Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions1Comptes rendusPhilippe Gasparini, Chroniques de...

Comptes rendus

Philippe Gasparini, Chroniques de la foi et du doute. Une introduction à l’autobiographie religieuse (16001900)

Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021
Yohann Deguin
p. 167-170
Référence(s) :

Philippe Gasparini, Chroniques de la foi et du doute. Une introduction à l’autobiographie religieuse (16001900), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021, 392 p., 20,5 cm, 23 €, ISBN 978‑2-7297‑1234‑1.

Texte intégral

1« L’autobiographie religieuse peut se définir comme un texte traitant plus ou moins chronologiquement des rapports de l’auteur avec le fait religieux. Ses points de contact avec d’autres formes d’écriture sont nombreux » (p. 7), écrit Ph. Gasparini. Les frontières entre les formes de l’écriture de soi (mémoires, journaux, témoignages) constituent en effet un champ de recherche particulièrement dynamique aujourd’hui dans les études littéraires. En introduction, Ph. Gasparini aborde de front les origines du genre, de saint Augustin aux guerres de Religion, parfois difficile à saisir, tant le corpus fait défaut. Les textes relevant de l’autobiographie religieuse sont rarement accessibles, peu édités ou alors dans des éditions strictement confessionnelles. Et la diversité des approches – confessionnelle, laïque, littéraire, historienne, documentaire – rend complexe l’établissement d’une synthèse. L’ambition du livre est donc telle : « interroger à nouveaux frais l’histoire de l’autobiographie spirituelle pour montrer qu’elle est sans doute plus diverse qu’on le suppose, et qu’elle entretient avec l’autobiographie séculière des relations plus complexes qu’on pourrait croire » (p. 16).

2Pour y répondre, l’ouvrage procède par espaces : espaces géographiques d’une part, espaces religieux d’autre part, qui permettent d’observer autant d’intentions que de modes d’écriture de la vie vécue en lien avec la religion et la spiritualité. Il s’agit d’une histoire de l’écriture du fait religieux, dans une histoire mondiale de son expression personnelle.

3Car l’étude de Ph. Gasparini ne se limite pas aux textes de l’Occident christianisé. Certes, la France et l’Angleterre sont les deux espaces traités le plus longuement, sans doute par familiarité, par facilité d’accès aux sources, aussi parce que « la majeure partie des autobiographies religieuses dont nous disposons pour la période 1600‑1900 ont été produites en Europe de l’Ouest et, dans une moindre mesure, en Amérique » (p. 15). Les raisons de cette disparité régionale sont multiples : « moindre liberté d’expression, retards en matière d’alphabétisation, d’impression et d’édition, contextes culturels et religieux peu favorables à l’expression personnelle, disparition des textes, désintérêt des chercheurs locaux et manque de curiosité des universitaires d’Occident » (p. 15). Chroniques de la foi et du doute ne renverse pas l’équilibre, mais il permet d’ouvrir des discussions et invite la communauté scientifique à faire preuve de curiosité.

4La méthode employée par l’auteur est claire : la matière est répartie par chapitres (Angleterre, Nouvelle-Angleterre, Québec, Pays-Bas, Allemagne, France, « Espagne, Portugal, Amérique latine, Italie », Judaïsme, Orthodoxie, Chrétiens du Moyen-Orient, Islam, Inde, Chine, Tibet, Japon), à l’intérieur desquels l’autobiographie religieuse est évoquée chronologiquement, en fonction d’auteurs et d’autrices emblématiques – dont les noms sont mis en gras –, dégageant au fil du texte les éléments d’une poétique générale.

5Le premier massif (cinq chapitres, de l’Angleterre à l’Allemagne) s’intéresse majoritairement au contexte protestant. Les autobiographies s’y construisent en lien avec la Réforme et la violence religieuse qui l’accompagne (p. 19), qu’elle soit tournée vers les recusants catholiques ou vers les réformés. Ph. Gasparini est particulièrement sensible, ici, à la circulation des écrits d’un espace à l’autre. Aux témoignages de persécution, aux récits de conversion, répondent des écrits missionnaires qui participent tous d’« un travail de propagande » (p. 20). L’histoire de l’écriture spirituelle épouse celle du fait religieux, très logiquement : puritanisme, mouvement quaker, méthodisme et néo-calvinisme se succèdent ainsi, faisant varier les formes d’une même écriture. Ph. Gasparini voit avec précision les effets de contamination, de reprise, de ces textes aux autres, de la non-fiction à la fiction : ainsi « l’influence de l’autobiographie spirituelle puritaine est encore patente dans l’épisode de la conversion subite de Robinson Crusoé » (p. 74). En Nouvelle-Angleterre, témoignages du racisme et Mémoires d’esclaves peuvent se lire en regard des Mémoires puritains. Le cas particulier, au Québec, des écrits de Charles Chiniquy, prêtre devenu pasteur, permet de dresser le constat que « les sociétés traditionnelles et communautaires répugnent aux écritures du moi, surtout si elles se sentent assiégées » (p. 95) ; c’est en effet la première autobiographie québécoise et elle n’a paru qu’en 1885. Les cas néerlandais et allemand le confirment, l’expression de soi se développe particulièrement dans la dissidence, dans l’expression du doute et de la résistance devant une situation d’oppression ou de controverse. En cela, l’autobiographie religieuse se construit tout à fait en relation avec l’autobiographie séculière, sur le fondement d’oppositions politiques, idéologiques ou dogmatiques.

6Le chapitre consacré à la France est le plus vaste de l’ouvrage et offre un panorama des pratiques de l’autobiographie religieuse et de son évolution sur l’empan chronologique annoncé, des chasses aux sorcières à Thérèse de Lisieux, en passant par les querelles jansénistes et quiétistes, par la persécution des huguenots, par les écrits de missions et les récits de conversion liés à l’Édit de Nantes puis à sa révocation, enfin à la relation de l’Église au pouvoir royal en France, et à la Révolution française. Le contexte catholique met en évidence le paradoxe d’une relation intime à soi qui va croissant dans les écrits, quand l’Église en rejette l’expression.

7Le chapitre consacré à l’Espagne, au Portugal, à l’Italie et à l’Amérique latine aborde le contexte plus particulier des pays inquisitoriaux, et la contrainte sous laquelle les écrits spirituels étaient produits. Ph. Gasparini parle ainsi d’« autobiographies sur commande » (p. 233), fondés sur des stéréotypes et des matrices narratives convenus pour échapper à la violence de l’appareil judiciaire.

8Plutôt que des espaces géographiques, le massif suivant aborde des espaces spirituels : le judaïsme, l’orthodoxie, l’islam et la chrétienté du Moyen-Orient. Au sein du judaïsme, l’opposition forte entre l’individu et la communauté religieuse refuse à la parole privée la prise en charge de l’expérience collective. Dès lors, tout écrit autobiographique est perçu par les représentants de l’autorité religieuse comme une transgression, d’où « la quasi-impossibilité de publier, et peut-être même d’écrire, des autobiographies religieuses » (p. 260).

9Si l’autobiographie religieuse orthodoxe était vivement pratiquée sous l’ère byzantine, la chute de Constantinople l’a radicalement freinée, au point de la limiter au cadre monastique. Comme pour les chrétiens du Moyen-Orient, la rareté des textes ne permet guère que d’établir une ou deux études de cas. L’islam, en particulier les courants ésotériques soufis, produit beaucoup d’autobiographies religieuses en forme d’auto-hagiographies. S’y développent des genres particuliers, comme la fahrasa, autobiographie-catalogue des enseignements reçus par un maître, ou le récit de pèlerinage.

10Le dernier massif (quatre chapitres) concerne des espaces asiatiques. Pour l’Inde, la « quasi-absence de témoignages personnels » constatée à l’aune de l’importance et de l’écrit et du fait religieux ne permet à l’auteur que de soulever des hypothèses rapides. Si, en Chine, le xviie siècle a vu un essor de la parole autobiographique, elle s’est réduite ensuite, se concentrant sur des écrits privés et fragmentaires, avatars de l’examen de conscience, puis a disparu. Au Tibet, à l’inverse, les expériences spirituelles ont une portée pédagogique importante et sont ainsi nombreuses, mises en récit. Le partage de l’itinéraire spirituel participe de la formation spirituelle d’autrui au sein du bouddhisme lamaïque. Au Japon enfin, l’absence d’écriture du moi, entre 1333 et 1868, révèle l’influence de la montée en puissance d’un idéal du samouraï guerrier. L’ouverture à l’Occident au xixe siècle a pu relancer une production qui, toutefois, échappe aux bornes chronologiques de l’ouvrage.

11En guise de conclusion, Ph. Gasparini s’interroge sur la rhétorique du salut (p. 333‑357) et offre une ouverture vers l’époque contemporaine. Cette réflexion permet de relier l’ensemble des espaces évoqués en considérant l’autobiographie religieuse comme un « indice anthropologique » : « Elle ne nous apprend rien sur Dieu, peu de choses sur les religions que nous ne sachions déjà, mais en revanche beaucoup sur la manière dont les individus peuvent, envers et contre tout, construire leur identité narrative » (p. 356).

12L’ouvrage se clôt sur une bibliographie dont on saluera particulièrement l’inscription internationale, et un index nominum. Conçu comme un manuel d’histoire littéraire, Chroniques de la foi et du doute répond parfaitement à l’ambition qu’il se donne d’être une « introduction ». La perspective globale qu’il prend est convaincante et on ne peut qu’apprécier la volonté de rendre visible les pratiques de l’autobiographie à l’échelle globale. La réflexion théorique qui soutient l’ouvrage est solide et offre au lecteur curieux tous les outils nécessaires pour aller plus loin, qu’il s’agisse de s’intéresser aux formes de l’écriture personnelle en général, ou en particulier à celles qui concernent le rapport de soi aux religions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohann Deguin, « Philippe Gasparini, Chroniques de la foi et du doute. Une introduction à l’autobiographie religieuse (16001900) »Revue de l’histoire des religions, 1 | 2024, 167-170.

Référence électronique

Yohann Deguin, « Philippe Gasparini, Chroniques de la foi et du doute. Une introduction à l’autobiographie religieuse (16001900) »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhr.13077

Haut de page

Auteur

Yohann Deguin

Université de Rouen Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search