Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Colères divines. Les séismes et l...

Colères divines. Les séismes et l’histoire d’Antioche sur l’Oronte dans l’Antiquité

Divine wrath: Earthquakes and the History of Antioch on the Orontes in Antiquity
Catherine Saliou
p. 217-237

Résumés

Antioche sur l’Oronte a été frappée tout au long de son histoire par de nombreux séismes. Près d’une vingtaine sont attestés dans l’Antiquité. La première étape de la recherche est d’en établir la liste à partir d’une analyse critique des travaux existants. Il est difficile d’évaluer précisément leurs conséquences démographiques et matérielles réelles, même dans les quelques cas où les sources fournissent des indications chiffrées. En revanche, les textes mettent clairement en évidence l’importance de ces événements traumatiques dans la construction d’un discours historiographique sur la ville et dans la perception de son destin et de son identité, jusqu’à susciter un changement de nom, d’Antioche (la ville d’Antiochos, fondée sous la conduite de Zeus) en Théoupolis (la ville de Dieu).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Les séismes et l’histoire démographique et matérielle de la ville
Conséquences démographiques
Conséquences matérielles
Les séismes entre historiographie et construction mémorielle
Séismes et identité civique
Conclusion

Aperçu du texte

Vers la troisième heure de la nuit, un tremblement et une secousse survinrent et ébranlèrent la ville tout entière ; ils jetèrent à bas la plupart des édifices, dont les fondations mêmes furent mises en miettes.

Ce fut une catastrophe indicible, au point qu’aucune parole humaine ne peut la décrire dignement. […] Beaucoup de ceux qui avaient été ensevelis vivants moururent après avoir été retirés en vie des décombres.

Le fléau ayant enfin cessé, quelqu’un osa s’avancer sur les ruines et s’aperçut qu’une femme était encore en vie. Elle n’était pas seule, mais avait un bébé, et c’est en se nourrissant elle-même ainsi que son petit enfant de son lait qu’elle avait tenu bon. Elle, on la dégagea et on la sauva avec son rejeton, et à partir de là on se mit à faire d’autres découvertes, mais on ne put trouver personne qui fût en vie, excepté un petit enfant au sein de sa mère déjà morte, qu’il tétait encore, et en retirant les morts, on ne se réjouissait même plus d’être sain et sauf.

C’est ai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Saliou, « Colères divines. Les séismes et l’histoire d’Antioche sur l’Oronte dans l’Antiquité »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 217-237.

Référence électronique

Catherine Saliou, « Colères divines. Les séismes et l’histoire d’Antioche sur l’Oronte dans l’Antiquité »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11vdx

Haut de page

Auteur

Catherine Saliou

Université Paris 8
École Pratique des Hautes Études – PSL
(Sciences historiques et philologiques)
catherine.saliou[at]laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search