Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusMatteo Al Kalak, The Heresy of th...

Comptes rendus

Matteo Al Kalak, The Heresy of the Brother. A Heterodox Community in Sixteenth-Century Italy

Turnhout, Brepols (« Europa Sacra », 28), 2022
Gabriel Audisio
p. 152-155
Référence(s) :

Matteo Al Kalak, The Heresy of the Brother. A Heterodox Community in Sixteenth-Century Italy, Turnhout, Brepols (« Europa Sacra », 28), 2022, 221 p., 23,5 cm, 75 €, ISBN 978‑2-503‑59329‑6.

Texte intégral

1L’introduction de la Réforme en Italie a donné lieu à un nombre considérable de publications : la bibliographie de cet ouvrage compte 350 items. Tout aussi remarquable est l’éclatement des recherches dû à l’émiettement politique de la péninsule – voir la carte (p. 20) – et à la dispersion des archives. Rares sont les auteurs qui, refusant de se limiter à une énumération par États, ont osé tenter une vision globale. Massimo Firpo qui entend offrir une vision d’ensemble (Riforma protestante ed eresie nell’Italia del Cinquecent Praga » (infectée de la contagion de diverses hérésies comme Prague). Le présent ouvrage s’insère donc dans la ligne des recherches monographiques avec Modène, dépendant du duché de Ferrare, aux mains de la famille d’Este. La documentation principale est composée des manuscrits de l’Archivio di Stato et de la ville de Modène ainsi que de la Congrégation pour la doctrine de la foi (ancien Saint-Office) du Vatican. Ce n’est pas une mince affaire que de lire ces documents. Dommage que l’auteur n’ait pas donné en annexe la reproduction d’une de ces pièces avec sa transcription : le lecteur aurait pu en mesurer la performance paléographique. L’ouvrage est organisé en cinq chapitres. Dans le premier sont présentés « protagonistes et scénarios » dans leur contexte ; le deuxième décrit les méthodes de la justice dans sa lutte contre l’hérésie ; le troisième s’attache aux « livres dangereux » et à leur circulation parmi les « Frères » ; suit l’étude des croyances et pratiques hétérodoxes ; enfin l’ouvrage se clôt sur les suites et les traces de l’hérésie après la dispersion, la condamnation, l’exécution des Frères.

2Le contexte est d’importance pour comprendre l’apparition de l’hérésie dans la ville, son extension, enfin son effacement. La ville relève de divers pouvoirs qui se chevauchent et qui, selon les circonstances, s’allient, se concurrencent ou s’affrontent : Conseil de ville dominé par les « Conservateurs », qui défend jalousement les privilèges et libertés de la cité ; évêque, intermédiaire entre elle et le pape ; gouverneur de la cité ; duc de Ferrare, qui veille à ses intérêts ; Inquisition romaine, devenu le bras de justice du souverain pontife quand un inquisiteur fut élu pape en 1555 avec Paul IV ou le dominicain Pie V en 1566.

3L’originalité de la situation modénaise tient à la double origine des dissidents. Dans les années 1540 les premiers hétérodoxes repérés sont membres de l’Académie de la ville. Ce sont des notables. Il est regrettable que nous n’en sachions pas plus sur eux. Mais à partir des années 1560 c’est le monde de la boutique et de l’atelier qui est atteint pour s’étendre ensuite à la campagne environnante, la transmission s’opérant surtout au sein de la famille. Selon quelques témoins ils se rencontraient pour parler de la foi à domicile mais aussi en public dans les rues, sous les arcades de la place ou encore dans les tavernes. Deux témoins déclarent qu’ils s’appelaient entre eux « frères » (p. 40, 70), les plus aisés aidant les autres. Cette période, correspondant aux épiscopats de Giovanni Morone (1529‑1550) et d’Egidio Foscarari (1550‑1564), aurait été marquée par la « tolérance » (p. 64) de ces prélats. Voilà qui surprend, ce concept, tel que nous l’entendons, étant parfaitement étranger à cette époque. Mieux vaudrait parler de bienveillance, ces évêques renvoyant les suspects après avoir obtenu leur abjuration.

4Cette première période, relativement paisible, s’achève avec l’accession d’inquisiteurs au trône pontifical. La création du Saint-Office en 1542 rompait avec l’Inquisition médiévale qui dépendait des évêques. Désormais elle était dirigée depuis Rome. Nous en voyons les effets à Modène : quelque vingt procès pour hérésie eurent lieu entre 1560 et 1563. Paul IV fit même emprisonner à Rome en 1557 le cardinal Morone, ainsi que Foscarari, son successeur sur le siège épiscopal de Modène. Tous deux furent acquittés par Pie IV. Désormais la montée en puissance progressive de l’Inquisition est indéniable : tous les conflits avec les autres pouvoirs (ville, gouverneur, évêque, duc) se soldent par sa victoire. Ainsi, en 1566, l’inquisiteur est chargé d’interroger à nouveau ceux que Morone avait absous ; en 1556 le pape lui-même ordonnait d’arrêter quatre suspects au duc, qui dut s’exécuter malgré les protestations du Conseil de ville. Le résultat est clair : l’hérésie est décapitée, les suspects s’étant enfuis, ayant abjuré ou ayant été exécutés.

5Les livres interdits en circulation sont souvent les mêmes qu’ailleurs. Certains en latin dont ceux d’Érasme (Préparation à la mort, Enchiridion, Éloge de la folie, Colloques), mais aussi en français (œuvres de Calvin, les psaumes) et bien sûr en italien : psaumes imprimés à Lyon, les sermons de Bernardin de Sienne, Il beneficio di Christo, Il sommario della santa scriptura, des satires, catéchismes, pamphlets anticatholiques imprimés ou manuscrits, les plus répandus étant les traductions de la Bible. Les « frères » se réunissent dans une boutique ou chez l’un d’eux pour lire la Parole de Dieu ; qui ne sait lire écoute. Les libraires jouent un rôle premier dans la diffusion de ces œuvres.

6Les croyances et pratiques déviantes des dissidents se fondent sur la base même de la Réforme : la foi seule sauve ; la doctrine de la justification par la foi est adoptée sans équivoque. Il en découle le refus du purgatoire, du culte des saints et par conséquent des images, des reliques et des pèlerinages. De même l’affirmation du sacerdoce universel est reçue et se traduit par la contestation du pouvoir du clergé. Quant aux sacrements, baptême et Cène sont reconnus puisque fondés sur l’Écriture, les Frères les plus assurés se réunissant pour célébrer la Cène en secret. En revanche confirmation, ordre, confession, confirmation et extrême-onction sont refusés tandis que le mariage est considéré comme sacré et indissoluble. À cette dernière réserve près, se retrouvent les positions de Calvin, dont l’influence a été majeure à Modène tandis qu’émergent, ici ou là, celles de Zwingli, les idées antitrinitaires ou anabaptistes, qui s’avèrent néanmoins très minoritaires.

7Cette étude montre bien comment les idées réformées ont pu se répandre à Modène, présentant la particularité de s’implanter d’abord chez les membres de l’Académie puis au sein du monde de l’atelier et de l’échoppe. Il apparaît aussi que leur extension a bénéficié de la crise due notamment à la rivalité des pouvoirs et du chevauchement de leurs ressorts et instances. Mais, grâce à son organisation l’Inquisition, avec l’appui pontifical, finit par s’imposer comme la principale puissance et venir à bout de la dissidence religieuse.

8Ce mouvement hérétique est présenté comme un ensemble cohérent et organisé. Massimo Firpo, dans l’ouvrage cité, parlait déjà de « la communauté des “frères” de Modène, un mouvement articulé en de multiples groupes » (p. 66). Qu’en est-il du présent ouvrage ? Certes in fine l’auteur reconnaît qu’il ne présente pas de « structure ecclésiale » et que se manifestaient des divergences de croyances en son sein (p. 167) : ni Église, ni hiérarchie, ni signes tangibles (p. 168). Pourtant il utilise couramment les termes « communauté » et « Frères ». Le terme community apparaît au moins une cinquantaine de fois. La question est donc : qu’appelle-t-on « communauté » ? L’auteur ne le précise pas. Le mouvement semble surtout un ensemble de groupes hétérogènes, aux croyances diverses. D’ailleurs le terme lui-même n’apparaît pas dans les propos des suspects ou des témoins qui sont cités. Quant à « frères » (brothers), sauf erreur, seuls deux témoins l’emploient. Par ailleurs nous savons que les réformés s’appelaient ainsi communément entre eux, même sans se connaître comme en témoigne l’abondante correspondance des réformateurs (par exemple A.-L. Herminjard, Correspondance des réformateurs…, Genève, 1866‑1897, 9 vol.). Ne conviendrait-il pas mieux de caractériser cet ensemble disparate de réseau ? Car nous nous trouvons ici face à une sorte de pétition de principe, considérant comme acquis ce qu’il convient de démontrer. Par ailleurs il serait important de connaître la formation des inquisiteurs. Bartolomé Bennassar a montré que, pour l’Espagne, ils « étaient en majorité des juristes » (L’inquisition espagnole xve-xixe siècles, Hachette, 1979, p. 90). Même constat de Francisco Bethencourt pour le Portugal : « Presque tous ont fait des études de droit canon à l’université de Coimbra » (L’inquisition à l’époque moderne, Fayard, 1995, p. 139). En Italie les inquisiteurs ne provenaient-ils pas plutôt de la faculté de théologie ? L’affaire est d’importance car ces derniers avaient plus tendance que les hommes de loi à déformer les propos des suspects interrogés ou torturés.

9L’ouvrage se lit aisément même si les caractères sont un peu petits. Il est de belle présentation. Les documents mis en annexe sont utiles, notamment les procès-verbaux des interrogatoires en latin avec traduction anglaise, une lettre de l’inquisiteur de Modène à son collègue de Ferrare, celle du Conseil de ville au duc et celle du gouverneur de la ville à la duchesse (italien/anglais). L’index des noms propres (personnes et lieux) est également bienvenu. En somme une recherche méritoire au résultat adapté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Audisio, « Matteo Al Kalak, The Heresy of the Brother. A Heterodox Community in Sixteenth-Century Italy »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 152-155.

Référence électronique

Gabriel Audisio, « Matteo Al Kalak, The Heresy of the Brother. A Heterodox Community in Sixteenth-Century Italy »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13022

Haut de page

Auteur

Gabriel Audisio

Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search