Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusFrançoise Fauconnet-Buzelin, Un é...

Comptes rendus

Françoise Fauconnet-Buzelin, Un évêque au pays des Talapoins. Louis Laneau, premier vicaire apostolique du Siam 1637‑1696

Paris, Les Éditions du Cerf, 2021
Michela Catto
p. 162-164
Référence(s) :

Françoise Fauconnet-Buzelin, Un évêque au pays des Talapoins. Louis Laneau, premier vicaire apostolique du Siam 1637‑1696, Paris, Les Éditions du Cerf, 2021, 396 p., 24 cm, 25 €, ISBN 978‑2-204‑19846‑8.

Texte intégral

1Docteur en histoire de l’art, conservatrice du patrimoine et chargée de recherche aux Missions Étrangères de Paris depuis 1996, Françoise Fauconnet-Buzelin a consacré nombre d’articles et d’essais à la Société des Missions Étrangères de Paris. Par certains aspects, ce livre est la continuation de son Aux sources des Missions Étrangères : Pierre Lambert de la Motte (1624‑1679) publié en 2006 : une pièce de plus dans l’édifice de l’histoire de la Société.

2Louis Laneau (né le 31 mai 1637 à Montdoubleau et envoyé faire ses études à Paris) affronta un long voyage vers le Siam en septembre 1661, moins d’un an après le retour en France de Pierre Lambert de la Motte (un des fondateurs de la Société des Missions Étrangères) survenu en novembre 1660. Quoique de tempéraments différents, les deux missionnaires partagent les débuts de la présence de l’ordre en Asie en posant les fondements d’une résidence stable au royaume de Siam où Louis Laneau deviendra plus tard le premier vicaire. Un évêque au pays des Talapoins est une biographie mais aussi le récit d’un entrecroisement d’hommes, religieux et laïcs, d’idées missionnaires, politiques et économiques, et de conflits inévitables dans le monde des missions et de l’expansion européenne. Ayutthaya, la capitale du Siam, est le centre de la mission. Laneau étudie les usages, les coutumes et la culture du pays au point d’en manier la langue avec une grande habileté et de devenir un spécialiste du bouddhisme theravada. Il s’adapte aux usages en s’habillant comme les habitants (p. 123) et en s’abstenant de consommer de la viande (p. 121).

3Parmi les méthodes missionnaires utilisées, les hôpitaux revêtent une importance particulière. L’héritage laissé par Lambert – qui avait été directeur du bureau des pauvres de Rouen – s’exprime entre autres dans l’attention particulière que Laneau accorde aux soins. Le projet de Pierre Lambert de fonder un hôpital remontait à 1667 et Laneau s’y implique personnellement. Le traitement des malades, fondé sur les connaissances médicales des missionnaires, est l’un des outils les plus appropriés pour pouvoir prêcher et, peut-être, baptiser à l’article de la mort (p. 334). À cet engagement apostolique qui caractérise l’activité de Laneau, l’auteure oppose le « prestige des sciences et des techniques » préféré par les Jésuites pour promouvoir la foi en Asie (p. 85).

4Les soins médicaux visaient à atteindre directement la population d’Ayutthaya – et les Occidentaux de passage – mais aussi à faciliter les rapports avec le souverain du Siam, Phra Naraï. Les échanges réciproques d’examens médicaux ou d’expertise entre la cour et les missionnaires sont fréquents (p. 161), comme lorsque le roi s’adresse à Laneau lui demandant de l’aider à faire fabriquer du « muriate ou hydrochlorate d’or » (p. 162). Ce sont des contacts qui, en retour, permettent d’accroître la bienveillance de l’autorité politique à l’égard des Missions et d’obtenir des concessions et des terrains pour agrandir la résidence. L’échange des connaissances médicales est certainement d’un grand intérêt puisque Phra Naraï, alors qu’il avait refusé à Laneau la fondation d’un hôpital, fit construire un observatoire pour les Jésuites (p. 255).

5Le livre situe donc la figure de Laneau dans l’entrelacs historique, politique et diplomatique de l’histoire de la mission au Siam. Une grande partie du discours concerne le conflit global sur le commerce avec le Siam. En effet, les ambassades de France – et de Siam – sont profondément influencées par la figure de Constantin Phaulkon, un aventurier grec qui avait débarqué à Ayutthaya comme membre de la suite des représentants du comptoir anglais, George White et Richard Burnaby (p. 168). Grâce notamment à ses dons de polyglotte, Phaulkon devient rapidement pour Phra Naraï une figure incontournable, capable d’orienter les choix religieux et politiques des religieux du Siam. Le travail et l’ascendant de Phaulkon ont éclipsé la figure de Laneau et se sont avérés en mesure de modifier profondément la politique française à la Cour.

6Au sein des ambassades réciproques entre la couronne de Louis XIV et le roi de Siam, la propagande autour de la prétendue volonté du roi de se convertir au catholicisme prend une certaine importance. La conversion de hauts personnages est l’un des aspects qui distingue le plus la méthode utilisée par les Jésuites, surtout en Asie, mais elle caractérise moins les missionnaires des Missions Étrangères, plus engagés dans l’apostolat auprès des pauvres. La prétendue conversion du puissant souverain devient un élément clé de la politique française au Siam et avec elle se dessine l’avantage des missionnaires jésuites. La Compagnie de Jésus, de plus en plus favorisée par Phaulkon, arrive à la Cour comme la protagoniste incontestée de l’ambassade de Louis XIV (1687). Avec les Jésuites arrive également la technologie européenne qui, de fait, réussit à prendre le pas sur Laneau, annulant la relation privilégiée avec le roi qu’il avait construite auparavant. C’est le chevalier de Chaumont, choisi pour diriger la délégation française, qui présenta au roi de Siam la requête officielle de conversion envoyée par Louis XIV. Du point de vue de l’histoire européenne, on assiste à un changement de paradigme dans l’histoire de la mission avec cette affirmation du pouvoir jésuite en Asie, au moins jusqu’à la suppression de l’ordre. Le livre présente d’ailleurs une riche reconstitution des événements au Siam qui entremêle les nombreux enjeux de la présence européenne en Asie (et pas seulement au Siam) – aussi, l’absence d’indications archivistiques est d’autant plus regrettable.

7Un autre aspect au moins doit être noté comme leitmotiv de l’enchevêtrement des contrastes entre les religieux des divers ordres, à savoir la tension constante provoquée par la fameuse lettre d’obéissance qui, avec le décret Decet Romanum de 1675, tentait encore une fois d’imposer à tous les missionnaires de se soumettre aux vicaires apostoliques en leur jurant obéissance. Au-delà des luttes habituelles entre missionnaires, du côté des gallicans on craignait que cette lettre ne compromette l’indépendance du roi – et de ses religieux – vis-à-vis du pape, et du côté des Jésuites, qu’elle n’affaiblisse le lien qui les rattachait directement au pape. Les conflits incessants entre la Compagnie et le vicaire apostolique Laneau peuvent également être attribués à cette politique papale, comme cela s’était déjà produit avec Lambert. Au cours de son essai, l’historienne évoque à plusieurs reprises le travail de discrédit mené par les Jésuites contre Laneau, présentant celui-ci le plus souvent comme une victime à la fois des Jésuites et d’une diplomatie cherchant à s’affranchir du Padroado pour le contrôle de cette partie de l’Asie.

8Notons également que l’historienne tient compte des éléments mystiques et spirituels de Laneau, de ses œuvres spirituelles et des informations petites et grandes apparues à son sujet au cours des siècles. Son style passionné prend parfois un ton et des traits hagiographiques, et la forme d’une réhabilitation posthume de Laneau. Cette biographie nous conduit dans la vie d’un homme qui a joué un rôle de premier plan dans l’histoire des missions en Asie, située dans la perspective plus ample de l’histoire du catholicisme en Asie, une histoire à la fois religieuse, économique et politique dans laquelle, au-delà des divers projets missionnaires des ordres religieux (surtout de la Compagnie de Jésus et des Missions Étrangères), la politique de la France de Louis XIV fait son chemin. Les missionnaires eux-mêmes deviennent de simples pions de la pénétration et de l’implantation de l’économie française en Asie et, inversement, des instruments au service de Phra Naraï et de ses objectifs économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michela Catto, « Françoise Fauconnet-Buzelin, Un évêque au pays des Talapoins. Louis Laneau, premier vicaire apostolique du Siam 1637‑1696 »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 162-164.

Référence électronique

Michela Catto, « Françoise Fauconnet-Buzelin, Un évêque au pays des Talapoins. Louis Laneau, premier vicaire apostolique du Siam 1637‑1696 »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13052

Haut de page

Auteur

Michela Catto

Université de Turin.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search