuses des esclaves se distinguent peu de celles des libres. Il n’y a pas de panthéon, pas de pratiques ou de rites propres aux esclaves.

5La troisième partie, « Subordination et autonomie religieuses de l’esclave », s’intéresse aux conséquences religieuses des situations d’éloignement du pouvoir du maître. Le septième chapitre soulève le problème de la part d’autonomie en matière religieuse des esclaves exerçant leur activité en dehors de la domus du maître, et, en conséquence, de son éventuelle influence sur les pratiques religieuses de ses propres dépendants, les vicarii et les membres de sa famille. L’esclave se trouvait, certes de manière officieuse, dans la position de chef de famille et pouvait donc exercer une forme d’autorité religieuse dans ce cadre. Faute d’une documentation abondante, le raisonnement procède par hypothèses en tenant compte aussi bien des sources juridiques que des usages et conceptions entourant ces familles serviles. La question de l’autonomie religieuse des esclaves vis-à-vis de leurs maîtres peut également être posée à l’échelle du groupe servile (chap. 8). L’existence d’une « religion de classe » est discutée et rejetée par l’auteur qui montre que la popularité de certains cultes auprès des esclaves s’explique par leurs activités et leurs réseaux d’appartenance et non par leur statut juridique. Dans le contexte des révoltes serviles, les esclaves reprirent des formes religieuses anciennes, adaptées au contexte local. Si les esclaves ont pu bénéficier d’une certaine autonomie en matière religieuse, leurs pratiques montrent qu’ils n’ont pas utilisé la religion comme un moyen de se distinguer de la classe dirigeante. L’ouvrage se termine par l’examen des rites funéraires des esclaves (chap. 9). Au-delà de la relation au maître, ce qui garantissait aux esclaves l’accès à des pratiques funéraires, c’était, là encore, leur insertion dans le tissu social. La capacité de certains esclaves à mobiliser les vivants en dehors du dominus et ses moyens financiers étaient deux facteurs essentiels à l’entretien de leur mémoire après leur mort.

6À travers l’analyse des dynamiques sociales dans lesquelles sont impliqués les esclaves, B. Amiri révèle donc la richesse et la pluralité des expériences religieuses serviles et montre qu’elles ne peuvent s’appréhender qu’en étudiant les réseaux et les communautés auxquels ils participaient. Loin de dénoter une irréductible marginalité, les pratiques religieuses serviles montrent au contraire l’intégration des esclaves dans différentes communautés au sein de la cité et révèlent comment ils ont pu, par ce biais, construire et exprimer une identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Lise Pestel, « Bassir Amiri, Religion romaine et esclavage au Haut-Empire : Rome, Latium et Campanie »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 136-139.

Référence électronique

Anne-Lise Pestel, « Bassir Amiri, Religion romaine et esclavage au Haut-Empire : Rome, Latium et Campanie »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12955

Haut de page

Auteur

Anne-Lise Pestel

Université de Rouen-Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search