Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusMonique Goullet, L’hagiographie e...

Comptes rendus

Monique Goullet, L’hagiographie est un genre introuvable. Études d’hagiographie latine (vie-xie s.) réunies par Fernand Peloux et Michèle Gaillard

Paris, Éditions de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 181), 2022
Marie-Céline Isaïa
p. 147-150
Référence(s) :

Monique Goullet, L’hagiographie est un genre introuvable. Études d’hagiographie latine (vie-xie s.) réunies par Fernand Peloux et Michèle Gaillard, Paris, Éditions de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 181), 2022, 24 cm, 286 p., 24 €, ISBN 979‑10‑351‑0790‑1.

Texte intégral

1Fernand Peloux et Michèle Gaillard ont rassemblé dans ce petit ouvrage onze articles de Monique Goullet. Ceux qui connaissent cette dernière en tant que spécialiste de l'analyse littéraire des sources hagiographiques latines ne seront pas surpris par les sujets abordés, mais se réjouiront de trouver facilement des textes dispersés au gré des rencontres scientifiques. Quant à ceux qui ne sont pas familiers avec ses travaux, ce volume leur offre un échantillon représentatif des sujets traités par Monique Goullet dans ses ouvrages majeurs, tels que Hrotsvita de Gandersheim et la poésie hagiographique, Adson de Montier-en-Der et l'hagiographie lorraine, la réécriture et les légendiers. La bibliographie en tête de recueil ne doit donc pas être considérée comme une garantie d'autorité, mais plutôt comme une liste de lectures à poursuivre une fois que l'on aura pris connaissance des articles, qui fonctionnent comme autant d'introductions aux sujets et à la méthode.

2L'article intitulé « Les Drames de Hrotsvita » (1996) enseigne comment différencier l'emprunt de l'inspiration, le modèle assumé de la culture partagée. Hrotsvita prétend en effet imiter Térence – mais qu'est-ce à dire ? Les mots du poète lui reviennent, elle transpose ses intrigues amoureuses en aventures spirituelles et fonde toute la progression de l'action sur cette forme dialoguée qui constitue l'essence même du genre dramatique. Cependant, sans la lecture de Boèce et de Prudence, sans l'assimilation chrétienne prolongée de Virgile, il serait difficile d'expliquer comment Hrotsvita parvient à un tel renouvellement de la comédie antique sous un angle hagiographique.

3« Poésie didactique » (2008) invite à explorer jusqu’au xiie siècle le corpus de la poésie hagiographique après avoir expliqué pourquoi il est sous-estimé : la collection de la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) n’enregistre les hymnes que par exception et jamais les antiennes, alors que ces dernières pourraient être les vestiges de pièces métriques. Comme en témoigne le martyrologe de Wandalbert de Prüm (ca. 845), l’enseignement du vers latin occupait une place importante dans la formation des élites qui apprenaient tant la théorie (surtout à partir du De arte metrica de Bède) que l’imitation des grands maîtres, dont Horace : reste à ne pas être dupe des noms prestigieux que les médiévaux invoquent, qui peuvent dissimuler d’indispensables intermédiaires tardo-antiques (Sedulius, Paulin de Nole, Sidoine Apollinaire, etc.).

4« Adson hagiographe » (2000) argumente en faveur d’une chronologie brève de la carrière du célèbre abbé : né vers 930, moine à Luxeuil, écolâtre à Toul (ca. 950 ?), entré à Montier-en-Der dont il devient abbé en 968 après Albéric, Adon rédige toutes ses œuvres hagiographiques durant son abbatiat et avant sa mort en route pour la Terre Sainte (992). Des critères philologiques permettent de lui attribuer les Vies de Mansuy, Basle, Berchaire, Frodobert et Walbert, et de lui retirer celle de Clotilde. Adson invente, sur une trame répétitive, les Vies de saints mérovingiens qu’il remplit de miracles. Il travaille d’après des documents diplomatiques et des sources hagiographiques, se souciant davantage de style que d’exactitude historique – euphémisme pour dire qu’il ne comprend plus la chronologie du règne de Charlemagne.

5« La Vie de Léon IX » (2006) peut se lire comme un plaidoyer pour qu’on reçoive les textes hagiographiques tels qu’ils sont – riches en informations historiques et en miracles stéréotypés, soucieux de vanter la sainteté d’un homme, mais sans dissimuler ce qu’elle doit à la miséricorde divine plus qu’à l’héroïsme… L’hagiographie excède les caricatures où on voudrait l’enfermer, et la Vie du pape Léon/Brunon d’Eguisheim est l’éloge subtil d’un homme imparfait, mais que Dieu a choisi pour accomplir son plan ; de là l’importance structurante qu’y trouvent les songes et visions prophétiques.

6« La Vie d’Adelphe de Metz » (2005) donne une méthode de classement relatif de deux Vies apparentées, ici BHL 75v et BHL 76, à partir du traitement qu’elles réservent à leurs sources, la Vie d’Arnoul de Metz d’une part, le Liber de episcopibus Mettensis de Paul Diacre de l’autre. La conclusion logique (BHL 75v peut être une réécriture de BHL 76) permet de formuler l’hypothèse d’une évolution historique : BHL 76 aurait été rédigée dans la communauté monastique de Neuwiller après l’accueil des reliques de saint Adelphe (ca. 836 ?) et dans le but de les faire connaître ; mais Werinharius la reformulerait en des termes moins publicitaires et plus spirituels après que le pèlerinage a pris une certaine ampleur et justifié la création d’un collège de clercs pour l’encadrer, entre le xie et le xiie siècle.

7« Les catalogues de vertus » (2009) est une notule un peu en deçà des deux derniers articles méthodologiques puisqu’elle conclut que les listes si souvent formulées à propos d’un saint – il était généreux en aumônes et assidu à la prière, sévère aux méchants mais miséricordieux aux pécheurs, etc. – n’ont pas de précédents clairs dans la Bible ni dans la littérature païenne, mais relèvent d’un réflexe hagiographique sans inventivité ni vraiment de sens.

8« Réécritures médiévales des miracles évangéliques » (2012) pourrait inspirer un désenchantement similaire : si on se cantonne à une analyse littéraire structurale en effet, on ne pourra que constater que les hagiographes connaissent les évangiles et s’en inspirent pour écrire les miracles des saints. Les travaux cités – M. Van Uytfanghe (1984) et P.-A. Sigal (1985) – avaient pourtant ouvert la voie à une analyse historique, en distinguant l’hagiographie tardo-antique qui répète les miracles évangéliques de l’hagiographie carolingienne qui les réinvente, de l’hagiographie pré-grégorienne qui s’en défend avant le retour de l’imitation la plus littérale durant le moment franciscain, etc. Si le Moyen Âge latin dépend de la Bible, il ne lit pas toujours la même, et pas toujours de la même façon.

9« Quelle autorité ? » (2014) apporte un éclairage très neuf sur les réécritures. Partant des critères qui fondent l’autorité d’un texte médiéval en dehors de toute procédure d’approbation juridique – ancienneté, auteur, commanditaire, contenu valide et édifiant – il s’agit d’observer en quoi ces critères sont modifiés pour les réécritures : ce n’est pas évident puisque le besoin d’attribuer une réécriture à un auteur prestigieux conduit aussi bien à la pseudépigraphie qu’à l’insistance sur l’auteur de l’hypotexte. La réécriture peut surtout faire valoir qu’elle améliore l’orthodoxie d’un texte stigmatisé comme verbeux – c’est-à-dire écrit par un incompétent –, comme imprécis ou risible. Corriger ces défauts équivaut à faire valoir la vérité et l’utilité de la réécriture, si bien que les réécritures contribuent significativement à rajeunir les textes qui font autorité – en hagiographie, le plus récent peut aussi prétendre être le plus sûr.

10« Qu’est-ce qu’un texte hagiographique mérovingien ? » (2010) offre, en introduction au colloque sur les réécritures mérovingiennes, un survol passionnant sur les méthodes qui ont conduit Bruno Krusch à délimiter dans les Monumenta un corpus hagiographique mérovingien si étroit. Outre l’âge des manuscrits, Krusch utilise l’argument de l’analogia – mise en évidence qu’un passage est repris à une source, nécessairement antérieure – puis la cohérence historique et l’état de la langue. Or juger de la validité historique repose sur un parti-pris injustifiable – une source contemporaine des faits rapportés serait-elle ipso facto plus fiable ou moins partisane ? – tandis que l’évaluation de l’âge du latin demeure une technique subjective, pour ne pas dire vouée à l’échec dès lors que deux manuscrits d’une même œuvre peuvent présenter deux états de langue différents. L’édition commentée du légendier de Turin (légendier conservé à Turin mais en usage à Soissons peut-être) a été conçue comme une réponse aux apories auxquelles Krusch s’est heurté.

11« Conversion et Passion d’Afra d’Augsbourg » (2011) est une étude d’ecdotique et d’historiographie combinées : partant de l’édition des Monumenta (1896), elle met en évidence les préjugés qui ont freiné la compréhension du dossier d’Afra chez Bruno Krusch, Godefroid Vielhaber voire Walter Berschin. Afra est une prostituée convertie par l’évêque Narcisse (BHL 108) qui meurt brûlée vive à Augsbourg sous Dioclétien selon sa Passion longue (BHL 109) ou brève (BHL 107b-f). Une étude stylistique montre que BHL 108‑109 est écrite dans un latin mérovingien compatible avec une datation du début du viie siècle et une rédaction en Rhétie. Les incohérences logiques de BHL 107 conduisent en revanche à y voir une abréviation. Un chaînon manquant expliquerait bien ses rapports avec BHL 108‑109 ainsi que l’existence d’un passage commun entre BHL 107b et une Passion de saint Pancrace (BHL 6420).

12« Premiers légendiers latins et héritage grec » (2016) constate la présence massive de textes relatifs à des saints de la partie grecque du monde chrétien dans quatre des premiers légendiers latins, soit le Codex Velseri (München, Clm 3514) et les légendiers de Benediktbeuren (Clm 4554), Soissons ? (Torino, BNU, D.V.3.) et Autun ? (Montpellier, BU Méd., H 55). La textométrie devrait permettre de préciser quels textes latins sont sans hypotexte grec connu, lesquels possèdent une version comparable en grec et lesquels dérivent d’un hypotexte grec identifié.

13Monique Goullet a initié des générations d’étudiants au latin médiéval : ce volume pourrait bien les convertir aussi à la philologie et à l’hagiographie, tant il parle à l’intelligence sans jargon et avec art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Céline Isaïa, « Monique Goullet, L’hagiographie est un genre introuvable. Études d’hagiographie latine (vie-xie s.) réunies par Fernand Peloux et Michèle Gaillard »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 147-150.

Référence électronique

Marie-Céline Isaïa, « Monique Goullet, L’hagiographie est un genre introuvable. Études d’hagiographie latine (vie-xie s.) réunies par Fernand Peloux et Michèle Gaillard »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13004

Haut de page

Auteur

Marie-Céline Isaïa

Université Jean-Moulin Lyon3, CIHAM UMR 5648, IUF.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search