Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusClaudia D’Alberto (dir.), Imago p...

Comptes rendus

Claudia DAlberto (dir.), Imago papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Rome, Campisano Editore (« Storia dell’arte »), 2020
Alain Rauwel
p. 150-152
Référence(s) :

Claudia DAlberto (dir.), Imago papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Rome, Campisano Editore (« Storia dell’arte »), 2020, 504 p., 24 cm, 50 €, ISBN 978‑88‑85795‑51‑8.

Texte intégral

1Jamais comme à notre époque l’image de l’évêque de Rome n’a été médiatiquement exploitée ; la cohabitation, jusqu’à une date récente, de « deux papes » dans les murs du Vatican a chauffé au rouge les imaginaires. Avec beaucoup de finesse, s’appuyant sur un programme européen de recherche abrité par l’université de Liège, Claudia D’Alberto a saisi ce kairos historiographique pour rassembler une équipe de trente-neuf personnes, confiant à chacune l’un des chapitres, courts mais denses, qui composent la somme Imago papae – une somme textuelle, certes, forte de 400 pages serrées, mais aussi une somme iconographique, dont les 107 planches en noir et blanc et les 19 planches en couleur constituent l’un des points forts, offrant un corpus de référence riche et structuré qui rendra de grands services. Une copieuse et très utile mise en perspective de la directrice du volume précède les articles, rangés en ordre chronologique selon un plan général qui fait la part belle aux déplacements topographiques et donne ainsi une grande place à l’épisode avignonnais.

2Avant cela, le moment grégorien est un tournant majeur au sens où il signe la « temporalisation du pouvoir papal », selon l’heureuse formule de Cl. D’Alberto. Marcello Angheben note toutefois qu’il faut attendre le début du xiie siècle pour que se dessine, dans les églises de la Ville, une politique de figuration de l’episcopus episcoporum. À très juste raison, il accorde beaucoup d’attention aux symboles visuels, particulièrement à ceux qui désignent la tête de celui qui, de plus en plus, se prétend caput Ecclesiae. Les nimbes font écho à la revendication de sainteté fonctionnelle postulée par les Dictatus, tandis que l’exploitation massive de la pseudo-donation de Constantin met au centre des images le phrygium. Ce couvre-chef est l’ancêtre direct de la tiare, qui s’impose sous Boniface VIII et contribue fortement, sur les portraits et les tombeaux, à suggérer l’équivalence pape/Église que systématisent les théologiens du parti théocratique. Avignon ne marque pas ici une rupture mais un approfondissement : les pontifes absents de Rome sont d’autant plus attentifs à exister par images interposées dans leur capitale désertée, tandis qu’ils utilisent en Provence d’autres stratégies. Étudiant les peintures murales de la chapelle Saint-Martial au Palais des papes, Dominique Vingtain et Étienne Anheim montrent qu’elles s’inscrivent dans le projet de faire du saint patron des terres de la nouvelle Curie un « treizième apôtre » anticipant la venue en Gaule du vicaire de Pierre. Le déploiement iconographique des xiie-xive siècles est si intense qu’il représente une des raisons pour lesquelles les tentatives conciliaristes de mettre fin à l’hyper-personnalisation du gouvernement ecclésial n’ont pas rencontré un succès durable.

3Un des aspects novateurs d’Imago papae est de mettre en lumière l’âge tridentin non seulement comme un temps d’élaboration de nouveaux codes du portrait pontifical, mais comme un moment où la passion antiquaire réinvestit les images médiévales de la papauté. Dans une note très riche, Fabrizio Federici fait ainsi connaître les planches de l’édition de 1630 des Vitae pontificum romanorum de Chacón : ces grandes compositions où les témoignages figurés des anciens pontificats sont rassemblés dans des agencements architecturaux imaginaires évoquent tout à fait les gravures des Monumens de la monarchie françoise de Montfaucon. On découvre aussi que des peintres du xviie siècle ont pu recevoir des critiques portant sur la dissemblance entre leurs tableaux d’autel et les images archéologiques valorisées comme vera effigies. De ce point de vue, l’âge des révolutions et le xixe siècle changent complètement la donne. D’une part, les défaites du pape-roi (sous l’Empire français puis face au Risorgimento) transforment une figure triomphante en figure victimale, ce qui n’est pas nécessairement de mauvaise politique lorsque la sensibilité du siècle est lacrymale. D’autre part et surtout, les nouvelles techniques de production et de diffusion de l’image font glisser le pape vers le statut d’icône mondialisée, dès le pontificat de Léon XIII. L’article que Mariella Nuzzo consacre à ce long règne est d’autant plus intéressant que, tout en ne négligeant pas l’importance du recours à la photographie (étudié ailleurs, notamment par Federico Ruozzi), l’auteure souligne la pratique parallèle d’un mécénat inspiré des grands bâtisseurs du Moyen Âge ou de la Renaissance, à Saint-Jean-de-Latran, à l’étonnante église-hommage de San Gioacchino ai Prati et plus encore au bourg de Carpineto, lieu de naissance du pape, traité en pleine Belle époque selon le modèle des Piccolomini à Pienza. Rien ne montre mieux la plasticité d’une institution ouverte aux techniques du marketing le plus innovant en même temps qu’elle persiste à honorer des rituels séculaires.

4Imago papae ouvre son corpus d’illustrations par des photographies hyper-contemporaines (le cinéma de Paolo Sorrentino ou la spectaculaire exposition Heavenly bodies du Met) et manifeste ainsi la résolution de mener l’enquête iconographique jusqu’à nos jours. C’est à Josselin Tricou qu’il appartient de clore la prestigieuse théorie des contributeurs en analysant, dans la ligne de ses beaux travaux sur les masculinités sacerdotales, les stéréotypes de genre véhiculés par la « réception médiatique du corps-image du souverain pontife à l’ère de la démocratie sexuelle ». Que des flots d’encre aient pu couler sur la supposée virilité de Jorge Bergoglio opposée à la peu douteuse queerness de Joseph Ratzinger montre à quel point la politique grégorienne, théocratique et tridentine de diffusion universelle de l’image pontificale aura été, sur le long terme, un triomphe. Alors que les chromos représentant le Christ de la miséricorde, la Vierge de Fatima ou le Padre Pio n’alimentent que les achats compulsifs des dévots vieillissants, la dissection des plus infimes subtilités du vestiaire vaticanesque s’impose au sommaire des magazines de l’ancien et du nouveau monde. À Rome, on sait pourtant que la Roche Tarpéienne est près du Capitole : désormais plus souvent imprimée sur le papier des tabloids que taillée dans le marbre, la figure de l’homme en blanc est menacée par la loi d’airain du « quart d’heure de célébrité » warholien. Descendue des absides basilicales, ne rejoint-elle pas ce jeu de fête foraine où il s’agit de renverser des simulacres grotesques de célébrités ? La question n’a de sens qu’à l’échelle des siècles, et il faut savoir gré à Claudia D’Alberto d’avoir rassemblé l’ample matière d’une réponse informée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Claudia DAlberto (dir.), Imago papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 150-152.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Claudia DAlberto (dir.), Imago papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13012

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search