Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusLaurent Ripart, Les déserts de l’...

Comptes rendus

Laurent Ripart, Les déserts de l’Occident. Genèse des lieux monastiques dans le sud-est de la Gaule (fin ive-milieu vie siècle)

Turnhout, Brepols (« Collection d’études médiévales de Nice », 18), 2021
Florian Gallon
p. 142-144
Référence(s) :

Laurent Ripart, Les déserts de l’Occident. Genèse des lieux monastiques dans le sud-est de la Gaule (fin ive-milieu vie siècle), Turnhout, Brepols (« Collection d’études médiévales de Nice », 18), 2021, 541 p., 24 cm, 65 €, ISBN 978‑2-503‑59272‑5.

Texte intégral

1Ce livre est tiré du mémoire d’habilitation soutenu par l’auteur à la fin de l’année 2019. Dans la lignée d’études profondément renouvelées depuis une trentaine d’années et contre une vulgate téléologique qui a longtemps saisi le monachisme des premiers siècles au prisme de sa variante bénédictine, Laurent Ripart ouvre sa démarche par le rappel du foisonnement de la vie monastique primitive et de la diversité de ses expressions géographiques. L’échelon régional s’imposait donc pour circonscrire un objet d’étude cohérent : ces monastères d’un ample Sud-Est de la Gaule partagent en effet une tradition fondée sur le modèle des Pères du désert, sur l’autorité de grandes figures du monachisme provençal et sur la marque profonde qu’y a imprimée l’expérience insulaire. L’étude couvre un long ve siècle qui donne naissance à des établissements aussi importants que Lérins, Agaune ou Saint-Jean d’Arles.

2Ainsi borné, le sujet n’est certes pas absolument neuf, mais il est devenu exceptionnel que l’historien des époques reculées puisse défricher un terrain resté vierge. L’auteur, inscrivant d’emblée son propos dans le prolongement d’un livre pionnier de Friedrich Prinz paru en 1965, n’en avait d’ailleurs aucunement la prétention. Mais parce que les sources et les problématiques des historiens de l’Antiquité tardive et du très haut Moyen Âge se sont depuis beaucoup diversifiées et enrichies, notamment grâce aux apports de l’archéologie et de la critique philologique, il y avait bien matière à rouvrir le dossier. Il faut savoir gré à l’auteur de s’être engagé dans une telle entreprise : les soixante pages de bibliographie, dont une dizaine pour les seules sources, laissent imaginer le temps et les efforts qu’elle a pu exiger.

3Ce livre ne se réduit toutefois pas à une synthèse érudite nourrie des acquis récents de la recherche – ce qu’il est aussi, et qui ne serait déjà pas peu. Outre qu’il formule, sur le fondement d’une documentation déjà connue mais appréhendée à nouveaux frais, quantité de propositions novatrices auxquelles on ne peut ici rendre justice, l’ouvrage considéré dans son ensemble présente deux mérites fondamentaux. Le premier est de prendre pour fil directeur une thèse qui lui confère l’aspect d’une démonstration : en construisant le « paradigme de l’île-monastère » (p. 16) comme une adaptation occidentale des déserts monastiques de l’Orient, puis en projetant cette idée sur la terre ferme, les moines du Sud-Est de la Gaule ont exercé un rôle fondateur dans le processus de sacralisation de l’espace par lequel le lieu monastique s’est isolé de son environnement profane, forgeant ainsi une conception du monachisme occidental promise à une fortune considérable. L’autre grande qualité de ce livre est de mettre à profit les apports de l’archéologie, en les croisant autant que possible avec les données textuelles, pour en tirer des propositions parfois très neuves. Retenons, parmi d’autres, celle qui conduit Laurent Ripart à placer sur l’île de Porquerolles le monastère de l’archipel d’Hyères évoqué par Cassien, et à l’interpréter comme un établissement « bipolaire » associant dans un proche voisinage une communauté cénobitique et un groupe d’anachorètes organisé sur le modèle des laures orientales : la localisation de ces deux pôles dans une villa aristocratique du bord de mer et sur le site perché des Mèdes traduit la conception ascensionnelle du monachisme développée par le même Cassien, dont les Conférences avaient fait du cénobitisme une propédeutique nécessaire à l’élévation vers l’anachorèse contemplative.

4La première partie de l’ouvrage est consacrée aux plus anciennes attestations du monachisme insulaire en Occident, lesquelles émergent à la fin du ive siècle : littérairement dans la correspondance de Jérôme, concrètement au large des côtes italiennes. Au prix d’un minutieux effort critique qui conduit à récuser l’hypothèse traditionnelle d’un monachisme bien implanté dans les villes de la vallée du Rhône dès la première moitié du ve siècle, la deuxième partie s’attache à démontrer que le monachisme du Sud-Est de la Gaule, du moins dans sa version masculine, demeure à cette époque essentiellement érémitique, au sens où il s’implante au désert, et plus précisément insulaire : ce modèle très élitiste, forgé sur les îles d’Hyères et à Lérins, se prolonge dans les monastères fluviaux de l’Île-Barbe ou de l’île de la Cappe. La dernière partie traite du moment, qu’il faut situer au début du vie siècle, où les moines rhodano-provençaux quittent leurs îles pour donner naissance, sur fond de grands bouleversements politiques, économiques et sociaux, à des formes de vie monastique renouvelées : les « déserts forestiers » (p. 278) du Jura, socialement et spatialement moins fermés, qui annoncent le schéma bénédictin ; la « refondation » de Saint-Maurice d’Agaune en 515, délaissant le principe érémitique pour établir, le long d’une route fréquentée, le premier monastère gaulois dérivé d’une basilique martyriale et la première abbaye royale d’Occident ; enfin l’institution, encore très innovante, d’un régime d’étroite clôture imaginé au cœur de la ville d’Arles par l’évêque Césaire pour transposer au féminin l’idéal insulaire auquel lui-même avait été nourri.

5Au sein de ces trois sections, l’auteur procède à une série d’études de cas formant autant de chapitres et de sous-chapitres. Si chacun d’entre eux pourrait presque constituer un texte indépendant, les riches introductions et conclusions générales ou partielles qui, mises bout à bout, occupent près de 90 pages du volume, permettent de prendre de la hauteur pour conférer à l’ensemble la force d’un véritable livre. Ce parti pris méthodologique permet surtout de ne rien céder sur la rigueur des analyses, menées dossier par dossier et souvent source par source, d’autant plus fines qu’elles s’assortissent d’un important effort de traduction pour renouveler en profondeur l’interprétation de textes pourtant bien connus (ainsi d’un passage fondamental des Conférences de Cassien relatif à Lérins, p. 156‑159). La démarche s’alimente en outre au souci constant de dater les textes aussi précisément que possible. On comprend dès lors qu’elle puisse être qualifiée de « très positiviste » (p. 20) : manière de rappeler qu’il n’est d’histoire que méthodique, critique et adossée à la chronologie, ce qui n’implique pas d’ignorer les progrès réalisés par la discipline depuis un siècle, l’ouvrage pouvant être situé dans la mouvance encore active du spatial turn.

6Les spécialistes débattront sans doute de telle ou telle proposition : la nature lacunaire de la documentation ne permet pas toujours d’apporter la preuve décisive qui permettrait de passer de l’hypothèse étayée à la conclusion indiscutable, comme le reconnaît l’auteur à de multiples reprises. On pourra aussi regretter que le choix de procéder par études de cas, vertueux à plus d’un titre, limite la possibilité des analyses transversales : les notes sémantiques de l’introduction autour des termes monachus, eremita ou monasterium auraient ainsi gagné à s’appuyer non seulement sur la bibliographie existante mais aussi sur une analyse lexicale menée dans l’ample corpus étudié. Certaines réflexions, un peu gallo-centrées, mériteraient d’être nuancées à la lumière de nos connaissances sur d’autres régions de l’Occident chrétien. L’affirmation selon laquelle « aucun courant monastique du monde latin ne s’est autant inspiré des pères du désert que les moines du Sud-Est de la Gaule » (p. 14), comme l’idée que le « triomphe du cénobitisme » aurait caractérisé, dès le vie siècle, « l’ensemble du monde occidental » (p. 442), résisterait mal à la lecture des œuvres de Valère du Bierzo, cet ascète montagnard de la seconde moitié du viie siècle qui prétendit reproduire, dans le nord-ouest du royaume wisigothique, la Thébaïde des premiers anachorètes égyptiens. De même conviendrait-il de questionner le fait que les Conférences de Cassien, par contraste avec ses Institutions, seraient rapidement tombées dans l’oubli, et avec elles la conception qu’elles promouvaient d’un monachisme mêlant cénobitisme et anachorétisme (p. 133) : on peut aller jusqu’à se demander si le succès des Conférences, supérieur à celui des Institutions dans le nord de la péninsule Ibérique aux ixe et xe siècles, ne pourrait être relié à la perpétuation de ces formes de monachisme hybride, encore attestées au xe siècle dans la même région. Ajoutons que l’ouvrage récemment dirigé par Juan José Larrea et Céline Martin sur les Nouvelles chartes visigothiques du monastère pyrénéen d’Asán (2021), dont l’auteur n’a pu avoir connaissance, permettrait d’élargir ses réflexions en suggérant l’influence exercée au vie siècle par le modèle lérinien non seulement vers le nord de la Gaule, mais jusque dans la Tarraconaise wisigothique.

7L’essentiel reste que le propos, très ambitieux, érudit et novateur, emporte largement la conviction. Il faudra désormais se référer à ce livre pour ce qu’il est : une contribution incontournable à l’histoire du premier monachisme occidental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Gallon, « Laurent Ripart, Les déserts de l’Occident. Genèse des lieux monastiques dans le sud-est de la Gaule (fin ive-milieu vie siècle) »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 142-144.

Référence électronique

Florian Gallon, « Laurent Ripart, Les déserts de l’Occident. Genèse des lieux monastiques dans le sud-est de la Gaule (fin ive-milieu vie siècle) »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12985

Haut de page

Auteur

Florian Gallon

Université Toulouse-Jean Jaurès.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search