Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusFrançois De Vriendt et Philippe D...

Comptes rendus

François DVriendt et Philippe Desmette (dir.), Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, xvie-xviiie siècles). Déclin ou renouveau ?

Bruxelles, Société des Bollandistes, (« Subsidia hagiographica », 98), 2020
Jean-Benoît Poulle
p. 159-162
Référence(s) :

François DVriendt et Philippe Desmette (dir.), Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, xvie-xviiie siècles). Déclin ou renouveau ?, Bruxelles, Société des Bollandistes, (« Subsidia hagiographica », 98), 2020, 288 p., 26 cm, 75 €, ISBN 978‑2-87356‑036‑0.

Texte intégral

1Issu d’un colloque tenu à l’université Saint-Louis de Bruxelles en octobre 2019, co-organisé avec la Société des Bollandistes, ce volume questionne la place assignée aux saints antiques et médiévaux par la Réforme catholique triomphante en Europe occidentale. Si les nouveaux saints canonisés à l’époque post-tridentine ont fait l’objet de nombreuses enquêtes qui se sont surtout concentrées sur les redéfinitions de la sainteté opérées par la Réforme catholique, il restait à interroger le sort fait par celle-ci aux saints du premier millénaire, préexistants à son œuvre de remise en ordre. Ces personnages, à l’existence parfois incertaine, faisant l’objet de cultes locaux ou régionaux autour de leurs reliques, devaient le plus souvent leur sainteté à la vox populi, car ils avaient la plupart du temps vécu bien avant que la béatification et la canonisation fussent formalisées par l’autorité épiscopale puis papale. Ils constituent autant de points de rencontre entre une nouvelle culture ecclésiastique savante, marquée par l’héritage de l’humanisme, qui commence à faire droit à l’érudition critique, et la persistance ou le redéploiement de dévotions souvent qualifiées de populaires (mais en quel sens ?) par l’historiographie. Les quatorze contributions du volume poursuivent ainsi un double but : d’une part évaluer l’audience rencontrée par les saints anciens après le concile de Trente, entre désaffection et maintien des anciennes pratiques, voire regain d’intérêt ; de l’autre, se pencher également sur le rôle d’identification joué par ces saints tutélaires pour les communautés locales ou cléricales. Le terrain des investigations, qui doit sa cohérence au conservatisme de la géographie ecclésiastique, embrasse tout l’espace de l’ancienne Gaule transalpine, puis du royaume franc du Haut Moyen Âge : France, Belgique, Ouest de l’Allemagne. Mais ces ensembles ne sont pas également représentés dans les contributions : ce sont pour ainsi dire les saints d’Austrasie qui se taillent la part du lion, avec une nette prédominance de la Belgique et de l’Est de la France, au désavantage des provinces occidentales et méridionales du royaume, cette géographie étant d’ailleurs peut-être en soi significative des spécificités d’un « catholicisme de frontière » très marqué par les vagues iconoclastes réformées.

2À première vue, l’œuvre de la Réforme catholique est avant tout d’expurgation : conformément aux préconisations du concile de Trente, le bréviaire romain de 1568, puis le martyrologe de 1583, révisé par Baronius en 1586, fixent la liste des saints reconnus dans l’Église universelle. L’imposition progressive de la liturgie romaine fait disparaître nombre d’offices propres de saints locaux, témoins de cultes parfois très anciens. En même temps, ces nouvelles normes entraînent une mise en débats de la sainteté, dans les diocèses comme auprès des instances curiales, au premier chef la congrégation des Rites créée en 1588. À Rome même, les saints anciens redécouverts que sont les martyrs des catacombes sont exhumés au cours de fouilles menées par les jésuites, auxquelles Baronius lui-même ne dédaigne pas d’apporter son concours, et dont Pierre-Antoine Fabre brosse un tableau très suggestif. Mais l’œuvre de réforme signifie aussi la remise en ordre du sanctoral, à la fois classement et sauvegarde : dès la seconde moitié xvie siècle, se multiplient les grands recueils hagiographiques, à l’exemple du Natales Sanctorum Belgii de Jean Molanus, dont Alexander Soetaert démontre l’importance notoire pour la construction identitaire des Pays-Bas du Sud en un ensemble cohérent. L’hagiographie des « vieux saints » reste en effet un genre toujours vivace, comme en témoignent les nombreuses Vies pieuses écrites à partir de Vitae médiévales par Étienne Binet, et étudiées par Philippe Desmette : si ces récits sont encore empreints d’épisodes merveilleux, pour le jésuite français, le plus grand miracle des saints reste l’exemple de leurs vertus exceptionnelles. En se penchant sur le légendaire des saints céphalophores, Philippe Martin montre que l’approche prudente, voire le scepticisme, gagnent progressivement les hagiographes, dont la visée d’édification demeure. Un cas exemplaire de cette « réduction de l’espace du crédible » (M. de Certeau) est fourni par la controverse savante sur la fondation apostolique des diocèses français, spécialement celui de Paris, dans la contribution de Nicolas Balzamo, qui démontre très clairement l’intrication de la critique érudite et de logiques identitaires de défense des traditions locales. Dans ces travaux de critique érudite du sanctoral, l’entreprise de publication des Acta Sanctorum menée par les Bollandistes à partir de 1643 représente naturellement une forme de sommet : François De Vriendt en restitue toute l’ampleur démesurée, et établit les méthodes qui présidèrent, avec le concours d’un réseau européen de collaborateurs, à leur œuvre de rectification et de tri. Il serait par trop réducteur de résumer les conséquences de cette critique érudite à un jeu de démolition effectué par des dénicheurs de saints pré-rationalistes : corpus statistique à l’appui, Éric Suire démontre que l’hagiographie gallicane de la fin du règne de Louis XIV laisse aux saints anciens une place très large, qui confirme à la fois l’hypothèse du regain d’intérêt et celle de la redéfinition du genre. La contribution de Nicolas Guyard, qui étudie les Vies de deux abbesses du Haut-Moyen Âge fondatrices de puissantes abbayes, sainte Fare à Faremoutiers et sainte Ulphe au monastère du Paraclet, confirme le renouveau moderne de la dévotion envers ces figures tutélaires, l’hagiographie prêtant ici son concours à l’œuvre de réforme des établissements réguliers. Fabienne Henryot, à travers le cas de la controverse savante sur les premiers évêques de Toul au début du xviiie siècle, confirme qu’érudition n’est en rien synonyme de neutralité dans ce vaste diocèse tiraillé entre la France et l’Empire.

3À côté des discours savants, il existe de multiples indices que les pratiques de piété envers les saints anciens sont toujours vivaces : à l’aide d’un riche dossier iconographique, Marc Lindeijer établit la persistance, dans le duché de Brabant, de la dévotion pour les saints locaux d’époque carolingienne, fondateurs ou missionnaires, même si la province ne se reconnaît pas un saint patron unique. Il en est de même dans le vaste diocèse de Liège étudié par Philippe George, territoire très riche en figures hagiographiques du premier millénaire, marqué par un bornage sacré de leurs reliques sur ses anciennes frontières, et dans lequel processions, pèlerinages et images pieuses en leur honneur sont toujours de mise. Certes, il existe bien des figures dont l’aura paraît quelque peu s’estomper dans la nouvelle culture confessionnelle de la Réforme catholique : c’est ce qui arrive en Bretagne au saint fondateur de l’abbaye de Landévennec, Guénolé, dont Jean-Pascal Gay observe le réexamen hagiographique, qui s’apparente à une forme de lissage et de recentrement sur la seule ascétique. Parfois aussi, il arrive que la persistance locale d’un culte à l’époque moderne soit quasiment la seule trace d’une figure très ancienne qu’on aurait tout lieu de tenir pour fictive, jusqu’à ce que des données archéologiques viennent contre toute attente corroborer certaines indications des Passiones médiévales : il en va ainsi du martyr Libaire de Grand (Vosges), étudié par Ludovic Nys, qui réalise ainsi la démonstration que la méthode critique peut aussi attester l’existence historique de données qu’on aurait crues légendaires – ou du moins établir un faisceau d’indices probants.

4En définitive, comme le relève Jean-Marie Cauchies dans ses conclusions, ces diverses études convergent vers la relativisation de l’idée d’un choc aussi frontal qu’inévitable entre traditions populaires et formes de la culture savante, tant abondent les exemples de réemplois, de réinterprétations et de reviviscence des saints anciens au temps de la Réforme catholique. La dévotion pour les « vieux saints » trouve ainsi souvent une forme de cohabitation, voire de complémentarité, avec la spiritualité qui s’attache aux nouveaux. En somme, l’exemple des saints anciens constituerait sans doute une bonne illustration de la recharge sacrale de l’époque post-tridentine. Au-delà des études de cas, nécessairement partielles, étudiées dans chaque contribution, certaines figures de saints ou d’hagiographes se retrouvent dans plusieurs d’entre elles, signe assez manifeste de leur centralité, ce qui assure également plus de poids aux enseignements qu’on pourrait en tirer. Le très utile index en fin de volume permet également cette circulation d’une page à l’autre de l’ouvrage, pour retracer le parcours posthume de ces « vieux saints » à l’onomastique souvent fluctuante (Begge, Waudru, Mansuy…). Enfin, il faut remarquer qu’à suivre si précisément les progrès de l’érudition dévote, ce livre offre au lecteur de magistrales leçons de méthode historique, tant les problèmes qui se posèrent aux érudits pionniers de l’histoire critique, comme les solutions qu’ils en tirèrent, se trouvent encore aujourd’hui au fondement de la nôtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Benoît Poulle, « François DVriendt et Philippe Desmette (dir.), Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, xvie-xviiie siècles). Déclin ou renouveau ? »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 159-162.

Référence électronique

Jean-Benoît Poulle, « François DVriendt et Philippe Desmette (dir.), Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, xvie-xviiie siècles). Déclin ou renouveau ? »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13034

Haut de page

Auteur

Jean-Benoît Poulle

Sorbonne Université, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search