Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusPierre Antoine Fabre et Jérémie F...

Comptes rendus

Pierre Antoine Fabre et Jérémie Foa (dir.), Les disputes et la conversion religieuse de l’Antiquité au xviie siècle

Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Histoire »), 2022
Olivier Marin
p. 145-146
Référence(s) :

Pierre Antoine Fabre et Jérémie Foa (dir.), Les disputes et la conversion religieuse de l’Antiquité au xviie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Histoire »), 2022, 248 p., 24 cm, 24 €, ISBN 978‑2-7535‑8613‑0.

Texte intégral

1Tout en s’inscrivant dans la mode actuelle des études polémologiques, le volume tranche à plus d’un titre. Par son empan chronologique, d’abord : même si les directeurs sont l’un et l’autre modernistes, ils ont pris la précaution d’associer à leur entreprise aussi bien des spécialistes de l’Antiquité tardive que des historiens médiévistes. Au total, les quatorze communications réunies parcourent rien moins que seize siècles, depuis les toutes premières controverses surgies au iie siècle entre juifs et chrétiens jusqu’aux polémiques antiprotestantes consécutives à la Révocation de l’édit de Nantes. Par l’ampleur de ses horizons géographiques, ensuite : quoique l’Europe occidentale se taille la part du lion, les deux articles d’Hélène Vu Thanh et Nathalie Kouamé élargissent opportunément la perspective au monde japonais. Mais ce qui recommande peut-être surtout le livre réside dans la rigueur avec laquelle ses maîtres d’œuvre ont circonscrit leur objet. Loin d’un flou faussement artistique, les maîtres d’œuvre ont convié les contributeurs à se concentrer sur les seules disputes, entendues comme des rencontres, réelles ou fictives, tenues dans un lieu physique déterminé et ayant pour objectif affiché la conversion de l’interlocuteur. C’est donc le critère de la coprésence, aussi bien spatiale que temporelle, qui est ici décisif, avec tous les problèmes que posent la mise en scène et la transmission de l’acte de parole.

2Les contributeurs se sont globalement tenus à cette définition, mais l’ont abordée sous deux angles différents. Certains ont opté pour une approche macroscopique, de manière à passer en revue et à comparer des disputes qui souvent se citent ou se relancent les unes les autres. Ainsi Warren Pezé offre-t-il une splendide vision d’ensemble des disputes religieuses du haut Moyen Âge latin, à l’issue de laquelle il diagnostique, derrière la variété des circonstances qui y ont présidé, une tension permanente entre « le principe d’incertitude inhérente au genre du débat et sa fonction de rituel d’unanimité » (p. 58). En étudiant les disputes entre jésuites et franciscains engagés sur le terrain japonais, Hélène Vu Thanh montre comment des dissensions intra-confessionnelles, nourries par la compétition économique et politique entre l’Espagne et le Portugal, ont hypothéqué la mission ad extra. Avec le brio qu’on lui connaît, Jean-Pascal Gay se propose de mettre en évidence le chiasme qui voit la théologie de controverse catholique décliner dans la seconde moitié du xviie siècle, alors même que la dispute revitalise ses vertus pédagogiques et sociales. Le déplacement de la polémique religieuse vers l’espace public en serait, suggère-t-il, la conséquence immédiate.

3Sans pour autant déserter les enjeux théoriques, beaucoup d’autres auteurs ont préféré resserrer la focale sur une dispute particulière. Retenons notamment l’étude que consacre Claire Soussen à la longue dispute de Tortosa (1413‑1414, soit 69 sessions !), qui soupèse avec une finesse consommée les pressions politiques et la force des arguments échangés ; l’éclairante contribution de Fabrice Flückiger relative à la dispute de Baden (1526), lors de laquelle les catholiques retournèrent contre les partisans de Zwingli un dispositif de délibération pourtant inventé par ceux-ci ; les objections opposées par Nathalie Kouamé au révisionnisme historiographique réduisant la dispute de Funai, entre François Xavier et des moines japonais (1551), à une pure fiction ; ou encore, menées cette fois à l’échelle individuelle du controversiste Jacques Davy du Perron, les analyses très fouillées que livrent respectivement Lana Martysheva et Pietro Piccin de ses stratégies d’autopromotion et de publication déployées pendant comme après la conférence de Fontainebleau (1600).

4Fait exception à cette bipartition la communication d’Alessia Trivellone, dont l’originalité est de traiter des images de disputes antihérétiques au Moyen Âge. L’historienne y analyse les jeux de miroir entre hérésies anciennes et modernes, comme dans cette enluminure produite au milieu du xie siècle au Mont Saint-Michel (Avranches, Bibliothèque municipale, ms 90) qui sert d’illustration de couverture au volume et qui représente le face-à-face entre saint Augustin et le manichéen Fauste ; en filigrane se profile la controverse bérengarienne, dont on sait qu’elle battait alors son plein en Normandie.

5Difficile, devant une telle masse d’informations, d’en proposer une interprétation cohérente. J. Foa s’y essaie audacieusement en introduction. Reprenant sa thèse sur le « miroir aux clercs », il juge les disputes interminables, ennuyeuses pour un public réduit à la passivité et, au total, parfaitement stériles. Le problème, c’est que bien des indices rassemblés dans le volume militent en sens inverse. Juana Torres, sur la base de sept textes antihérétiques empruntés à l’Antiquité chrétienne, loue leur fluidité et relève incidemment la participation du peuple, un thème qu’elle aurait pu développer à la lumière des recherches de Michel-Yves Perrin. Toutes les disputes ne se sont pas non plus soldées par un match nul, comme le prouve la victoire remportée à Baden par la partie catholique. Quant à l’idée chère à J. Foa d’une exigence d’homologie structurelle entre interlocuteurs, a-t-elle quelque pertinence dans le contexte missionnaire japonais ? Et l’on me permettra de ne pas souscrire sans réserve à son assertion selon laquelle les vrais objectifs des disputes seraient en dernière instance « tacites, inconscients ou incompris » (p. 10). Voilà exprimé un complexe de supériorité qui me paraît ressusciter la vieille chimère marxiste de la vérité sociologique comme dévoilement de rapports de force dont les acteurs seraient les jouets aveugles. Or, les meilleures contributions du volume me semblent être celles qui, analysant conjointement texte et contexte, prennent au sérieux la rationalité des controverses. Bref, ce passionnant recueil vaut aussi pour le tintamarre déconcertant des questions de fond qu’il soulève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Marin, « Pierre Antoine Fabre et Jérémie Foa (dir.), Les disputes et la conversion religieuse de l’Antiquité au xviie siècle »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 145-146.

Référence électronique

Olivier Marin, « Pierre Antoine Fabre et Jérémie Foa (dir.), Les disputes et la conversion religieuse de l’Antiquité au xviie siècle »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/12992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.12992

Haut de page

Auteur

Olivier Marin

Université Paris Nord – Sorbonne Cité, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search