Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Quand la terre tremble : apprivoi...

Quand la terre tremble : apprivoiser le choc des séismes dans les temps anciens

Avant-propos
Samra Azarnouche, Muriel Debié et Vassa Kontouma
p. 179-181

Texte intégral

1Le 6 février 2023, la terre a de nouveau violemment tremblé en Turquie et en Syrie, dans des zones si souvent secouées par la friction des plaques tectoniques européenne et asiatique, sur les lignes de faille de l’écorce terrestre. S’ils ne sont que des phénomènes naturels, les séismes de la terre habitée se révèlent le plus souvent des catastrophes majeures pour ses habitants piégés par les bâtiments en principe construits pour les protéger des rigueurs de la nature.

  • 1 Mustapha Meghraoui (École et observatoire des sciences de la terre, Institut Terre et Environnement (...)

2Émues des pertes de nouveau si nombreuses et des dégâts si terribles, dus à la mauvaise gestion des risques tout autant qu’à la corruption, dans des régions qui nous sont chères et qui nous sont proches, dans des régions qui sont nos objets d’étude, nous avons souhaité organiser un colloque qui nous permette de dépasser l’émotion en réfléchissant sur la manière dont on avait lu, interprété et accompagné les séismes dans les temps anciens, mais aussi d’aider, à notre faible mesure, par une collecte associée. Nous avons donc rapidement réuni, le 27 mars 2023, quelques collègues1, pour l’essentiel de l’École Pratique des Hautes Études – PSL, pour nous intéresser à la manière dont on avait perçu les séismes dans les temps anciens sur la terre habitée, dans les zones de mer, de terre et de montagnes, sur les deux continents qui s’étaient entrechoqués, en Asie et en Europe. À peu près un an plus tard, alors que la reconstruction n’a pas commencé à Antioche et que les survivants ont, pour beaucoup, migré et sont pour la plupart toujours plongés dans le deuil, traumatisés et empêchés de vivre, ce dossier paraît, dans la continuité des textes antiques, comme une épitaphe académique à la mémoire des disparus, partout, dans l’éternel retour des catastrophes.

3Il s’agissait de mettre en lumière comment on comprenait les tremblements de la terre avant les explications de la science moderne, moins selon le prisme de l’histoire naturelle antique, souvent étudiée, que sous l’angle de l’histoire des religions, rarement convoquée dans les analyses des textes anciens. Les dieux et les démons pourtant, uniques ou multiples, en maîtres des cieux et de la terre, étaient considérés comme les grands ébranleurs du monde, ceux qui ouvrent et ferment les voies naturelles, ceux qui envoient les secousses comme autant de signes de colère, ceux que l’on prie de les faire cesser et d’en réparer les effets, ceux dont on demande le pardon pour rétablir l’équilibre tectonique. La mise en parallèle rarement faite des conceptions des religions traditionnelles et des monothéismes a permis de montrer sur la longue durée la manière d’interpréter les soubresauts de la terre et d’en accompagner les désastreuses conséquences socialement, par des prières, des intercessions et des processions, à côté des réponses des pouvoirs politiques.

4L’approche comparatiste et transversale, au-delà des rives de la Méditerranée et jusqu’aux Proche et Moyen-Orient et vers l’Asie – l’ordre de balayage géographique que nous avons aussi adopté pour présenter les contributions – a fait émerger moins des lignes de faille que des parallèles et mis au jour des points de vue inattendus. Alors que les séismes sont le plus souvent associés à la violence de la nature, à la colère des dieux, voire aux manifestations de la fin des temps, ils sont apparus aussi en divers lieux de manière plutôt positive, comme des sauts dansants de la terre, des signes du divin, parfois efficients, permettant de reconfigurer les espaces terrestres.

5La comparaison a permis de montrer qu’en plusieurs cas les tremblements étaient présentés comme influençant la circulation des eaux qu’ils arrêtaient ou au contraire qu’ils permettaient de nouveau. Elle a mis en lumière des liens auxquels on pense généralement peu entre mouvements de la terre et des eaux, sinon dans le cas des raz de marée. Il est apparu que les dieux aquatiques, monstres marins ou poissons-chats avaient en divers lieux et époques partie liée avec les séismes qui agitent terre et mer, influant aussi bien sur les flots marins des tsunamis que sur les eaux terrestres des rivières et des fontaines.

6Manifestations des dieux ou présages que ceux-ci envoyaient à la sagacité des devins ou des prêtres, les lecteurs professionnels de signes, les séismes ont joué un rôle interprétatif dans la plupart des religions évoquées, de la Mésopotamie antique à l’islam et au Japon. Ils n’étaient cependant pas toujours, comme dans le cas du bouddhisme, lus de manière historique, mais situés spirituellement ou théologiquement.

7Nous sommes reconnaissantes à la Revue de l’histoire des religions d’avoir fait une place à ce dossier, à la Section des Sciences religieuses de l’École Pratique des Hautes Études – PSL pour son soutien logistique et à Eschaton-Fondation Anselm Kiefer pour l’autorisation d’utiliser une reproduction de Der fruchtbare Halbmond (2010) en quatrième de couverture. Cette œuvre qui évoque avec force la confrontation à la tragédie et la question de la mémoire est l’illustration du message que nous voulions faire passer en mettant en œuvre ce dossier collectif.

8Il est toujours possible de faire un don au collectif d’ONG Alliance urgence (https://www.allianceurgences.org/​) pour continuer à aider à la reconstruction.

Haut de page

Notes

1 Mustapha Meghraoui (École et observatoire des sciences de la terre, Institut Terre et Environnement, Université de Strasbourg, UMR 7063), spécialiste de sismologie historique est venu expliquer « La genèse des séismes et leurs dévastations : retour d’expérience sur la séquence du 6 février 2023 en Turquie et Syrie (Mw 7.8, 7.6) » et montrer les effets naturels de déplacement et de distorsion des sols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samra Azarnouche, Muriel Debié et Vassa Kontouma, « Quand la terre tremble : apprivoiser le choc des séismes dans les temps anciens »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 179-181.

Référence électronique

Samra Azarnouche, Muriel Debié et Vassa Kontouma, « Quand la terre tremble : apprivoiser le choc des séismes dans les temps anciens »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11vdu

Haut de page

Auteurs

Samra Azarnouche

École Pratique des Hautes Études – Paris-Sciences-Lettres (Sciences religieuses)
samra.azarnouche[at]ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Muriel Debié

École Pratique des Hautes Études – Paris-Sciences-Lettres (Sciences religieuses)
muriel.debie[at]ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Vassa Kontouma

École Pratique des Hautes Études – Paris-Sciences-Lettres (Sciences religieuses)
vassa.kontouma[at]ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search