Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Quand se taisent les voix sous le...

Quand se taisent les voix sous les décombres : secousses et émotions dans l’Antiquité tardive

When the Voices under the Rubble Fall Silent: Tremors and Emotions in Late Antiquity
Muriel Debié
p. 193-215

Résumés

Si le bruit du tremblement de terre qui toucha Nicomédie le 24 août 358 est parvenu jusqu’à nous, c’est grâce aux mots de ceux qui l’ont raconté, chacun dans un genre différent : l’historien Ammien Marcellin, le rhéteur Libanios et le poète et théologien Éphrem de Nisibe, rarement mis en parallèle. Aucun des trois n’était présent sur les lieux, mais ils ont chacun essayé de rendre compte des émotions qu’avait suscitées la catastrophe et de provoquer à leur tour les émotions de leur public par le pouvoir de la rhétorique. Ils ont tissé de ténus fils explicatifs pour comprendre les liens entre les dieux (unique des chrétiens ou multiples des religions traditionnelles) et les secousses telluriques et mouvements des eaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Le sens des mots
La perspective d’Ammien Marcellin, officier et historien
La perspective de Libanios, rhéteur païen
La perspective d’Éphrem, poète et théologien chrétien
Séismes et châtiments
Douleur et sympatheia
Émotions et rhétorique

Aperçu du texte

Les régions de la Mésopotamie du Nord et de l’Anatolie, situées en zone de contact des plaques tectoniques arabique et eurasiatique et des failles de l’Euphrate, de l’Anatolie orientale et des multiples failles nord-sud jusqu’au golfe d’Aqaba, ont été secouées de tremblements de terre récurrents. Des textes dans diverses langues ont accompagné depuis l’Antiquité ces séismes et ont porté le sens qui en était donné : chroniques et histoires, mais aussi œuvres rhétoriques suscitées par l’émotion de la catastrophe qu’elles mettaient en scène et décrivaient, contribuant par là même à la création d’une mémoire de l’événement. L’œuvre littéraire interprète la manifestation du monde physique en la resituant dans une dimension religieuse afin de donner un sens à la catastrophe et des clés pour en interpréter et réparer le traumatisme.

Si la date du 24 août 358 est encore signifiante aujourd’hui (du moins pour les historiens spécialistes de la période), c’est parce que plusieurs textes ont été...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Debié, « Quand se taisent les voix sous les décombres : secousses et émotions dans l’Antiquité tardive »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 193-215.

Référence électronique

Muriel Debié, « Quand se taisent les voix sous les décombres : secousses et émotions dans l’Antiquité tardive »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11vdw

Haut de page

Auteur

Muriel Debié

École Pratique des Hautes Études – PSL (Sciences religieuses)
Membre senior de l’Institut universitaire de France
muriel.debie[at]ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search