Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusLaurent Tatarenko, Une réforme or...

Comptes rendus

Laurent Tatarenko, Une réforme orientale à l’âge baroque. Les Ruthènes de la grande-principauté de Lituanie et Rome au temps de l’Union de Brest (milieu du xvie siècle-milieu du xviie siècle)

Rome, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 392), 2021
Nicolas Richard
p. 155-159
Référence(s) :

Laurent Tatarenko, Une réforme orientale à l’âge baroque. Les Ruthènes de la grande-principauté de Lituanie et Rome au temps de l’Union de Brest (milieu du xvie siècle-milieu du xviie siècle), Rome, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 392), 2021, 645 p., 24 cm, 40 €, ISBN 978‑2-7283‑1470‑6.

Texte intégral

1Depuis sa soutenance en 2014 à l’université Paris-I et à l’université catholique de Lublin, la publication de la thèse de Laurent Tatarenko, ancien membre de l’École française de Rome, désormais chargé de recherches au CNRS, était attendue. C’est chose faite, et bien faite. Au-delà du texte proprement dit, le volume sera très utile par la qualité de ses annexes : un glossaire critique développé des fonctions politiques dans la Rzeczpospolita des xvie-xviie siècles et des fonctions religieuses dans l’Église ruthène, une traduction française des grands textes de l’Union de Brest, une prosopographie et une cartographie à différentes époques de l’uniatisme dans le Grand-duché de Lituanie, tout cela tiré de recherches d’archives dans différents fonds romains, polonais, français, biélorusses, russes, ukrainiens et lituaniens, une bibliographie dans presque toutes les langues européennes, de l’Atlantique à l’Oural.

2Il ne suffit pas de dominer toutes les langues, toutes les historiographies de l’antique Rzeczpospolita, et quelques autres en sus, il faut aussi avoir quelque chose à écrire de neuf. Et sur la question de l’Union de Brest, tout a été écrit, et son contraire ; c’est d’ailleurs par là que L. Tatarenko commence son propos. Exemple de mémoire « fluctuante » d’un événement, l’Union de Brest entre dans les différentes historiographies, nationales et religieuses, qui n’ont de cesse de le décrire selon des traits fixés par une polémique ancienne, et toujours actuelle. La difficulté pour renouveler son étude est, outre l’obstacle d’une historiographie et de sources primaires éclatées linguistiquement et géographiquement, la disparition au xxe siècle d’une bonne partie des fonds d’archives. L’auteur n’en cherche pas moins à comprendre « les expériences religieuses propres aux populations ruthènes à l’époque de l’Union de Brest » (p. 8) – époque comprise au sens large puisque l’étude commence au moment de l’arrivée de la Réforme en Lituanie au milieu du xvie siècle pour finir au milieu du xviie siècle, quand les changements causés par l’Union ont eu largement le temps de se stabiliser. La volonté d’une étude touchant toutes les catégories sociales se double d’un souci de tenir compte des diversités géographiques de l’immense territoire lituanien, mais aussi du royaume de Pologne, où la hiérarchie ruthène s’unit à Rome, quoiqu’une attention particulière soit apportée aux voïvodies de Vilnius et de Trakai, touchées plus profondément par l’Union de 1595‑1596.

3Le propos de la thèse et ses apports sont admirablement résumés en une dizaine de pages par la conclusion. On se bornera ici, en suivant l’ordre du livre, à souligner certains traits de la reconstruction historique proposée par l’auteur. La première partie, « L’unité bigarrée : une esquisse socio-institutionnelle de l’Église ruthène », étudie tour à tour la géographie de l’immense diocèse métropolitain de Vilnius (600 km entre Kiev et Vilnius), son encadrement pastoral, la pratique de l’autorité métropolitaine et l’état du clergé au milieu du xvie siècle. Ces deux cents premières pages, très denses, permettent d’y voir plus clair dans un certain nombre de questions controversées. L. Tatarenko analyse ainsi la signification du terme « ruthène », qui a des connotations linguistiques, mais dont le contraire n’en reste pas moins « latin », et non « polonais » ; les Ruthènes étaient donc une communauté religieuse, reconnue par les Grands-Ducs de Lituanie, même quand le trône passa aux souverains polonais. La communauté était confrontée à une diversité religieuse importante sur son territoire. Ainsi la confrérie des cordonniers de Vilnius réajustait-elle périodiquement, selon la proportion des Grecs et des Latins en son sein, les dons pieux pour les églises des deux rites où étaient célébrées les fêtes patronales. Mais les territoires ruthènes étaient eux-mêmes très divers.

4C’est ce que reflétaient les cadres paroissiaux. Leur géographie, comparée à celle du Royaume, est mal connue des historiens. Elle l’était aussi des contemporains qui recopiaient les mêmes chiffres sans les vérifier. Néanmoins, les huit mille paroisses évoquées au moment de l’Union semblent à L. Tatarenko proches du total exact des églises ruthènes. La géographie paroissiale évoluait constamment. Le remembrement agraire commencé dans les années 1530 provoquait la disparition d’une bonne partie des dîmes, remplacées par des possessions foncières. Les églises locales – plutôt que paroisses, car les monastères jouaient un rôle paroissial – passèrent largement, entre la fin du xive et le milieu du xvie siècle, du patronage du prince à celui des villes ou des nobles. Or ce patronage oriental donnait un droit de propriété inconnu du patron latin. La paroisse était plus communauté de fidèles que territoire : les actes de fondation posaient des limites floues, qui devenaient problématiques quand l’assise territoriale des domaines évoluait. La carte des paroisses sur le temps long que dresse ici L. Tatarenko connut donc des mutations considérables. Elle laisse voir aussi de grandes disparités locales, y compris dans la comparaison avec les paroisses latines voisines. Mais ces généralités statistiques doivent être nuancées par la réalité de l’« espace vécu ».

5Le chap. 3, sur les « pratiques de l’autorité métropolitaine », montre les relations complexes entre vicaires diocésains et archiprêtres dans ces immenses diocèses, fonctions intermédiaires qui permettaient de déléguer certaines prérogatives judiciaires, mais aussi spirituelles, de l’ordinaire, à des prêtres bien ancrés localement, et issus du clergé séculier. L’instauration en 1608 d’un vicaire général, sur le modèle latin, régulièrement issu de l’ordre basilien, « accentua […] la distance entre les instances centrales et locales du gouvernement diocésain » (p. 115). Le problème restait celui de la taille énorme du diocèse, notamment pour les ordinations, ce que l’instauration progressive d’évêques dans l’expectative, équivalents des coadjuteurs latins, ne permettait de pallier que partiellement. Avec la restauration d’une hiérarchie grecque par le patriarche de Constantinople en 1620, et la reconnaissance de la structure non-unie en 1633 par le roi, le problème fut pour elle de pallier les mêmes difficultés sans trop copier latins et uniates. D’autres traits caractérisaient l’exercice de l’autorité épiscopale chez les Ruthènes : la présence des laïcs dans les structures d’administration de l’Église, la polyphonie des sources canoniques peu adaptées à un territoire dont le souverain était d’une obédience différente, et des réalités synodales attestées, mais mal connues.

6De ce tableau, faut-il conclure à « un clergé dépassé ? ». Le 4e chapitre apporte des nuances. Certes, le clergé ruthène apparaît comme un groupe social au statut fragile, « aux portes de la noblesse » (p. 149) – il faut être libre pour être prêtre, mais le statut des enfants de prêtre est discuté, ce qui n’empêche pas le clergé d’attirer pour une part non négligeable la petite noblesse. Le milieu se caractérise par une forte endogamie, par l’existence de familles de prêtres et par des revenus bien inférieurs à ceux du clergé latin qui, libre des devoirs familiaux, peut léguer sa fortune aux fondations pieuses latines, ce qui ne fait que creuser l’écart des revenus. Ce clergé est-il pour autant de mauvaise qualité, mal formé, selon un grief dont les sources sont pleines ? L. Tatarenko reprend le dossier. La formation traditionnelle, essentiellement centrée sur la compétence liturgique, connut une évolution avec la fondation de l’académie d’Ostróg, attestée à partir de 1578, que vinrent renforcer les écoles des confréries orthodoxes, dont la première est mentionnée en 1584. La nouveauté était d’importance, face à l’attraction qu’exerçait sur les élites nobles l’enseignement latin, jésuite ou protestant. Mais elle amenait à « l’émergence d’un groupe de prédicateurs à l’intérieur des cadres traditionnels du clergé ruthène », soutenus par la hiérarchie mais aussi par les confréries urbaines. Il en naissait des tensions considérables ; d’autant plus que, si le contenu de l’enseignement et des imprimés sortant de ces institutions mériterait des études plus approfondies, ils ne sont pas exempts de doctrines puisées dans les débats confessionnels latins.

7Voilà la situation à la veille de l’Union, qu’analyse la 2e partie. L. Tatarenko y examine d’abord les dissensions internes, très complexes, auxquelles l’Union semble offrir une issue (chap. 5) avant d’étudier « la nouvelle union et les anciennes divisions » (chap. 6). Dans ces chapitres centraux, il apporte des précisions très importantes : par exemple sur le statut de la charte du 6 août 1589, dont il fait « un faux ou du moins une version largement arrangée du document original » (p. 213), sur la nature des articles amenés à Rome par les ruthènes, que L. Tatarenko analyse comme une base de discussion, pratique habituelle aux diètes de la Rzeczpospolita, sur les tergiversations du métropolite après l’Union. L’analyse précise de l’auteur éclaire énormément de détails et renforce, nous semble-t-il, le schéma historique que l’on doit tenir pour acquis, qui était déjà celui, en une heure tragique, de Pie XII dans Orientales Omnes (23 décembre 1945).

8La troisième partie, « Une religion entre deux Églises (vers 1610-vers 1650) », forme peut-être la contribution la plus personnelle de L. Tatarenko qui ne laboure plus une terre retournée moultes fois, mais s’attaque à un champ largement en friche. Dans le chapitre 7, « construire l’ennemi », il montre comment, d’une façon à la fois opposée et largement parallèle, les unis et non-unis entament une profonde réforme au début du xviie siècle. Les moines en sont le cœur, même si leur décadence au xvie siècle est nuancée par l’auteur. Les tâtonnements de Józef Welamin Rucki, dont finissent par émerger les basiliens, leur donnent une optique pastorale et éducative tridentine qui les sépare des anciens moines ruthènes. Dans les villes, le métropolite Hipacy Pociej n’a rien changé aux anciens usages malgré l’Union qu’il a conclue et se contente d’une réponse strictement institutionnelle aux attaques des adversaires de l’Union. Eux sont déjà dans une optique confessionnelle. Ils martèlent leurs accusations de trahison de Constantinople et de latinisation. Le refus de Pociej de leur répondre est pour L. Tatarenko une « faiblesse », « incapable de résister à une forme de “confessionnalisation” imposée par les orthodoxes » (p. 380). L’arrivée de Rucki en 1613 sur le siège métropolitain est un tournant, notamment catéchétique. L’appuie un personnel formé dans les collèges catholiques ouverts aux uniates, dont le livre analyse longuement les forces et faiblesses. Cette « latinisation » par les études n’empêche pas des tensions avec les Latins (pour les processions, par exemple). Sur l’autre front, les heurts avec les adversaires de l’Union vont crescendo jusqu’au meurtre le 12 novembre 1623 de (saint) Jozafat Kuncewicz. S’ouvre alors une période d’accalmie. Mais les camps ont eu le temps de se structurer, autour de la lutte pour les cimetières, par la construction d’un lexique pour définir l’adversaire, bien identifié grâce à une iconographie expressive.

9Cette analyse de ce qu’a été au ras du sol l’Union trouve son aboutissement dans un chapitre 8, « Les voix des laïcs », dont on déplore la brièveté relative. La question des appartenances religieuses multiples à l’intérieur des familles, des dons à des églises d’obédiences différentes, des confréries de métiers et de leurs dévotions amènent L. Tatarenko à montrer la force et les limites (notamment dans la paysannerie) du sentiment d’identification confessionnelle. L’auteur utilise habilement, dans cette enquête, les visites pastorales latines et le procès de canonisation de saint Josaphat.

10On pourrait conclure cette analyse en ergotant sur une poignée de coquilles ou le seul détail où nous avons pu prendre l’érudition de l’auteur en défaut (p. 390 : en 1619‑1621, le collège de Prague ne fonctionnait pas, les jésuites ayant été expulsés par les États de Bohême révoltés). On préférera signaler que sur un sujet si capital pour toute l’Europe centrale et orientale, la monographie qui fait désormais autorité est écrite en français, et que c’est celle de Laurent Tatarenko.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Richard, « Laurent Tatarenko, Une réforme orientale à l’âge baroque. Les Ruthènes de la grande-principauté de Lituanie et Rome au temps de l’Union de Brest (milieu du xvie siècle-milieu du xviie siècle) »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 155-159.

Référence électronique

Nicolas Richard, « Laurent Tatarenko, Une réforme orientale à l’âge baroque. Les Ruthènes de la grande-principauté de Lituanie et Rome au temps de l’Union de Brest (milieu du xvie siècle-milieu du xviie siècle) »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13025

Haut de page

Auteur

Nicolas Richard

Sorbonne Université, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search